Nigerdiaspora

Syndiquer le contenu
Lien entre les différentes communautés nigériennes et amis du Niger réparties de par le monde. Boubacar Guede
Mis à jour : il y a 2 heures 36 min

Atelier de finalisation du projet de loi fixant les principes fondamentaux des baux à louer des immeubles locatifs à usage d’habitation : Un pas de plus vers l’assainissement du secteur foncier

26/08/2016

Le Ministère des Domaines et de l’Urbanisme organise, depuis hier au Palais des Congrès de Niamey, un atelier de finalisation du projet de loi fixant les principes fondamentaux des baux à louer des immeubles locatifs à usage d’habitation.

L’objectif assigné à cette rencontre, qui durera deux (2) jours et dont la cérémonie d’ouverture a été présidée par le ministre en charge des Domaines et de l’Urbanisme M. Kassoum Moctar, est de mettre en place des règles destinées à régir, de manière définitive, les rapports locatifs dans le respect des droits humains de chacun, et de garantir la sécurité juridique dans l’exécution des contrats qui sont noués.

Ce projet vise aussi à lutter contre les hausses unilatérales des prix de loyer et, en cas de cession, à garantir le droit de préemption du locataire lorsqu’il s’estime en capacité d’acquérir le bien loué et en exprime le désir.

Dans son allocution d’ouverture, le ministre des Domaines et de l’Urbanisme a souligné l’importance de cette rencontre qui, dit-il, traduit la vision hautement sociale du Président de la République Issoufou Mahamadou, exprimée à travers son Programme de Renaissance acte 2 qui a pour entre autres ambitions de faciliter l’accès à la propriété immobilière et foncière, de créer les conditions d’une vie descente à tous les citoyens, de protéger leur dignité en leur garantissant tous les besoins fondamentaux.

En effet, le logement, qu’il soit locatif ou acquis en pleine propriété, est un besoin fondamental. Malheureusement, déplore M. Kassoum Moctar, il est aujourd’hui source d’inquiétude par l’absence de règles appropriées et de contrôle.

Aussi, les Nigériens souvent livrés à eux-mêmes subissent de plein fouet le diktat des bailleurs et des spéculateurs fonciers. Les ménages modestes et les jeunes sont les principales victimes des abus et d’un certain désordre dans le secteur immobilier.

Le secteur foncier reste, affirme M. Kassoum Moctar, encore marqué par des spéculations de plus en plus fortes de la part de détenteurs privés et une dégradation croissante des relations locateurs-bailleurs, du fait de l’inexistence de réglementation appropriée devant régir lesdits rapports.

Cette situation, au-delà des troubles à l’ordre public qu’elle crée, expose, selon le ministre Kassoum Moctar, les citoyens à une insécurité tant en termes d’acquisition que de jouissance de leurs droits. La manifestation la plus évidente de ces violations s’observe dans les rapports bailleur-locataire du fait de l’inexistence de tarification, ce qui laisse le locataire à la merci du bailleur qui peut fixer unilatéralement les prix des baux locatifs quand il ne se fait pas justice en décidant du sort du locataire qui peut se voir expulsé sans préavis.

Il existe en outre d’autres maux liés surtout à l’invasion du marché de location par des intermédiaires dits ‘’démarcheurs’’, qui contribuent à générer une inflation erratique du loyer, a dit le ministre en charge des Domaines et de l’Urbanisme.

Cette cherté compromet tous les efforts de l’Etat à améliorer les revenus de nos concitoyens et retardent la volonté ardente du Président de la République vers l’émergence d’une classe moyenne importante dans notre pays. L’absence de règlement appropriée, ajoutée à la raréfaction de l’offre, a largement contribué à entretenir cet état de fait.

