Informations en continu

Séjour américain de la Première Dame Hadjia Aissata Issoufou: les actions de la Fondation Guri vie meilleure misent en exergue

Tamtaminfo - il y a 47 min 50 sec

Après son séjour fructueux au Canada, où elle a brillamment participé, au Forum Mondial sur la Nutrition Infantile, et plaidé pour une Nutrition Infantile abondante et de qualité, la Première Dame, Hadjia Aissata Issoufou se trouve actuellement à New York. Elle a prit part mardi dernier, à la réunion de l’organisation des Première Dames d’Afrique contre le VIH/SIDA qui se tient en marge de la 72 ème Session de l’Assemblée Générale des Nations unies.

Dans contribution au panel, la Première Dame Hadjia Aissata Issoufou a exposé les réalités de notre pays et les réalisations de la Fondation Guri vie meilleure qu’elle préside pour accompagner le gouvernement afin d être au rendez vous de 2030 dans le cadre la lutte contre le sida en exploitant le DIVIDENDE.

La Première Dame Hadjia Aissata Issoufou a activement participé au panel sur la mise en œuvre de la feuille de route de l’Union Africaine pour exploiter le dividende démographique en Afrique, mettre fin au Sida d’ici 2030.

Au cours de cette réunion de haut niveau sur le partenariat mondial pour tirer du dividende démographique en Afrique, les participants dont la Première Dame ont planché sur deux panels à savoir, « Mise en œuvre de la feuille de route de l’Union Africaine pour exploiter le dividende démographique en Afrique : assurer des services de santé adaptés aux jeunes où ils sont nécessaires » et « Mise en œuvre de la feuille de route de l’Union Africaine pour exploiter le dividende démographique en Afrique : mettre fin au SIDA d’ici à 2030. »

Les Premières Dames se sont donc engagées à travailler non seulement en partenariat en vue de plaider en faveur d’engagements en matière d’élaboration de politiques, mais aussi, avec la Commission de l’Union Africaine (UA), les Communautés économiques régionaux, les organisations de la société civile, les agences des Nations Unies, le secteur privé, etc, pour mobiliser les ressources afin de prioriser les investissements dans la santé des femmes et des jeunes.

Les Premières Dames ont également réitéré, la nécessité de tirer parti du dividende démographique en Afrique en raison de sa forte proportion des jeunes, et de mobiliser des investissements publics et privés. Pour rappel, la Fondation Guri vie meilleure de la Première Dame Hadjia Aissata Issoufou, a entre autres comme priorités dans le secteur de la santé : la protection de la mère et de l’enfant contre le VIH/SIDA.

Elle a organisé régulièrement pour l’amélioration de la Santé de la Mère et de l’Enfant plusieurs sessions de formation des agents de santé issus des différentes régions du Niger. Ces formations se déroulent sous forme théorique et pratique. La Fondation encourage aussi la prise en charge des enfants souffrant de différentes malformations orthopédiques et congénitales, mais aussi incite l’utilisation des nouvelles technologies dans la prise en charge des maladies à travers la Télémédecine par Satellite (SATMED).

La Première Dame Hadjia Aissata Issoufou soutient également, la politique du Gouvernement en matière de la santé sexuelle des adolescents et des jeunes, la mise en place des centres socio-éducatifs qui utilisent les TICs pour offrir des conseils, des services d’écoute permettant d’éviter le comportement à risque face au VIH/Sida. Le programme de lutte contre le VIH/SIDA reste l’une des composantes essentielles de l’action de la Fondation de Hadjia Aïssata Issoufou.

En effet, dans le cadre de la prévention de la pandémie, un accent particulier est mis sur la participation aux efforts nationaux de lutte contre la pandémie et surtout sur toutes celles visant la transmission du VIH de la mère à l’enfant. Mieux, le programme vise à apporter à ce niveau un renforcement et une vulgarisation des actions de réduction de la transmission mère-enfant.

Pour prévenir de façon primaire l’infection chez les femmes, elle a décidé de soutenir toutes les initiatives et programmes de lutte contre l’infection du VIH chez la mère et l’enfant. Elle, qui est particulièrement attachée à la cause des enfants, s’investit chaque jour davantage dans la lutte. A cet effet, elle préside régulièrement toutes les grandes campagnes de sensibilisation, et sa présence est un stimulant pour les mères de famille qui répondent présentes à son appel.

La Fondation Guri intervient aussi pour la construction et la réhabilitation d’établissements sanitaires.

Elle fournit des médicaments et des équipements aux hôpitaux et organise de façon régulière des séances de dépistages gratuits sur toute l’étendue du territoire national, ainsi que des caravanes ophtalmologiques pour les populations des quartiers défavorisés.

Les matériels et équipements offerts par la Fondation Guri Vie meilleure sont composés entre autres de générateurs, de tables de chevet, de défibrillateurs, de négatoscopes, de lits, de matelas gonflables, de pompes et accessoires, de tensiomètres, de tenues de bloc jetables, de tenues du personnel, de gammes de produits pharmaceutiques, de savons de toilettes, de vivres, de moustiquaires, de matériels ophtalmologiques, etc.

Notons que la Première Dame Hadjia Aissata Issoufou est accompagnée dans ses déplacements par Mme Kaffa Christelle Jackou, Ministre de la Population, l’Honorable Mariama Ali, Députée nationale et Mme Cisse Ramatoulaye Diop en charge du secteur santé à la Fondation Guri vie meilleure.

À propos de l'Auteur Namalka Bozari (Tamtam Info News)

Le Président de la République, Chef de l’Etat a regagné Niamey ce matin en provenance de New York aux Etats unis d’Amérique

Tamtaminfo - il y a 1 heure 24 min

En marge de l’Assemblée Générale de l’ONU, le Président Issoufou a participé activement à la réunion de haut niveau qui a regroupé plusieurs Chefs d’Etat autour du Président américain, Donald Trump sur la réforme des Nations unies.   14 pays parmi lesquels, notre pays le Niger ont été retenus pour conduire cette réforme onusienne. Le Président de la République a mis son séjour à profit pour s’entretenir avec la Directrice Exécutive de la Commission économique des Nations unies pour l’Afrique (CEA), Mme Vera Songwe et le  vice-président de la Banque mondiale pour l’Afrique  Mr. Makhtar Diop.

