Informations en continu

L’heure du réveil de la justice a sonné

Tamtaminfo - il y a 7 heures 40 min

Le Président de la République, Chef de l’Etat, SE Mohamed Bazoum, Président du Conseil Supérieur de la Magistrature a présidé, hier matin, dans la salle du Conseil des ministres, la Réunion du Conseil Supérieur de la Magistrature.

Cette instance permet d’impulser les grandes orientations et ambitions du Gouvernement dans ce secteur extrêmement sensible qu’est la justice.

D’entrée de jeu, le Chef de l’Etat, qui a fait de la lutte contre la corruption, l’impunité et les autres infractions qui gangrènent la vie de la Nation, une des priorités de son Programme de Renaissance a solennellement réaffirmé son engagement en faveur d’une justice équitable et efficace qui se met au service de la paix et de la cohésion nationale.

Bref, l’heure est venue de rendre la justice réellement au service du peuple ; une justice décomplexée, disposant des moyens humains et matériels pour mener à bien sa mission.

L’heure d’une justice équitable et « aveugle » a sonné. Le Président Bazoum en a fait un de ses engagements politiques, il entend désormais le traduire en actes concrets.

C’est pourquoi, sans ambages, il le dit clairement : « La politique pénale du gouvernement ne fera place à aucun atermoiement dans le traitement des dossiers dont sont saisis les tribunaux. La justice ne saurait être ce régulateur vers lequel accourent les citoyens lorsqu’elle-même est minée de l’intérieur par des pratiques corruptives et autres actes qui exhortent au déni de justice. Cette justice que nous avons voulu indépendante par notre loi fondamentale, animée par des magistrats nommés en toute transparence, doit inspirer le respect de tous nos concitoyens afin que, par ses sanctions, elle raffermisse notre vivre ensemble et notre cohésion nationale ».

Cela a été clairement énoncé et devant la crème des hommes en toges. Car, pour le Chef de l’Etat, « La justice est au cœur du projet que j’ai proposé aux Nigériens, parce que j’ai pleinement conscience que le respect du droit, de l’équité et de toutes les valeurs de la démocratie n’est possible que lorsqu’il y a une justice de qualité, efficace, équitable et accessible aux citoyens, tout en étant le moteur de la promotion de la culture de la transparence et du respect scrupuleux du bien public.

J’ai aussi conscience que parmi les défis majeurs qui ont entrainé la réforme de notre système judiciaire, figure la lutte contre la corruption qui se traduit par diverses formes d’infractions et dont la prise en charge a conduit à la mise en place, en 2015, du Pôle Judiciaire et des Chambres spécialisées en matière économique et financière. Malgré la mise en place de cette juridiction spécialisée, dont les compétences s’exercent en même temps que celles d’autres organes dédiés à la lutte contre ce phénomène, nos concitoyens estiment que l’Etat ne fait pas assez pour combattre cette hydre ».

Conscient que cela exige en plus des hommes de qualité, intègres, compétents et honnêtes, des moyens conséquents pour préserver les juges des tentations nuisibles, le Président de la République, Mohamed Bazoum a indiqué, qu’«Une justice de qualité repose aussi sur un cadre de vie et de travail progressivement amélioré. C’est donc face à tous ces défis que pour le budget de l’année 2022, j’ai décidé de rehausser très significativement le budget du Ministère de la Justice, conformément à l’engagement que j’ai pris devant les représentants des magistrats du SAMAN que j’ai reçus dans cette même salle. En effet, de 13,02 Milliards en 2021, il va passer à 19,24 Milliards en 2022, soit une hausse de 47,7% entre les deux années. En valeur absolue, cela fait une augmentation de 6,22 Milliards.

Dans ma volonté d’améliorer de manière continue les performances de notre système judicaire, je veillerai à ce que la Programmation Pluriannuelle des Dépenses du secteur de la Justice reflète cette ambition que j’ai de rapprocher la justice du justifiable et de fournir à nos concitoyens un service de justice de qualité. Je veillerai également à ce que les manquements, les fautes disciplinaires et autres atteintes à la probité des membres du corps judicaire soient traités, de façon vigoureuse, sans équivoque, conformément au statut de chaque catégorie.

J’ai la ferme conviction que la non observance par les magistrats de leurs obligations de poursuivre et de juger de manière équitable et honnête toutes les affaires qui leur sont soumises, en répondant à des injonctions ou en faisant valoir leurs intérêts propres, est la pire des injustices, car elle est appréhendée par les citoyens et elle constitue en vérité tout simplement un acte de corruption, de trafic d’influence ou exprime une forme d’ingérence dans le travail souverain que doit accomplir le magistrat ».

Le Président a parlé, il a donné le ton et les moyens, aux magistrats de faire dorénavant, honneur à leur profession.

Par Tamtaminfo News

Lutte contre le terrorisme : Le président de l’Assemblée nationale demande de continuer la guerre sans mettre en veilleuse les questions de développement

Tamtaminfo - il y a 8 heures 45 min

Le président du parlement Nigérien, M. Seini Oumarou en ouvrant les travaux de la deuxième session ordinaire au titre de l’année 2021 dite session Budgétaire, a demandé aux pays du Sahel de continuer la guerre sans mettre en veilleuse les questions de développement.

Evoquant la question sécuritaire au Sahel et au Niger, le président de l’assemblée nationale Seini Oumarou a déclaré, dans son discours d’ouverture, que ‘’la préoccupation est double, d’une part, il faut gagner sur le terrain militaire avec moins d’inconvénients possibles et d’autre part, éviter le piège grossier que les terroristes et surtout leurs commanditaires nous tendent’’.

