Informations en continu

Communiqué du conseil des ministres du lundi 17 septembre 2018

Tamtaminfo - il y a 2 heures 1 min

Le Conseil des Ministres s’est réuni ce jour,  lundi 17 septembre 2018, dans la salle habituelle des délibérations, sous la présidence de Son Excellence, Monsieur ISSOUFOU MAHAMADOU, Président de la République, Président du Conseil des Ministres.  Après examen des points inscrits à son ordre du jour, le Conseil a pris les décisions suivantes :

I. AU TITRE DE LA PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE.

Le Conseil des Ministres a examiné et adopté les projets de textes ci-après :

1.1. Projet de décret modifiant et complétant le décret n° 2016-055/PRN du 26 janvier 2016, portant création, attributions, organisation et fonctionnement de l’Agence Nationale pour l’Organisation de la Conférence de l’Union Africaine, Niger 2019.

A l’occasion de la 25ème session ordinaire de la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’Union Africaine, le Niger a été retenu pour abriter en 2019 à Niamey, la 33ème session de ladite Conférence.

Afin de bien préparer l’événement, une Agence a été créée en 2016, avec comme missions, la préparation, l’organisation et la coordination des activités liées à la tenue de la Conférence.

Cependant, pour permettre à l’Agence de satisfaire convenablement les objectifs qui lui sont assignés, il est apparu nécessaire de revoir le cadre juridique et organisationnel de cette structure en la dotant notamment d’instruments relatifs à la passation des marchés publics.

La présente modification, intervient pour prendre en charge cette préoccupation.

1.2. Projet de décret accordant une dérogation spéciale à l’Agence Nationale pour l’Organisation de la Conférence de l’Union Africaine, Niger 2019 sur les procédures de passation des marchés publics de travaux, de fournitures et de services.

Le présent projet de décret a pour objet d’accorder une dérogation spéciale à l’Agence Nationale pour l’organisation de la Conférence de l’Union Africaine, Niger 2019, sur les procédures de passation des marchés publics de travaux, de fournitures et de services.

En effet, les procédures ordinaires d’appel d’offres en vigueur ne permettent pas de réaliser les travaux prévus dans le cadre de l’organisation de cette conférence qui se tiendra à Niamey en juin 2019 du fait qu’elles imposent le respect des délais souvent trop longs pour la mise en concurrence des candidats prestataires. A environ huit (8) mois de la tenue de cet événement et pour permettre l’atteinte des objectifs fixés à l’Agence chargée de l’organisation de cette conférence, il est apparu indispensable d’envisager un mécanisme plus approprié.

C’est dans ce but et compte tenu de l’extrême urgence que le présent projet de décret est pris pour accorder une dérogation spéciale à l’Agence Nationale pour l’Organisation de la Conférence de l’Union Africaine dans le processus de passation des marchés publics.

II. AU TITRE DU MINISTERE de l’IntErieur, de la SEcuritE Publique, de la DEcentralisation et des Affaires CoutumiEres et Religieuses.

Le Conseil des Ministres a examiné et adopté les projets de textes ci-après :

2.1. Projet d’ordonnance portant prorogation de l’état d’urgence dans la Région de Diffa.

L’avènement de la secte Boko Haram dans la région de Diffa et ses activités terroristes ont amené l’Etat à recourir aux mesures d’exception prévues par la Constitution du 25 novembre 2010 et la loi n° 98-24 du 11 août 1998 portant règlementation de l’état d’urgence.

C’est donc, en application de ces textes que l’état d’urgence a été proclamé dans la Région de Diffa pour la première fois par décret n° 2015-073/PRN/PM/MDN/MISPD/ACR/MJ du 10 février 2015. Depuis lors, l’état d’urgence a été prorogé tous les trois (03) mois.

La situation sécuritaire dans cette région demeurant toujours fragile, le présent projet d’ordonnance est pris pour proroger à nouveau l’état d’urgence pour une nouvelle période de trois (03) mois, à compter du 18 septembre 2018.

2.2. Projet d’ordonnance portant prorogation de l’état d’urgence dans les Régions de Tillabéry (Départements de Ouallam, d’Ayorou, de Bankilaré, d’Abala et de Banibangou) et de Tahoua (Départements de Tassara et de Tillia).

Les évènements survenus en Libye ont entrainé l’occupation d’une partie du territoire septentrional de la République du Mali par des groupes terroristes dont les agissements affectent notre pays, notamment dans les régions de Tillabéry et de Tahoua.

Cette situation a conduit depuis mars 2017, à la proclamation de l’état d’urgence et sa reconduction à plusieurs reprises dans cette partie du territoire national.

Face à la persistance des menaces terroristes dans ces deux régions, le présent projet d’ordonnance est pris pour proroger à nouveau cette mesure pour une nouvelle période de trois (03) mois, à compter du 18 septembre 2018.

Ces deux (2) projets d’ordonnances ont été pris en application de l’article 106 de la Constitution et conformément à la loi n° 2018-41 du 05 juin 2018 habilitant le Gouvernement à prendre des ordonnances, pendant l’intersession parlementaire et ce, après avis de la Cour Constitutionnelle.

III. AU TITRE DU MinistEre DES FINANCES.

Le Conseil des Ministres a examiné et adopté le projet de loi portant loi de finances pour l’année budgétaire 2019.

Le projet de loi de finances pour l’année budgétaire 2019, intervient dans un contexte marqué par des perspectives favorables pour notre économie, la mise en œuvre de plusieurs réformes notamment dans le domaine des finances publiques dont celle relative au budget programme, mais également par des préoccupations majeures marquées par la persistance des menaces sécuritaires, la baisse des prix des matières premières, le changement climatique et une démographie galopante.

Il a été élaboré en application de la méthode de budgétisation par programme, conformément à la loi n° 2012-09 du 26 mars 2012, portant loi organique relative aux lois de finances.

Il est bâti sur le Programme de Renaissance II et les priorités et choix stratégiques définis par le Gouvernement, notamment le Plan de Développement Economique et social (PDES 2017-2021) et le Programme Economique et Financier (PEF 2017-2020).