Au cours de ces entretiens, le développement économique et la mobilisation des ressources additionnelles étaient au centre des préoccupations.

Le Chef de l’Etat, ses homologues des pays membres du G5 du Sahel, le Président de la République française, M. Emmanuel Macron, le Président guinéen Alpha Condé, le président en exercice de l’Union africaine, le président de la Commission de l’UA, M. Moussa Faki Mahamat, la cheffe de la diplomatie européenne Federica Mogherini, le Secrétaire général de l’ONU António Gueterres et un représentant américain se sont retrouvés à huit clos pour une réunion de haut niveau sur le G5 du Sahel.

La Réunion s’est penchée notamment sur le financement, l’articulation entre la force G5 et les forces de l’Onu, les débats ont porté sur des questions de fond.

Cette réunion a été un succès total.

Il a assisté aux travaux de l’Assemblée générale de l’ONU pour écouter l’adresse de son frère et ami, le Président Muhammadu Buhari, du Nigéria. Celui-ci a salué le rôle que joue l’ONU pour aider des milliers de civils innocents pris dans les conflits en Syrie, en Iraq et en Afghanistan, ainsi que les pays comme l’Allemagne, l’Italie, la Grèce et la Turquie qui accueillent des centaines de milliers de réfugiés.

Il s’est également félicité de la solidarité affichée par la communauté internationale à l’égard de sa propre région pour aider les pays et les communautés du Sahel et du bassin du lac Tchad qui font face à la menace d’Al-Qaida et de Boko Haram. M. Buhari a remercié le Conseil de sécurité de s’être rendu dans la région du bassin du lac Tchad pour évaluer la situation et promettre une assistance.

Le Nigéria, a-t-il indiqué à cette occasion, offre une assistance humanitaire à des millions de personnes déplacées vivant dans des camps et aux personnes affectées par le terrorisme, la sécheresse, les inondations et autres catastrophes naturelles. Il a appelé à coopérer également pour combattre la criminalité transnationale, le travail forcé, l’esclavage moderne, la traite des êtres humains et la cybercriminalité.

Il a également participé mardi à une reunion des pays membres de l’UEMOA, avec les Présidents du Mali, Côte d’Ivoire, Sénégal et Burkina Faso.

Il faut en outre, a-t-il ajouté, des stratégies pour éviter que les combattants de Daech n’infiltrent le Sahel et le bassin du lac Tchad. Ces efforts, selon le Président du Nigéria, exigent une solide coopération en matière de prévention et de gestion des conflits avec les organisations régionales, telles que l’Union africaine.

Il a notamment appelé les Nations Unies à fournir des fonds prévisibles et suffisants pour soutenir les initiatives et opérations de maintien de la paix régionales autorisées par le Conseil de sécurité.

Il a notamment comparé la crise qui touche la Birmanie à celle qui avait touché auparavant la Bosnie et le Rwanda. « La communauté internationale ne peut pas rester silencieuse », a-t-il lancé dans l’hémicycle.

Avant de prendre son avion pour le retour au pays, le Président Issoufou Mahamadou a assisté à une réunion de haut niveau présidée par le Président français, Emmanuel Macron axée sur le Pacte mondial pour l’environnement. Qualifié de « nouvelle étape après l’accord de Paris », le Pacte mondial pour l’environnement à la différence des textes internationaux actuels sur l’environnement qui, comme la Déclaration de Rio de 1992, sont purement déclaratifs, a pour ambition de pouvoir être invoqué contre les États devant des juridictions, selon le vœu de ses promoteurs.

Le pacte mondial est un avant-projet de texte de 26 articles, rédigé par près de 80 experts du monde entier, qui rappelle les grands principes du droit environnemental, dont le « droit à un environnement écologiquement sain » et le « devoir de prendre soin de l’environnement », avec l’ambition d’en faire un traité international contraignant, qui puisse être invoqué contre les Etats devant des juridictions.

« Sur le plan planétaire, nous devons franchir une nouvelle étape après l’accord de Paris [conclu fin 2015 pour lutter contre le réchauffement] », a scandé le chef de l’Etat car, « Personne ne peut dignement aujourd’hui prétendre lutter contre le terrorisme et pour la paix dans le monde en ne s’attaquant pas au changement climatique, a insisté M. Macron.

 

 

 

 

 

À propos de l'Auteur Namalka Bozari (Tamtam info news)

L’ ALLOCUTION DE MACRON À L’AG DE L’ ONU, APPORTERAIT – ELLE LA LUMIÈRE SUR CERTAINES DÉCISIONS AU NIGER ?

Tamtaminfo - il y a 7 heures 53 min

A la tribune de l’ONU, le mardi 19 septembre 2017, Emmanuel MACRON, Président de la République française disait fixer l’objectif de 0,55% du revenu national pour l’aide publique au développement d’ici cinq (5) ans. Lorsque certains bancs africains avaient applaudi, MACRON a tempéré leurs applaudissements en leur faisant savoir que la France ne pourrait faire davantage. La question principale, ce n’est pas l’argent mais son efficacité.

La France sera au rendez-vous de l’aide publique au développement mais cette aide doit faire l’objet de plus de responsabilité sur le terrain. Que l’aide arrive bien sur le terrain de manière simple et efficace. Le Président français évoque ici la gouvernance dans nos pays qui attendent religieusement cette aide publique au développement.

MACRON parle d’une alliance pour le Sahel dont l’UE, la banque mondiale et le PNUD sont parties prenantes et que la première priorité est d’investir dans l’éducation et la seconde dans la santé en vue d’attaquer les causes profondes de la migration et du terrorisme. D’ailleurs, en février 2018, à Dakar, la France et le Sénégal lanceront ensemble la reconstitution du partenariat mondial pour l’Éducation. Cette aide disait MACRON doit aller, tout en étant évaluée, à la destination bien recherchée.