C’est pourquoi, poursuit M. Kassoum Moctar, cet état des lieux peu reluisant et la volonté exprimée de construction des logements sociaux et de maisons en location-vente à travers la mobilisation de tous les acteurs (Banques, Assurances, Notaires et les promoteurs immobiliers), il est apparu urgent et nécessaire, pour les pouvoirs publics, de formaliser le contrat de bail, avec l’insertion des clauses relatives notamment à la localisation de l’immeuble, sa description, l’indication du montant du loyer, la périodicité du paiement, l’identité des parties au contrat, la nature du contrat, l’avance du loyer et la caution le cas échéant.

A ces clauses viennent s’ajouter l’authentification du contrat par un officier public, l’obligation de son enregistrement sous peine de nullité et même de poursuite du contrevenant et l’obligation faite aux exécutifs communaux de transmettre, aux services des impôts, la liste de toutes les maisons à usage d’habitation locative se trouvant dans leurs territoires respectifs.

Le ministre en charge des Domaines et de l’Urbanisme a enfin invité les participants à faire toutes les propositions d’amendements ou de rajouts qu’ils jugent pertinents pour permettre au Ministère de disposer d’un texte de qualité qui comblera les vides juridiques et complètera le dispositif actuel dont les insuffisances sont connues de tous.

Aïchatou Hamma Wakasso(onep)

26 août 2016
Source : http://lesahel.org/

Atelier de finalisation du projet de loi fixant les principes fondamentaux des baux à louer des immeubles locatifs à usage d’habitation : Un pas de plus vers l’assainissement du secteur foncier

26/08/2016

Le Ministère des Domaines et de l’Urbanisme organise, depuis hier au Palais des Congrès de Niamey, un atelier de finalisation du projet de loi fixant les principes fondamentaux des baux à louer des immeubles locatifs à usage d’habitation.

L’objectif assigné à cette rencontre, qui durera deux (2) jours et dont la cérémonie d’ouverture a été présidée par le ministre en charge des Domaines et de l’Urbanisme M. Kassoum Moctar, est de mettre en place des règles destinées à régir, de manière définitive, les rapports locatifs dans le respect des droits humains de chacun, et de garantir la sécurité juridique dans l’exécution des contrats qui sont noués.

Ce projet vise aussi à lutter contre les hausses unilatérales des prix de loyer et, en cas de cession, à garantir le droit de préemption du locataire lorsqu’il s’estime en capacité d’acquérir le bien loué et en exprime le désir.

Dans son allocution d’ouverture, le ministre des Domaines et de l’Urbanisme a souligné l’importance de cette rencontre qui, dit-il, traduit la vision hautement sociale du Président de la République Issoufou Mahamadou, exprimée à travers son Programme de Renaissance acte 2 qui a pour entre autres ambitions de faciliter l’accès à la propriété immobilière et foncière, de créer les conditions d’une vie descente à tous les citoyens, de protéger leur dignité en leur garantissant tous les besoins fondamentaux.

En effet, le logement, qu’il soit locatif ou acquis en pleine propriété, est un besoin fondamental. Malheureusement, déplore M. Kassoum Moctar, il est aujourd’hui source d’inquiétude par l’absence de règles appropriées et de contrôle.

Aussi, les Nigériens souvent livrés à eux-mêmes subissent de plein fouet le diktat des bailleurs et des spéculateurs fonciers. Les ménages modestes et les jeunes sont les principales victimes des abus et d’un certain désordre dans le secteur immobilier.

Le secteur foncier reste, affirme M. Kassoum Moctar, encore marqué par des spéculations de plus en plus fortes de la part de détenteurs privés et une dégradation croissante des relations locateurs-bailleurs, du fait de l’inexistence de réglementation appropriée devant régir lesdits rapports.

Cette situation, au-delà des troubles à l’ordre public qu’elle crée, expose, selon le ministre Kassoum Moctar, les citoyens à une insécurité tant en termes d’acquisition que de jouissance de leurs droits. La manifestation la plus évidente de ces violations s’observe dans les rapports bailleur-locataire du fait de l’inexistence de tarification, ce qui laisse le locataire à la merci du bailleur qui peut fixer unilatéralement les prix des baux locatifs quand il ne se fait pas justice en décidant du sort du locataire qui peut se voir expulsé sans préavis.

