Nigerdiaspora

Syndiquer le contenu
Lien entre les différentes communautés nigériennes et amis du Niger réparties de par le monde. Boubacar Guede
Mis à jour : il y a 1 heure 51 min

Au Conseil des ministres du vendredi 27 février 2015 : Le gouvernement adopte plusieurs projets de textes et des mesures nominatives

02/03/2015

Le Conseil des ministres s’est réuni, le vendredi 27 février 2015, dans la salle habituelle des délibérations, sous la présidence de Son Excellence, Monsieur Issoufou Mahamadou, Président de la République, Président du Conseil des ministres.
Après examen des points inscrits à son ordre du jour, le Conseil a pris les décisions suivantes :

 

I. AU TITRE DU MINISTERE DES POSTES, DES TELECOMMUNICATIONS ET DE L’ECONOMIE NUMERIQUE.

Le Conseil des ministres a examiné et adopté les projets de textes suivants :
1.1. Projet de loi modifiant et complétant l’ordonnance n° 99-045 du 26 octobre 1999, portant réglementation des Télécommunications.
Le présent projet de loi a pour objet de modifier et de compléter l’ordonnance n° 99-045 du 26 octobre 1999 portant réglementation des télécommunications modifiée et complétée par l’ordonnance n° 2010-89 du 16 décembre 2010. La mise en œuvre de l’ordonnance susvisée a révélé un certain nombre d’insuffisances juridiques. En effet, les multiples évolutions technologiques et les pratiques managériales en cours dans le secteur des télécommunications ne prennent pas toujours en compte les intérêts de l’Etat et mêmes des consommateurs.

Ainsi, certaines transactions relatives aux alliances stratégiques conclues dans le secteur des télécommunications et qui ont pour effet la cession ou le transfert d’une licence délivrée à titre personnel à un opérateur des télécommunications installé au Niger, s’opèrent sans que l’Etat puisse bénéficier de contrepartie financière. Aussi, on constate aujourd’hui que certains opérateurs, bien qu’étant autorisés à établir et à exploiter un réseau de télécommunications sur le territoire du Niger, s’adonnent, pour des raisons d’économie d’échelle et de stratégie de groupe, à une cession communément appelée externalisation de certaines de leurs activités. Le présent projet de loi est adopté pour pallier à de telles insuffisances.

Le présent projet de loi sera transmis à l’Assemblée Nationale pour adoption.
1.2. Projet de loi modifiant et complétant la loi n°2012-70 du 31 décembre 2012, portant création, organisation et fonctionnement de l’Autorité de Régulation des Télécommunications et de la Poste.

Le présent projet de loi a pour objet de modifier et de compléter la loi n°2012-70 du 31 décembre 2012, portant création, organisation et fonctionnement de l’Autorité de Régulation des Télécommunications et de la Poste. En effet, cette modification porte sur les modalités d’utilisation du Fonds d’Investissement pour le Développement qui sont fixées chaque année par décret pris en Conseil des ministres, sur proposition du Premier ministre.

Ainsi, l’objectif recherché à travers cette modification est de permettre l’utilisation du Fonds d’investissement pour le développement dans le cadre de programmation pluriannuelle des investissements tels que ceux relatifs à la Télévision Numérique Terrestre au Niger.
Le présent projet de loi sera transmis à l’Assemblée Nationale pour adoption.

1.3. Projet de décret déterminant les modalités de gestion administrative et technique du Système de Passerelle Internationale Unique ainsi que les principes et les modalités de rémunération du trafic des communications internationales entrant et sortant, à destination et/ou en provenance du Niger.

Le présent projet de décret a pour objet de fixer les modalités de gestion administrative et technique du Système de Passerelle Internationale Unique ainsi que les principes et les modalités de rémunération du trafic des communications internationales entrant et sortant à destination et/ou en provenance du Niger.