Ces éléments soulignés par le Président français dans son allocution et la brusque volonté du gouvernement nigérien de rendre effectif le transfert de l’éducation et de la santé à des collectivités territoriales dont les animateurs souffrent de légitimité populaire et n’arrivent pas à assimiler les règles de la bonne gouvernance me laissent perplexe.

Relativement à cette illusion dénommée aide publique au développement, les pays développés avaient pris l’engagement de consacrer 0,7% de leur PIB au développement des pays pauvres. La France n’a consacré que 0,38% en 2016.

MACRON a raison aucun espoir n’est permis quand on ne peut se former et se soigner. L’éducation et la santé ne doivent donc pas être la merci de l’aide publique au développement.

À propos de l'Auteur Elhadji Idi Abdou (Contribution FB)

Editorial : Aux grands maux, les grands remèdes

Tamtaminfo - il y a 7 heures 59 min

«J’ai l’impression qu’il y a une insouciance et une indifférence des responsables locaux, cette insouciance et cette indifférence sont incompréhensibles. J’ai appris qu’hier, nuitamment, des travaux de nettoyage ont été effectués, parce que les autorités locales ont été informées de la présente visite.

Je dois leur dire que ce n’est pas le Président de la République qu’il faut servir, ce sont les populations de Niamey qu’il faut servir. Les autorités locales ne sont pas au service du Président de la République, elles sont au service des citoyens de Niamey. Et pour cela, il faut nettoyer la ville de manière permanente, chaque jour».

C’est le Président de la République, SEM. Issoufou Mahamadou, en personne, excédé et révolté par ce qu’il a vu, lors de sa visite vendredi dernier, à Niamey, qui a prononcé ces mots dans une colère à peine contenue. Il était en colère à juste titre, car, trop c’est trop. Ne nous voilons pas la face, les gens, en l’occurrence nos services municipaux, ne travaillent pas !

À la limite, on peut même penser que certains jouent à saboter les investissements colossaux consentis par l’Etat pour donner à la capitale l’image digne d’une cité vitrine.

En s’arcboutant tout le temps derrière l’éternel manque de moyens, en n’ayant aucune initiative, certains responsables de la capitale, à l’image du comportement de certains de leurs administrés sont responsables de l’état de déliquescence de notre capitale.

Une capitale pourrie, sale, mal entretenue et délaissée, pendant que l’Etat, sous la houlette du Président de la République, investi, des centaines de milliards de FCFA pour rendre la ville de Niamey plus coquette et digne d’un pays renaissant.

«Aujourd’hui, la ville de Niamey étouffe sous les déchets (voir nos reportages photos réalisés hier matin). Il y a des ordures un peu partout, des caniveaux bouchés, ce qui provoque un mauvais drainage des eaux de pluies, des inondations avec effondrement des maisons, des pertes en vies humaines», a indiqué le Président Issoufou. «Depuis 2012, il y a eu près de 30 victimes liées aux inondations. Cela n’est pas acceptable ».

Cela est inacceptable et il faut que ça change. Ce genre de visites doit être permanent et une synergie d’actions s’impose entre les trois Ministères concernés, le Programme Niamey Nyala et les municipalités de Niamey.
Insouciance, indifférence, irresponsabilité et inconscience sont des termes à bannir au niveau de chaque responsable.

Il en est de même du comportement incivique de certains habitants de la capitale. En appelant les citoyens de la ville de Niamey à se soucier de leur cadre de vie, le Président de la République a touché du doigt l’une des plaies béantes de la capitale, l’incivisme et la malpropreté de certains dont les comportements frisent la morale. « Nous sommes tous des croyants et il est dit que la propreté c’est 50 % de la foi. Je lance un appel aux citoyens de Niamey pour qu’ils se ressaisissent, pour qu’ils contribuent à l’assainissement de leur cadre de vie».

C’est dire que si les responsables locaux, les municipalités, les collectivités ont «d’immenses responsabilités» dans l’amélioration du cadre de vie des populations de Niamey, ces dernières doivent aussi se comporter en dignes habitants d’une ville moderne. Les déversements des eaux usées n’importe où et n’importent comment, les soulagements à l’air libre et sur la voie publique, le rejet des déchets partout, etc doivent être bannis et sanctionnés.

Pour chasser les tas d’ordures de nos villes, l’instauration d’actions d’envergure et d’autres opérations périodiques de salubrité ne sera pas de trop. Nous avons idée ici l’organisation d’opérations de salubrité publique au niveau des communes, voire des quartiers. Dans la foulée, pour créer une saine émulation, on pourrait même songer à instaurer un concours de coquetterie entre les communes, et au sein des communes, entre les quartiers.

De même, il faudra un plan de communication pour mener des campagnes de sensibilisation soutenues en direction des citoyens pour l’adoption de comportements favorables, mais également créer les conditions adéquates pour endiguer le phénomène de l’ensablement de nos routes par le pavage des accotements des voies principales.

Toujours est-il qu’aujourd’hui, «l’Etat central a donc pris ses responsabilités, il faut que les autres acteurs aussi prennent leurs responsabilités », et toutes leurs responsabilités. On ne peut faire des omelettes sans casser des œufs.

Face à la déliquescence de la situation, le Chef de l’Etat qui, quiconque le sait, n’est pas du genre à s’énerver à tout-va, est sorti de son mutisme. Aussi, doit-on s’attendre à ce que des mesures idoines soient prises pour amener les autorités municipales à comprendre l’importance de leurs responsabilités et surtout à s’acquitter convenablement des missions qui leur incombent.

J’ai demandé au ministre de l’Intérieur et à toutes les autorités concernées de me faire des propositions urgentes pour améliorer la situation au niveau de la ville de Niamey, pour mieux assainir la ville. Dans les prochains jours, dans les prochaines semaines, nous serons obligés de prendre nos responsabilités », a clairement prévenu le Président Issoufou.

A bons entendeurs….