Le projet de loi de finances pour l’année budgétaire 2019, a arrêté le budget général de l’Etat au titre de l’année 2019, en recettes et en dépenses à un montant de deux mille cinquante virgule soixante-seize (2.050,76) milliards de francs CFA, contre mille neuf cent soixante onze virgule quatre-vingt dix-sept (1.971, 97) milliards en 2018, soit une augmentation de soixante dix-huit virgule soixante dix-neuf (78,79) milliards de francs CFA, correspondant à 4% en valeur relative.

Le présent projet de loi sera transmis à l’Assemblée Nationale pour adoption.

Le Conseil des Ministres a tenu à féliciter le Ministre des Finances et le Ministre Délégué auprès du Ministre des Finances, chargé du Budget ainsi que leur équipe, pour l’efficacité et la rigueur dont ils ont fait montre aussi bien dans l’exécution du budget 2018 que dans le processus de l’élaboration du projet de loi de finances 2019.

IV. AU TITRE DU MinistEre des Affaires EtrangEres, de la CoopEration, de l’IntEgration Africaine et des NigEriens A l’ExtErieur.

Le Conseil des Ministres a examiné et adopté les projets de textes ci-après :

4.1. Projet d’ordonnance autorisant la ratification de l’Accord de financement d’Emploi des jeunes et d’inclusion productive n°3350-NE d’un montant équivalent à vingt millions sept cent mille Droits de Tirage Spéciaux (20 700 000 DTS), signé le 28 juin 2018 à Niamey, entre la République du Niger et l’Association Internationale de Développement (AID), pour accroître les activités génératrices de revenus pour les jeunes dans certaines régions de la République du Niger.

L’Accord de financement objet du présent projet d’ordonnance de ratification a pour objectif d’accroitre les activités génératrices de revenus pour les jeunes dans certaines régions de la République du Niger.

Il sera mis en œuvre à travers trois (03) composantes à savoir, l’inclusion productive des jeunes dans les zones rurales, l’insertion des jeunes dans des activités sectionnées en zones semi-urbaines ainsi que le soutien institutionnel et la gestion de projet.

4.2. Projet d’ordonnance autorisant la ratification de l’Accord de financement n° IDA-NE d’un montant équivalent à trente-quatre millions quatre cent mille Droits de Tirage Spéciaux (34 400 000 DTS), signé le 28 juin 2018 à Niamey entre la République du Niger et l’Association Internationale de Développement (AID), pour le financement du Projet Développement des Compétences pour la Croissance.

L’Accord de financement objet du présent projet d’ordonnance de ratification a pour objectif d’améliorer l’efficacité de la formation technique à court terme et des programmes d’apprentissage dans les secteurs prioritaires.

Le projet financé par l’accord sera mis en œuvre à travers trois (03) composantes, qui sont : l’amélioration de l’efficacité de la formation, le renforcement des programmes de développement des compétences et d’apprentissage à court terme et le renforcement des capacités institutionnelles et le suivi-évaluation.

4.3. Projet d’ordonnance autorisant la ratification de la Convention sur la répression des actes illicites dirigés contre l’aviation civile internationale, adoptée en marge de la Conférence internationale de droit aérien, tenue du 30 août au 10 septembre 2010 à Beijing (République Populaire de Chine), sous les auspices de l’Organisation de l’Aviation Civile Internationale (OACI).

L’adoption de la Convention objet du présent projet d’ordonnance, fait suite aux préoccupations des Etats membres, relatives aux actes illicites dirigés contre l’aviation civile qui compromettent la sécurité et la sûreté des personnes et des biens, entravent sérieusement l’exploitation des services aériens, des aéroports et de la navigation aérienne et minent la confiance dans la conduite sûre et ordonnée de l’aviation civile.

L’objectif de cette Convention est de renforcer, dans les meilleurs délais, le cadre juridique de la coopération internationale en vue de prévenir et de réprimer par des peines sévères ces actes illicites.

4.4. Projet d’ordonnance autorisant la ratification de l’Accord de prêt n°2018043/PR NG 2018 20 00, d’un montant équivalent à dix milliards(10 000 000 000 FCFA) de francs CFA, signé le 31 juillet 2018 à Lomé (République du Togo), entre la République du Niger et la Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD), pour le financement partiel du Projet d’aménagement et du bitumage de la voirie urbaine de Zinder : réhabilitation de la section urbaine de la RN11 en République du Niger.

L’objectif global de l’Accord de prêt, objet du présent projet d’ordonnance de ratification est de contribuer à l’amélioration du cadre de vie des populations et des conditions de transport dans la ville de Zinder.

Il permettra de financer l’aménagement et le bitumage de deux (02) voies traversant la ville de Zinder sur une longueur de 8,43 Km.

Ces quatre (4) projets d’ordonnances ont été pris en application des articles 106 et 169 de la Constitution et conformément à la loi n° 2018-41 du 05 juin 2018 habilitant le Gouvernement à prendre des ordonnances, pendant l’intersession parlementaire et ce, après avis de la Cour Constitutionnelle.

V. AU TITRE DU MinistEre DE l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation.

Le Conseil des Ministres a examiné et adopté le projet de décret modifiant et complétant le décret n° 2013-456/PRN/MES/RI du 1er novembre 2013, portant organisation du Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, modifié et complété par le décret n° 2016-348/PRN/MESR/I du 08 juillet 2016.

L’accroissement du nombre d’étudiants et la création de nouvelles universités publiques, ont fait apparaitre beaucoup d’insuffisances quant à l’encadrement des inscriptions, l’orientation et le suivi du parcours académique des étudiants.

Le présent projet de décret a pour objet de modifier l’organisation du Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, pour créer au sein de la Direction Générale des Enseignements, une Direction de l’Orientation et du Suivi du Cursus des Etudiants (DOSCE).

Cette nouvelle Direction sera chargée notamment de la coordination et de la supervision des questions relatives à l’orientation, à l’inscription et au Suivi du Cursus des Etudiants.

