Nigerdiaspora

Syndiquer le contenu
Lien entre les différentes communautés nigériennes et amis du Niger réparties de par le monde. Boubacar Guede
Mis à jour : il y a 1 heure 50 min

Déclaration conjointe Niger-UE à la suite du Dialogue de Haut Niveau dans le cadre du suivi du Sommet de La Valette : Cinq projets au profit du Niger pour un montant de près de 50 milliards FCFA

04/05/2016

Dans le contexte de la visite du Ministre des Affaires Etrangères de la République Fédérale Allemande, Monsieur FRANK WALTER STEINMEIER et du Ministre Français des Affaires Etrangères, Monsieur JEAN MARC AYRAULT, qui a permis de faire un tour d'horizon sur de nombreux sujets d'intérêt commun, les deux Ministres ont reçu un mandat de la Haute Représentante de l'Union Européenne pour les Affaires Etrangères et la Politique de Sécurité et Vice-Présidente de la Commission Européenne (HRVP), Madame FEDERICA MOGHERINI, pour conduire aujourd'hui avec le Niger une rencontre dédiée aux suivis du dialogue de haut niveau sur la migration tenu à La Valette.

Ce dialogue a été conduit par les deux Ministres des Affaires Etrangères au nom de la HRVP, en présence du Représentant Spécial de l'Union Européenne, MONSIEUR ANGEL LOSADA et de l'Ambassadeur, Chef de Délégation de l'Union européenne au Niger, Monsieur RAUL MATEUS PAULA, avec S.E.M. BRIGI RAFINI, Premier Ministre, Chef du Gouvernement du Niger, MONSIEUR MOHAMED BAZOUM, Ministre d'Etat chargé de l'Intérieur, de la Sécurité Publique, de la Décentralisation des Affaires Coutumières et Religieuses, MONSIEUR. ABOUBA ALBADÉ, Ministre d'Etat chargé de l'Agriculture et de l'Elevage, MONSIEUR IBRAHIM YACOUBA, Ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération, de l'Intégration Africaine et des Nigériens de l'Extérieur.

1. Le Niger et l'Union européenne entretiennent d'excellentes relations de partenariat et de coopération qui couvrent divers domaines. L'UE et ses Etats membres sont ainsi le premier bailleur de fonds du Niger. Egalement engagé en appui à la stabilité et la sécurité au Sahel, la mission EUCAP Sahel Niger, présente au Niger depuis 2012, contribue à la formation et au conseil de forces de sécurité civiles nigériennes.

2. Le Sommet UE-Afrique sur la migration des 11 et 12 Novembre 2015 à La Valette, a fourni une excellente base pour traiter conjointement des questions migratoires dans tous leurs aspects, guidés par les principes de solidarité, de partenariat et de responsabilité partagée, A la suite de la participation de S.E.M Mahamadou Issoufou, Président de la République, Chef de l'état, du Niger au Sommet Afrique-UE à La Valette, il a été retenu d'étendre cette coopération dans le domaine des migrations, notamment en tenant régulièrement des Dialogues de Haut Niveau. La rencontre de ce jour s'inscrit ainsi dans la suite des visites au Niger de la HRVP Federica Mogherini en Septembre 2015 et du Commissaire au Développement, Neven Mimica en Novembre 2015.

3. Les deux parties ont souligné la convergence entre le Plan d'Action de La Valette et les politiques nationales du Niger en matière migratoire, y compris la législation adoptée en mai 2015 pour combattre la traite des êtres humains. Les deux parties ont discuté de la mise en œuvre, avec la collaboration de l’OIM dont le Centre d'accueil à Niamey a été visité par les deux ministres des Affaires Etrangères Allemand et Français, des cinq priorités prévues dans le cadre du Plan d'Action de La Valette:

- Lutte contre les causes profondes de la migration irrégulière et du phénomène des personnes déplacées. Dans un esprit de partenariat, le gouvernement du Niger et l'UE s'engagent à promouvoir une croissance économique inclusive en offrant des perspectives d'investissement et en créant des emplois, notamment pour la jeunesse. Les programmes de coopération substantiels de TUE et de ses Etats membres au Niger témoignent de l'engagement sur ce sujet.

- Intensifier la coopération concernant la mobilité légale. Les parties estiment que de nouveaux efforts doivent être déployés pour renforcer les possibilités de mobilité légale, notamment pour favoriser la mobilité des étudiants et chercheurs Nigériens à travers les appels annuels d'Erasmus+ et les actions au titre du programme "Marie Sklodowska-Curie".

- Protection. Le gouvernement du Niger et l'Union européenne soulignent que les efforts pour, protéger des réfugiés et autres personnes déplacées, de défendre les droits de l'homme de tous les migrants, est une responsabilité que se partagent les deux parties.

- Prévenir la migration irrégulière, le trafic de migrants et la traite des êtres humains et lutter contre ces phénomènes. Les deux parties partagent l'avis qu'il y a un besoin accru de sensibilisation de la population contre les risques de la migration irrégulière. La gestion des frontières, la lutte contre la traite des êtres humains et le trafic des migrants sont considérés comme des axes prioritaires de la collaboration entre les deux parties. Dans ce cadre, le travail de la mission EUCAP Sahel Niger a été salué par les deux parties.

- Retour, réadmission et réintégration. Les deux parties partagent l'avis que la mise en œuvre d'une politique efficace de retour systématique des personnes en situation irrégulière constitue une partie intégrante de la gestion des migrations et est le meilleur moyen de dissuader des personnes - et surtout les jeunes - de s'embarquer dans une aventure particulièrement périlleuse de traversée de la Méditerrané qui n'enrichit que les trafiquants et qui met en péril leur vie. Dans ce contexte, en ligne avec le plan d'action de La Valette et l'Art.13 de l'Accord de Cotonou, les deux parties ont convenu de la nécessité d'accroître l'efficacité des procédures du retour, tels que l'identification des personnes en situation irrégulière et la délivrance en temps opportun des documents de voyage requis pour le retour, et de réintégration des migrants en situation irrégulière, dans le respect et la dignité de ces personnes..

4. Lors de leurs échanges, les deux parties ont reconnu le statut particulier du Niger comme pays de transit de flux migratoires dont les origines se situent essentiellement dans d'autres pays de la sous-région. Ils se sont montrés préoccupés de la récente augmentation du nombre de départs des migrants irréguliers en destination du nord, dépassant le nombre de 10.000 personnes dans la 3ième semaine du mois d'Avril. Ils se sont mis d'accord de renforcer leur coopération pour travailler conjointement pour réduire le nombre de départs illégaux du territoire nigérien, conforment à la législation en vigueur, en vue d'éviter les risques des pertes de vie inutiles, vus les dangers encourus.

5. Les deux parties se sont félicitées de la mise en place par l’UE d'un Fonds fiduciaire d'urgence pour lutter contre les causes profondes de la migration irrégulière en Afrique, d'un montant de 1,8 milliard d'euros (soit 1.180 milliards FCFA) lors du Sommet de La Valette. Cinq projets au profit du Niger ont déjà été approuvés pour un montant de € 74,9 millions (soit près de 50 milliards FCFA). Ces projets sont destinés à proposer des nouvelles perspectives économiques d'emploi notamment au jeunes, à renforcer la résiliences des populations vulnérables et à renforcer les capacités des services nigériens en matière de gestion des frontières et de lutte contre la traite d'êtres humains. Il a été convenu par ailleurs que les deux parties continueront de travailler ensemble en vue de la présentation d'autres documents de projet pertinents au Fonds Fiduciaire qui correspondent aux priorités des deux parties.

6. Les deux parties ont convenu que le dialogue en matière de migration sera poursuivi, aussi bien à Haut niveau qu'au niveau technique. Le prochain dialogue de Haut Niveau est envisagé avant la fin de l'année 2016 pour faire le bilan des progrès accomplis.

Onep

04 mai 2016
Source : http://lesahel.org/

Déclaration conjointe Niger-UE à la suite du Dialogue de Haut Niveau dans le cadre du suivi du Sommet de La Valette : Cinq projets au profit du Niger pour un montant de près de 50 milliards FCFA

04/05/2016

Dans le contexte de la visite du Ministre des Affaires Etrangères de la République Fédérale Allemande, Monsieur FRANK WALTER STEINMEIER et du Ministre Français des Affaires Etrangères, Monsieur JEAN MARC AYRAULT, qui a permis de faire un tour d'horizon sur de nombreux sujets d'intérêt commun, les deux Ministres ont reçu un mandat de la Haute Représentante de l'Union Européenne pour les Affaires Etrangères et la Politique de Sécurité et Vice-Présidente de la Commission Européenne (HRVP), Madame FEDERICA MOGHERINI, pour conduire aujourd'hui avec le Niger une rencontre dédiée aux suivis du dialogue de haut niveau sur la migration tenu à La Valette.

Ce dialogue a été conduit par les deux Ministres des Affaires Etrangères au nom de la HRVP, en présence du Représentant Spécial de l'Union Européenne, MONSIEUR ANGEL LOSADA et de l'Ambassadeur, Chef de Délégation de l'Union européenne au Niger, Monsieur RAUL MATEUS PAULA, avec S.E.M. BRIGI RAFINI, Premier Ministre, Chef du Gouvernement du Niger, MONSIEUR MOHAMED BAZOUM, Ministre d'Etat chargé de l'Intérieur, de la Sécurité Publique, de la Décentralisation des Affaires Coutumières et Religieuses, MONSIEUR. ABOUBA ALBADÉ, Ministre d'Etat chargé de l'Agriculture et de l'Elevage, MONSIEUR IBRAHIM YACOUBA, Ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération, de l'Intégration Africaine et des Nigériens de l'Extérieur.

1. Le Niger et l'Union européenne entretiennent d'excellentes relations de partenariat et de coopération qui couvrent divers domaines. L'UE et ses Etats membres sont ainsi le premier bailleur de fonds du Niger. Egalement engagé en appui à la stabilité et la sécurité au Sahel, la mission EUCAP Sahel Niger, présente au Niger depuis 2012, contribue à la formation et au conseil de forces de sécurité civiles nigériennes.

2. Le Sommet UE-Afrique sur la migration des 11 et 12 Novembre 2015 à La Valette, a fourni une excellente base pour traiter conjointement des questions migratoires dans tous leurs aspects, guidés par les principes de solidarité, de partenariat et de responsabilité partagée, A la suite de la participation de S.E.M Mahamadou Issoufou, Président de la République, Chef de l'état, du Niger au Sommet Afrique-UE à La Valette, il a été retenu d'étendre cette coopération dans le domaine des migrations, notamment en tenant régulièrement des Dialogues de Haut Niveau. La rencontre de ce jour s'inscrit ainsi dans la suite des visites au Niger de la HRVP Federica Mogherini en Septembre 2015 et du Commissaire au Développement, Neven Mimica en Novembre 2015.

3. Les deux parties ont souligné la convergence entre le Plan d'Action de La Valette et les politiques nationales du Niger en matière migratoire, y compris la législation adoptée en mai 2015 pour combattre la traite des êtres humains. Les deux parties ont discuté de la mise en œuvre, avec la collaboration de l’OIM dont le Centre d'accueil à Niamey a été visité par les deux ministres des Affaires Etrangères Allemand et Français, des cinq priorités prévues dans le cadre du Plan d'Action de La Valette:

- Lutte contre les causes profondes de la migration irrégulière et du phénomène des personnes déplacées. Dans un esprit de partenariat, le gouvernement du Niger et l'UE s'engagent à promouvoir une croissance économique inclusive en offrant des perspectives d'investissement et en créant des emplois, notamment pour la jeunesse. Les programmes de coopération substantiels de TUE et de ses Etats membres au Niger témoignent de l'engagement sur ce sujet.

- Intensifier la coopération concernant la mobilité légale. Les parties estiment que de nouveaux efforts doivent être déployés pour renforcer les possibilités de mobilité légale, notamment pour favoriser la mobilité des étudiants et chercheurs Nigériens à travers les appels annuels d'Erasmus+ et les actions au titre du programme "Marie Sklodowska-Curie".