Selon le président de la l’assemblée, la seule vocation des agissements des terroristes est de ‘’nous distraire de la vraie bataille qui est la nôtre, celle du développement au moyen des immenses richesses potentielles que la providence a mises en nous-mêmes, sous nos pieds ou dans nos terroirs’’.

M. Seini Oumarou a déclaré qu’il est clair que ‘’ces terroristes qui nous assaillent ne revendiquent ni terres, ni l’instauration d’un courant religieux, ni l’imposition d’une idéologie nouvelle et ils n’ont ni chef et ni une direction véritable, leurs modes opératoires reposent sur des attaques meurtrières des cibles sans défense’’.

‘’Le terrorisme, même militairement défait, va gagner si nous mettons en veilleuse nos plans et programmes de développement, il faut alors continuer la guerre sans pour suspendre la mise en valeur de notre potentiel économique’’ a préconisé le président SEINI.

Il a, à cette occasion, salué ‘’l’engagement du président de République M. Mohamed Bazoum à être aux côtés des populations victimes du terrorisme pour mieux les rassurer quant à la volonté de l’Etat de tout mettre en œuvre pour les protéger en traquant les terroristes et autres malfrats jusqu’à leur denier retranchement, d’où un hommage mérité à toutes les forces de défense et de sécurité nigériennes et, au-delà, à tous ceux qui à travers le sahel et l’Afrique sont sur le pied de guerre’’.

‘’Je salue également la force conjointe du G5 Sahel et exhorte nos pays à mutualiser leurs efforts pour définir la stratégie la meilleure permettant de mettre définitivement fin à la terreur gratuite qui nous est imposée’’ a-t-il poursuivi.

Il a, enfin, appelé les pays sahéliens à ‘’travailler en ensemble pour la création de mécanismes à mêmes de prévenir les conflits communautaires afin d’ôter tout prétexte aux terroristes dont l’exacerbation de ce type de conflit est devenue aujourd’hui le mode opératoire’’.

Par ANP

Le Niger produit aussi du raisin à Agadez et à Yelou

Tamtaminfo - il y a 8 heures 49 min

Notre frère et camarade Ibrahim Bawa Souley est un grand agriculteur plein, de nationalisme,  d’initiative,  animé de bonne volonté et du courage. C’est lui qui ravitaille  la ville de Niamey en  fruits délicieux en provenance de la région de gaya, Yelou son village paternel.

Ces fruits délicieux n’ont rien à envier à ceux qui viennent de l’extérieur, en effet,  des mangues , des tangelos, des oranges , sont servis aux habitants de la capitale à des prix préférentiels grâce au travail très louable de ce grand agriculteur.

Pendant le mois béni de Ramadan,  les fidèles musulmans savourent bien les  tangelos, les mangues,  les citrons ,ect . en provenance des plantations de Ibrahim  Bawa Souley. Aujourd’hui, Ibrahim Bawa Souley innove  encore ,  il emboite les pas aux agriculteurs d’Agadez,  en effet,  il vient d’introduire la production des raisins très prisés dans ses plantations de sa terre paternelle.

Regardez bien les photos de ces jolis raisins ,ils sont produits au Niger dans les plantations du vaillant agriculteur Ibrahim Bawa Souley. Il mérite encouragements et décoration dans le domaine agricole par les autorités compétentes. Ce digne fils du pays participe à la modernisation de l’agriculture au Niger et par conséquent à l’effort de participation à la recherche de l’autosuffisance alimentaire dans notre cher pays.

Bravo Ibrahim Bawa Souley !

Pour toi la recherche de l’autosuffisance alimentaire n’est pas un vain mot ,  c’est du concret. Nos très vives félicitations, du courage et succès continus.

Par Issoufou BOUBACAR KADO MAGAGI.

Vie de la nation : le Premier ministre parle de l’affaire «Ibou Karadjé » et infirme les négociations avec Lumana

Actuniger Politique - il y a 14 heures 41 min


Le Premier ministre Ouhoumoudou Mahamadou a accordé, vendredi dernier, une grande interview aux médias publics (ORTN et ONEP) sur la situation politique et socioéconomique du pays. Dans l’entretien qui a été diffusé le weekend, le Chef du gouvernement a fait le point de la vie de la nation, brosser le bilan de l’action gouvernementale et abordé d’autres questions brûlantes de l’actualité nationale. Le Premier ministre  a ainsi parlé du dossier de la lutte contre la corruption, une des priorités que s’est fixée le Président Bazoum Mohamed dans son Programme de Renaissance acte 3 et sur laquelle le Chef du gouvernement a réitéré les engagements des autorités à promouvoir la bonne gouvernance et à bannir les détournements des biens publics et autres pratiques répréhensibles de même nature. Il a en ce sens brièvement fait cas de l’affaire « Ibou Karadjé », un feuilleton qui fait grand bruit depuis quelques temps, et selon Ouhoumoudou Mahamadou, l’instruction est en cours au niveau de la justice et le dossier ira à son terme. L’autre aspect de l’entretien qui a aussi retenu l’attention de l’opinion, c’est le démenti apporté par le Premier ministre, sur des rumeurs faisant état de négociations en cours entre le parti au pouvoir dont il est membre du Comité exécutif national, le PNDS Tarayya, et le principal parti de l’opposition politique, le MODEN /FA Lumana de Hama Amadou.

{loadposition pub1}

Syndicate content