Il existe en outre d’autres maux liés surtout à l’invasion du marché de location par des intermédiaires dits ‘’démarcheurs’’, qui contribuent à générer une inflation erratique du loyer, a dit le ministre en charge des Domaines et de l’Urbanisme.

Cette cherté compromet tous les efforts de l’Etat à améliorer les revenus de nos concitoyens et retardent la volonté ardente du Président de la République vers l’émergence d’une classe moyenne importante dans notre pays. L’absence de règlement appropriée, ajoutée à la raréfaction de l’offre, a largement contribué à entretenir cet état de fait.

C’est pourquoi, poursuit M. Kassoum Moctar, cet état des lieux peu reluisant et la volonté exprimée de construction des logements sociaux et de maisons en location-vente à travers la mobilisation de tous les acteurs (Banques, Assurances, Notaires et les promoteurs immobiliers), il est apparu urgent et nécessaire, pour les pouvoirs publics, de formaliser le contrat de bail, avec l’insertion des clauses relatives notamment à la localisation de l’immeuble, sa description, l’indication du montant du loyer, la périodicité du paiement, l’identité des parties au contrat, la nature du contrat, l’avance du loyer et la caution le cas échéant.

A ces clauses viennent s’ajouter l’authentification du contrat par un officier public, l’obligation de son enregistrement sous peine de nullité et même de poursuite du contrevenant et l’obligation faite aux exécutifs communaux de transmettre, aux services des impôts, la liste de toutes les maisons à usage d’habitation locative se trouvant dans leurs territoires respectifs.

Le ministre en charge des Domaines et de l’Urbanisme a enfin invité les participants à faire toutes les propositions d’amendements ou de rajouts qu’ils jugent pertinents pour permettre au Ministère de disposer d’un texte de qualité qui comblera les vides juridiques et complètera le dispositif actuel dont les insuffisances sont connues de tous.

Aïchatou Hamma Wakasso(onep)

26 août 2016
Source : http://lesahel.org/

Atelier de finalisation du projet de loi fixant les principes fondamentaux des baux à louer des immeubles locatifs à usage d’habitation : Un pas de plus vers l’assainissement du secteur foncier

26/08/2016

Le Ministère des Domaines et de l’Urbanisme organise, depuis hier au Palais des Congrès de Niamey, un atelier de finalisation du projet de loi fixant les principes fondamentaux des baux à louer des immeubles locatifs à usage d’habitation.

L’objectif assigné à cette rencontre, qui durera deux (2) jours et dont la cérémonie d’ouverture a été présidée par le ministre en charge des Domaines et de l’Urbanisme M. Kassoum Moctar, est de mettre en place des règles destinées à régir, de manière définitive, les rapports locatifs dans le respect des droits humains de chacun, et de garantir la sécurité juridique dans l’exécution des contrats qui sont noués.

Ce projet vise aussi à lutter contre les hausses unilatérales des prix de loyer et, en cas de cession, à garantir le droit de préemption du locataire lorsqu’il s’estime en capacité d’acquérir le bien loué et en exprime le désir.

Dans son allocution d’ouverture, le ministre des Domaines et de l’Urbanisme a souligné l’importance de cette rencontre qui, dit-il, traduit la vision hautement sociale du Président de la République Issoufou Mahamadou, exprimée à travers son Programme de Renaissance acte 2 qui a pour entre autres ambitions de faciliter l’accès à la propriété immobilière et foncière, de créer les conditions d’une vie descente à tous les citoyens, de protéger leur dignité en leur garantissant tous les besoins fondamentaux.

En effet, le logement, qu’il soit locatif ou acquis en pleine propriété, est un besoin fondamental. Malheureusement, déplore M. Kassoum Moctar, il est aujourd’hui source d’inquiétude par l’absence de règles appropriées et de contrôle.