À propos de l'Auteur Mahamadou Adamou( mahamadou.yaks@yahoo.fr)

Réunion de haut niveau du G Sahel à l’ONU Les pays du G5 veulent du concret, pas des promesses

Tamtaminfo - 19/09/2017

Le Président de la République, Chef de l’Etat, Issoufou Mahamadou poursuit son séjour américain. Hier, dans l’après-midi, en marge de l’Assemblée générale de l’ONU, le Président Issoufou et ses homologues du G5 à l’exception notable du Président tchadien, Idriss Deby Itno, mais en présence du Président français Emmanuel Macron, guinéen Alpha Condé, président en exercice de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat, président de la Commission de l’UA, la cheffe de la diplomatie européenne Federica Mogherini, le Secrétaire général de l’ONU António Guterres et un représentant américain ont tenu une Réunion de haut niveau sur le G5.

La Réunion qui était à 8 clos s’est penchée sur le financement, articulation force G5 et forces de l’Onu, les débats ont porté sur des questions de fond. Cette réunion vise à inciter la communauté internationale à soutenir la force antiterroriste conjointe du G5 Sahel (Mali, Mauritanie, Tchad, Burkina Faso, Niger), dont les premières opérations doivent débuter en octobre mais plus de trois quarts du budget manquent actuellement.

Pour rappel, le coût global prévisionnel du financement de la mise en place de la force G5 Sahel est estimé à 450 millions d’euros. Après une série de rencontres dans le cadre du processus d’opérationnalisation de cette force par les chefs d’Etat de la région au cours de ces derniers jours, il semble qu’on est loin d’atteindre les financements nécessaires pour rendre cette force vraiment opérationnelle.

Ce manque de financement est à combler afin d’éviter au projet de G5 Sahel le destin d’un projet mort-né. Pour rappel, la France, parrain de cette force régionale, s’est engagée à contribuer au financement de celle-ci à hauteur de 8 millions d’euros sous forme de matériel militaire. Chacun des cinq pays de l’organisation s’est engagé à verser 10 millions d’euros, soit un total de 50 millions d’euros. Pour sa part, l’Union Européenne (UE) a décidé de mettre sur la table 50 millions d’euros.

Ainsi, avec ces engagements, on table sur 108 millions d’euros, un montant nettement inférieur aux 450 millions d’euros nécessaires à la réalisation de l’opération.

Le Président de la République, Issoufou Mahamadou s’active donc de toutes ses forces à convaincre la communauté internationale à aider la force du G5 Sahel, car le terrorisme n’a pas de frontières.

Il a souligné l’intérêt du Niger pour la réussite de la mobilisation des ressources. En effet, le Niger est l’un des rares pays qui doit défendre ses frontières sur plusieurs fronts à la fois, le Burkina, le Mali, le Tchad, le Nigeria, la Libye et l’Algérie. L’armée nigérienne, l’une des plus performantes de la sous-région a besoin d’être accompagnée pour faire face à toutes ses responsabilités de défense du territoire et de la lutte contre le terrorisme.

Lors du deuxième sommet sur la sécurité régionale dans le bassin du lac Tchad , le Chef de l’Etat déclarait que « Mon pays, le Niger, engagé sur plusieurs fronts, en l’occurrence au Mali et sur sa frontière libyenne, a dû, pour assurer sa sécurité, mettre en place une opération lourde dans la région de Diffa, dans le sud-est du pays, où nous avons été attaqués, pour la première fois, par BokoHaram au mois de Février 2015.

Toutes ces opérations pèsent lourdement sur nos finances publiques car le Niger a dû multiplier, depuis 2010, par quinze (15) ses investissements militaires. Il consacre désormais plus de 10% de son PIB aux dépenses de défense et de sécurité. Aujourd’hui, le Niger, tout comme le reste des Etats du G Sahel a besoin des ressources additionnelles pour mieux combattre efficacement le terrorisme.

Selon une dépêche de RFI, « Des ressources financières prévisibles et durables », voilà ce qu’ont demandé d’une seule voix les pays du G5. « On ne peut pas envoyer nos militaires risquer leur vie sans savoir si on aura vraiment et durablement les moyens de cette guerre » souligne un diplomate. Selon toujours la même source, les débats d’hier lors de la Réunion de haut niveau consacrée au financement de la force conjointe ont également porté sur l’articulation entre force G5 et forces onusiennes.

La force G5 Sahel pour remplacer la Minusma ?

Peu confiants dans la viabilité d’un financement par une conférence de donateurs, les pays du G5 voudraient bénéficier d’au moins une partie du milliard de dollars annuel attribué à la Minusma. D’autant que la force onusienne, qui n’a pas mandat à lutter contre le terrorisme, a une efficacité limitée dans le maintien de la paix, alors qu’elle est paradoxalement la mission la plus meurtrière de l’ONU. Faut-il donc substituer la force G5 à la Minusma ?

Réorienter une partie des fonds Minusma ?

Ou faire de la force G5 une brigade intégrée de la Minusma ?

C’est ce qui reste à déterminer.

Le Président Issoufou et ses homologues ont plaidé pour une nouvelle résolution de l’ONU, sous chapitre 7, pour obtenir le recours à la force sous mandat onusien. Ils espèrent beaucoup de la France, qui prend la tête du Conseil de sécurité en octobre prochain.

Les pays du G5 veulent du concret, pas des promesses.

À propos de l'Auteur Namalka Bozari (Tamtam Info News)

Cure salée, édition 2017 : Le Premier ministre visite les stands d’exposition et le CSI d’Ingall

Tamtaminfo - 19/09/2017

Les festivités entrant dans le cadre de la célébration de la fête annuelle des éleveurs communément appelée  »Cure Salée » se poursuivent activement à Ingall. Le thème de cette édition 2017 est « Pastoralisme, vecteur de paix au Sahel». Présent à Ingall, le Premier ministre, Chef du Gouvernement, M. Brigi Rafini, après avoir donné le coup d’envoi des manifestations, a effectué plusieurs visites, samedi dernier. C’est ainsi qu’il a visité les stands d’exposition, des CSI et les lieux des audiences foraines.