- Protection. Le gouvernement du Niger et l'Union européenne soulignent que les efforts pour, protéger des réfugiés et autres personnes déplacées, de défendre les droits de l'homme de tous les migrants, est une responsabilité que se partagent les deux parties.

- Prévenir la migration irrégulière, le trafic de migrants et la traite des êtres humains et lutter contre ces phénomènes. Les deux parties partagent l'avis qu'il y a un besoin accru de sensibilisation de la population contre les risques de la migration irrégulière. La gestion des frontières, la lutte contre la traite des êtres humains et le trafic des migrants sont considérés comme des axes prioritaires de la collaboration entre les deux parties. Dans ce cadre, le travail de la mission EUCAP Sahel Niger a été salué par les deux parties.

- Retour, réadmission et réintégration. Les deux parties partagent l'avis que la mise en œuvre d'une politique efficace de retour systématique des personnes en situation irrégulière constitue une partie intégrante de la gestion des migrations et est le meilleur moyen de dissuader des personnes - et surtout les jeunes - de s'embarquer dans une aventure particulièrement périlleuse de traversée de la Méditerrané qui n'enrichit que les trafiquants et qui met en péril leur vie. Dans ce contexte, en ligne avec le plan d'action de La Valette et l'Art.13 de l'Accord de Cotonou, les deux parties ont convenu de la nécessité d'accroître l'efficacité des procédures du retour, tels que l'identification des personnes en situation irrégulière et la délivrance en temps opportun des documents de voyage requis pour le retour, et de réintégration des migrants en situation irrégulière, dans le respect et la dignité de ces personnes..

4. Lors de leurs échanges, les deux parties ont reconnu le statut particulier du Niger comme pays de transit de flux migratoires dont les origines se situent essentiellement dans d'autres pays de la sous-région. Ils se sont montrés préoccupés de la récente augmentation du nombre de départs des migrants irréguliers en destination du nord, dépassant le nombre de 10.000 personnes dans la 3ième semaine du mois d'Avril. Ils se sont mis d'accord de renforcer leur coopération pour travailler conjointement pour réduire le nombre de départs illégaux du territoire nigérien, conforment à la législation en vigueur, en vue d'éviter les risques des pertes de vie inutiles, vus les dangers encourus.

5. Les deux parties se sont félicitées de la mise en place par l’UE d'un Fonds fiduciaire d'urgence pour lutter contre les causes profondes de la migration irrégulière en Afrique, d'un montant de 1,8 milliard d'euros (soit 1.180 milliards FCFA) lors du Sommet de La Valette. Cinq projets au profit du Niger ont déjà été approuvés pour un montant de € 74,9 millions (soit près de 50 milliards FCFA). Ces projets sont destinés à proposer des nouvelles perspectives économiques d'emploi notamment au jeunes, à renforcer la résiliences des populations vulnérables et à renforcer les capacités des services nigériens en matière de gestion des frontières et de lutte contre la traite d'êtres humains. Il a été convenu par ailleurs que les deux parties continueront de travailler ensemble en vue de la présentation d'autres documents de projet pertinents au Fonds Fiduciaire qui correspondent aux priorités des deux parties.

6. Les deux parties ont convenu que le dialogue en matière de migration sera poursuivi, aussi bien à Haut niveau qu'au niveau technique. Le prochain dialogue de Haut Niveau est envisagé avant la fin de l'année 2016 pour faire le bilan des progrès accomplis.

Onep

04 mai 2016
Source : http://lesahel.org/

Déclaration conjointe Niger-UE à la suite du Dialogue de Haut Niveau dans le cadre du suivi du Sommet de La Valette : Cinq projets au profit du Niger pour un montant de près de 50 milliards FCFA

04/05/2016

Dans le contexte de la visite du Ministre des Affaires Etrangères de la République Fédérale Allemande, Monsieur FRANK WALTER STEINMEIER et du Ministre Français des Affaires Etrangères, Monsieur JEAN MARC AYRAULT, qui a permis de faire un tour d'horizon sur de nombreux sujets d'intérêt commun, les deux Ministres ont reçu un mandat de la Haute Représentante de l'Union Européenne pour les Affaires Etrangères et la Politique de Sécurité et Vice-Présidente de la Commission Européenne (HRVP), Madame FEDERICA MOGHERINI, pour conduire aujourd'hui avec le Niger une rencontre dédiée aux suivis du dialogue de haut niveau sur la migration tenu à La Valette.

Ce dialogue a été conduit par les deux Ministres des Affaires Etrangères au nom de la HRVP, en présence du Représentant Spécial de l'Union Européenne, MONSIEUR ANGEL LOSADA et de l'Ambassadeur, Chef de Délégation de l'Union européenne au Niger, Monsieur RAUL MATEUS PAULA, avec S.E.M. BRIGI RAFINI, Premier Ministre, Chef du Gouvernement du Niger, MONSIEUR MOHAMED BAZOUM, Ministre d'Etat chargé de l'Intérieur, de la Sécurité Publique, de la Décentralisation des Affaires Coutumières et Religieuses, MONSIEUR. ABOUBA ALBADÉ, Ministre d'Etat chargé de l'Agriculture et de l'Elevage, MONSIEUR IBRAHIM YACOUBA, Ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération, de l'Intégration Africaine et des Nigériens de l'Extérieur.

1. Le Niger et l'Union européenne entretiennent d'excellentes relations de partenariat et de coopération qui couvrent divers domaines. L'UE et ses Etats membres sont ainsi le premier bailleur de fonds du Niger. Egalement engagé en appui à la stabilité et la sécurité au Sahel, la mission EUCAP Sahel Niger, présente au Niger depuis 2012, contribue à la formation et au conseil de forces de sécurité civiles nigériennes.

2. Le Sommet UE-Afrique sur la migration des 11 et 12 Novembre 2015 à La Valette, a fourni une excellente base pour traiter conjointement des questions migratoires dans tous leurs aspects, guidés par les principes de solidarité, de partenariat et de responsabilité partagée, A la suite de la participation de S.E.M Mahamadou Issoufou, Président de la République, Chef de l'état, du Niger au Sommet Afrique-UE à La Valette, il a été retenu d'étendre cette coopération dans le domaine des migrations, notamment en tenant régulièrement des Dialogues de Haut Niveau. La rencontre de ce jour s'inscrit ainsi dans la suite des visites au Niger de la HRVP Federica Mogherini en Septembre 2015 et du Commissaire au Développement, Neven Mimica en Novembre 2015.

3. Les deux parties ont souligné la convergence entre le Plan d'Action de La Valette et les politiques nationales du Niger en matière migratoire, y compris la législation adoptée en mai 2015 pour combattre la traite des êtres humains. Les deux parties ont discuté de la mise en œuvre, avec la collaboration de l’OIM dont le Centre d'accueil à Niamey a été visité par les deux ministres des Affaires Etrangères Allemand et Français, des cinq priorités prévues dans le cadre du Plan d'Action de La Valette:

- Lutte contre les causes profondes de la migration irrégulière et du phénomène des personnes déplacées. Dans un esprit de partenariat, le gouvernement du Niger et l'UE s'engagent à promouvoir une croissance économique inclusive en offrant des perspectives d'investissement et en créant des emplois, notamment pour la jeunesse. Les programmes de coopération substantiels de TUE et de ses Etats membres au Niger témoignent de l'engagement sur ce sujet.

- Intensifier la coopération concernant la mobilité légale. Les parties estiment que de nouveaux efforts doivent être déployés pour renforcer les possibilités de mobilité légale, notamment pour favoriser la mobilité des étudiants et chercheurs Nigériens à travers les appels annuels d'Erasmus+ et les actions au titre du programme "Marie Sklodowska-Curie".

- Protection. Le gouvernement du Niger et l'Union européenne soulignent que les efforts pour, protéger des réfugiés et autres personnes déplacées, de défendre les droits de l'homme de tous les migrants, est une responsabilité que se partagent les deux parties.

- Prévenir la migration irrégulière, le trafic de migrants et la traite des êtres humains et lutter contre ces phénomènes. Les deux parties partagent l'avis qu'il y a un besoin accru de sensibilisation de la population contre les risques de la migration irrégulière. La gestion des frontières, la lutte contre la traite des êtres humains et le trafic des migrants sont considérés comme des axes prioritaires de la collaboration entre les deux parties. Dans ce cadre, le travail de la mission EUCAP Sahel Niger a été salué par les deux parties.

- Retour, réadmission et réintégration. Les deux parties partagent l'avis que la mise en œuvre d'une politique efficace de retour systématique des personnes en situation irrégulière constitue une partie intégrante de la gestion des migrations et est le meilleur moyen de dissuader des personnes - et surtout les jeunes - de s'embarquer dans une aventure particulièrement périlleuse de traversée de la Méditerrané qui n'enrichit que les trafiquants et qui met en péril leur vie. Dans ce contexte, en ligne avec le plan d'action de La Valette et l'Art.13 de l'Accord de Cotonou, les deux parties ont convenu de la nécessité d'accroître l'efficacité des procédures du retour, tels que l'identification des personnes en situation irrégulière et la délivrance en temps opportun des documents de voyage requis pour le retour, et de réintégration des migrants en situation irrégulière, dans le respect et la dignité de ces personnes..

4. Lors de leurs échanges, les deux parties ont reconnu le statut particulier du Niger comme pays de transit de flux migratoires dont les origines se situent essentiellement dans d'autres pays de la sous-région. Ils se sont montrés préoccupés de la récente augmentation du nombre de départs des migrants irréguliers en destination du nord, dépassant le nombre de 10.000 personnes dans la 3ième semaine du mois d'Avril. Ils se sont mis d'accord de renforcer leur coopération pour travailler conjointement pour réduire le nombre de départs illégaux du territoire nigérien, conforment à la législation en vigueur, en vue d'éviter les risques des pertes de vie inutiles, vus les dangers encourus.

5. Les deux parties se sont félicitées de la mise en place par l’UE d'un Fonds fiduciaire d'urgence pour lutter contre les causes profondes de la migration irrégulière en Afrique, d'un montant de 1,8 milliard d'euros (soit 1.180 milliards FCFA) lors du Sommet de La Valette. Cinq projets au profit du Niger ont déjà été approuvés pour un montant de € 74,9 millions (soit près de 50 milliards FCFA). Ces projets sont destinés à proposer des nouvelles perspectives économiques d'emploi notamment au jeunes, à renforcer la résiliences des populations vulnérables et à renforcer les capacités des services nigériens en matière de gestion des frontières et de lutte contre la traite d'êtres humains. Il a été convenu par ailleurs que les deux parties continueront de travailler ensemble en vue de la présentation d'autres documents de projet pertinents au Fonds Fiduciaire qui correspondent aux priorités des deux parties.

6. Les deux parties ont convenu que le dialogue en matière de migration sera poursuivi, aussi bien à Haut niveau qu'au niveau technique. Le prochain dialogue de Haut Niveau est envisagé avant la fin de l'année 2016 pour faire le bilan des progrès accomplis.

Onep

04 mai 2016
Source : http://lesahel.org/

Déclaration conjointe Niger-UE à la suite du Dialogue de Haut Niveau dans le cadre du suivi du Sommet de La Valette : Cinq projets au profit du Niger pour un montant de près de 50 milliards FCFA

04/05/2016

Dans le contexte de la visite du Ministre des Affaires Etrangères de la République Fédérale Allemande, Monsieur FRANK WALTER STEINMEIER et du Ministre Français des Affaires Etrangères, Monsieur JEAN MARC AYRAULT, qui a permis de faire un tour d'horizon sur de nombreux sujets d'intérêt commun, les deux Ministres ont reçu un mandat de la Haute Représentante de l'Union Européenne pour les Affaires Etrangères et la Politique de Sécurité et Vice-Présidente de la Commission Européenne (HRVP), Madame FEDERICA MOGHERINI, pour conduire aujourd'hui avec le Niger une rencontre dédiée aux suivis du dialogue de haut niveau sur la migration tenu à La Valette.