A travers ce projet de décret, les opérateurs titulaires de licence ont désormais, l’obligation d’interconnecter leurs réseaux au Système de Passerelle Internationale Unique pour l’acheminement de leur trafic international et de collaborer avec le gestionnaire désigné pour la mise en place effective dudit Système.

II. AU TITRE DU MINISTERE DE LA DEFENSE NATIONALE.
Le Conseil des ministres a examiné et adopté les projets de textes suivants :

2.1. Projet de décret fixant les taux de l’indemnité pour charges militaires et de l’indemnité de résidence à allouer au personnel militaire des Forces Armées Nigériennes et de la Gendarmerie Nationale et déterminant les modalités de leur attribution.
Le présent projet de décret fixe les taux de l’indemnité pour charges militaires et de l’indemnité de résidence allouées au personnel militaire des Forces Armées Nigériennes et de la Gendarmerie Nationale et de déterminer les modalités de leur attribution.
L’adoption du présent projet de décret vise à valoriser les taux des indemnités en question afin d’améliorer les conditions de vie des militaires.

2.2. Projet de décret fixant les taux de l’indemnité de logement et de l’indemnité d’eau et d’électricité à allouer au personnel du Ministère de la Défense Nationale et déterminant les modalités de leur attribution.

Le présent projet de décret fixe les taux de l’indemnité de logement et de l’indemnité d’eau et d’électricité allouées au personnel du Ministère de la Défense nationale et détermine les modalités de leur attribution.

Les taux de ces indemnités jusque-là fixés par des instructions ministérielles, n’ont pas été mis à jour depuis 2004. Il s’agit à travers l’adoption du présent projet de décret de les rehausser afin d’améliorer les conditions de vie des militaires.

III. AU TITRE DU MINISTERE DE L’ENVIRONNEMENT, DE LA SALUBRITE URBAINE ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE.
Le Conseil des ministres a examiné et adopté le projet de décret portant déclassement de 15,96 hectares dans la Ceinture Verte de Niamey (CVN) en vue de la mise en œuvre d’un programme d’investissement de l’Etat.

La portion de la Ceinture Verte, objet du présent déclassement est un terrain de 15,96 hectares. Il servira à la réalisation des infrastructures suivantes : l’extension de la Gare Ferroviaire Urbaine de Niamey sur une superficie de 4,5 hectares ; la construction du Centre Anti-terroriste de la Police Nationale et les locaux actuels de la Police Secours sur une superficie de 6 hectares ; la construction de deux (2) voies de 2,73 hectares chacune soit 5,46 hectares. L’importance des réalisations précitées pour l’intérêt général, justifie largement ce déclassement.

En outre, le Conseil des ministres a relevé à cette occasion, la persistance inadmissible de velléités tendant à l’appropriation privative des espaces du domaine de l’Etat en général et de la ceinture verte en particulier. C’est pourquoi, et pour mettre définitivement un terme à ces assauts intempestifs, les Ministres concernés ont été instruits pour : un respect scrupuleux du moratoire sur les lotissements privés ; un suivi rigoureux du respect des décisions annulant les arrêtés autorisant certains lotissements.

Dans cette optique, le Conseil des ministres a décidé que dorénavant, les décisions sur les lotissements se prendront exclusivement en Conseil des ministres. A cet égard, des instructions ont été données pour que des réformes adéquates soient entreprises en conséquence.

L’adoption de ce projet de décret permettra la réalisation des travaux qui s’inscrivent dans la droite ligne du programme de renaissance du Président de la République, notamment en son volet infrastructures urbaines et amélioration du cadre de vie des populations.

IV. MESURES NOMINATIVES.
Le Conseil des ministres a examiné et adopté les mesures individuelles suivantes :

AU TITRE DU MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES, DE LA COOPERATION, DE L’INTEGRATION AFRICAINE ET DES NIGERIENS A L’EXTERIEUR.

Monsieur ALI MAROU, Ministre plénipotentiaire, 3eme échelon, Mle 51507, est nommé ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République du Niger auprès de la République Algérienne démocratique et populaire en remplacement de Monsieur Elhadji Mahamidou Yahaya, admis à faire valoir ses droits à la retraite.