Accompagné d’une forte délégation comprenant plusieurs membres du gouvernement, des autorités administratives et coutumières locales, les représentants des organisations diplomatiques, le Premier ministre, s’est rendu, samedi dernier, sur le site d’une exposition de produits artisanaux et de l’élevage issus des huit régions du Niger. Le Chef de Gouvernement a par la suite visite le Centre de Santé Intégré Type 2 d’Ingall.

M. Brigi Rafini a positivement apprécié la réhabilitation et l’extension dudit CSI d’Ingall dont les travaux ont couté plus de 99 millions de Francs CFA dans le cadre du Projet d’appui au Développement des Régions du Nord du Niger (PADEL RNN) financé par l’Union Européenne afin d’apporter sa contribution à la mise en œuvre de la Stratégie pour le Développement et la Sécurité dans les zones sahélo sahariennes du Niger (SDS Sahel Niger).

A la fin de sa visite, le Premier Ministre a tenu à encourager le personnel du CSI et a insisté sur l’entretien et l’assainissement des infrastructures. M. Brigi Rafini a enfin rassuré que les équipements, les mobiliers, les matériels d’exploitation et les dispositifs médicaux seront installés dans les plus brefs délais. Le chef du Gouvernement a également visité le site des audiences foraines qui interviennent dans le cadre des manifestations culturelles de la Cure salée Edition 2017.

Ces visites des stands font découvrir au grand public toute la richesse de l’artisanat et de l’élevage nigérien. Le Premier ministre et les membres du gouvernement ont assisté à une séance de vaccination animale par le ministre délégué à l’Elevage Boucha Mohamed.

M. Brigi Rafini a visité tous les stands de l’exposition et a reçu, de la part des hommes et femmes qui les tiennent, d’amples explications sur les produits, et sur leur provenance. Il a échangé avec les artisans et les éleveurs sur la qualité des produits, et les a félicités pour leur contribution au développement du pays. A l’issue de cette visite, le Premier ministre a confié à la presse qu’il a apprécié le travail remarquable que font les artisans et les éleveurs dans tous les domaines.

 »Je découvre, à travers cette exposition, que les artisans et éleveurs ont juste besoin d’un petit soutien, d’un petit accompagnement des pouvoirs publics pour certainement connaître des avancées extraordinaires. En tous cas, je suis très heureux de visiter ces stands », a confié M. Brigi Rafini, qui a également apprécié la richesse des stands.

«Ce n’est pas l’imagination qui manque, ni le travail bien fait. Il suffit d’accompagner, d’encadrer ; et je crois que c’est à ce travail que nous devons nous atteler, et sans regarder ailleurs.cure-sall-2 Nous avons toutes les potentialités ici, toutes les capacités. Il suffit de les promouvoir. Donc, j’encourage tous les artisans et éleveurs de toutes ces régions à continuer dans cette lancée, Notre pays a besoin de tous ces bras valides  », a ajouté le chef du Gouvernement avant d’exhorter les artisans et les éleveurs à persévérer dans leur détermination et leur professionnalisme, à prendre une place prépondérante dans la construction de l’économie nationale.

 »Je crois que ces acteurs peuvent nous aider à asseoir ce qui nous est le plus cher, c’est-à-dire la paix qui d’ailleurs est gage de tout développement », a conclu M. Brigi Rafini.

La soirée culturelle, le défilé des plus belles femmes nomades, le concours de la beauté, la fantasia des chameaux autour du Tendé (tambour touareg) ont été les moments forts de cette Edition de la cure salé 2017.

À propos de l'Auteur Abdou Abdourahmane ONEP/Tahoua

Décès de notre confrère Joseph Seydou Allakaye : La presse nigérienne perd un de ses grands  »baobabs »

Tamtaminfo - 19/09/2017

C’est avec une profonde consternation que la Rédaction de l’ONEP a appris la disparition, vendredi dernier du journaliste Joseph Seydou Allakaye, des suites d’une maladie. L’enterrement a eu lieu, le samedi 16 septembre après-midi au cimetière de Yantala, à Niamey. Il laisse une veuve, des orphelins et des petits-fils. Cité parmi les doyens de la presse nigérienne, Joseph Seydou Allakaye, a fait ses premier pas dans la presse nationale aux années 1960, plus précisément à la Direction de l’Information, éditrice du quotidien « Le Temps du Niger », devenu à partir de 1975  »LE SAHEL ».

Avec l’avènement de la presse privée au Niger, Joe, comme l’appellent ses confrères, prêta sa plume à l’hebdomadaire  »Le Républicain » où il exercera durant plus de deux décennies avant de devenir journaliste indépendant. Un parcours qui fait incontestablement de lui un des grands témoins de l’évolution de la presse nigérienne des indépendances à nos jours.

Parce que naturellement humble et amoureux du métier de journalisme, cet homme qu’on a toujours vu souriant, la pipe à la bouche et la casquette plate vissée à la tête, est toujours resté journaliste de terrain, allant d’un pays à un autre et d’une lointaine localité du Niger à une autre.

Avec la disparition de  »Joe la pipe », c’est un grand vide qui se crée pour les journalistes qui ne pourront plus compter sur les conseils avisés du  »patriarche », sans compter les instants de détente qu’il leur offrait à coups d’anecdotes et surtout de railleries plutôt plaisantes contre ses cousins, les peulh et les kanouri, qu’il ne ratait aucune occasion de prendre dans son viseur pour les égratigner avec enthousiasme.

A sa famille éplorée et à l’ensemble de la grande famille de la presse nationale, la Rédaction de l’ONEP présente ses condoléances les plus attristées. Puisse Dieu lui faire une place dans son Paradis éternel.

Amine.

À propos de l'Auteur Assane Soumana (onep)

 

NIGER/USA/DIASPORA : UN NIGÉRIEN CANDIDAT AUX ÉLECTIONS MUNICIPALES DANS UNE VILLE AMÉRICAINE

Tamtaminfo - 19/09/2017
Un membre de la diaspora nigérienne aux Etats-Unis, M. Mohamed Baki a annoncé Vendredi sa candidature au poste de conseiller municipal de la ville de Greensboro en Caroline du Nord ou vit une importante communauté nigérienne.