VI. MESURES NOMINATIVES.

Le Conseil des Ministres a examiné et adopté les mesures individuelles suivantes :

AU TITRE DU CABINET DU PREMIER MINISTRE.

· Monsieur Hachimou Hassane, est nommé directeur général de l’Autorité de Régulation, de la Communication Electronique et des Postes.

AU TITRE DU MINISTERE DE L’EQUIPEMENT.

· Madame Adjara Toyé Kiépin Idrissa, ingénieur d’état en génie civil, Mle 136272/R, est nommée directrice des études techniques à la direction générale des routes rurales, au Ministère de l’Equipement, en remplacement de Monsieur Awaly Gouzayé appelé à d’autres fonctions.

· Monsieur Matianga Boubacar, ingénieur général des travaux publics et Mines, Mle 59983/A, est nommé directeur des travaux des routes rurales, à la direction générale des routes rurales, au Ministère de l’Equipement, en remplacement de Monsieur Dourhamane Mounkaïla appelé à d’autres fonctions.

· Monsieur Faran Maïga Oumarou, enseignant-chercheur, Mle 04335, est nommé président du conseil d’administration du Centre de Perfectionnement des Travaux Publics (CPTP), au Ministère de l’Equipement.

AU TITRE DU MINISTERE DU TOURISME ET DE L’ARTISANAT.

· Madame Habou Barimo Nafissatou, chef de division d’administration générale, est nommée directrice des marchés publics et des délégations de service public, au Ministère du Tourisme et de l’Artisanat.

AU TITRE DU MINISTERE DE L’ENSEIGNEMENT PRIMAIRE, DE L’ALPHABETISATION, DE LA PROMOTION DES LANGUES NATIONALES ET DE L’EDUCATION CIVIQUE.

· Monsieur Kassoum Tamou, inspecteur de l’enseignement primaire, Mle 55425/H, est nommé inspecteur des services en remplacement de Mme Magagi Fatoumata Della Boubacar.

· Monsieur Sani Kané, inspecteur de l’enseignement primaire, Mle 53323/J, est nommé inspecteur des services.

· Monsieur Issa Ali Willy, inspecteur de l’enseignement primaire, Mle 32610/Y, est nommé directeur général de la promotion de la qualité et de la normalisation.

· Monsieur Salhatou Issiakou Boubou, ingénieur génie civil et ressources en eau, Mle 87368/K, est nommé directeur des infrastructures et équipements scolaires (DIES).

· Monsieur Mahamane Tassiou Aboubakar, inspecteur de l’enseignement franco arabe, Mle 77442/L, est nommé directeur de l’enseignement du cycle primaire franco-arabe.

· Madame Abdourahamane Adama Mamane Brah, inspectrice de l’enseignement primaire, Mle 65389/N, est nommée directrice générale de l’Ecole normale de Niamey.

AU TITRE DU MINISTERE DE LA FONCTION PUBLIQUE ET DE LA REFORME ADMINISTRATIVE.

· Monsieur Hamidou Doudou, ingénieur statisticien économiste, Mle 89170/M, est nommé inspecteur des services.

· Monsieur Djibdji Moumouni, directeur administratif, Mle 56851/L, est nommé directeur de la modernisation de l’administration publique et de la réforme administrative.

· Monsieur Soumana Hassane, ingénieur des travaux statistiques, Mle 62420/U, est nommé directeur des études et de la programmation.

AU TITRE DU MINISTERE CHARGE DES RELATIONS AVEC LES INSTITUTIONS.

· Monsieur Mounkaïla Ibrahim, représentant de l’Union des Scolaires Nigériens (USN), est nommé membre du Conseil Economique, Social et Culturel (CESOC), en remplacement de Monsieur Soumana Sambo Housseini.

AU TITRE DU MINISTERE DES TRANSPORTS.

· Madame Roua Aïchatou Belko, directeur administratif, 63216/Y, est nommée inspectrice générale des services.

· Monsieur Sani Amadou, ingénieur général des travaux publics et des mines, Mle 50585/G, est nommé inspecteur des services.

· Monsieur Mounkaïla Daouda, ingénieur principal des travaux publics et mines, Mle 60679/M, est nommé inspecteur des services.

· Madame Tahirou Niandou Samira, directeur administratif, Mle 116833/Z, est nommée inspectrice des services.

· Monsieur Hassane Sadou, directeur administratif, Mle 126137/R, est nommé conseiller technique du Ministre des Transports.

AU TITRE DU MINISTERE DE LA DEFENSE NATIONALE.

· Le dentiste-colonel-major Ibrahim Moussa Wonkoye, Mle OA/SM, est nommé inspecteur des services à l’Inspection Générale des Services, au Ministère de la Défense Nationale.

AU TITRE DU MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES, DE LA COOPERATION, DE L’INTEGRATION AFRICAINE ET DES NIGERIENS A L’EXTERIEUR

· Monsieur Léko Ado, conseiller des affaires étrangères, Mle 57756, est nommé ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République du Niger en Inde.

AU TITRE DU MINISTERE DE L’ENERGIE.

· Madame Mohamed Sidikou Ramatou, est nommée directrice de Cabinet de la Ministre de l’Energie.

AU TITRE DU MINISTERE DE LA JUSTICE.

· Monsieur Bio Adamou, administrateur des assurances, Mle 63625/S, est nommé secrétaire général de l’Agence Centrale de Gestion des Saisies, des Confiscations, des Gels et des Recouvrements d’Avoirs (ACGSCGRA).

AU TITRE DU MINISTERE DES ENSEIGNEMENTS PROFESSIONNELS ET TECHNIQUES.

· Monsieur Saidou Moussa Bagobiri, chargé d’enseignement à la retraite, est nommé président du conseil d’administration du service national de participation, en remplacement de Monsieur Moumouni Mamoudou appelé à d’autres fonctions.

AU TITRE DU MINISTERE DES FINANCES.