Aussi, les Nigériens souvent livrés à eux-mêmes subissent de plein fouet le diktat des bailleurs et des spéculateurs fonciers. Les ménages modestes et les jeunes sont les principales victimes des abus et d’un certain désordre dans le secteur immobilier.

Le secteur foncier reste, affirme M. Kassoum Moctar, encore marqué par des spéculations de plus en plus fortes de la part de détenteurs privés et une dégradation croissante des relations locateurs-bailleurs, du fait de l’inexistence de réglementation appropriée devant régir lesdits rapports.

Cette situation, au-delà des troubles à l’ordre public qu’elle crée, expose, selon le ministre Kassoum Moctar, les citoyens à une insécurité tant en termes d’acquisition que de jouissance de leurs droits. La manifestation la plus évidente de ces violations s’observe dans les rapports bailleur-locataire du fait de l’inexistence de tarification, ce qui laisse le locataire à la merci du bailleur qui peut fixer unilatéralement les prix des baux locatifs quand il ne se fait pas justice en décidant du sort du locataire qui peut se voir expulsé sans préavis.

Il existe en outre d’autres maux liés surtout à l’invasion du marché de location par des intermédiaires dits ‘’démarcheurs’’, qui contribuent à générer une inflation erratique du loyer, a dit le ministre en charge des Domaines et de l’Urbanisme.

Cette cherté compromet tous les efforts de l’Etat à améliorer les revenus de nos concitoyens et retardent la volonté ardente du Président de la République vers l’émergence d’une classe moyenne importante dans notre pays. L’absence de règlement appropriée, ajoutée à la raréfaction de l’offre, a largement contribué à entretenir cet état de fait.

C’est pourquoi, poursuit M. Kassoum Moctar, cet état des lieux peu reluisant et la volonté exprimée de construction des logements sociaux et de maisons en location-vente à travers la mobilisation de tous les acteurs (Banques, Assurances, Notaires et les promoteurs immobiliers), il est apparu urgent et nécessaire, pour les pouvoirs publics, de formaliser le contrat de bail, avec l’insertion des clauses relatives notamment à la localisation de l’immeuble, sa description, l’indication du montant du loyer, la périodicité du paiement, l’identité des parties au contrat, la nature du contrat, l’avance du loyer et la caution le cas échéant.

A ces clauses viennent s’ajouter l’authentification du contrat par un officier public, l’obligation de son enregistrement sous peine de nullité et même de poursuite du contrevenant et l’obligation faite aux exécutifs communaux de transmettre, aux services des impôts, la liste de toutes les maisons à usage d’habitation locative se trouvant dans leurs territoires respectifs.

Le ministre en charge des Domaines et de l’Urbanisme a enfin invité les participants à faire toutes les propositions d’amendements ou de rajouts qu’ils jugent pertinents pour permettre au Ministère de disposer d’un texte de qualité qui comblera les vides juridiques et complètera le dispositif actuel dont les insuffisances sont connues de tous.

Aïchatou Hamma Wakasso(onep)

26 août 2016
Source : http://lesahel.org/

Dosso : Clôture de la première session ordinaire pour l’année 2016 du Parlement des Jeunes du Niger

26/08/2016

Après dix jours d’intenses travaux, la première session ordinaire du Parlement des Jeunes du Niger a pris fin dernier à Dosso. Plusieurs thèmes ont longuement développés au cours de cette session. Il s’est agi entre autres au travail des enfants ; de la migration au Niger et des défis qu’elle pose à la jeunesse ; de la scolarisation des jeunes ; du rôle et de la contribution de la jeunesse dans la culture et la préservation de la paix ; du mariage précoce, etc.

Les députés juniors ont mis à profit leur séjour à Dosso pour effectuer un certain nombre de visites notamment à Kouré où ils sont allés à la rencontre des girafes ; au Musée Régional ; au Village Artisanal et au sultanat de Dosso où ils ont rendu une visite de courtoisie au chef de canton.