Madame DIALLO AMINA DJIBO, Ministre plénipotentiaire de échelon, Mle 49884/E, est nommée ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République du Niger auprès de la République d’Italie, en remplacement de Monsieur Amadou Touré.

AU TITRE DU MINISTERE DE L’ENVIRONNEMENT, DE LA SALUBRITE URBAINE ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE.

• II est mis fin aux fonctions de    Directeur général des Eaux et    Forêts, exercées par Monsieur HAMADOU MAMOUDOU, ingénieur des eaux et forêts, Mle 53995/C.

AU TITRE DU MINISTERE DE L’ENSEIGNEMENT PRIMAIRE, DE L’ALPHABETISATION, DE LA PROMOTION DES LANGUES NATIONALES ET DE L’EDUCATION CIVIQUE.

Monsieur ELGHAMIS RAMADA, professeur d’enseignement secondaire, Mle 59956/X, est nommé directeur général de l’INDRAP, en remplacement de Madame Ibrahim Rabi Bozari.

V-COMMUNICATIONS.
Le Conseil des ministres a entendu plusieurs communications :

- Quatre (4) communications du Ministre d’Etat, Ministre de l’Agriculture :

• la première communication porte sur la passation du marché relatif aux travaux de protection de 6,54 km de berges dans la région de Maradi pour le compte du projet de mobilisation des eaux pour le renforcement de la sécurité alimentaire dans les régions de Maradi, de Tahoua et Zinder (PMERSA-MTZ) ;

• la deuxième communication porte sur la passation des marchés relatifs aux travaux de réalisation de seize (16) seuils d’épandage pour le compte du projet de mobilisation des eaux pour le renforcement de la sécurité alimentaire dans les régions de Maradi,de Tahoua et de Zinder (PMERSA-MTZ) ;

• la troisième communication est relative à la passation des marchés relatifs aux travaux de réalisation de treize pistes de 99,03 km pour le compte du projet de mobilisation des eaux pour le renforcement de la sécurité alimentaire dans les régions de Maradi, de Tahoua et de Zinder (PMERSA-MTZ ;

• la quatrième communication porte sur la passation d’un marché relatif à l’achat des camions de travaux publics pour le compte de l’Office National des Aménagements Hydro Agricoles (ONAHA) ;

- Huit (8) communications du Ministre de l’Equipement :
• la première communication est relative à un marché de travaux de construction des bretelles de la route rurale Kéché-Batchaka, 32km ; Région de Dosso ;

• la deuxième communication est relative au marché de travaux d’aménagement et de bitumage de 70 km de voiries urbaines dans la ville de Niamey : phase 1 : 21,8 km en un lot de quatre tronçons ;

• la troisième communication porte sur le marché de contrôle et la surveillance des travaux de réhabilitation de la route Zinder-frontière du Nigeria ;

• la quatrième communication est relative au marché de contrôle et de surveillance techniques et administratifs des travaux d’aménagement et de bitumage de la route Arlit-Assamaka-Frontière Algérie : 225 km : lot 1 (du PKO au PK125) ;

• la cinquième communication concerne le marché de travaux d’aménagement et de bitumage de la route Arlit-Assamaka-Frontière d’Algérie, du PKO au PK125 (125 km) ;

• la sixième communication est relative au marché de surveillance et au contrôle des travaux du bitumage partiel de la route Madaoua-Bouza-Keita-Tamaské (140 km) ;

• la septième communication est relative au marché de travaux de bitumage partiel de la route Madaoua-Bouza-Keita-Tamaské (140km);

• la huitième communication porte sur un marché de travaux de réhabilitation  de  280  km  de  routes  rurales  dans   les  régions d’Agadez, Tahoua et Tillabéri, lot n° 6 : tronçon Ouallam-Mangaïzé (45 km) ;

- Une (1) communication du ministre de l’Hydraulique et de l’Assainissement est relative à un marché des travaux de raccordement des villages environnants au réseau de distribution d’eau potable de Galmi ;

- Une communication du Secrétaire Général du Gouvernement sur un marché pour la construction des locaux de l’Imprimerie Gouvernementale du Niger.