· Monsieur Amadou Maman Djimrao, inspecteur principal des douanes, Mle 60552/P, est nommé directeur d’audit et de contrôle interne à la Direction Générale des Douanes.

· Madame Nouhou Mourjanatou, inspectrice principale du trésor, Mle 64175/P, est nommée directrice de l’ordonnancement, de la vérification et de l’apurement à la Direction Générale du Budget.

· Madame Miginyaoua Aïssa Manzo, directeur administratif, Mle 53191, est nommée directrice des études, de la planification et des statistiques fiscales, à la Direction Générale des impôts.

· Monsieur Ali Inoussa, inspecteur principal des contributions diverses, Mle 69920/B, est nommé directeur de la comptabilité, à la Direction Générale des Impôts.

· Monsieur Malam Saley Abdourahamane, inspecteur principal des impôts, Mle 66338, est nommé chef du département des poursuites et des recouvrements à l’Agence Judiciaire de l’Etat, en remplacement de Monsieur Saidou Boubacar.

AU TITRE DU MINISTERE DE LA COMMUNICATION.

· Madame Sani Koubra Abdoulaye, cadre de banque, est nommée directrice de l’Agence Nigérienne de Diffusion.

VII. Communications.

Le Conseil des Ministres a entendu plusieurs communications :

ü une (1) communication du Ministre de la Santé Publique relative à l’attribution d’un marché relatif aux travaux de finalisation du Centre National de Lutte contre le Cancer de Niamey lot 1 relatif à l’achèvement des travaux de construction du bunker à cobalt et de la finalisation de celui devant abriter l’accélérateur des particules.

Cette communication est faite à titre d’information en application de l’Arrêté n° 00139/CAB/PM/ARMP du 24 juillet 2017 fixant les seuils dans le cadre de la passation des marchés publics, qui stipule en son article 11 que « tout marché public dont le montant est égal ou supérieur à cinq cent millions (500.000.000) de francs CFA, hors taxes sur la valeur ajoutée, doit faire l’objet d’une communication en Conseil des Ministres de la part de la personne responsable du marché, après approbation ».

ü une (1) communication de la Ministre de la Promotion de la Femme et de la Protection de l’Enfant sur le projet « 50 millions de femmes ont la parole ».

ü une (1) communication conjointe du Ministre des Mines et du Ministre du Pétrole relative à la candidature du Niger à l’organisation de la troisième Edition (ECOMOF 2020).

ü une (1) communication de la Ministre du Plan sur le niveau de l’Indice de Développement Humain (IDH) 2017 du Niger publié par le PNUD.

L’ordre du jour étant épuisé, Son Excellence Monsieur le Président de la République a levé la séance.

Fait à Niamey, le 17 septembre 2018

À propos de l'Auteur Le Secrétaire Général du Gouvernement ABDOU DANGALADIMA

Vers une dislocation du Front hama Amadou-mme bayard et intinicar…

Tamtaminfo - il y a 2 heures 7 min

S’il y a un truc à la mode dans les rangs des partis de l’opposition politique, c’est bien cette histoire de fronts. Presque à la limite de la rivalité les différents fronts de l’opposition sont pourtant de la même étoffe. Animés par des leaders Prétentieux et vaniteux, les fronts de l’opposition disent poursuivre ainsi qu’ils le chantent l’alternance politique. Ne leur demandez pas un programme politique. Ils n’en ont pas du tout. La seule chose qui semble les unir est l’adversité commune qu’ils vouent au régime de la 7ème République et son président Issoufou Mahamadou. S’il est vrai que le but poursuivi par toute formation politique est de conquérir coûte que coûte le pouvoir d’Etat. Avec ou sans programme politique. Qu’importe alors….

Le virus de la division et de grosses altercations d’intérêts !

Dans le petit clan des mécontents, de petites ou moyennes formations politiques du front dénommé FOI. Il est composé bien entendu du Moden Lumana Africa, de RACIN Hadin Kaye de madame Bayard Gamatié ou encore de Alkal Kassa du jeune Mohamed Intinicar. Les mécontents de ce front en sont donc les plus petites. Quoi qu’il soit plus juste de dire à leur propos qu’il s’agit de nouvelles formations politiques de notre paysage national. Ce sont elles, qui ont l’impression de s’investir pour autrui. De rouler pour les intérêts d’une soit- disant grande formation politique, le Moden Lumana de Hama Amadou.

Toutes les réunions et toutes les initiatives doivent provenir des rangs du Lumana, si non elles ne sont pas les bienvenues ont-ils constaté depuis quelques temps. De même, ces partis disent être en combinaison avec Hama Amadou, mais ne comprennent pas pourquoi celui-ci compose sans eux. Ce fut notamment le cas lors de la fameuse rencontre de Cotonou les mois derniers ou les leaders des partis du FOI disent n’avoir jamais été conviés. Etant donné ce fait précis et d’autres qu’ils n’ont pas oublié, les responsables de certains partis tel Akal Kassa de Mohamed Intinicar ont décidé d’agir. En mot, ils ont commencé à demander à leur militants et militantes de se mettre en retrait de toutes les activités qui pilote le Moden Lumana de Hama Amadou. Un petit jeu de fronde, vous l’imaginez bien ! Il n’a suffi que de cela pour que le Secrétaire Général du Lumana Sani Mallam Mamane contre attaque à sa manière.

Il l’a fait sur les réseaux sociaux en demandant à tous les militants sincères du Moden de couper leurs lignes de connexion d’avec le numéro d’Intinicar, histoire de ne plus le prendre au sérieux. Le jeune président d’Akal Kassa n’a-t-il pas le droit de communiquer avec les siens ? Pourquoi ceux du Lumana doivent-ils se mêler aux affaires des autres formations politiques même en alliance avec eux ?

L’inévitable clash en perspective!

Si dans le cas du FOI, les divergences viennent des modes d’action, il n’en est pas pareil au sein du FRDDR. En effet, les choses y semblent plus tranchées en termes de règlement de comptes. Le choix par exemple du chef de file du front, fait jaser et risque même de diviser les rangs. En effet, tout est parti de la désignation il y a juste une semaine du président de l’UDR-Tabat comme chef de file du FRDDR. Cissé avait choisi en raison de sa détermination dans le combat politique dans lequel, il ne recule jamais, selon leurs dires.