« Dans l’optique de mieux intégrer notre pays d’accueil et de continuer à apporter notre participation sociale, économique et intellectuelle afin de mieux nous titulariser dans les communauté dans lesquelles nous vivons,  Baki a décidé de se présenter à un poste politique à la municipalité de Greensboro » a expliqué la porte-parole du bureau de campagne de Mr Mohamed Baki, Madame Amina Tahirou. Dans une correspondance adressée au Conseil des Nigériens aux Etats-Unis (CONUSA) et dont Niger inter a obtenu une copie Madame Amina Tahirou a indiqué que les élections primaires auront lieu le 10 Octobre prochain tandis que le scrutin général est prévu un mois plus tard, le 7 Novembre 2017 précisément.

Réagissant à cette candidature, le président du CONUSA Mr. Seybou Douma appelle tous les nigériens à se mobiliser pour le candidat de la diaspora nigérienne et africaine.  « Je demande instamment à tous nos frères et sœurs nigériens de Greensboro de l’appuyer, de sortir et voter pour lui. Il a besoin du soutien de la communauté nigérienne et de la diaspora africaine en général »a affirmé Mr Douma, estimant qu’au-delà de la personne de Mohamed Bakie, cette candidature montre la voix à suivre pour les futures générations d’immigrés africains qui peuvent postuler à n’importe quel poste, qu’il soit au niveau local, étatique ou fédéral. Sur place à Greensboro même, la communauté nigérienne a décidé de mener campagne de porte à porte pour mobiliser les électeurs en faveur de M. Mohamed Bakie, car dans cette ville du Caroline du Nord, communément appelée « Petit Niamey », beaucoup de nigériens et africains ont élu domicile depuis des années. La candidature de Mohamed Bakie tombe donc à point mené pour permettre à la diaspora africaine de sortir davantage de l’ombre. Toutefois, Mr Mohamed Baki qui veut ratisser large se présente en candidat des pauvres et laisser pour contre, dénonçant l’échec des membres du conseil municipal sortant. « Les membres actuels du conseil municipal ont également échoué à unir nos communautés en s’engageant dans des combats perpétuels et des comportements négatifs non seulement contre eux-mêmes, mais surtout contre nos meilleurs intérêts », déclare -t-il à News and Record, un journal local. Titulaire d’un diplôme en administration des affaires de l’Université de High Point, M. Mohamed Baki a suivi des programmes de troisième cycle à l’Université de Duke et de Boston. À propos de l'Auteur Abdoulaziz Moussa (Niger Inter)

Ouverture de la réunion de haut niveau sur la réforme de l’ONU: le Président Issoufou co-préside avec le Président américain une réunion de haut niveau sur la réforme de l’ONU

Tamtaminfo - 18/09/2017

Le Président de la République, Chef de l’Etat, Issoufou Mahamadou a co-présidé avec le Président américain Donald Trump et le Secrétaire Général de l’ONU, Antonio Guterres, la réunion de haut niveau sur la réforme des Nations Unies .

Pour le président américain Donald Trump, « Au cours des dernières années, les Nations unies n’ont pas atteint leur plein potentiel à cause de la bureaucratie et une mauvaise gestion ». « L’ONU doit se concentrer plus sur les gens et moins sur la bureaucratie », a-t-il insisté.

Une déclaration politique en dix points poussant l’Organisation à se réformer a été adoptée.
Organisée par les Etats-Unis, l’adoption de cette déclaration a recueilli l’assentiment de 126 pays, présents à des niveaux divers (chefs d’Etat, ministres, hauts fonctionnaires) pour écouter le bref discours du président américain.

L’objectif précisé dans la déclaration finale, adoucie à l’endroit du patron de l’ONU, est de rendre « plus efficace et performante » une organisation souvent taxée de lourdeurs administratives coûteuses.

Il faut préciser que 14 pays ont été retenus pour conduire la réforme de l’ONU parmi lesquels, 3 pays africains dont le Niger, dont la politique visionnaire du Président Issoufou Mahamadou est vivement appréciée par la communauté internationale.

À propos de l'Auteur Namalka Bozari Tamtaminfo news.

Forum Mondial sur la Nutrition Infantile (GCNF) au Canada: la Première Dame, Hadjia Aissata Issoufou plaide pour une Nutrition Infantile abondante et de qualité

Tamtaminfo - 18/09/2017

Discours lors de l’allocution de son Excellence à la tribune du Forum.

La Première Dame du Niger, Hadjia Aissata Issoufou a participé au Forum Mondial sur la Nutrition Infantile (GCNF) qui se tient du 17 au 21 Septembre 2017 à Montréal au Canada. Au cours de cette importante rencontre annuelle des décideurs et des experts de l’alimentation et de la nutrition infantile, Hadjia Aissata Issoufou a prononcé une allocution vivement applaudie par les participants.

Elle a en effet, fait une plaidoirie pour sur la Nutrition Infantile, car selon elle, « la question d’alimentation et de nutrition infantile constitue un véritable défi dans notre pays sahélien, le Niger. Aussi, renchérit-elle, « le choix du thème de cette année « Favoriser le développement durable grâce au programme d’alimentation scolaire :

mobiliser le milieu local, régional et international » est très important pour nous. Il cadre parfaitement avec le programme de l’Initiative 3N, les Nigériens Nourrissent les Nigériens, un programme phare du Gouvernement de mon pays,et qui vient d’ailleurs de recevoir le 22 Aout passé, « le Prix Mondial de la Politique de l’Avenir », décerné par la Convention des Nations Unies pour la Lutte contre le Désertification et le World Future Council.

Ce prix est proposé à l’échelle mondiale, pour récompenser les meilleures politiques en matière de sécurité alimentaire et de développement agricole durable. Cela dénote, si besoin est, que l’Initiative 3N, est une stratégie féconde, reconnue au plan mondial pour sa pertinence ». Elle a transmis du haut de la tribune de cette 19ème édition du Forum Mondial, les salutations les plus chaleureuses de mon époux, le Président de la République du Niger, Son Excellence Monsieur lssoufou Mahamadou, qui m’a encouragée à prendre part à ce forum.