Ces quatorze (14) premières communications sont faites à titre d’information, conformément aux dispositions de l’arrêté n°0037/CAB/PM/ARMP du 21 janvier 2014 fixant les seuils dans le cadre de la passation et l’exécution des marchés publics et des délégations de service public qui stipule, en son article 13, que : « Tout marché public dont le montant est égal ou supérieur à cinq cent millions (500.000.000) de FCFA doit faire l’objet d’une communication en Conseil des ministres de la part de la personne responsable du marché, après attribution ».

- Une (1) communication du Ministre de l’Energie et du Pétrole sur la libération des couloirs de passage des lignes haute tension existantes pour la construction des lignes d’évacuation d’énergie à partir de la centrale 100 MW de Gorou Banda à Niamey. L’objectif de cette communication est de permettre aux autorités régionales de Niamey d’entreprendre des missions de sensibilisation et d’information auprès des populations concernées par la construction des lignes électriques dans le cadre du projet de construction de la centrale thermique diesel de Gorou Banda, de sorte que les couloirs soient libérés totalement avant le début des travaux prévus incessamment.
D’ores et déjà, le Gouvernement appelle à la compréhension des occupants des couloirs de passage des lignes électriques et leur demande de quitter les lieux et cela dans l’intérêt de tous.

- Une (1) communication du Ministre de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation relative au Projet de Bancarisation des Subsides pour études accordés par l’Etat du Niger sur le Territoire National et à l’Etranger.

La présente communication porte sur la modernisation de notre système de paiement des bourses et autres subsides que l’Etat accorde à ses étudiantes et étudiants. Il s’agit de remédier aux nombreux inconvénients liés au système de paiement manuel en argent liquide. Ainsi la solution proposée est la bancarisation des subsides pour études accordés par l’Etat, à l’ensemble des étudiants nigériens sur le territoire national et à l’étranger.

- Une communication du Ministre des Finances relative à la mission des investisseurs post conférence de Dubaï (Emirats Arabes Unis) prévue à Niamey, le samedi 28 février 2015 ;

- Une communication du Ministre de la Fonction Publique et de la Réforme Administrative relative à l’atelier de validation du rapport provisoire du répertoire des emplois et des compétences de la Fonction Publique de l’Etat.

L’ordre du jour étant épuisé, Son Excellence, Monsieur le Président de la République a levé la séance.

Onep

2 mars 2015
Source : http://lesahel.org/

 

A la Présidence de la République : Le Chef de l’Etat reçoit plusieurs personnalités

02/03/2015

Le Président de la République, Chef de l’Etat, S.E.M. Issoufou Mahamadou, a accordé, samedi dernier, trois audiences. Le Chef de l’Etat a d’abord reçu un émissaire du Président algérien Abdelaziz Bouteflika. M. Abdelkader Messahel, ministre délégué chargé des Affaires Maghrébines et Africaines, qui était accompagné de l’ambassadeur d’Algérie au Niger, a affirmé avoir transmis un message au Président Issoufou Mahamadou. 