Ce dialogue a été conduit par les deux Ministres des Affaires Etrangères au nom de la HRVP, en présence du Représentant Spécial de l'Union Européenne, MONSIEUR ANGEL LOSADA et de l'Ambassadeur, Chef de Délégation de l'Union européenne au Niger, Monsieur RAUL MATEUS PAULA, avec S.E.M. BRIGI RAFINI, Premier Ministre, Chef du Gouvernement du Niger, MONSIEUR MOHAMED BAZOUM, Ministre d'Etat chargé de l'Intérieur, de la Sécurité Publique, de la Décentralisation des Affaires Coutumières et Religieuses, MONSIEUR. ABOUBA ALBADÉ, Ministre d'Etat chargé de l'Agriculture et de l'Elevage, MONSIEUR IBRAHIM YACOUBA, Ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération, de l'Intégration Africaine et des Nigériens de l'Extérieur.

1. Le Niger et l'Union européenne entretiennent d'excellentes relations de partenariat et de coopération qui couvrent divers domaines. L'UE et ses Etats membres sont ainsi le premier bailleur de fonds du Niger. Egalement engagé en appui à la stabilité et la sécurité au Sahel, la mission EUCAP Sahel Niger, présente au Niger depuis 2012, contribue à la formation et au conseil de forces de sécurité civiles nigériennes.

2. Le Sommet UE-Afrique sur la migration des 11 et 12 Novembre 2015 à La Valette, a fourni une excellente base pour traiter conjointement des questions migratoires dans tous leurs aspects, guidés par les principes de solidarité, de partenariat et de responsabilité partagée, A la suite de la participation de S.E.M Mahamadou Issoufou, Président de la République, Chef de l'état, du Niger au Sommet Afrique-UE à La Valette, il a été retenu d'étendre cette coopération dans le domaine des migrations, notamment en tenant régulièrement des Dialogues de Haut Niveau. La rencontre de ce jour s'inscrit ainsi dans la suite des visites au Niger de la HRVP Federica Mogherini en Septembre 2015 et du Commissaire au Développement, Neven Mimica en Novembre 2015.

3. Les deux parties ont souligné la convergence entre le Plan d'Action de La Valette et les politiques nationales du Niger en matière migratoire, y compris la législation adoptée en mai 2015 pour combattre la traite des êtres humains. Les deux parties ont discuté de la mise en œuvre, avec la collaboration de l’OIM dont le Centre d'accueil à Niamey a été visité par les deux ministres des Affaires Etrangères Allemand et Français, des cinq priorités prévues dans le cadre du Plan d'Action de La Valette:

- Lutte contre les causes profondes de la migration irrégulière et du phénomène des personnes déplacées. Dans un esprit de partenariat, le gouvernement du Niger et l'UE s'engagent à promouvoir une croissance économique inclusive en offrant des perspectives d'investissement et en créant des emplois, notamment pour la jeunesse. Les programmes de coopération substantiels de TUE et de ses Etats membres au Niger témoignent de l'engagement sur ce sujet.

- Intensifier la coopération concernant la mobilité légale. Les parties estiment que de nouveaux efforts doivent être déployés pour renforcer les possibilités de mobilité légale, notamment pour favoriser la mobilité des étudiants et chercheurs Nigériens à travers les appels annuels d'Erasmus+ et les actions au titre du programme "Marie Sklodowska-Curie".

- Protection. Le gouvernement du Niger et l'Union européenne soulignent que les efforts pour, protéger des réfugiés et autres personnes déplacées, de défendre les droits de l'homme de tous les migrants, est une responsabilité que se partagent les deux parties.

- Prévenir la migration irrégulière, le trafic de migrants et la traite des êtres humains et lutter contre ces phénomènes. Les deux parties partagent l'avis qu'il y a un besoin accru de sensibilisation de la population contre les risques de la migration irrégulière. La gestion des frontières, la lutte contre la traite des êtres humains et le trafic des migrants sont considérés comme des axes prioritaires de la collaboration entre les deux parties. Dans ce cadre, le travail de la mission EUCAP Sahel Niger a été salué par les deux parties.

- Retour, réadmission et réintégration. Les deux parties partagent l'avis que la mise en œuvre d'une politique efficace de retour systématique des personnes en situation irrégulière constitue une partie intégrante de la gestion des migrations et est le meilleur moyen de dissuader des personnes - et surtout les jeunes - de s'embarquer dans une aventure particulièrement périlleuse de traversée de la Méditerrané qui n'enrichit que les trafiquants et qui met en péril leur vie. Dans ce contexte, en ligne avec le plan d'action de La Valette et l'Art.13 de l'Accord de Cotonou, les deux parties ont convenu de la nécessité d'accroître l'efficacité des procédures du retour, tels que l'identification des personnes en situation irrégulière et la délivrance en temps opportun des documents de voyage requis pour le retour, et de réintégration des migrants en situation irrégulière, dans le respect et la dignité de ces personnes..

4. Lors de leurs échanges, les deux parties ont reconnu le statut particulier du Niger comme pays de transit de flux migratoires dont les origines se situent essentiellement dans d'autres pays de la sous-région. Ils se sont montrés préoccupés de la récente augmentation du nombre de départs des migrants irréguliers en destination du nord, dépassant le nombre de 10.000 personnes dans la 3ième semaine du mois d'Avril. Ils se sont mis d'accord de renforcer leur coopération pour travailler conjointement pour réduire le nombre de départs illégaux du territoire nigérien, conforment à la législation en vigueur, en vue d'éviter les risques des pertes de vie inutiles, vus les dangers encourus.

5. Les deux parties se sont félicitées de la mise en place par l’UE d'un Fonds fiduciaire d'urgence pour lutter contre les causes profondes de la migration irrégulière en Afrique, d'un montant de 1,8 milliard d'euros (soit 1.180 milliards FCFA) lors du Sommet de La Valette. Cinq projets au profit du Niger ont déjà été approuvés pour un montant de € 74,9 millions (soit près de 50 milliards FCFA). Ces projets sont destinés à proposer des nouvelles perspectives économiques d'emploi notamment au jeunes, à renforcer la résiliences des populations vulnérables et à renforcer les capacités des services nigériens en matière de gestion des frontières et de lutte contre la traite d'êtres humains. Il a été convenu par ailleurs que les deux parties continueront de travailler ensemble en vue de la présentation d'autres documents de projet pertinents au Fonds Fiduciaire qui correspondent aux priorités des deux parties.

6. Les deux parties ont convenu que le dialogue en matière de migration sera poursuivi, aussi bien à Haut niveau qu'au niveau technique. Le prochain dialogue de Haut Niveau est envisagé avant la fin de l'année 2016 pour faire le bilan des progrès accomplis.

Onep

04 mai 2016
Source : http://lesahel.org/

Déclaration conjointe Niger-UE à la suite du Dialogue de Haut Niveau dans le cadre du suivi du Sommet de La Valette : Cinq projets au profit du Niger pour un montant de près de 50 milliards FCFA

04/05/2016

Dans le contexte de la visite du Ministre des Affaires Etrangères de la République Fédérale Allemande, Monsieur FRANK WALTER STEINMEIER et du Ministre Français des Affaires Etrangères, Monsieur JEAN MARC AYRAULT, qui a permis de faire un tour d'horizon sur de nombreux sujets d'intérêt commun, les deux Ministres ont reçu un mandat de la Haute Représentante de l'Union Européenne pour les Affaires Etrangères et la Politique de Sécurité et Vice-Présidente de la Commission Européenne (HRVP), Madame FEDERICA MOGHERINI, pour conduire aujourd'hui avec le Niger une rencontre dédiée aux suivis du dialogue de haut niveau sur la migration tenu à La Valette.

Ce dialogue a été conduit par les deux Ministres des Affaires Etrangères au nom de la HRVP, en présence du Représentant Spécial de l'Union Européenne, MONSIEUR ANGEL LOSADA et de l'Ambassadeur, Chef de Délégation de l'Union européenne au Niger, Monsieur RAUL MATEUS PAULA, avec S.E.M. BRIGI RAFINI, Premier Ministre, Chef du Gouvernement du Niger, MONSIEUR MOHAMED BAZOUM, Ministre d'Etat chargé de l'Intérieur, de la Sécurité Publique, de la Décentralisation des Affaires Coutumières et Religieuses, MONSIEUR. ABOUBA ALBADÉ, Ministre d'Etat chargé de l'Agriculture et de l'Elevage, MONSIEUR IBRAHIM YACOUBA, Ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération, de l'Intégration Africaine et des Nigériens de l'Extérieur.

1. Le Niger et l'Union européenne entretiennent d'excellentes relations de partenariat et de coopération qui couvrent divers domaines. L'UE et ses Etats membres sont ainsi le premier bailleur de fonds du Niger. Egalement engagé en appui à la stabilité et la sécurité au Sahel, la mission EUCAP Sahel Niger, présente au Niger depuis 2012, contribue à la formation et au conseil de forces de sécurité civiles nigériennes.

2. Le Sommet UE-Afrique sur la migration des 11 et 12 Novembre 2015 à La Valette, a fourni une excellente base pour traiter conjointement des questions migratoires dans tous leurs aspects, guidés par les principes de solidarité, de partenariat et de responsabilité partagée, A la suite de la participation de S.E.M Mahamadou Issoufou, Président de la République, Chef de l'état, du Niger au Sommet Afrique-UE à La Valette, il a été retenu d'étendre cette coopération dans le domaine des migrations, notamment en tenant régulièrement des Dialogues de Haut Niveau. La rencontre de ce jour s'inscrit ainsi dans la suite des visites au Niger de la HRVP Federica Mogherini en Septembre 2015 et du Commissaire au Développement, Neven Mimica en Novembre 2015.

3. Les deux parties ont souligné la convergence entre le Plan d'Action de La Valette et les politiques nationales du Niger en matière migratoire, y compris la législation adoptée en mai 2015 pour combattre la traite des êtres humains. Les deux parties ont discuté de la mise en œuvre, avec la collaboration de l’OIM dont le Centre d'accueil à Niamey a été visité par les deux ministres des Affaires Etrangères Allemand et Français, des cinq priorités prévues dans le cadre du Plan d'Action de La Valette:

- Lutte contre les causes profondes de la migration irrégulière et du phénomène des personnes déplacées. Dans un esprit de partenariat, le gouvernement du Niger et l'UE s'engagent à promouvoir une croissance économique inclusive en offrant des perspectives d'investissement et en créant des emplois, notamment pour la jeunesse. Les programmes de coopération substantiels de TUE et de ses Etats membres au Niger témoignent de l'engagement sur ce sujet.

- Intensifier la coopération concernant la mobilité légale. Les parties estiment que de nouveaux efforts doivent être déployés pour renforcer les possibilités de mobilité légale, notamment pour favoriser la mobilité des étudiants et chercheurs Nigériens à travers les appels annuels d'Erasmus+ et les actions au titre du programme "Marie Sklodowska-Curie".

- Protection. Le gouvernement du Niger et l'Union européenne soulignent que les efforts pour, protéger des réfugiés et autres personnes déplacées, de défendre les droits de l'homme de tous les migrants, est une responsabilité que se partagent les deux parties.

- Prévenir la migration irrégulière, le trafic de migrants et la traite des êtres humains et lutter contre ces phénomènes. Les deux parties partagent l'avis qu'il y a un besoin accru de sensibilisation de la population contre les risques de la migration irrégulière. La gestion des frontières, la lutte contre la traite des êtres humains et le trafic des migrants sont considérés comme des axes prioritaires de la collaboration entre les deux parties. Dans ce cadre, le travail de la mission EUCAP Sahel Niger a été salué par les deux parties.