Toutefois, Cissé et son parti ne pèse pas trop lourd dans la balance du front. Après mure réflexion, la direction du Front a été retirée à ABC pour être désormais confiée à Mahamane Ousmane, ancien président de la République et du parti CDS Rahama. Ousmane justifie d’une meilleure assise politique que Cissé. C’est donc lui la figure de proue du front, son porte-étendard en quelques sortes. Sauf que la manière dont les choses se sont déroulées n’a pas manqué de frustrer Cissé et les siens. Ils se sont sentis désavoués et presque… humiliés. Ils n’ont en effet rien dit sur le moment, mais rien ne leur empêche de revoir les conditions de leur participation au front FRDDR.

Dans l’ensemble et si l’on observe bien ce qui se passe dans les rangs de l’opposition, un seul Front, le FPPP (Front Patriotique Pour le peuple) d’Ibrahim Yacoubou de Kishin Kassa et d’Adal Roubeid du MDR Tarna, semble bénéficié d’une sorte d’harmonie. Ce front même, risque de connaitre le même sort pour tout celui qui connait les agissements et ambitions démesurés de Ibrahim Yacouba, moyen et ambition démesurée, peut-il conduire l’opposition vers la victoire lors des prochaines élections générales ? Le grand remue-ménage qui se déroule actuellement dans les rangs des partis de l’opposition met à nu, les contradictions entre les partis de cette opposition, la divergence d’intérêt entre leurs leaders et donc les difficultés qu’ils auront à se diriger ensemble vers l’ultime objectif des prochaines élections. N’est-ce pas là, un type d’attitude comm une à des animaux ou oiseaux de type charognards ?

À propos de l'Auteur Zabeirou Souley (LE TEMPS N° 125)

 

 

Opposition politique FRDDR : La cassure d’un clan de plus en plus évidente !

Tamtaminfo - il y a 2 heures 27 min

La crise se vit au sein de l’opposition politique est prévisible pour ceux qui connaissent bien les acteurs de ce camp. Le Chef de File virtuel de l’opposition politique, Président du Moden FA Lumana, Hama Amadou est très complexé et il veut toujours être le seul coq et prendre les autres pour ses sujets. Mis à part lui, personne ne doit conduire la Présidence du front. L’ancien Président Mahamane Ousmane, est un homme dont la sagesse lui empêche d’être turbulent et qui a toujours évité la politique du chaos, mais aussi celle de la chaise vide.

Le Président de l’UDR Tabbat, Amadou Boubacar Cissé, lui est un homme arrogant, pouvoiriste et bourré d’illusions. Le mensonge et trahison sont des éventualités pour lui, pourvu qu’il puisse atteindre son objectif. Pour plus connaitre ces hommes et leurs relations, il faut se rappeler de la période de la toute première cohabitation politique de 1995. Après l’adoption de la Constitution de la Troisième République le 26 décembre 1992 par les autorités de la Transition démocratique, des élections législatives et présidentielles ont permis l’avènement au pouvoir de l’Alliance des Forces du Changement (AFC) avec comme Président Mahamane Ousmane.

Cette alliance ne tardera pas à s’effriter, avec la démission de Mahamadou Issoufou, Premier Ministre, chef du Gouvernement et Président du PNDS-Tarayya, parti allié de l’AFC. A cet effet, le Président Ousmane va dissoudre l’Assemblée Nationale. Un différend sur le choix du premier ministre a entraîné la tenue d’autres élections législatives en janvier 1995. Après les élections législatives anticipées, une nouvelle majorité a été composée par le MNSD-Nassara, le PNDS-Tarayya, UDFP-Sawaba et PPN-RDA contre les partis membres de l’AFC qui soutiennent eux, le Président de la République Mahamane Ousmane.

Elles permettent au Mouvement national pour la société de développement (MNSD) et ses alliés de conquérir 42 sièges sur 83, et de diriger un gouvernement de coalition. Pour sa part, le président Ousmane et ses alliés se retrouvent relégués dans l’opposition avec 41 sièges. Après la formation des différents groupes parlementaires, le Président Mahamane Ousmane a choisi de nommer Amadou Boubacar Cissé, lui-même issu des rangs des partis de la majorité en l’occurrence le MNSD-Nassara, mais toutefois contre l’avis de son parti. Le nouveau patron de la Primature, n’aura même pas fait 48 heures qu’une motion de censure le partir.

La nouvelle majorité pour sa part, imposé Hama Amadou comme Premier Ministre et Chef de gouvernement. Une grave crise politique s’en suivra par la suite entre le président de la République mis en minorité et son premier ministre, qui lui est issu du camp de nouvelle majorité. C’est là, la première cohabitation politique de l’histoire de notre pays. Les difficultés d’entente et de travail entre les deux patrons de l’exécutif entrainent quant eux, une grosse instabilité politique, à laquelle est venue s’adjoindre une difficile situation économique. La république s’embourbe et ne fonctionne pas.

Les contradictions entre le Président de la République et le premier ministre s’accentuent et aboutissent à ce que l’on a appelé  » grève des conseils des ministres  » par le Président. Une raison suffisante pour inciter une junte militaire conduite par le colonel Ibrahim Baré Mainassara à renverser les institutions de la République pour prendre le pouvoir le 27 janvier 1996.

Les mêmes acteurs politiques d’antan se retrouvent aujourd’hui dans la même combinaison politique : Pourront-ils mieux faire sur le terrain politique ?

Mahamane Ousmane, Hama Amadou, Amadou Boubacar Cissé et quelques autres…Ne sont-ils pas des acteurs politiques connus ? Certains ont même occupé des très hautes fonctions d’Etat ou au minimum des postes internationaux de prestige (cas d’Amadou Boubacar Cissé : Ancien chef de bureau et de projet de la Banque Mondiale, vice-président de la banque islamique de développement (BID), ancien premier ministre au Niger etc…). Quant à Mahamane Ousmane, personne au Niger n’oublie qu’il a été le premier président de l’histoire démocratique de notre pays.