Ce message est « l’expression de la solidarité » du gouvernement et du peuple algériens à notre pays suite aux attaques terroristes de Boko Haram dans la région de Diffa ; il est aussi l’expression de la sollicitude des Algériens envers les populations déplacées consécutivement à ces attaques.
Qu’il s’agisse de l’une ou de l’autre question, «l’Algérie est à l’écoute et, est solidaire des pays frères » victimes du terrorisme, en accord avec les décisions de l’Union Africaine, a ajouté M. Messahel qui a indiqué avoir aussi discuté avec le Chef de l’Etat de la médiation en cours sur les crises malienne et libyenne. «Nous sommes quelque peu optimistes quant au règlement de la crise malienne, grâce aux efforts de pays comme l’Algérie et le Niger ; en Libye, nous essayons de faciliter le dialogue entre factions en vue de la cohésion de ce pays», a dit en substance le ministre délégué algérien chargé des Affaires Maghrébines et Africaines.
Cette première audience s’est déroulée en présence du ministre d’Etat à la Présidence, M. Bazoum Mohamed, du ministre directeur de Cabinet du Président de la République, M. Saidou Sidibé et de la ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération, de l’Intégration africaine et des Nigériens de l’Extérieur, Mme Kané Aichatou Boulama.
Le Président de la République s’est ensuite entretenu avec une délégation de la Confédération Africaine de Football (CAF) conduite par son président, M. Issa Hayatou. Celui-ci a affirmé être venu « témoigner la reconnaissance » de la CAF au Niger et à son Président car le Niger a tenu et « réussi le pari » d’accueillir et d’organiser le championnat d’Afrique des moins de 17 ans. Interrogé sur le point de savoir si la CAF va confier l’organisation du championnat d’Afrique des moins de 20 au Niger en 2017, M. Hayatou a répondu en substance : «après ses brillantes absences, le Niger est depuis quelques années très présent dans les championnats de la CAF ; si donc le Niger demande officiellement à la CAF d’organiser le championnat des moins de 20 ans, nous n’y voyons pas d’objection ».
Cette seconde audience s’est déroulée en présence notamment du ministre des Sports, M. Abdoulkarim Dan Malam, et du président de la FENIFOOT, le Colonel Djibrilla Hima Hamidou dit Pelé.
Le Président de la République Issoufou Mahamadou a enfin reçu, toujours dans la matinée du samedi, le président de la Commission de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) M. Cheikh Adjiboune Soumaré, celui de la Banque ouest-africaine de développement (BOAD) M. Christiane Adovelande et des investisseurs ayant pris des engagements lors de la table ronde de Dubai en faveur des économies ouest-africaines. Ceux-ci sont à Niamey dans le cadre d’une tournée dans les huit (8) pays de l’UEMOA pour « rendre compte aux Chefs d’Etat » de l’avancement des projets annoncés à Dubai et des nouveaux projets de financement dans les domaines de l’énergie, de l’agriculture, des infrastructures, du développement humain, etc. «Ce qui est important à ce stade, c’est l’identification des nouveaux projets et l’ensemble fera l’objet d’un communiqué final», ont assuré les deux responsables ouest-africains. Cette troisième audience s’est déroulée en présence notamment du ministre des  Finances, M. Gilles Baillet.
Auparavant, le vendredi dans l’après midi, le Président de la République, Chef de l’Etat SE. Issoufou Mahamadou a accordé une audience, à, l’ancien président tchadien, M. Goukouni Oueddei, émissaire du président Idriss Deby Itno.
Sani Soulé Manzo

2 mars 2015
Source : http://lesahel.org/

Réunion du Conseil national de dialogue politique (CNDP) : Les projets de chronogramme et le budget du comité du fichier électoral examinés

02/03/2015

Le Conseil national de dialogue politique (CNDP) a tenu,  samedi dernier au cabinet du Premier ministre, sa réunion ordinaire sous la présidence du Premier ministre Brigi Rafini, président du CNDP en présence du ministre de l’Intérieur, de la Sécurité publique, de la Décentralisation et des Affaires coutumières et religieuses, du ministre de la Justice, Garde des sceaux, Porte-parole du gouvernement  ainsi que du Secrétaire permanent du Conseil.