- Retour, réadmission et réintégration. Les deux parties partagent l'avis que la mise en œuvre d'une politique efficace de retour systématique des personnes en situation irrégulière constitue une partie intégrante de la gestion des migrations et est le meilleur moyen de dissuader des personnes - et surtout les jeunes - de s'embarquer dans une aventure particulièrement périlleuse de traversée de la Méditerrané qui n'enrichit que les trafiquants et qui met en péril leur vie. Dans ce contexte, en ligne avec le plan d'action de La Valette et l'Art.13 de l'Accord de Cotonou, les deux parties ont convenu de la nécessité d'accroître l'efficacité des procédures du retour, tels que l'identification des personnes en situation irrégulière et la délivrance en temps opportun des documents de voyage requis pour le retour, et de réintégration des migrants en situation irrégulière, dans le respect et la dignité de ces personnes..

4. Lors de leurs échanges, les deux parties ont reconnu le statut particulier du Niger comme pays de transit de flux migratoires dont les origines se situent essentiellement dans d'autres pays de la sous-région. Ils se sont montrés préoccupés de la récente augmentation du nombre de départs des migrants irréguliers en destination du nord, dépassant le nombre de 10.000 personnes dans la 3ième semaine du mois d'Avril. Ils se sont mis d'accord de renforcer leur coopération pour travailler conjointement pour réduire le nombre de départs illégaux du territoire nigérien, conforment à la législation en vigueur, en vue d'éviter les risques des pertes de vie inutiles, vus les dangers encourus.

5. Les deux parties se sont félicitées de la mise en place par l’UE d'un Fonds fiduciaire d'urgence pour lutter contre les causes profondes de la migration irrégulière en Afrique, d'un montant de 1,8 milliard d'euros (soit 1.180 milliards FCFA) lors du Sommet de La Valette. Cinq projets au profit du Niger ont déjà été approuvés pour un montant de € 74,9 millions (soit près de 50 milliards FCFA). Ces projets sont destinés à proposer des nouvelles perspectives économiques d'emploi notamment au jeunes, à renforcer la résiliences des populations vulnérables et à renforcer les capacités des services nigériens en matière de gestion des frontières et de lutte contre la traite d'êtres humains. Il a été convenu par ailleurs que les deux parties continueront de travailler ensemble en vue de la présentation d'autres documents de projet pertinents au Fonds Fiduciaire qui correspondent aux priorités des deux parties.

6. Les deux parties ont convenu que le dialogue en matière de migration sera poursuivi, aussi bien à Haut niveau qu'au niveau technique. Le prochain dialogue de Haut Niveau est envisagé avant la fin de l'année 2016 pour faire le bilan des progrès accomplis.

Onep

04 mai 2016
Source : http://lesahel.org/

Déclaration conjointe Niger-UE à la suite du Dialogue de Haut Niveau dans le cadre du suivi du Sommet de La Valette : Cinq projets au profit du Niger pour un montant de près de 50 milliards FCFA

04/05/2016

Dans le contexte de la visite du Ministre des Affaires Etrangères de la République Fédérale Allemande, Monsieur FRANK WALTER STEINMEIER et du Ministre Français des Affaires Etrangères, Monsieur JEAN MARC AYRAULT, qui a permis de faire un tour d'horizon sur de nombreux sujets d'intérêt commun, les deux Ministres ont reçu un mandat de la Haute Représentante de l'Union Européenne pour les Affaires Etrangères et la Politique de Sécurité et Vice-Présidente de la Commission Européenne (HRVP), Madame FEDERICA MOGHERINI, pour conduire aujourd'hui avec le Niger une rencontre dédiée aux suivis du dialogue de haut niveau sur la migration tenu à La Valette.

Ce dialogue a été conduit par les deux Ministres des Affaires Etrangères au nom de la HRVP, en présence du Représentant Spécial de l'Union Européenne, MONSIEUR ANGEL LOSADA et de l'Ambassadeur, Chef de Délégation de l'Union européenne au Niger, Monsieur RAUL MATEUS PAULA, avec S.E.M. BRIGI RAFINI, Premier Ministre, Chef du Gouvernement du Niger, MONSIEUR MOHAMED BAZOUM, Ministre d'Etat chargé de l'Intérieur, de la Sécurité Publique, de la Décentralisation des Affaires Coutumières et Religieuses, MONSIEUR. ABOUBA ALBADÉ, Ministre d'Etat chargé de l'Agriculture et de l'Elevage, MONSIEUR IBRAHIM YACOUBA, Ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération, de l'Intégration Africaine et des Nigériens de l'Extérieur.

1. Le Niger et l'Union européenne entretiennent d'excellentes relations de partenariat et de coopération qui couvrent divers domaines. L'UE et ses Etats membres sont ainsi le premier bailleur de fonds du Niger. Egalement engagé en appui à la stabilité et la sécurité au Sahel, la mission EUCAP Sahel Niger, présente au Niger depuis 2012, contribue à la formation et au conseil de forces de sécurité civiles nigériennes.

2. Le Sommet UE-Afrique sur la migration des 11 et 12 Novembre 2015 à La Valette, a fourni une excellente base pour traiter conjointement des questions migratoires dans tous leurs aspects, guidés par les principes de solidarité, de partenariat et de responsabilité partagée, A la suite de la participation de S.E.M Mahamadou Issoufou, Président de la République, Chef de l'état, du Niger au Sommet Afrique-UE à La Valette, il a été retenu d'étendre cette coopération dans le domaine des migrations, notamment en tenant régulièrement des Dialogues de Haut Niveau. La rencontre de ce jour s'inscrit ainsi dans la suite des visites au Niger de la HRVP Federica Mogherini en Septembre 2015 et du Commissaire au Développement, Neven Mimica en Novembre 2015.

3. Les deux parties ont souligné la convergence entre le Plan d'Action de La Valette et les politiques nationales du Niger en matière migratoire, y compris la législation adoptée en mai 2015 pour combattre la traite des êtres humains. Les deux parties ont discuté de la mise en œuvre, avec la collaboration de l’OIM dont le Centre d'accueil à Niamey a été visité par les deux ministres des Affaires Etrangères Allemand et Français, des cinq priorités prévues dans le cadre du Plan d'Action de La Valette:

- Lutte contre les causes profondes de la migration irrégulière et du phénomène des personnes déplacées. Dans un esprit de partenariat, le gouvernement du Niger et l'UE s'engagent à promouvoir une croissance économique inclusive en offrant des perspectives d'investissement et en créant des emplois, notamment pour la jeunesse. Les programmes de coopération substantiels de TUE et de ses Etats membres au Niger témoignent de l'engagement sur ce sujet.

- Intensifier la coopération concernant la mobilité légale. Les parties estiment que de nouveaux efforts doivent être déployés pour renforcer les possibilités de mobilité légale, notamment pour favoriser la mobilité des étudiants et chercheurs Nigériens à travers les appels annuels d'Erasmus+ et les actions au titre du programme "Marie Sklodowska-Curie".

- Protection. Le gouvernement du Niger et l'Union européenne soulignent que les efforts pour, protéger des réfugiés et autres personnes déplacées, de défendre les droits de l'homme de tous les migrants, est une responsabilité que se partagent les deux parties.

- Prévenir la migration irrégulière, le trafic de migrants et la traite des êtres humains et lutter contre ces phénomènes. Les deux parties partagent l'avis qu'il y a un besoin accru de sensibilisation de la population contre les risques de la migration irrégulière. La gestion des frontières, la lutte contre la traite des êtres humains et le trafic des migrants sont considérés comme des axes prioritaires de la collaboration entre les deux parties. Dans ce cadre, le travail de la mission EUCAP Sahel Niger a été salué par les deux parties.

- Retour, réadmission et réintégration. Les deux parties partagent l'avis que la mise en œuvre d'une politique efficace de retour systématique des personnes en situation irrégulière constitue une partie intégrante de la gestion des migrations et est le meilleur moyen de dissuader des personnes - et surtout les jeunes - de s'embarquer dans une aventure particulièrement périlleuse de traversée de la Méditerrané qui n'enrichit que les trafiquants et qui met en péril leur vie. Dans ce contexte, en ligne avec le plan d'action de La Valette et l'Art.13 de l'Accord de Cotonou, les deux parties ont convenu de la nécessité d'accroître l'efficacité des procédures du retour, tels que l'identification des personnes en situation irrégulière et la délivrance en temps opportun des documents de voyage requis pour le retour, et de réintégration des migrants en situation irrégulière, dans le respect et la dignité de ces personnes..

4. Lors de leurs échanges, les deux parties ont reconnu le statut particulier du Niger comme pays de transit de flux migratoires dont les origines se situent essentiellement dans d'autres pays de la sous-région. Ils se sont montrés préoccupés de la récente augmentation du nombre de départs des migrants irréguliers en destination du nord, dépassant le nombre de 10.000 personnes dans la 3ième semaine du mois d'Avril. Ils se sont mis d'accord de renforcer leur coopération pour travailler conjointement pour réduire le nombre de départs illégaux du territoire nigérien, conforment à la législation en vigueur, en vue d'éviter les risques des pertes de vie inutiles, vus les dangers encourus.

5. Les deux parties se sont félicitées de la mise en place par l’UE d'un Fonds fiduciaire d'urgence pour lutter contre les causes profondes de la migration irrégulière en Afrique, d'un montant de 1,8 milliard d'euros (soit 1.180 milliards FCFA) lors du Sommet de La Valette. Cinq projets au profit du Niger ont déjà été approuvés pour un montant de € 74,9 millions (soit près de 50 milliards FCFA). Ces projets sont destinés à proposer des nouvelles perspectives économiques d'emploi notamment au jeunes, à renforcer la résiliences des populations vulnérables et à renforcer les capacités des services nigériens en matière de gestion des frontières et de lutte contre la traite d'êtres humains. Il a été convenu par ailleurs que les deux parties continueront de travailler ensemble en vue de la présentation d'autres documents de projet pertinents au Fonds Fiduciaire qui correspondent aux priorités des deux parties.

6. Les deux parties ont convenu que le dialogue en matière de migration sera poursuivi, aussi bien à Haut niveau qu'au niveau technique. Le prochain dialogue de Haut Niveau est envisagé avant la fin de l'année 2016 pour faire le bilan des progrès accomplis.

Onep

04 mai 2016
Source : http://lesahel.org/

Déclaration conjointe Niger-UE à la suite du Dialogue de Haut Niveau dans le cadre du suivi du Sommet de La Valette : Cinq projets au profit du Niger pour un montant de près de 50 milliards FCFA

04/05/2016

Dans le contexte de la visite du Ministre des Affaires Etrangères de la République Fédérale Allemande, Monsieur FRANK WALTER STEINMEIER et du Ministre Français des Affaires Etrangères, Monsieur JEAN MARC AYRAULT, qui a permis de faire un tour d'horizon sur de nombreux sujets d'intérêt commun, les deux Ministres ont reçu un mandat de la Haute Représentante de l'Union Européenne pour les Affaires Etrangères et la Politique de Sécurité et Vice-Présidente de la Commission Européenne (HRVP), Madame FEDERICA MOGHERINI, pour conduire aujourd'hui avec le Niger une rencontre dédiée aux suivis du dialogue de haut niveau sur la migration tenu à La Valette.

Ce dialogue a été conduit par les deux Ministres des Affaires Etrangères au nom de la HRVP, en présence du Représentant Spécial de l'Union Européenne, MONSIEUR ANGEL LOSADA et de l'Ambassadeur, Chef de Délégation de l'Union européenne au Niger, Monsieur RAUL MATEUS PAULA, avec S.E.M. BRIGI RAFINI, Premier Ministre, Chef du Gouvernement du Niger, MONSIEUR MOHAMED BAZOUM, Ministre d'Etat chargé de l'Intérieur, de la Sécurité Publique, de la Décentralisation des Affaires Coutumières et Religieuses, MONSIEUR. ABOUBA ALBADÉ, Ministre d'Etat chargé de l'Agriculture et de l'Elevage, MONSIEUR IBRAHIM YACOUBA, Ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération, de l'Intégration Africaine et des Nigériens de l'Extérieur.