La cérémonie de clôture de cette première session ordinaire pour l’année 2016 a été présidée par le président du Parlement des Jeunes Ismael Habibou Issaka, en présence du gouverneur sortant de la région, M. Abdoulaye Issa, du président du réseau parlementaire des jeunes, de députés nationaux, des autorités administratives, des cadres techniques, des anciens parlementaires juniors et de nombreux invités.

Dans le discours de clôture qu’il a prononcé à cette occasion, le président du Parlement des Jeunes Ismael Habibou Issaka a indiqué que le programme a été un savant dosage d’activités de communication sur des thèmes touchant de près la vie des enfants et des jeunes, des activités qui, a-t-il précisé, ont trait au civisme, à l’image de la cérémonie de plantation d’arbres et des activités ludiques pour prendre en charge l’aspect récréatif.

Le président du Parlement des Jeunes a saisi l’opportunité pour féliciter ses collègues pour leur disponibilité, et s’est réjoui du sens de responsabilité dont ils ont fait preuve tout au long des travaux.

Le succès des travaux, a souligné M. Ismael Habibou Issaka, est imputable en partie à l’assiduité et la discipline avec lesquelles les députés juniors ont suivi les travaux qui viennent de s’achever. Il a de fait espéré que cette attitude marquera le mandat des jeunes parlementaires afin de donner raison à ceux qui croient à cette noble initiative et de convaincre, par la même occasion, les plus sceptiques.

Au nom de ses collègues jeunes parlementaires, le président du parlement des jeunes a exprimé sa gratitude et remercié les populations de Dosso, et les autorités administratives et coutumières pour la chaleur de l’hospitalité dont ils ont fait l’objet et ayant contribué au succès des travaux.

Mahamane Amadou ANP /Dosso

26 août 2016
Source : http://lesahel.org/

Retour triomphal d’Abdoul-Razak Issoufou Alfaga : Un accueil exceptionnel pour notre médaillé olympique

26/08/2016

Comme le dit l’adage, ‘’aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre des années’’. Cette phrase célèbrede Don Rodrigue dans le Cid de Corneille illustre éloquemment les performances réalisées par notre compatriote taekwondoïste Abdoul-Razak

Issoufou Alfaga aux Jeux Olympiques tenus du 6 au 21 Août 2016 à Rio de Janeiro, au Brésil. C’est ce jeune Nigérien de 21 ans, qui a défendu avec courage, détermination, abnégation et patriotisme les couleurs nationales lors de ces jeux olympiques, que les Niaméens sont sortis massivement accueillir hier, 25 Aout 2016 à l’Aéroport International Diori de Niamey. C’était une journée pas comme les autres, au regard de la mobilisation exceptionnelle de la population.

Même le ciel y a mis du sien, en gratifiant la capitale d’une forte pluie, pour rendre davantage agréable l’accueil du ‘’héros national’’, vice-champion olympique de Taekwondo dans la catégorie des plus 80 kg. C’est à 17 heures 26 mn, heure locale, que l’avion de la compagnie Fly Skyjet, qui transportait la délégation nigérienne, s’est posé sur le tarmac de l’Aéroport International Diori Hamani de Niamey.

A l’accueil à l’Aéroport, côté officiel, outre le ministre de la Jeunesse et des Sports, M. Salissou Ada, on notait la présence de plusieurs membres du Gouvernement; des députés nationaux ; du gouverneur de la Région de Niamey; du président du Conseil de ville ; des maires des 5 arrondissements communaux de Niamey; du 1er médaillé olympique du Niger (1972), en la personne de M.

Issaka Daboré. Quant aux parents, amis et connaissances du médaillé olympique du Niger aux Jeux de Rio de Janeiro au Brésil, ils étaient légion.