A l’ordre du jour de la réunion du CNDP, les participants avaient dans leur agenda deux (2) points essentiels sur lesquels ils ont planché. Il s’agit de l’examen et l’adoption de     l’avant projet de texte modifiant et complétant la loi portant création, attribution, organisation et fonctionnement de la CENI et de l’examen des avant projets du chronogramme et du budget du comité national du fichier électoral biométrique (CFEB).  
Les travaux ont d’abord commencé par l’adoption, après lecture, du compte rendu général de la dernière réunion du conseil  national du fichier, lui-même présidé par le Premier ministre, chef du gouvernement.
A l’issue de plusieurs heures d’échanges entre les représentants des partis politiques et les membres de la CENI et du CFEB, les participants ont apporté des propositions en vue de l’amélioration des textes soumis à leur appréciation avant de les adopter à la grande satisfaction du Premier ministre. M. Brigi Rafini s’est réjoui de la qualité des échanges et de la pertinence des propositions faites par les participants qu’il a tenus à remercier pour avoir permis aux travaux de se dérouler dans la courtoisie et la fraternité. «C’est dans cet esprit que nous devons continuer  notre mission » a-t-il affirmé.
Evoquant le premier point concernant la CENI qui a été examiné et adopté, le Chef du gouvernement a souligné avoir pris acte des propositions qui, dit-il, doivent permettre une fois adoptées par les différentes instances de faire en sorte que le CFEB  réalise dans le délai un fichier «au plus tard en fin octobre 2015 ». Aux membres du CFEB, il a réaffirmé que le gouvernement mettra toute la rigueur pour  parvenir à cet objectif, celui d’avoir un fichier classique sur la base d’un recensement porte à porte réalisé à la fin du mois d’octobre comme convenu.
Le projet de chronogramme et du budget présenté à la réunion du CNDP a également fait l’objet d’exposé suivi de débats. Ce projet donnant des indications précises sur toutes les actions à mener permettra de disposer,  a dit le Premier ministre, d’un fichier électoral classique. «Nous faisons confiance au comité du fichier électoral. Et  nous pensons qu’il va effectivement tenir les engagements qui sont pris. Le CNF lui apporte tout son soutien afin que ces propositions et ses engagements soient tenus conformément au chronogramme et au budget que nous venons d’étudier », a conclu M. Brigi Rafini.
 Zabeirou Moussa

 

2 mars 2015
Source : http://lesahel.org/

 

Rencontre d’échanges Gouvernement-mission d’investisseurs dans le cadre des engagements pris à Dubai : Des échanges sur l’environnement des affaires et les projets de développement du Niger

02/03/2015

 

Une mission d’investisseurs internationaux conduite par le Président de la Commission de l’Uemoa Cheikhe Hadjibou Soumaré et le Président de la Banque ouest africaine de développement (BOAD) M. Christian Adovelande a séjourné le weekend dernier dans notre pays. Cette mission a eu une rencontre d’échanges avec le gouvernement samedi dernier. L’ouverture de cette réunion d’échanges a été présidée par le Premier ministre, Chef du gouvernement M. Brigi Rafini.

 