Le président du Moden Lumana Africa Hama Amadou a été pendant une longue période d’affilée premier ministre et son record d’occupation du poste vient ‘être battu par l’actuel premier ministre Brigi Rafini. Bref, si l’on regarde du côté du FRDDR, on est en présence d’un cocktail explosif d’animateurs politiques. Le plus difficile reste à s’entendre, à trouver la bonne composition du directoire de cette opposition et surtout d’en connaître le véritable chef de file. Mais hélas, face à l’ambition démesurée de certains, la précipitation des autres à occuper des strapontins, la gangrène s’installe et divise chaque jour. Pourtant, aux yeux de l’opinion en général, le leadership de ce regroupement politique devrait échoir à Mahamane Ousmane.

Il justifie de toutes les qualités pour cela : courage, vision politique, combativité et endurance…. La seule chose qu’on ne puisse attendre de lui est un comportement de type subversif. Par exemple qu’il conduise des actions pour casser, détruire des édifices publics ou brûler des pneus dans les rues et artères principales de la ville de Niamey. Ousmane est un patriote, un républicain pour tout dire…. Ce qui n’est pas bien perçu dans son propre camp politique. Ainsi donc, les Mahamane Ousmane, Hama Amadou et Cissé ne cessent de se chamailler pour des petits postes de représentation depuis plus de six mois maintenant.

Cela est-il de nature à donner des chances de succès à leur camp politique ? Dans tous les cas, qu’ils continuent à se diviser, à se chamailler les uns d’avec les autres, pour en oublier leur objectif principal : la conquête du pouvoir d’Etat ! Avec autant de contradictions et autant de divergences, le camp adverse lui ne peut que s’en réjouir et contempler la division dans les rangs de ses adversaires directs. Mais ne doit-on pas balayer devant sa propre porte… !

À propos de l'Auteur Souley Zabeirou (LE TEMPS N° 125)

 

 

Le prix de l’excellence et du mérite du Niger est une haute distinction que chaque année, la Fondation ‘’Guri Vie Meilleure’’ et tous les Ministères en charge de l’Education et de la Formation au Niger décernent à des élèves étudiants les plus méritants

Tamtaminfo - il y a 4 heures 15 min

« Promouvoir une culture d’excellence et du mérite au Niger ».  Fidèle à son habitude  d’accompagner les autorités de notre pays dans le domaine de l’éducation, la Fondation ‘’Guri Vie Meilleurs’’ de la première Dame, hadjia  aissata issoufou en collaboration avec les ministères en charge de l’éducation et de la formation a procédé la semaine dernière  au palais de congrès de Niamey à la traditionnelle remise de prix de l’excellence et du mérite. Cette année ce prix est placé sous le thème : l’éducation de la jeune fille, pour l’autonomisation de la femme au Niger.


Près de 259  élèves et étudiants de tous les niveaux à savoir, le CM2, le niveau 3eme, BEP, Terminale, BTS, etc. de toutes les régions du Niger ont été  sélectionnés .

Le prix de l’excellence et du mérite du Niger est une haute distinction que chaque année, la Fondation ‘’Guri Vie Meilleure’’ et tous les Ministères en charge de l’Education et de la Formation au Niger  décernent à des élèves étudiants les plus méritants et leurs enseignants.
Peu avant la remise des prix aux lauréats,  la présidente de la Fondation Guri Vie Meilleure Hajia Aissata Issoufou a rappelé que de 2011 à ce jour, bien plus qu’une initiative, le Prix de l’Excellence et du Mérite du Niger est une tradition qui a récompensé, au niveau national, plus de 2200 élèves, étudiants et enseignants qui se sont distingués par leur professionnalisme et leurs efforts tout au long des années.

Ce prix promeut également auprès des participants, la culture de l’excellence et du leadership, comme la toujours préconisé le Président de la République, Chef de l’Etat Issoufou Mahamadou. «Cela fait déjà huit ans, que la Fondation Guri Vie Meilleure en partenariat avec les six Ministères en charge de l’Education et de la Formation célèbrent non sans émotion, ce Prix de l’Excellence et du Mérite » a-t-elle rappelé.
L’Ecole Nigérienne est en train de connaître un véritable tournant dans son histoire. La culture de l’excellence est une notion qui est aujourd’hui au bout des lèvres. Les écoles ont le souci d’offrir aux nigériens un enseignement de qualité, de les outiller afin qu’ils soient plus tard des plus compétitifs sur le marché de l’emploi. Cette démarche sensibilise par la même occasion les élèves à améliorer leurs notes en classe.

Lors de la remise des distinctions,  la marraine de la 8eme édition du prix d’excellence et du mérite du Niger, Hajia Aissata Issoufou n’a pas manqué de féliciter et d’encourager les enseignants et encadrées.

Aux enseignants et encadreurs, je  reste toujours admirative devant la passion qui vous anime de transmettre votre savoir et je tiens à vous féliciter pour l’excellent encadrement que vous avez offert à nos jeunes lauréats.

En tant que parents, nous faisons en sorte de préparer nos enfants autant que nous le pouvons mais c’est bien grâce à vos compétences d’enseignants, aux conseils que vous leur prodiguez et à votre patience, qu’ils réussissent à franchir les obstacles et réaliser des prouesses telles que celles-ci. « Considérez les distinctions qui vous seront décernées aujourd’hui comme gage de notre profonde gratitude. Je vous invite à poursuivre vos efforts pour le rayonnement de l’éducation au Niger » a souhaité la première Dame.

Le gouvernement du Niger a fait de l’éducation et de la formation sa priorité absolue. C’est pourquoi, les six (6) ministères en charge de l’éducation et de la formation n’ont pas hésité un seul instant à accompagner l’initiative de la Fondation Guri Vie Meilleure de la première Dame Hijia Aissata Issoufou.