1. Le Niger et l'Union européenne entretiennent d'excellentes relations de partenariat et de coopération qui couvrent divers domaines. L'UE et ses Etats membres sont ainsi le premier bailleur de fonds du Niger. Egalement engagé en appui à la stabilité et la sécurité au Sahel, la mission EUCAP Sahel Niger, présente au Niger depuis 2012, contribue à la formation et au conseil de forces de sécurité civiles nigériennes.

2. Le Sommet UE-Afrique sur la migration des 11 et 12 Novembre 2015 à La Valette, a fourni une excellente base pour traiter conjointement des questions migratoires dans tous leurs aspects, guidés par les principes de solidarité, de partenariat et de responsabilité partagée, A la suite de la participation de S.E.M Mahamadou Issoufou, Président de la République, Chef de l'état, du Niger au Sommet Afrique-UE à La Valette, il a été retenu d'étendre cette coopération dans le domaine des migrations, notamment en tenant régulièrement des Dialogues de Haut Niveau. La rencontre de ce jour s'inscrit ainsi dans la suite des visites au Niger de la HRVP Federica Mogherini en Septembre 2015 et du Commissaire au Développement, Neven Mimica en Novembre 2015.

3. Les deux parties ont souligné la convergence entre le Plan d'Action de La Valette et les politiques nationales du Niger en matière migratoire, y compris la législation adoptée en mai 2015 pour combattre la traite des êtres humains. Les deux parties ont discuté de la mise en œuvre, avec la collaboration de l’OIM dont le Centre d'accueil à Niamey a été visité par les deux ministres des Affaires Etrangères Allemand et Français, des cinq priorités prévues dans le cadre du Plan d'Action de La Valette:

- Lutte contre les causes profondes de la migration irrégulière et du phénomène des personnes déplacées. Dans un esprit de partenariat, le gouvernement du Niger et l'UE s'engagent à promouvoir une croissance économique inclusive en offrant des perspectives d'investissement et en créant des emplois, notamment pour la jeunesse. Les programmes de coopération substantiels de TUE et de ses Etats membres au Niger témoignent de l'engagement sur ce sujet.

- Intensifier la coopération concernant la mobilité légale. Les parties estiment que de nouveaux efforts doivent être déployés pour renforcer les possibilités de mobilité légale, notamment pour favoriser la mobilité des étudiants et chercheurs Nigériens à travers les appels annuels d'Erasmus+ et les actions au titre du programme "Marie Sklodowska-Curie".

- Protection. Le gouvernement du Niger et l'Union européenne soulignent que les efforts pour, protéger des réfugiés et autres personnes déplacées, de défendre les droits de l'homme de tous les migrants, est une responsabilité que se partagent les deux parties.

- Prévenir la migration irrégulière, le trafic de migrants et la traite des êtres humains et lutter contre ces phénomènes. Les deux parties partagent l'avis qu'il y a un besoin accru de sensibilisation de la population contre les risques de la migration irrégulière. La gestion des frontières, la lutte contre la traite des êtres humains et le trafic des migrants sont considérés comme des axes prioritaires de la collaboration entre les deux parties. Dans ce cadre, le travail de la mission EUCAP Sahel Niger a été salué par les deux parties.

- Retour, réadmission et réintégration. Les deux parties partagent l'avis que la mise en œuvre d'une politique efficace de retour systématique des personnes en situation irrégulière constitue une partie intégrante de la gestion des migrations et est le meilleur moyen de dissuader des personnes - et surtout les jeunes - de s'embarquer dans une aventure particulièrement périlleuse de traversée de la Méditerrané qui n'enrichit que les trafiquants et qui met en péril leur vie. Dans ce contexte, en ligne avec le plan d'action de La Valette et l'Art.13 de l'Accord de Cotonou, les deux parties ont convenu de la nécessité d'accroître l'efficacité des procédures du retour, tels que l'identification des personnes en situation irrégulière et la délivrance en temps opportun des documents de voyage requis pour le retour, et de réintégration des migrants en situation irrégulière, dans le respect et la dignité de ces personnes..

4. Lors de leurs échanges, les deux parties ont reconnu le statut particulier du Niger comme pays de transit de flux migratoires dont les origines se situent essentiellement dans d'autres pays de la sous-région. Ils se sont montrés préoccupés de la récente augmentation du nombre de départs des migrants irréguliers en destination du nord, dépassant le nombre de 10.000 personnes dans la 3ième semaine du mois d'Avril. Ils se sont mis d'accord de renforcer leur coopération pour travailler conjointement pour réduire le nombre de départs illégaux du territoire nigérien, conforment à la législation en vigueur, en vue d'éviter les risques des pertes de vie inutiles, vus les dangers encourus.

5. Les deux parties se sont félicitées de la mise en place par l’UE d'un Fonds fiduciaire d'urgence pour lutter contre les causes profondes de la migration irrégulière en Afrique, d'un montant de 1,8 milliard d'euros (soit 1.180 milliards FCFA) lors du Sommet de La Valette. Cinq projets au profit du Niger ont déjà été approuvés pour un montant de € 74,9 millions (soit près de 50 milliards FCFA). Ces projets sont destinés à proposer des nouvelles perspectives économiques d'emploi notamment au jeunes, à renforcer la résiliences des populations vulnérables et à renforcer les capacités des services nigériens en matière de gestion des frontières et de lutte contre la traite d'êtres humains. Il a été convenu par ailleurs que les deux parties continueront de travailler ensemble en vue de la présentation d'autres documents de projet pertinents au Fonds Fiduciaire qui correspondent aux priorités des deux parties.

6. Les deux parties ont convenu que le dialogue en matière de migration sera poursuivi, aussi bien à Haut niveau qu'au niveau technique. Le prochain dialogue de Haut Niveau est envisagé avant la fin de l'année 2016 pour faire le bilan des progrès accomplis.

Onep

04 mai 2016
Source : http://lesahel.org/

Déclaration conjointe Niger-UE à la suite du Dialogue de Haut Niveau dans le cadre du suivi du Sommet de La Valette : Cinq projets au profit du Niger pour un montant de près de 50 milliards FCFA

04/05/2016

Dans le contexte de la visite du Ministre des Affaires Etrangères de la République Fédérale Allemande, Monsieur FRANK WALTER STEINMEIER et du Ministre Français des Affaires Etrangères, Monsieur JEAN MARC AYRAULT, qui a permis de faire un tour d'horizon sur de nombreux sujets d'intérêt commun, les deux Ministres ont reçu un mandat de la Haute Représentante de l'Union Européenne pour les Affaires Etrangères et la Politique de Sécurité et Vice-Présidente de la Commission Européenne (HRVP), Madame FEDERICA MOGHERINI, pour conduire aujourd'hui avec le Niger une rencontre dédiée aux suivis du dialogue de haut niveau sur la migration tenu à La Valette.

Ce dialogue a été conduit par les deux Ministres des Affaires Etrangères au nom de la HRVP, en présence du Représentant Spécial de l'Union Européenne, MONSIEUR ANGEL LOSADA et de l'Ambassadeur, Chef de Délégation de l'Union européenne au Niger, Monsieur RAUL MATEUS PAULA, avec S.E.M. BRIGI RAFINI, Premier Ministre, Chef du Gouvernement du Niger, MONSIEUR MOHAMED BAZOUM, Ministre d'Etat chargé de l'Intérieur, de la Sécurité Publique, de la Décentralisation des Affaires Coutumières et Religieuses, MONSIEUR. ABOUBA ALBADÉ, Ministre d'Etat chargé de l'Agriculture et de l'Elevage, MONSIEUR IBRAHIM YACOUBA, Ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération, de l'Intégration Africaine et des Nigériens de l'Extérieur.

1. Le Niger et l'Union européenne entretiennent d'excellentes relations de partenariat et de coopération qui couvrent divers domaines. L'UE et ses Etats membres sont ainsi le premier bailleur de fonds du Niger. Egalement engagé en appui à la stabilité et la sécurité au Sahel, la mission EUCAP Sahel Niger, présente au Niger depuis 2012, contribue à la formation et au conseil de forces de sécurité civiles nigériennes.

2. Le Sommet UE-Afrique sur la migration des 11 et 12 Novembre 2015 à La Valette, a fourni une excellente base pour traiter conjointement des questions migratoires dans tous leurs aspects, guidés par les principes de solidarité, de partenariat et de responsabilité partagée, A la suite de la participation de S.E.M Mahamadou Issoufou, Président de la République, Chef de l'état, du Niger au Sommet Afrique-UE à La Valette, il a été retenu d'étendre cette coopération dans le domaine des migrations, notamment en tenant régulièrement des Dialogues de Haut Niveau. La rencontre de ce jour s'inscrit ainsi dans la suite des visites au Niger de la HRVP Federica Mogherini en Septembre 2015 et du Commissaire au Développement, Neven Mimica en Novembre 2015.

3. Les deux parties ont souligné la convergence entre le Plan d'Action de La Valette et les politiques nationales du Niger en matière migratoire, y compris la législation adoptée en mai 2015 pour combattre la traite des êtres humains. Les deux parties ont discuté de la mise en œuvre, avec la collaboration de l’OIM dont le Centre d'accueil à Niamey a été visité par les deux ministres des Affaires Etrangères Allemand et Français, des cinq priorités prévues dans le cadre du Plan d'Action de La Valette:

- Lutte contre les causes profondes de la migration irrégulière et du phénomène des personnes déplacées. Dans un esprit de partenariat, le gouvernement du Niger et l'UE s'engagent à promouvoir une croissance économique inclusive en offrant des perspectives d'investissement et en créant des emplois, notamment pour la jeunesse. Les programmes de coopération substantiels de TUE et de ses Etats membres au Niger témoignent de l'engagement sur ce sujet.

- Intensifier la coopération concernant la mobilité légale. Les parties estiment que de nouveaux efforts doivent être déployés pour renforcer les possibilités de mobilité légale, notamment pour favoriser la mobilité des étudiants et chercheurs Nigériens à travers les appels annuels d'Erasmus+ et les actions au titre du programme "Marie Sklodowska-Curie".

- Protection. Le gouvernement du Niger et l'Union européenne soulignent que les efforts pour, protéger des réfugiés et autres personnes déplacées, de défendre les droits de l'homme de tous les migrants, est une responsabilité que se partagent les deux parties.

- Prévenir la migration irrégulière, le trafic de migrants et la traite des êtres humains et lutter contre ces phénomènes. Les deux parties partagent l'avis qu'il y a un besoin accru de sensibilisation de la population contre les risques de la migration irrégulière. La gestion des frontières, la lutte contre la traite des êtres humains et le trafic des migrants sont considérés comme des axes prioritaires de la collaboration entre les deux parties. Dans ce cadre, le travail de la mission EUCAP Sahel Niger a été salué par les deux parties.

- Retour, réadmission et réintégration. Les deux parties partagent l'avis que la mise en œuvre d'une politique efficace de retour systématique des personnes en situation irrégulière constitue une partie intégrante de la gestion des migrations et est le meilleur moyen de dissuader des personnes - et surtout les jeunes - de s'embarquer dans une aventure particulièrement périlleuse de traversée de la Méditerrané qui n'enrichit que les trafiquants et qui met en péril leur vie. Dans ce contexte, en ligne avec le plan d'action de La Valette et l'Art.13 de l'Accord de Cotonou, les deux parties ont convenu de la nécessité d'accroître l'efficacité des procédures du retour, tels que l'identification des personnes en situation irrégulière et la délivrance en temps opportun des documents de voyage requis pour le retour, et de réintégration des migrants en situation irrégulière, dans le respect et la dignité de ces personnes..

4. Lors de leurs échanges, les deux parties ont reconnu le statut particulier du Niger comme pays de transit de flux migratoires dont les origines se situent essentiellement dans d'autres pays de la sous-région. Ils se sont montrés préoccupés de la récente augmentation du nombre de départs des migrants irréguliers en destination du nord, dépassant le nombre de 10.000 personnes dans la 3ième semaine du mois d'Avril. Ils se sont mis d'accord de renforcer leur coopération pour travailler conjointement pour réduire le nombre de départs illégaux du territoire nigérien, conforment à la législation en vigueur, en vue d'éviter les risques des pertes de vie inutiles, vus les dangers encourus.