Cette réunion de partage et d’échanges a regroupé autour du Premier ministre Brigi Rafini, les ministères techniques concernés (notamment ceux du Plan, des Finances, de l’Agriculture, de l’Elevage, de       l’Energie et du Pétrole, des Mines et Industries, du Commerce, des Transports, de     l’Equipement), des structures d’appui comme la Cellule d’appui au partenariat public privé (CA/PPP), les institutions d’intégration (CEDEAO, UEMOA), les banques et établissements financiers de la place, etc. A l’ouverture de la réunion, le Premier ministre, Chef du gouvernement s’est félicité de la tenue de cette rencontre qui dit-il s’inscrit dans le cadre de la concrétisation des engagements pris à Dubai. M. Brigi Rafini a assuré les investisseurs de la disponibilité du gouvernement à écouter leurs préoccupations et à leur trouver des réponses dans l’intérêt des deux parties.
S’exprimant au nom des investisseurs, membres de la mission, le président du groupe GFCL, a salué les organisations sous régionales et le gouvernement nigérien pour l’organisation de cette rencontre d’échange. Il a aussi exprimé leur gratitude pour l’accueil chaleureux et a réaffirmé leur engagement à accompagner le Niger dans la mise en œuvre de ses différents projets de développement. La suite des travaux a été présidée par le ministre des Finances M. Gilles Baillet. Les préoccupations soulevées par les investisseurs portent essentiellement sur la nécessité de disposer d’informations détaillées et à jour, notamment les études de faisabilité des différents projets mais aussi les documents d’orientation des politiques économiques et sociales dans les différents secteurs.
Plus spécifiquement, les investisseurs ont souhaité avoir des clarifications sur un certain nombre de points relatifs notamment au cadre juridique et réglementaire régissant le partenariat public-privé (PPP) au Niger, à l’environnement des affaires et les conditions de rapatriement des revenus, au partage des risques en PPP, au profil des garanties susceptibles d’être accordées par l’Etat, au retour sur l’investissement et les questions de viabilité financière, aux incitations fiscales et douanières en vigueur ainsi que toutes les autres facilités, au régime foncier et la sécurité juridique et enfin au dispositif de mise en œuvre et de financement du projet de construction de la centrale thermique au charbon à Salkadamna retenu à Dubai.
En réponse à ces préoccupations, les ministres concernés ont apporté des réponses claires notamment en ce qui concerne l’état de la réglementation, le climat des affaires et le régime fiscal applicable au PPP. Ainsi, les investisseurs ont été édifiés d’une part sur l’expérience du Niger en matière de PPP avec une vingtaine de projets exécutés et en cours de l’être dont le projet phare est celui du chemin de fer en construction. D’autres projets ont été largement présentés et expliqués aux investisseurs. C’est le cas du projet de construction de la centrale à charbon de Salkadamna, le projet de production des briquettes de charbon minéral et de biomasse, le mixte énergétique, le pipeline via le Tchad pour le transport des produits pétroliers. Il a été aussi présenté aux investisseurs le document ‘’Investir au Niger’’ qui centralise de nouveaux projets qui n’attendent que les financements pour être mis en œuvre.
De nouveaux projets feront l’objet d’un examen entre le gouvernement et les investisseurs. Les deux parties ont convenu de la désignation de points focaux dans les différents ministères concernés pour servir de relais pour la remontée des informations et de la documentation. Au terme des travaux, les participants ont recommandé de donner l’impulsion politique permettant d’encadrer la mise en œuvre harmonieuse des feuilles de route adossées à chaque projet, de procéder à la désignation par l’Etat et les investisseurs d’un point focal permettant des échanges d’informations en temps réel et la mise à disposition des documents pour chaque projet et de s’engager dans la mise en place d’un cadre de concertation impliquant l’Etat du Niger, les institutions sous régionales et les investisseurs. Les institutions sous régionales ont pour leur part souhaité que cette dynamique soit entretenue et suivie.

 Siradji Sanda

2 mars 2015
Source : http://lesahel.org/

 

Ouverture officielle de la 24ème édition du Fespaco : Des innovations dans la continuité

02/03/2015

C’est parti, à nouveau pour la  chevauché de l’étalon d’or de Yennega et des autres prix du Festival Panafricain du Cinéma et de Télévision de Ouagadougou (Fespaco). Le Clap d’ouverture officielle  de la 24ème édition du Fespaco a été donné dans l’après-midi du  28 février au Palais des sports de la capitale burkinabé par le Premier  ministre Yacouba Isaac  Zida qui représentait le Président de la transition Michel Kafando.Cette 24ème édition du Fespaco se qui se tient dans le contexte de transition politique  dans lequel se trouve le Burkina Faso, a pour thème « cinéma africain : production et diffusion à l’ère du numérique ».