Réjouissant de la fête de l’excellence et du mérite, le ministre de l’enseignement primaire, de l’alphabétisation, de la promotion des langues nationales et de l’éducation civique M. Daouda Mallam Marthé a au nom de tous les ministères en charge de l’éducation félicité la première Dame « en mettant l’accent sur les valeurs du travail, le mérite le dépassement de soi, on contribue largement à  l’émergence d’une nouvelle élite nigérienne formée, capable de construire le Niger du demain.

Le développement socio-économique de notre pays passe inévitablement par un meilleur accès et un maintien des jeunes à l’école et une autonomisation pleine et entière de la femme nigérienne » a affirmé Daouda Mallam Marthé.

Pour Mme Elback Zeinabou Tari Bako, ministre de la promotion de la femme et de la protection de l’enfant le choix du thème de la 8eme édition vient à point nommé bien que beaucoup reste à faire pour la scolarisation de la jeune fille. Au Niger, selon le PDES 2017-2021, le taux brut de la scolarisation en 2017 est de 82,1% pour les garçons et 70,2% pour les filles et sur 100 filles, environ 30 quittent l’école avant d’arriver à la fin du CM2 et 20% des femmes seulement son alphabétisées.

« A ce titre l’éducation doit être renforcée, notamment celle des filles » précise la ministre de la promotion de la femme et de la protection de l’enfant avant de décliner les objectifs de son département ministériel. Mme Elback Zeinabou Tari Bako a en effet, rappelé que son     département ministériel qui œuvre pour le renforcement de l’autonomisation des femmes et des filles se doit d’accompagner l’initiative, de la Première Dame,   pour que l’Excellence soit promue et ce, à tous les niveaux « nous devons faire plus, différemment et mieux pour garantir à chaque fille et à chaque femme une éducation, mais aussi et surtout une éducation de qualité, en adoptant de nouvelles stratégies et en mettant en place des nouveaux partenariats innovants ».

C’est à ce titre, que la ministre de la promotion de la femme et de la protection de l’enfant a pris l’engagement d’appuyer quatre (4) filles méritantes en leur octroyant des bourses pour leur permettre de bien poursuivre leur cursus scolaire dans des meilleures conditions, à travers le programme de la CEDEAO pour l’octroi des bourses d’Excellence aux filles méritantes issues des familles vulnérables et évoluant dans les filières scientifiques.

Notons que les lauréats qui ont été primés sont les élèves qui ont obtenu les meilleures notes à l’issue des différents examens au titre de l’année académique 2017-2018.

Les prix des lauréats sont composés, des bourses d’étude, des ordinateurs, des tablettes, des téléphones portables, des sacs étudiants, des calculatrices scientifiques, des dictionnaires, des clés modem, des clés USB, des machines à coudre, des fournitures scolaires, etc.
Cette initiative de la première Dame Hajia Aissata Issoufou qui a donné ses fruits va sans nul doute inciter plusieurs élèves, étudiants ainsi que leurs enseignants et encadreurs à plus de travail pour être parmi les excellents de l’année prochaine.

À propos de l'Auteur I.S.A. (TAMTAMINFO NEWS)

D'importantes quantités de drogues saisies et une centaine de trafiquants interpellés à Niamey

Actuniger Société - il y a 14 heures 27 min

Au total 108 personnes viennent d'être interpellées à Niamey dont 83 pour vente et consommation de drogues, plus de 30 kg de cannabis et près de 6 000 comprimés de stupéfiants, saisis par la Police nigérienne lors d'une vaste opération de démantèlement de réseaux de trafiquants de drogues dans la capitale Nigérienne, Niamey.

TERRORISME/INSÉCURITÉ : l’état d’urgence prorogé dans les régions de Diffa, Tahoua et Tillabéry

Actuniger Société - 18/09/2018

Le Conseil des ministres du lundi 17 septembre a décidé de la prorogation de l’état d’urgence dans plusieurs régions du pays qui sont en proie à l’insécurité et au terrorisme. Un climat surtout engendré par la situation sécuritaire qui prévaut au niveau des pays voisins du Niger.

INSÉCURITÉ/TILLABERY: un missionnaire italien enlevé à Bamoanga (Makalondi)

Actuniger Société - 18/09/2018

Un prêtre italien, Pier Luigi Maccalli qui vit depuis onze ans au Niger, a été enlevé dans le sud-ouest du pays, lundi soir vers 21 h.

Un missionnaire italien, Pier Luigi Maccalli, a été enlevé à son domicile de Bamoanga, dans le sud-ouest à 125 kilomètres de Niamey, lundi soir par des hommes à moto, a déclaré Thomas Codjovi, chargé de la communication de la mission catholique dans ce pays.

LOI DES FINANCES 2019: le budget de l’Etat franchit la barre des 2.000 milliards FCFA, une première au Niger

Actuniger Politique - 18/09/2018

Le Conseil des ministres qui s’est réuni le lundi 17 septembre sous la présidence du chef de l’Etat, Mahamadou Issoufou, a examiné et adopté le projet de loi portant loi de finances pour l’année budgétaire 2019.

Médias: le fisc saisit le matériel de plusieurs journaux, pour non-paiement d’impôts par "Le Courrier"

Actuniger Société - 18/09/2018

La Direction générale des impôts (DGI) a procédé, dans la journée du lundi 17 septembre, à la saisie du matériel de plusieurs journaux nigériens notamment « Les Courriers », « Le Monde d’aujourd’hui » et « Le Canard en Furie ».

Niger : un prêtre italien enlevé dans le sud-ouest du pays, près de la frontière avec le Burkina

Jeune Afrique Niger - 18/09/2018
Pier Luigi Maccalli, prêtre missionnaire italien de la Société des Missions Africaines, a été enlevé lundi 17 septembre à son domicile de Bamoanga, dans le sud-ouest du Niger. Selon des témoins, les ravisseurs ont fui vers le Burkina Faso tout proche.