5. Les deux parties se sont félicitées de la mise en place par l’UE d'un Fonds fiduciaire d'urgence pour lutter contre les causes profondes de la migration irrégulière en Afrique, d'un montant de 1,8 milliard d'euros (soit 1.180 milliards FCFA) lors du Sommet de La Valette. Cinq projets au profit du Niger ont déjà été approuvés pour un montant de € 74,9 millions (soit près de 50 milliards FCFA). Ces projets sont destinés à proposer des nouvelles perspectives économiques d'emploi notamment au jeunes, à renforcer la résiliences des populations vulnérables et à renforcer les capacités des services nigériens en matière de gestion des frontières et de lutte contre la traite d'êtres humains. Il a été convenu par ailleurs que les deux parties continueront de travailler ensemble en vue de la présentation d'autres documents de projet pertinents au Fonds Fiduciaire qui correspondent aux priorités des deux parties.

6. Les deux parties ont convenu que le dialogue en matière de migration sera poursuivi, aussi bien à Haut niveau qu'au niveau technique. Le prochain dialogue de Haut Niveau est envisagé avant la fin de l'année 2016 pour faire le bilan des progrès accomplis.

Onep

04 mai 2016
Source : http://lesahel.org/

Déclaration conjointe Niger-UE à la suite du Dialogue de Haut Niveau dans le cadre du suivi du Sommet de La Valette : Cinq projets au profit du Niger pour un montant de près de 50 milliards FCFA

04/05/2016

Dans le contexte de la visite du Ministre des Affaires Etrangères de la République Fédérale Allemande, Monsieur FRANK WALTER STEINMEIER et du Ministre Français des Affaires Etrangères, Monsieur JEAN MARC AYRAULT, qui a permis de faire un tour d'horizon sur de nombreux sujets d'intérêt commun, les deux Ministres ont reçu un mandat de la Haute Représentante de l'Union Européenne pour les Affaires Etrangères et la Politique de Sécurité et Vice-Présidente de la Commission Européenne (HRVP), Madame FEDERICA MOGHERINI, pour conduire aujourd'hui avec le Niger une rencontre dédiée aux suivis du dialogue de haut niveau sur la migration tenu à La Valette.

Ce dialogue a été conduit par les deux Ministres des Affaires Etrangères au nom de la HRVP, en présence du Représentant Spécial de l'Union Européenne, MONSIEUR ANGEL LOSADA et de l'Ambassadeur, Chef de Délégation de l'Union européenne au Niger, Monsieur RAUL MATEUS PAULA, avec S.E.M. BRIGI RAFINI, Premier Ministre, Chef du Gouvernement du Niger, MONSIEUR MOHAMED BAZOUM, Ministre d'Etat chargé de l'Intérieur, de la Sécurité Publique, de la Décentralisation des Affaires Coutumières et Religieuses, MONSIEUR. ABOUBA ALBADÉ, Ministre d'Etat chargé de l'Agriculture et de l'Elevage, MONSIEUR IBRAHIM YACOUBA, Ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération, de l'Intégration Africaine et des Nigériens de l'Extérieur.

1. Le Niger et l'Union européenne entretiennent d'excellentes relations de partenariat et de coopération qui couvrent divers domaines. L'UE et ses Etats membres sont ainsi le premier bailleur de fonds du Niger. Egalement engagé en appui à la stabilité et la sécurité au Sahel, la mission EUCAP Sahel Niger, présente au Niger depuis 2012, contribue à la formation et au conseil de forces de sécurité civiles nigériennes.

2. Le Sommet UE-Afrique sur la migration des 11 et 12 Novembre 2015 à La Valette, a fourni une excellente base pour traiter conjointement des questions migratoires dans tous leurs aspects, guidés par les principes de solidarité, de partenariat et de responsabilité partagée, A la suite de la participation de S.E.M Mahamadou Issoufou, Président de la République, Chef de l'état, du Niger au Sommet Afrique-UE à La Valette, il a été retenu d'étendre cette coopération dans le domaine des migrations, notamment en tenant régulièrement des Dialogues de Haut Niveau. La rencontre de ce jour s'inscrit ainsi dans la suite des visites au Niger de la HRVP Federica Mogherini en Septembre 2015 et du Commissaire au Développement, Neven Mimica en Novembre 2015.

3. Les deux parties ont souligné la convergence entre le Plan d'Action de La Valette et les politiques nationales du Niger en matière migratoire, y compris la législation adoptée en mai 2015 pour combattre la traite des êtres humains. Les deux parties ont discuté de la mise en œuvre, avec la collaboration de l’OIM dont le Centre d'accueil à Niamey a été visité par les deux ministres des Affaires Etrangères Allemand et Français, des cinq priorités prévues dans le cadre du Plan d'Action de La Valette:

- Lutte contre les causes profondes de la migration irrégulière et du phénomène des personnes déplacées. Dans un esprit de partenariat, le gouvernement du Niger et l'UE s'engagent à promouvoir une croissance économique inclusive en offrant des perspectives d'investissement et en créant des emplois, notamment pour la jeunesse. Les programmes de coopération substantiels de TUE et de ses Etats membres au Niger témoignent de l'engagement sur ce sujet.

- Intensifier la coopération concernant la mobilité légale. Les parties estiment que de nouveaux efforts doivent être déployés pour renforcer les possibilités de mobilité légale, notamment pour favoriser la mobilité des étudiants et chercheurs Nigériens à travers les appels annuels d'Erasmus+ et les actions au titre du programme "Marie Sklodowska-Curie".

- Protection. Le gouvernement du Niger et l'Union européenne soulignent que les efforts pour, protéger des réfugiés et autres personnes déplacées, de défendre les droits de l'homme de tous les migrants, est une responsabilité que se partagent les deux parties.

- Prévenir la migration irrégulière, le trafic de migrants et la traite des êtres humains et lutter contre ces phénomènes. Les deux parties partagent l'avis qu'il y a un besoin accru de sensibilisation de la population contre les risques de la migration irrégulière. La gestion des frontières, la lutte contre la traite des êtres humains et le trafic des migrants sont considérés comme des axes prioritaires de la collaboration entre les deux parties. Dans ce cadre, le travail de la mission EUCAP Sahel Niger a été salué par les deux parties.

- Retour, réadmission et réintégration. Les deux parties partagent l'avis que la mise en œuvre d'une politique efficace de retour systématique des personnes en situation irrégulière constitue une partie intégrante de la gestion des migrations et est le meilleur moyen de dissuader des personnes - et surtout les jeunes - de s'embarquer dans une aventure particulièrement périlleuse de traversée de la Méditerrané qui n'enrichit que les trafiquants et qui met en péril leur vie. Dans ce contexte, en ligne avec le plan d'action de La Valette et l'Art.13 de l'Accord de Cotonou, les deux parties ont convenu de la nécessité d'accroître l'efficacité des procédures du retour, tels que l'identification des personnes en situation irrégulière et la délivrance en temps opportun des documents de voyage requis pour le retour, et de réintégration des migrants en situation irrégulière, dans le respect et la dignité de ces personnes..

4. Lors de leurs échanges, les deux parties ont reconnu le statut particulier du Niger comme pays de transit de flux migratoires dont les origines se situent essentiellement dans d'autres pays de la sous-région. Ils se sont montrés préoccupés de la récente augmentation du nombre de départs des migrants irréguliers en destination du nord, dépassant le nombre de 10.000 personnes dans la 3ième semaine du mois d'Avril. Ils se sont mis d'accord de renforcer leur coopération pour travailler conjointement pour réduire le nombre de départs illégaux du territoire nigérien, conforment à la législation en vigueur, en vue d'éviter les risques des pertes de vie inutiles, vus les dangers encourus.

5. Les deux parties se sont félicitées de la mise en place par l’UE d'un Fonds fiduciaire d'urgence pour lutter contre les causes profondes de la migration irrégulière en Afrique, d'un montant de 1,8 milliard d'euros (soit 1.180 milliards FCFA) lors du Sommet de La Valette. Cinq projets au profit du Niger ont déjà été approuvés pour un montant de € 74,9 millions (soit près de 50 milliards FCFA). Ces projets sont destinés à proposer des nouvelles perspectives économiques d'emploi notamment au jeunes, à renforcer la résiliences des populations vulnérables et à renforcer les capacités des services nigériens en matière de gestion des frontières et de lutte contre la traite d'êtres humains. Il a été convenu par ailleurs que les deux parties continueront de travailler ensemble en vue de la présentation d'autres documents de projet pertinents au Fonds Fiduciaire qui correspondent aux priorités des deux parties.

6. Les deux parties ont convenu que le dialogue en matière de migration sera poursuivi, aussi bien à Haut niveau qu'au niveau technique. Le prochain dialogue de Haut Niveau est envisagé avant la fin de l'année 2016 pour faire le bilan des progrès accomplis.

Onep

04 mai 2016
Source : http://lesahel.org/

Déclaration conjointe Niger-UE à la suite du Dialogue de Haut Niveau dans le cadre du suivi du Sommet de La Valette : Cinq projets au profit du Niger pour un montant de près de 50 milliards FCFA

04/05/2016

Dans le contexte de la visite du Ministre des Affaires Etrangères de la République Fédérale Allemande, Monsieur FRANK WALTER STEINMEIER et du Ministre Français des Affaires Etrangères, Monsieur JEAN MARC AYRAULT, qui a permis de faire un tour d'horizon sur de nombreux sujets d'intérêt commun, les deux Ministres ont reçu un mandat de la Haute Représentante de l'Union Européenne pour les Affaires Etrangères et la Politique de Sécurité et Vice-Présidente de la Commission Européenne (HRVP), Madame FEDERICA MOGHERINI, pour conduire aujourd'hui avec le Niger une rencontre dédiée aux suivis du dialogue de haut niveau sur la migration tenu à La Valette.

Ce dialogue a été conduit par les deux Ministres des Affaires Etrangères au nom de la HRVP, en présence du Représentant Spécial de l'Union Européenne, MONSIEUR ANGEL LOSADA et de l'Ambassadeur, Chef de Délégation de l'Union européenne au Niger, Monsieur RAUL MATEUS PAULA, avec S.E.M. BRIGI RAFINI, Premier Ministre, Chef du Gouvernement du Niger, MONSIEUR MOHAMED BAZOUM, Ministre d'Etat chargé de l'Intérieur, de la Sécurité Publique, de la Décentralisation des Affaires Coutumières et Religieuses, MONSIEUR. ABOUBA ALBADÉ, Ministre d'Etat chargé de l'Agriculture et de l'Elevage, MONSIEUR IBRAHIM YACOUBA, Ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération, de l'Intégration Africaine et des Nigériens de l'Extérieur.

1. Le Niger et l'Union européenne entretiennent d'excellentes relations de partenariat et de coopération qui couvrent divers domaines. L'UE et ses Etats membres sont ainsi le premier bailleur de fonds du Niger. Egalement engagé en appui à la stabilité et la sécurité au Sahel, la mission EUCAP Sahel Niger, présente au Niger depuis 2012, contribue à la formation et au conseil de forces de sécurité civiles nigériennes.

2. Le Sommet UE-Afrique sur la migration des 11 et 12 Novembre 2015 à La Valette, a fourni une excellente base pour traiter conjointement des questions migratoires dans tous leurs aspects, guidés par les principes de solidarité, de partenariat et de responsabilité partagée, A la suite de la participation de S.E.M Mahamadou Issoufou, Président de la République, Chef de l'état, du Niger au Sommet Afrique-UE à La Valette, il a été retenu d'étendre cette coopération dans le domaine des migrations, notamment en tenant régulièrement des Dialogues de Haut Niveau. La rencontre de ce jour s'inscrit ainsi dans la suite des visites au Niger de la HRVP Federica Mogherini en Septembre 2015 et du Commissaire au Développement, Neven Mimica en Novembre 2015.