Aussitôt sorti de l’avion qui lui a été spécialement affrété par les autorités de la 7ème République, Abdoul-Razak Issoufou Alfaga a soulevé le drapeau du Niger. La médaille d’argent accrochée à son cou, le héros national est visiblement très ému par l’accueil qui a été réservé à sa personne. Après avoir salué son ministre de tutelle M. Salissou Ada, le médaillé olympique a été escorté par les agents de sécurité jusqu'au salon officiel de l’Aéroport International Diori Hamani dont l’accès est devenu un vrai parcours de combattant, tant la masse de personnes était compacte. Et tout le monde tenait à saluer ou à photographier le vice champion olympique de taekwondo Rio 2016.

A la sortie de l’aéroport, une foule impressionnante attendait de voir le jeune qui a dignement représenté sa Nation au pays de ‘’Pelé’’, le célèbre footballeur international. Par la suite, la désormais icône du taekwondo de notre pays, de l’Afrique tout entière et même du monde, a suivi dans l’enceinte de l’aéroport, une petite démonstration magistralement exécutée par un club de Taekwondo de Niamey, une manière de célébrer le retour du maitre. Pour des raisons de sécurité, Abdoul-Razak Issoufou Alfaga a été transporté en compagnie du ministre de la Jeunesse et des Sports dans un véhicule à podium.

Tout au long du cortège, la population était sortie massivement pour souhaiter à Alfaga bonne arrivée. Sur les grandes affiches et les pancartes que brandissaient les jeunes, on pouvait lire des slogans comme ‘’Alfaga, la Nation te dit Merci’’; ‘’Vive Abdoul-Razak Issoufou Alfaga’’, etc. En quittant l’aéroport, le cortège a suivi l’itinéraire du Rond-point des Armées au Rond-point des Martyrs pour arriver au Rond-point Justice, avant de rallier le Rond-point ENA, puis le Palais du 29 Juillet où le Président de la République, Chef de l’Etat, attendait celui qui a permis à notre pays de se classer 69ème sur plus 200 nations aux Jeux Olympiques de Rio de Janeiro.

Pour Mme Hamsa Hourouna, marâtre d’Abdoul-Razak Issoufou Alfaga, le sacre de ce digne fils honore aussi bien la famille que toute la Nation nigérienne. ‘’Nous sommes contents de ce résultat. Nous remercions particulièrement le Président de la République, Chef de l’Etat, S.E Issoufou Mahamadou, qui a aidé notre fils. Nous prions Dieu pour qu’il protège notre pays de l’insécurité et de tout autre conflit. Nous disons aussi merci à ceux qui ont effectué le déplacement de l’aéroport pour accueillir Abdoul-Razak Issoufou Alfaga’’, a-t-elle déclaré.

Hassane Daouda(onep)

26 août 2016
Source : http://lesahel.org/

Au Palais du 29 juillet : Le peuple nigérien rend hommage à notre héros national

26/08/2016

C’est le Palais du 29 juillet que le comité d’organisation a choisi pour la grande fête consacrée à la cérémonie d’accueil de nos ambassadeurs aux Jeux Olympiques de Rio. Rehaussée par la présence des plus hautes autorités nationales, cette cérémonie a eu l’envergure d’une fête nationale, une véritable démonstration de l’unité et de la cohésion nationales, de la solidarité et de la fraternité entre les fils et filles du pays. Hommes et femmes, jeunes filles et garçons, enfants, ont massivement effectué le déplacement du Palais du 29 Juillet qui a vomi du monde à cette occasion. Déjà, à 14h, le lieu a fait le plein. Cette mobilisation qui traduit l’union sacrée des Nigériens derrière un même idéal, rappelle la marche historique organisée le 17 février 2015 pour exprimer le soutien des populations à nos vaillantes Forces de Défense et de Sécurité dans leur lutte contre Boko Haram.