Visite de travail du ministre de la Défense de la République fédérale du Nigeria : La lutte contre Boko Haram et le banditisme transfrontalier au centre des échanges

Tamtaminfo - 18/09/2018

Le ministre de la défense nationale du Nigeria et le commandant de la Force Multinationale Mixte(FMM) de lutte contre le groupe terroriste Boko Haram dans le bassin du Lac Tchad étaient hier en visite de travail à Niamey. Le renforcement de la lutte pour éradiquer le groupe terroriste Boko Haram ainsi que son corollaire de crime organisé transfrontalier et le banditisme dans certaines régions frontalières de la République fédérale du Nigeria et du Niger étaient les deux points essentiels, objet d’échanges entre la délégation nigériane conduite par le ministre de la défense, M Mansur Muhammed Dan-Ali et celle nigérienne dirigée par le ministre de la défense nationale, M Kalla Moutari.

Au cours de cette rencontre bilatérale, les deux parties ont examiné de fond en comble la situation sécuritaire dans le bassin du Lac Tchad mais aussi celle relative à l’insécurité née des activités des groupes des bandits dans les états fédérés de Zamfara, Katsina et Sokoto, tous frontaliers du Niger dans sa partie sud, où certains bandits trouvent refuge ou sévissent. Il a été souligné notamment la persistance et la gravité des menaces du groupe Boko Haram, l’importance des moyens investis dans la promotion de la paix, la sécurité et la stabilité sous-régionale, la solidarité face aux défis, l’étendue de l’espace à sécuriser. Les deux parties ont en outre relevé la complexité de la situation due aux interconnections entre les acteurs de l’insécurité, pris en compte la nécessité d’une action conjointe concertée tout en soulignant l’importance des frontières stables, sûres et sécurisées pour le développement économique sans oublier la résilience du groupe Boko Haram.

A l’issue de la réunion de travail, les deux délégations ont rendu public un communiqué final. Dans ce communiqué lu par le colonel Abdoul Aziz Touré Seydou, les délégations des deux pays ont recommandé aux Etats le renforcement de la stratégie globale commune pour l’éradication de Boko Haram, par la création d’un cadre de réflexion entre les états-majors nationaux et le commandement de la force multinationale mixte. Il est également recommandé d’occuper les localités clés du terrain reconquis lors des opérations de la FMM, de commencer en urgence la stabilisation parallèlement auxdites opérations. S’agissant des activités transfrontalières des bandits,

la réunion a recommandé de conduire des opérations conjointes le long de la frontière avec les états de Sokoto, Zamfara et Katsina tout en explorant les possibilités d’appuis mutuels et de mettre en place un mécanisme commun de surveillance de la frontière. Enfin, la réunion a recommandé la tenue de rencontres périodiques pour l’évaluation et le retour d’expérience.

Le communiqué a rappelé que la délégation du ministre Mansur Dan-Ali a été honorée d’être reçue par le Président de la République. Le ministre nigérian et sa délégation ont mis à profit l’occasion pour exprimer leur remerciement au gouvernement et au peuple nigériens pour l’accueil et l’hospitalité dont elle a fait l’objet. A la fin de la cérémonie, le ministre de la défense nationale, Kalla Moutari et le Chef d’état-major des armées le général de corps d’armée Ahmed Mohamed ont respectivement offert des cadeaux au ministre nigérian de la défense, M Mansur Dan-Ali et le commandant de la force multinationale mixte, le général de division Co Ude.

À propos de l'Auteur Zabeirou Moussa(onep)

COMMUNIQUÉ DU CONSEIL DES MINISTRES DU LUNDI 17 SEPTEMBRE 2018

Actuniger Politique - 17/09/2018

Le Conseil des Ministres s’est réuni ce jour, lundi 17 septembre 2018, dans la salle habituelle des délibérations, sous la présidence de Son Excellence, Monsieur ISSOUFOU MAHAMADOU, Président de la République, Président du Conseil des Ministres.

Hausse des prix au Niger après l'effondrement du pont de Malanville

Actuniger Société - 17/09/2018

À Niamey, les habitants doivent faire face à la hausse des prix des produits de consommation après l'effondrement du pont au Bénin le 5 septembre. Des hausses injustifiées pour les associations.

NIAMEY: la rentrée des lycéens en demi-teinte dans certaines écoles publiques

Actuniger Société - 17/09/2018

La rentrée académique au niveau des lycées prévue pour ce lundi 17 septembre 2018  au Niger  s’est déroulée en demi-teinte dans certaines écoles publiques de Niamey, en revanche elle est effective au niveau des établissements privés visités par les reporters de l’ANP.

This RSS feed URL is deprecated

Google Actualités - 25/08/2018
This RSS feed URL is deprecated, please update. New URLs can be found in the footers at https://news.google.com/news

Message de vœux des Evêques du Niger à la communauté ... - aniamey.com

Google Actualités - 24/08/2018

aniamey.com

Message de vœux des Evêques du Niger à la communauté ...
aniamey.com
La Communauté musulmane de notre pays a célébré le mercredi 22 août dernier, la traditionnelle fête de l'Aïd el Kebir ou fête de la Tabaski. Comme à l'accoutumée, c'est avec joie que les Evêques du Niger, unis à toutes les Communautés Chrétiennes du ...

Niger-poste - anp.ne

Google Actualités - 24/08/2018

Niger-poste
anp.ne
Niamey, 24 Août (ANP)- L'opérateur historique du secteur postal au Niger, Niger poste compte lancer sous peu une structure de micro finance postale pour mobiliser l'épargne et financer le développement, a annoncé à l'ANP le Directeur Marketing et ...

Niger-Aid -prière - anp.ne

Google Actualités - 23/08/2018

Niger-Aid -prière
anp.ne
Soumis par lawan le mer, 22/08/2018 - 18:24. Niamey, 22 août (ANP) – La communauté musulmane au Niger a célébré ce mercredi 22 août l'Aid El Kabir ou la plus grande fête islamique qui commémore la soumission à Allah. Author(s):. Agence Nigérienne ...

Syndiquer le contenu