3. Les deux parties ont souligné la convergence entre le Plan d'Action de La Valette et les politiques nationales du Niger en matière migratoire, y compris la législation adoptée en mai 2015 pour combattre la traite des êtres humains. Les deux parties ont discuté de la mise en œuvre, avec la collaboration de l’OIM dont le Centre d'accueil à Niamey a été visité par les deux ministres des Affaires Etrangères Allemand et Français, des cinq priorités prévues dans le cadre du Plan d'Action de La Valette:

- Lutte contre les causes profondes de la migration irrégulière et du phénomène des personnes déplacées. Dans un esprit de partenariat, le gouvernement du Niger et l'UE s'engagent à promouvoir une croissance économique inclusive en offrant des perspectives d'investissement et en créant des emplois, notamment pour la jeunesse. Les programmes de coopération substantiels de TUE et de ses Etats membres au Niger témoignent de l'engagement sur ce sujet.

- Intensifier la coopération concernant la mobilité légale. Les parties estiment que de nouveaux efforts doivent être déployés pour renforcer les possibilités de mobilité légale, notamment pour favoriser la mobilité des étudiants et chercheurs Nigériens à travers les appels annuels d'Erasmus+ et les actions au titre du programme "Marie Sklodowska-Curie".

- Protection. Le gouvernement du Niger et l'Union européenne soulignent que les efforts pour, protéger des réfugiés et autres personnes déplacées, de défendre les droits de l'homme de tous les migrants, est une responsabilité que se partagent les deux parties.

- Prévenir la migration irrégulière, le trafic de migrants et la traite des êtres humains et lutter contre ces phénomènes. Les deux parties partagent l'avis qu'il y a un besoin accru de sensibilisation de la population contre les risques de la migration irrégulière. La gestion des frontières, la lutte contre la traite des êtres humains et le trafic des migrants sont considérés comme des axes prioritaires de la collaboration entre les deux parties. Dans ce cadre, le travail de la mission EUCAP Sahel Niger a été salué par les deux parties.

- Retour, réadmission et réintégration. Les deux parties partagent l'avis que la mise en œuvre d'une politique efficace de retour systématique des personnes en situation irrégulière constitue une partie intégrante de la gestion des migrations et est le meilleur moyen de dissuader des personnes - et surtout les jeunes - de s'embarquer dans une aventure particulièrement périlleuse de traversée de la Méditerrané qui n'enrichit que les trafiquants et qui met en péril leur vie. Dans ce contexte, en ligne avec le plan d'action de La Valette et l'Art.13 de l'Accord de Cotonou, les deux parties ont convenu de la nécessité d'accroître l'efficacité des procédures du retour, tels que l'identification des personnes en situation irrégulière et la délivrance en temps opportun des documents de voyage requis pour le retour, et de réintégration des migrants en situation irrégulière, dans le respect et la dignité de ces personnes..

4. Lors de leurs échanges, les deux parties ont reconnu le statut particulier du Niger comme pays de transit de flux migratoires dont les origines se situent essentiellement dans d'autres pays de la sous-région. Ils se sont montrés préoccupés de la récente augmentation du nombre de départs des migrants irréguliers en destination du nord, dépassant le nombre de 10.000 personnes dans la 3ième semaine du mois d'Avril. Ils se sont mis d'accord de renforcer leur coopération pour travailler conjointement pour réduire le nombre de départs illégaux du territoire nigérien, conforment à la législation en vigueur, en vue d'éviter les risques des pertes de vie inutiles, vus les dangers encourus.

5. Les deux parties se sont félicitées de la mise en place par l’UE d'un Fonds fiduciaire d'urgence pour lutter contre les causes profondes de la migration irrégulière en Afrique, d'un montant de 1,8 milliard d'euros (soit 1.180 milliards FCFA) lors du Sommet de La Valette. Cinq projets au profit du Niger ont déjà été approuvés pour un montant de € 74,9 millions (soit près de 50 milliards FCFA). Ces projets sont destinés à proposer des nouvelles perspectives économiques d'emploi notamment au jeunes, à renforcer la résiliences des populations vulnérables et à renforcer les capacités des services nigériens en matière de gestion des frontières et de lutte contre la traite d'êtres humains. Il a été convenu par ailleurs que les deux parties continueront de travailler ensemble en vue de la présentation d'autres documents de projet pertinents au Fonds Fiduciaire qui correspondent aux priorités des deux parties.

6. Les deux parties ont convenu que le dialogue en matière de migration sera poursuivi, aussi bien à Haut niveau qu'au niveau technique. Le prochain dialogue de Haut Niveau est envisagé avant la fin de l'année 2016 pour faire le bilan des progrès accomplis.

Onep

04 mai 2016
Source : http://lesahel.org/

Déclaration conjointe Niger-UE à la suite du Dialogue de Haut Niveau dans le cadre du suivi du Sommet de La Valette : Cinq projets au profit du Niger pour un montant de près de 50 milliards FCFA

04/05/2016

Dans le contexte de la visite du Ministre des Affaires Etrangères de la République Fédérale Allemande, Monsieur FRANK WALTER STEINMEIER et du Ministre Français des Affaires Etrangères, Monsieur JEAN MARC AYRAULT, qui a permis de faire un tour d'horizon sur de nombreux sujets d'intérêt commun, les deux Ministres ont reçu un mandat de la Haute Représentante de l'Union Européenne pour les Affaires Etrangères et la Politique de Sécurité et Vice-Présidente de la Commission Européenne (HRVP), Madame FEDERICA MOGHERINI, pour conduire aujourd'hui avec le Niger une rencontre dédiée aux suivis du dialogue de haut niveau sur la migration tenu à La Valette.

Ce dialogue a été conduit par les deux Ministres des Affaires Etrangères au nom de la HRVP, en présence du Représentant Spécial de l'Union Européenne, MONSIEUR ANGEL LOSADA et de l'Ambassadeur, Chef de Délégation de l'Union européenne au Niger, Monsieur RAUL MATEUS PAULA, avec S.E.M. BRIGI RAFINI, Premier Ministre, Chef du Gouvernement du Niger, MONSIEUR MOHAMED BAZOUM, Ministre d'Etat chargé de l'Intérieur, de la Sécurité Publique, de la Décentralisation des Affaires Coutumières et Religieuses, MONSIEUR. ABOUBA ALBADÉ, Ministre d'Etat chargé de l'Agriculture et de l'Elevage, MONSIEUR IBRAHIM YACOUBA, Ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération, de l'Intégration Africaine et des Nigériens de l'Extérieur.

1. Le Niger et l'Union européenne entretiennent d'excellentes relations de partenariat et de coopération qui couvrent divers domaines. L'UE et ses Etats membres sont ainsi le premier bailleur de fonds du Niger. Egalement engagé en appui à la stabilité et la sécurité au Sahel, la mission EUCAP Sahel Niger, présente au Niger depuis 2012, contribue à la formation et au conseil de forces de sécurité civiles nigériennes.

2. Le Sommet UE-Afrique sur la migration des 11 et 12 Novembre 2015 à La Valette, a fourni une excellente base pour traiter conjointement des questions migratoires dans tous leurs aspects, guidés par les principes de solidarité, de partenariat et de responsabilité partagée, A la suite de la participation de S.E.M Mahamadou Issoufou, Président de la République, Chef de l'état, du Niger au Sommet Afrique-UE à La Valette, il a été retenu d'étendre cette coopération dans le domaine des migrations, notamment en tenant régulièrement des Dialogues de Haut Niveau. La rencontre de ce jour s'inscrit ainsi dans la suite des visites au Niger de la HRVP Federica Mogherini en Septembre 2015 et du Commissaire au Développement, Neven Mimica en Novembre 2015.

3. Les deux parties ont souligné la convergence entre le Plan d'Action de La Valette et les politiques nationales du Niger en matière migratoire, y compris la législation adoptée en mai 2015 pour combattre la traite des êtres humains. Les deux parties ont discuté de la mise en œuvre, avec la collaboration de l’OIM dont le Centre d'accueil à Niamey a été visité par les deux ministres des Affaires Etrangères Allemand et Français, des cinq priorités prévues dans le cadre du Plan d'Action de La Valette:

- Lutte contre les causes profondes de la migration irrégulière et du phénomène des personnes déplacées. Dans un esprit de partenariat, le gouvernement du Niger et l'UE s'engagent à promouvoir une croissance économique inclusive en offrant des perspectives d'investissement et en créant des emplois, notamment pour la jeunesse. Les programmes de coopération substantiels de TUE et de ses Etats membres au Niger témoignent de l'engagement sur ce sujet.

- Intensifier la coopération concernant la mobilité légale. Les parties estiment que de nouveaux efforts doivent être déployés pour renforcer les possibilités de mobilité légale, notamment pour favoriser la mobilité des étudiants et chercheurs Nigériens à travers les appels annuels d'Erasmus+ et les actions au titre du programme "Marie Sklodowska-Curie".

- Protection. Le gouvernement du Niger et l'Union européenne soulignent que les efforts pour, protéger des réfugiés et autres personnes déplacées, de défendre les droits de l'homme de tous les migrants, est une responsabilité que se partagent les deux parties.

- Prévenir la migration irrégulière, le trafic de migrants et la traite des êtres humains et lutter contre ces phénomènes. Les deux parties partagent l'avis qu'il y a un besoin accru de sensibilisation de la population contre les risques de la migration irrégulière. La gestion des frontières, la lutte contre la traite des êtres humains et le trafic des migrants sont considérés comme des axes prioritaires de la collaboration entre les deux parties. Dans ce cadre, le travail de la mission EUCAP Sahel Niger a été salué par les deux parties.

- Retour, réadmission et réintégration. Les deux parties partagent l'avis que la mise en œuvre d'une politique efficace de retour systématique des personnes en situation irrégulière constitue une partie intégrante de la gestion des migrations et est le meilleur moyen de dissuader des personnes - et surtout les jeunes - de s'embarquer dans une aventure particulièrement périlleuse de traversée de la Méditerrané qui n'enrichit que les trafiquants et qui met en péril leur vie. Dans ce contexte, en ligne avec le plan d'action de La Valette et l'Art.13 de l'Accord de Cotonou, les deux parties ont convenu de la nécessité d'accroître l'efficacité des procédures du retour, tels que l'identification des personnes en situation irrégulière et la délivrance en temps opportun des documents de voyage requis pour le retour, et de réintégration des migrants en situation irrégulière, dans le respect et la dignité de ces personnes..

4. Lors de leurs échanges, les deux parties ont reconnu le statut particulier du Niger comme pays de transit de flux migratoires dont les origines se situent essentiellement dans d'autres pays de la sous-région. Ils se sont montrés préoccupés de la récente augmentation du nombre de départs des migrants irréguliers en destination du nord, dépassant le nombre de 10.000 personnes dans la 3ième semaine du mois d'Avril. Ils se sont mis d'accord de renforcer leur coopération pour travailler conjointement pour réduire le nombre de départs illégaux du territoire nigérien, conforment à la législation en vigueur, en vue d'éviter les risques des pertes de vie inutiles, vus les dangers encourus.

5. Les deux parties se sont félicitées de la mise en place par l’UE d'un Fonds fiduciaire d'urgence pour lutter contre les causes profondes de la migration irrégulière en Afrique, d'un montant de 1,8 milliard d'euros (soit 1.180 milliards FCFA) lors du Sommet de La Valette. Cinq projets au profit du Niger ont déjà été approuvés pour un montant de € 74,9 millions (soit près de 50 milliards FCFA). Ces projets sont destinés à proposer des nouvelles perspectives économiques d'emploi notamment au jeunes, à renforcer la résiliences des populations vulnérables et à renforcer les capacités des services nigériens en matière de gestion des frontières et de lutte contre la traite d'êtres humains. Il a été convenu par ailleurs que les deux parties continueront de travailler ensemble en vue de la présentation d'autres documents de projet pertinents au Fonds Fiduciaire qui correspondent aux priorités des deux parties.