Avec cet accueil réservé à un digne fils du pays, le peuple nigérien vient encore montrer aux yeux du monde que, quand il s’agit de la Nation, de la République et de l’Etat, il est prêt à faire bloc homogène. Sans parti pris ni considération partisane, ils étaient aussi de tous les secteurs socioprofessionnels à faire le déplacement du Palais du 29 juillet pour honorer le héro national Issoufou Abdoul Razak Alfaga. Pour rendre cette fête plus belle et agréable, les artistes nationaux se sont spontanément mobilisés pour apporter leur accompagnement. Tal National, Moumouni Danké Danké, Aïchatou Dan Kouali, Abdoussalam, Yak Bi, Mintou Baban Pélé, Blake mailer, ONES, Idi Sarki et bien d’autres artistes de renommée ont égayé le public à travers leurs prestations.

‘’Alfaga ! Alfaga ! ALfaga !’’, tel est le maitre mot qui sort de la bouche de l’ensemble des personnes qui ont assisté à cette cérémonie mémorable. Mieux, sur les affiches on peut lire,’’Issoufou Alfaga Abdoul Razak, le Niger te dit merci’’, ou ‘’ Issoufou Alfaga Abdoul Razak, le héros national’’. La joie et la fierté se voient sur tous les visages. Le moment fort de cette cérémonie a été sans nul doute l’entrée du Président de la République et de Issoufou Alfaga Abdoul Razak main dans la main dans l’enceinte du Palais du 29 juillet. Les ‘’deux Issoufou’’ ont fait le tour des tribunes, mains liées et soulevées pour saluer le public. Les cris de joie et une ovation indescriptibles sortaient des entrailles du Palais du 29 Juillet. Des sentiments qui expriment la fierté nationale, la satisfaction d’un peuple de voir le père de la Nation dans une telle atmosphère de joie, prendre dans ses mains un digne fils de la Nation qui a honoré la République dans une compétition internationale.

La grande famille de Ttaekwondo aussi a réservé à notre héros, et au public qui l’accueille, un spectacle plein d’enthousiasme et d’émotion. Après les festivités, certains Nigériens n’ont pas caché leurs sentiments. Le préfet de Ouallam, M. Sadou Oumarou, s’est très fier de Alfaga. ‘’Tous les Nigériens doivent être fiers de lui pour avoir offert au Niger cette médaille. Que Dieu l’accompagne’’, a-t-il déclaré. Pour le président du Conseil National de la Jeunesse M. Aliou Oumarou, un des organisateurs de cet accueil, ‘’c’est une fierté nationale de voir que le sport peut réunir tout un peuple. Aujourd’hui, Alfaga est une fierté, le Chef de l’Etat l’a reconnu et l’a récompensé. Nous demandons tout simplement à l’Etat et à ses partenaires d’investir dans le sport pour permettre à la jeunesse de faire valoir ses talents’’, a souligné le président du Conseil National de la Jeunesse. Aliou Oumarou a enfin demandé à toute la jeunesse nigérienne de prendre en considération les conseils du Président de la République.

Quant au vieux Issaka Daboré, il n’a pas eu de mots pour exprimer sa joie et sa fierté en cette occasion. Il a tout simplement remercié le Président de la République pour l’avoir honoré et soutenu avec un important appui de 15 millions de francs CFA. Il a indiqué depuis le Président Diori qui lui a donné trois millions en son temps et qu’il a fallu le Président Issoufou Mahamadou pour qu’il soit aussi honoré de la plus belle manière. Cet argent, dit-il, sera très bien utilisé pour uniquement la satisfaction de ses besoins et ceux de sa famille. ‘’C’est une grande fierté pour ma famille d’être honorée par le Président de la République’’, a souligné Issaka Daboré, notre 1er Médaillé Olympique de 1972.

Le premier entraineur d’Issoufou Alfaga, Maître Chow, affirme quant à lui qu’il manque de mots pour exprimer sa joie en cette occasion. ‘’Je rends grâce à Dieu pour m’avoir gardé en vie jusqu’à ce jour mémorable. Je remercie la grande famille du Taekwondo pour avoir participé pleinement à cette cérémonie’’, nous a-t-il déclaré.         

Ali Maman(onep)

26 août 2016
Source : http://lesahel.org/