Moment de complicité avec Gene White Présidente de Global Child Nutrition Foundation.

Pour la Présidente de la Fondation Guri Vie Meilleure, une Fondation qui met l’accent entre autres, sur l’alimentation scolaire, ce Forum mondial vient à point nommé et cela d’autant plus que s’agissant de l’alimentation scolaire, la Première Dame Hadjia Aissata Issoufou a au cours de la célébration du 7ème édition du prix de l’Excellence et du Mérite réaffirmé que l’amélioration de la qualité de l’éducation passe par une bonne alimentation.

Raison pour laquelle, elle a annoncé, le nouveau plaidoyer de sa fondation pour cette année qui va mettre l’accent sur l’alimentation scolaire. « Dans la perspective de la mise en œuvre du Programme National des cantines scolaires, elle avait lancé un vibrant appel à tous les Partenaires de l’Education afin de soutenir le Gouvernement dans ses efforts de mobilisation des ressources nécessaires à la généralisation de ce programme , gage non seulement d’une bonne réussite scolaire mais aussi d’une meilleure fréquentation scolaire des enfants ruraux ».

Pour revenir à son important discours de Montréal, la Première Dame Hadjia Aissata Issoufou a précisé aux sommités présentes qu’ « au Niger, dans les zones nomades et les zones à habitats dispersés, le problème de scolarisation se pose du fait de la mobilité des populations, de leur répartition géographique, et de l’insécurité alimentaire qui y sévit. Pour faire face à ce problème, le Gouvernement, avec l’appui de ses partenaires, a pris des dispositions dont la création des cantines scolaires.

Ainsi, les cantines scolaires, en fournissant des repas chauds et équilibrés aux enfants, visent à améliorer les taux de fréquentation, de rétention, et à lutter contre les carences nutritionnelles chez les élèves ».

Evoquant le financement de programme, la Première Dame Hadjia Aissata Issoufou a indiqué que « Le programme de l’alimentation scolaire actuellement en cours d’exécution au Niger, est cofinancé principalement par le Programme Alimentaire Mondial(PAM) et le Gouvernement Nigérien et couvre environ 12% des écoles primaires.

Mon pays se réjouit de cette franche collaboration qu’il entretient avec le Programme Alimentaire Mondial et apprécie positivement tous les efforts combien importants qu’il ne cesse d’apporter au Niger en général et au secteur de l’éducation en particulier. Une des actions innovantes, mise en œuvre au Niger, est le Programme Intégré de la Résilience, qui est développé autour des cantines scolaires.

Au-delà de l’école, ce programme lié à la production locale, a un impact majeur sur les communautés car il contribue à améliorer leurs conditions de vie. Nous pouvons ainsi affirmer que l’alimentation scolaire fait partie des solutions de développement de nos pays à travers l’impact sur l’éducation, l’agriculture et la santé. C’est pourquoi, le Niger à travers le Ministère de l’Enseignement Primaire a mené depuis ces dernières années un plaidoyer constant, pour sensibiliser tous les acteurs de développement tant au niveau national qu’international.

La question d’alimentation scolaire liée à la production locale, mérite ainsi tout notre intérêt et des efforts supplémentaires de mobilisation des ressources doivent être consentis ». La Première Dame Hadjia Aissata Issoufou, fortement convaincue, de la noble cause que constituent la question d’alimentation scolaire et son financement, s’est engagée devant les participants au Forum de s’investir pleinement.

« C’est, affirme t-elle, un devoir pour moi d’être présente parmi vous aujourd’hui. Je prends l’engagement à mon niveau, de porter ce plaidoyer et d’utiliser tous les moyens et réseaux dont nous disposons, pour sensibiliser et obtenir l’adhésion de tous les principaux partenaires.

Je me réjouis de l’engagement de tous les pays participant à cette conférence, pour cette noble cause d’alimentation scolaire. Je salue particulièrement l’engagement de l’Union Africaine représenté ici par le Commissaire Martial Paul Ikounga, qui s’est personnellement investi pour l’adoption de la Résolution visant à l’institution d’une Journée Africaine de l’Alimentation Scolaire dont la 1ere Edition a été célébrée dans mon pays, le Niger, le 1er Mars 2016 à Niamey.

Je félicite le Centre d’Excellence de lutte contre la Faim, et la Fondation Global Child Nutrition, pour tous les efforts qu’ils déploient dans le cadre de la coopération Sud-Sud.

Je les exhorte à aller de l’avant pour l’atteinte de « l’objectif faim zéro » dans le monde ». Elle a enfin lancé un vibrant appel à tous nos partenaires pour un accompagnement conséquent des programmes d’alimentation scolaire et de nutrition infantile.

Audience avec l’honorable Jean Claude Poisson, Député provincial et Secrétaire parlementaire du Ministère de l’Agriculture, de l’agro-alimentaire du Gouvernement du Canada. Audience en présence de l’honorable Députée Mariama Elhadji Ibrahim et du Représentant du PAM au Niger (à gauche).

1ère Dame Hadjia Aïssata Issoufou invitée d’honneur du Forum Mondial sur la Nutrition Infantile.

À propos de l'Auteur Namalka Bozari (Tamtam Info News)

Aide aux victimes des inondations à Gabagoura L’association Hourera charity en appelle à la générosité et à la charité des Nigériens

Tamtaminfo - 18/09/2017

Pour aider les victimes des inondations à Gabagoura, l’association Hourera charity qui veut dire compagnon en arabe (Abou Hureirah) a décidé de mener une action caritative à cet égard. L’idée est de les soutenir au mieux à travers des dons de première nécessité, un bilan de santé par des infirmières volontaires et autres corps médicaux et déblayer la zone pour éviter toute infection.

Cette ONG qui a pour objectifs de faire des aides médicales et éducatives en Afrique de l’Ouest a mené déjà plusieurs actions de cette envergure à Lagos au Nigeria. Aujourd’hui, elle a senti le devoir de le faire pour le Niger. Aussi pour le grand évènement prévu le 21 octobre prochain, l’ONG va collecter des dons et cherche des volontaires pour cette action noble.