Depuis le 28 février dernier, et, ce  jusqu’au 7 mars, la capitale du Burkina Faso vibre  au rythme du Fespaco, cette grande fête du cinéma qui a vu le jour en 1969. L’esprit du Fespaco a finalement eu raison des doutes entretenus sur sa tenue, en raison de la menace Ebola sur l’Afrique de l’Ouest, qui a fait annuler certains événements.  Le changement de pouvoir intervenu au pays des hommes intègres, en fin d’octobre 2014,  n’a pas changé non plus la donne quant à la régularité, de cette manifestation   devenue biennale à partir de 1972.
Mais, changement remarquable pour les habitués du Fespaco, la cérémonie d’ouverture a eu lieu  au Palais des Sports, au lieu du Stade du 4 Août, et, l’organisateur en chef de l’événement, notamment  le Délégué général était aussi  à son baptême de feu. En effet, Ardiouma Soma vient juste de succéder à M. Michel Ouédraogo qui était le Délégué Général du Fespaco. Les autres innovations, ont été annoncées par le nouveau  délégué général du Fespaco, lui-même. En effet, a souligné, M Ardiouma Soma, le prix qui accompagne l’Etalon d’or de Yennenga est passé de 10.000.000 à 20.000.000 FCFA, et les autres prix sont aussi passés du simple au double.
Autre fait remarquable, un prix spécial porte le nom du père de la révolution burkinabé. Il s’agit du « Prix spécial Thomas Sankara de la Guilde Africaine des réalisateurs et producteurs» doté de 3.000.000 FCFA.  L’innovation porte aussi sur les critères qui cette fois ci permettent aux films de la diaspora,  et ceux réalisés sur des supports numériques d’entrer dans la compétition. Ce qu’annonce du reste le thème de cette 24ème édition qui est  «cinéma africain : production et diffusion à l’ère du numérique».
Pour le ministre burkinabé de la culture et du tourisme, M. Jean Claude Diouma, qui prononçait le discours d’ouverture, cette édition du Fespaco qu’organise son pays pendant la période de transition politique, et  malgré la menace Ebola qui avait fait planer le doute sur la tenue de l’événement,  est le symbole d’une Afrique qui persévère, avance et gagne. D’importants moyens ont été mis en œuvre pour la réussite de cette grande rencontre cinématographique du continent, avec sept salles de projection équipées. Le Premier ministre  Isac ZILDA qui a donné le clap d’ouverture officielle, a félicité tout ce monde qui fait la fierté du cinéma africain et a  assuré que toutes les dispositions ont été prises pour le bon déroulement de ce Fespaco.
Un spectacle riche en animation avec des artistes burkinabé dont Irène Tapsoba, et Ismael Lo, la star sénégalaise, de la musique a agrémenté davantage  la cérémonie d’ouverture.
Ce sont 133 films qui sont au programme du Fespaco 2015, dont une vingtaine de longs métrages en course pour le 21ème étalon d’or de Yennega. Projections, colloque international, les rencontres avec des acheteurs et des distributeurs professionnels dans le cadre du  17ème Marché International du Cinéma et de la Télévision Africaine (MICA), hommages aux grands noms du cinéma africain dont Sotigui Kouyaté,  des festivités avec les prestations des artistes sur les podiums dressés au siège du Fespaco vont rythmer la capitale burkinabé pendant une semaine. Pour l’édition 2015, c’est l’Egypte qui est le pays invité d’honneur.
Le Niger, dont la délégation est conduite par le ministre de la Culture, des Arts et Loisirs, M. Ousmane Abdou, prend part aux compétions avec trois œuvres. Pour la section fiction court métrage, le Niger est représenté par Rahmatou Keïta avec son film  ‘’Jin'naariyâ!’ (l'Alliance). Les deux autres œuvres nigériennes en compétition sont pour  la catégorie documentaire ‘‘Koukan Kourcia, Les Médiatrices’’ de Sani Elhadj Magori, et ‘‘Croix d’Agadez’’ de  Amadou Dénis Paraiso, Roufay Charifatou présenté par l’Institut de Formation aux Techniques de l’Information et de la Communication (IFTIC).

 Souley Moutari, envoyé spécial

 

2 mars 2015
Source : http://lesahel.org/