Ainsi, les dons (financiers ou matériels) seront stockés à la Francophonie. 5 groupes ont été constitués à cet effet. Groupe A : ceux qui veulent faire des dons de nourriture : riz, féculents, lait, sucre,… Groupe B : ceux qui veulent amener des dons matériels ou médicaux genre : moustiquaires, insecticides, draps, jouets, habits, chaussures…

Groupe C : qui vont s’occuper de trouver et louer des camions pour déblayer la zone ou amener des pelles .. et aussi venir avec sa voiture le 21 octobre pour le transport des dons Groupe D: apport financiers et le comité fera l’achat directement Groupe E : Trouver des sponsors (votre entreprise ou autres) qui sont prêt à financer l’achat de dons. Merci de contacter Dudu +227 92 76 76 59 ou Boubacar+227 99 98 54 79 ou Saratou +227 99 04 87 28 ou Tatou+227 90 43 32 67 pour tous vos dons.

Il n’y a pas de gestes négligeables. Notons que cette association a été créée par Fatoumata Doro , Nigérienne d’origine et travaillant actuellement comme directrice marketing Afrique basée au Nigeria.

Mali : 9ème réunion de la commission tripartite Mali-Niger-UNHCR ... - Mali Actu

Google Actualités - 18/09/2017

Mali Actu

Mali : 9ème réunion de la commission tripartite Mali-Niger-UNHCR ...
Mali Actu
C'est ce jeudi 14 septembre 2017 à l'hôtel Salam de Bamako que la 9ème réunion de la commission tripartite Mali-Niger-UNHCR s'est tenue. Cette réunion dont l'objectif était d'apporter des innovations nécessaires au plan de travail élaboré lors de la ...

Le Sawaba : le désir de calme - Libération

Google Actualités - 18/09/2017

Le Sawaba : le désir de calme
Libération
Du fait de sa base formée du « petit peuple », ce n'était pas un parti circonscrit régionalement mais qui s'étendait à tout le territoire du Niger avec des fiefs dans toutes les villes. Les liens que maintenaient les urbains avec leur village ...

Niger : début du festival annuel des éleveurs ou "Cure salée" à ... - Centre d'Informations Internet de Chine

Google Actualités - 17/09/2017

Niger : début du festival annuel des éleveurs ou "Cure salée" à ...
Centre d'Informations Internet de Chine
Les festivités de l'édition 2017 de la fête annuelle des éleveurs du Niger, et même des pays voisins, communément appelée "Cure salée", ont débuté samedi après-midi à Ingall, 130 km à l'ouest d'Agadez (nord du Niger), sous le haut patronage du premier ...

Le Nigeria exprime sa compassion au Niger, suite à la mort de 36 ... - Niamey et les 2 jours

Google Actualités - 17/09/2017

Niamey et les 2 jours

Le Nigeria exprime sa compassion au Niger, suite à la mort de 36 ...
Niamey et les 2 jours
Il s'agit du gouverneur de l'Etat de Kebbi (Nigeria), le Sénateur Abubakar Attiku Bagudu (photo), à la tête d'une délégation, venu présenter les condoléances du Gouvernement nigérian, au peuple et au Gouvernement du Niger, suite au naufrage samedi ...

La 4ème édition du Festival international de danse « Rue Dance ... - Niamey et les 2 jours

Google Actualités - 17/09/2017

Niamey et les 2 jours

La 4ème édition du Festival international de danse « Rue Dance ...
Niamey et les 2 jours
(Niamey et les 2 jours) - La 4ème édition du Festival international de danse « Rue Dance Niger» a débuté mercredi dernier à Niamey bat son plein. Le festival «Rue Dance Niger» est une occasion pour les jeunes d'exprimer leurs talents dans la danse tout ...

Coupe Ufoa 2017 : Règlement de comptes entre la Côte d'Ivoire et ... - Linfodrome.ci

Google Actualités - 17/09/2017

Linfodrome.ci

Coupe Ufoa 2017 : Règlement de comptes entre la Côte d'Ivoire et ...
Linfodrome.ci
Les Eléphants de Côte d'Ivoire affrontent le Mena du Niger, le dimanche 17 septembre 2017, lors de la deuxième journée de la poule B. Un match de feu, eu égard aux incidents survenus, lors du dernier match des éliminatoires du Chan, remporté (1-0) par ...
Tournoi de l'UFOA : Le Sénégal s'incline face au Niger (1-2)SeneNews - Actualité au Sénégal
Tournoi UFOA : Le Sénégal et la Côte d'ivoire recalés par le Niger et ...AP Sénégalaise
Coupe Ufoa : Le Sénégal rencontre le Niger à 15 heuresLe Soleil
foot221 -Pressafrik -Le Matinal
42 autres articles »

LA PHOTO. Niger: Niamey à nouveau sous les eaux - Franceinfo

Google Actualités - 17/09/2017

Franceinfo

LA PHOTO. Niger: Niamey à nouveau sous les eaux
Franceinfo
Des pluies diluviennes frappent le Niger depuis juin 2017. Elles ont engendré de graves inondations, alourdies par la crue du fleuve Niger. Les chiffres du dernier bilan de l'ONU sont accablants. 54 personnes sont mortes et 185.000 autres sinistrées.

Niger : soupçons de survalorisation du site d’Imouraren dans les comptes d’Areva

Actuniger Société - 28/06/2017

Le groupe nucléaire français Areva pourrait être prochainement visé par une nouvelle enquête préliminaire, au sujet de la valorisation du site d'Imouraren dans ses comptes 2016, a révélé le Journal du dimanche, dimanche 25 juin.

COMMENT NIAMEY RÉSISTE AUX CHOCS

Actuniger Politique - 28/06/2017

«Malgré un voisin nigérian en crise, une croissance mondiale faible, une situation sécuritaire difficile et des désordres climatiques fréquents, le Niger ne s’en sort pas trop mal », constate Arthur Minsat, chef du bureau Afrique du Centre de développement de l’Organisation de coopération et de développement économiques(OCDE).

Syndiquer le contenu