6. Les deux parties ont convenu que le dialogue en matière de migration sera poursuivi, aussi bien à Haut niveau qu'au niveau technique. Le prochain dialogue de Haut Niveau est envisagé avant la fin de l'année 2016 pour faire le bilan des progrès accomplis.

Onep

04 mai 2016
Source : http://lesahel.org/

Déclaration conjointe Niger-UE à la suite du Dialogue de Haut Niveau dans le cadre du suivi du Sommet de La Valette : Cinq projets au profit du Niger pour un montant de près de 50 milliards FCFA

04/05/2016

Dans le contexte de la visite du Ministre des Affaires Etrangères de la République Fédérale Allemande, Monsieur FRANK WALTER STEINMEIER et du Ministre Français des Affaires Etrangères, Monsieur JEAN MARC AYRAULT, qui a permis de faire un tour d'horizon sur de nombreux sujets d'intérêt commun, les deux Ministres ont reçu un mandat de la Haute Représentante de l'Union Européenne pour les Affaires Etrangères et la Politique de Sécurité et Vice-Présidente de la Commission Européenne (HRVP), Madame FEDERICA MOGHERINI, pour conduire aujourd'hui avec le Niger une rencontre dédiée aux suivis du dialogue de haut niveau sur la migration tenu à La Valette.

Ce dialogue a été conduit par les deux Ministres des Affaires Etrangères au nom de la HRVP, en présence du Représentant Spécial de l'Union Européenne, MONSIEUR ANGEL LOSADA et de l'Ambassadeur, Chef de Délégation de l'Union européenne au Niger, Monsieur RAUL MATEUS PAULA, avec S.E.M. BRIGI RAFINI, Premier Ministre, Chef du Gouvernement du Niger, MONSIEUR MOHAMED BAZOUM, Ministre d'Etat chargé de l'Intérieur, de la Sécurité Publique, de la Décentralisation des Affaires Coutumières et Religieuses, MONSIEUR. ABOUBA ALBADÉ, Ministre d'Etat chargé de l'Agriculture et de l'Elevage, MONSIEUR IBRAHIM YACOUBA, Ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération, de l'Intégration Africaine et des Nigériens de l'Extérieur.

1. Le Niger et l'Union européenne entretiennent d'excellentes relations de partenariat et de coopération qui couvrent divers domaines. L'UE et ses Etats membres sont ainsi le premier bailleur de fonds du Niger. Egalement engagé en appui à la stabilité et la sécurité au Sahel, la mission EUCAP Sahel Niger, présente au Niger depuis 2012, contribue à la formation et au conseil de forces de sécurité civiles nigériennes.

2. Le Sommet UE-Afrique sur la migration des 11 et 12 Novembre 2015 à La Valette, a fourni une excellente base pour traiter conjointement des questions migratoires dans tous leurs aspects, guidés par les principes de solidarité, de partenariat et de responsabilité partagée, A la suite de la participation de S.E.M Mahamadou Issoufou, Président de la République, Chef de l'état, du Niger au Sommet Afrique-UE à La Valette, il a été retenu d'étendre cette coopération dans le domaine des migrations, notamment en tenant régulièrement des Dialogues de Haut Niveau. La rencontre de ce jour s'inscrit ainsi dans la suite des visites au Niger de la HRVP Federica Mogherini en Septembre 2015 et du Commissaire au Développement, Neven Mimica en Novembre 2015.

3. Les deux parties ont souligné la convergence entre le Plan d'Action de La Valette et les politiques nationales du Niger en matière migratoire, y compris la législation adoptée en mai 2015 pour combattre la traite des êtres humains. Les deux parties ont discuté de la mise en œuvre, avec la collaboration de l’OIM dont le Centre d'accueil à Niamey a été visité par les deux ministres des Affaires Etrangères Allemand et Français, des cinq priorités prévues dans le cadre du Plan d'Action de La Valette:

- Lutte contre les causes profondes de la migration irrégulière et du phénomène des personnes déplacées. Dans un esprit de partenariat, le gouvernement du Niger et l'UE s'engagent à promouvoir une croissance économique inclusive en offrant des perspectives d'investissement et en créant des emplois, notamment pour la jeunesse. Les programmes de coopération substantiels de TUE et de ses Etats membres au Niger témoignent de l'engagement sur ce sujet.

- Intensifier la coopération concernant la mobilité légale. Les parties estiment que de nouveaux efforts doivent être déployés pour renforcer les possibilités de mobilité légale, notamment pour favoriser la mobilité des étudiants et chercheurs Nigériens à travers les appels annuels d'Erasmus+ et les actions au titre du programme "Marie Sklodowska-Curie".

- Protection. Le gouvernement du Niger et l'Union européenne soulignent que les efforts pour, protéger des réfugiés et autres personnes déplacées, de défendre les droits de l'homme de tous les migrants, est une responsabilité que se partagent les deux parties.

- Prévenir la migration irrégulière, le trafic de migrants et la traite des êtres humains et lutter contre ces phénomènes. Les deux parties partagent l'avis qu'il y a un besoin accru de sensibilisation de la population contre les risques de la migration irrégulière. La gestion des frontières, la lutte contre la traite des êtres humains et le trafic des migrants sont considérés comme des axes prioritaires de la collaboration entre les deux parties. Dans ce cadre, le travail de la mission EUCAP Sahel Niger a été salué par les deux parties.

- Retour, réadmission et réintégration. Les deux parties partagent l'avis que la mise en œuvre d'une politique efficace de retour systématique des personnes en situation irrégulière constitue une partie intégrante de la gestion des migrations et est le meilleur moyen de dissuader des personnes - et surtout les jeunes - de s'embarquer dans une aventure particulièrement périlleuse de traversée de la Méditerrané qui n'enrichit que les trafiquants et qui met en péril leur vie. Dans ce contexte, en ligne avec le plan d'action de La Valette et l'Art.13 de l'Accord de Cotonou, les deux parties ont convenu de la nécessité d'accroître l'efficacité des procédures du retour, tels que l'identification des personnes en situation irrégulière et la délivrance en temps opportun des documents de voyage requis pour le retour, et de réintégration des migrants en situation irrégulière, dans le respect et la dignité de ces personnes..

4. Lors de leurs échanges, les deux parties ont reconnu le statut particulier du Niger comme pays de transit de flux migratoires dont les origines se situent essentiellement dans d'autres pays de la sous-région. Ils se sont montrés préoccupés de la récente augmentation du nombre de départs des migrants irréguliers en destination du nord, dépassant le nombre de 10.000 personnes dans la 3ième semaine du mois d'Avril. Ils se sont mis d'accord de renforcer leur coopération pour travailler conjointement pour réduire le nombre de départs illégaux du territoire nigérien, conforment à la législation en vigueur, en vue d'éviter les risques des pertes de vie inutiles, vus les dangers encourus.

5. Les deux parties se sont félicitées de la mise en place par l’UE d'un Fonds fiduciaire d'urgence pour lutter contre les causes profondes de la migration irrégulière en Afrique, d'un montant de 1,8 milliard d'euros (soit 1.180 milliards FCFA) lors du Sommet de La Valette. Cinq projets au profit du Niger ont déjà été approuvés pour un montant de € 74,9 millions (soit près de 50 milliards FCFA). Ces projets sont destinés à proposer des nouvelles perspectives économiques d'emploi notamment au jeunes, à renforcer la résiliences des populations vulnérables et à renforcer les capacités des services nigériens en matière de gestion des frontières et de lutte contre la traite d'êtres humains. Il a été convenu par ailleurs que les deux parties continueront de travailler ensemble en vue de la présentation d'autres documents de projet pertinents au Fonds Fiduciaire qui correspondent aux priorités des deux parties.

6. Les deux parties ont convenu que le dialogue en matière de migration sera poursuivi, aussi bien à Haut niveau qu'au niveau technique. Le prochain dialogue de Haut Niveau est envisagé avant la fin de l'année 2016 pour faire le bilan des progrès accomplis.

Onep

04 mai 2016
Source : http://lesahel.org/

Déclaration conjointe Niger-UE à la suite du Dialogue de Haut Niveau dans le cadre du suivi du Sommet de La Valette : Cinq projets au profit du Niger pour un montant de près de 50 milliards FCFA

04/05/2016

Dans le contexte de la visite du Ministre des Affaires Etrangères de la République Fédérale Allemande, Monsieur FRANK WALTER STEINMEIER et du Ministre Français des Affaires Etrangères, Monsieur JEAN MARC AYRAULT, qui a permis de faire un tour d'horizon sur de nombreux sujets d'intérêt commun, les deux Ministres ont reçu un mandat de la Haute Représentante de l'Union Européenne pour les Affaires Etrangères et la Politique de Sécurité et Vice-Présidente de la Commission Européenne (HRVP), Madame FEDERICA MOGHERINI, pour conduire aujourd'hui avec le Niger une rencontre dédiée aux suivis du dialogue de haut niveau sur la migration tenu à La Valette.

Ce dialogue a été conduit par les deux Ministres des Affaires Etrangères au nom de la HRVP, en présence du Représentant Spécial de l'Union Européenne, MONSIEUR ANGEL LOSADA et de l'Ambassadeur, Chef de Délégation de l'Union européenne au Niger, Monsieur RAUL MATEUS PAULA, avec S.E.M. BRIGI RAFINI, Premier Ministre, Chef du Gouvernement du Niger, MONSIEUR MOHAMED BAZOUM, Ministre d'Etat chargé de l'Intérieur, de la Sécurité Publique, de la Décentralisation des Affaires Coutumières et Religieuses, MONSIEUR. ABOUBA ALBADÉ, Ministre d'Etat chargé de l'Agriculture et de l'Elevage, MONSIEUR IBRAHIM YACOUBA, Ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération, de l'Intégration Africaine et des Nigériens de l'Extérieur.

1. Le Niger et l'Union européenne entretiennent d'excellentes relations de partenariat et de coopération qui couvrent divers domaines. L'UE et ses Etats membres sont ainsi le premier bailleur de fonds du Niger. Egalement engagé en appui à la stabilité et la sécurité au Sahel, la mission EUCAP Sahel Niger, présente au Niger depuis 2012, contribue à la formation et au conseil de forces de sécurité civiles nigériennes.

2. Le Sommet UE-Afrique sur la migration des 11 et 12 Novembre 2015 à La Valette, a fourni une excellente base pour traiter conjointement des questions migratoires dans tous leurs aspects, guidés par les principes de solidarité, de partenariat et de responsabilité partagée, A la suite de la participation de S.E.M Mahamadou Issoufou, Président de la République, Chef de l'état, du Niger au Sommet Afrique-UE à La Valette, il a été retenu d'étendre cette coopération dans le domaine des migrations, notamment en tenant régulièrement des Dialogues de Haut Niveau. La rencontre de ce jour s'inscrit ainsi dans la suite des visites au Niger de la HRVP Federica Mogherini en Septembre 2015 et du Commissaire au Développement, Neven Mimica en Novembre 2015.

3. Les deux parties ont souligné la convergence entre le Plan d'Action de La Valette et les politiques nationales du Niger en matière migratoire, y compris la législation adoptée en mai 2015 pour combattre la traite des êtres humains. Les deux parties ont discuté de la mise en œuvre, avec la collaboration de l’OIM dont le Centre d'accueil à Niamey a été visité par les deux ministres des Affaires Etrangères Allemand et Français, des cinq priorités prévues dans le cadre du Plan d'Action de La Valette:

- Lutte contre les causes profondes de la migration irrégulière et du phénomène des personnes déplacées. Dans un esprit de partenariat, le gouvernement du Niger et l'UE s'engagent à promouvoir une croissance économique inclusive en offrant des perspectives d'investissement et en créant des emplois, notamment pour la jeunesse. Les programmes de coopération substantiels de TUE et de ses Etats membres au Niger témoignent de l'engagement sur ce sujet.

- Intensifier la coopération concernant la mobilité légale. Les parties estiment que de nouveaux efforts doivent être déployés pour renforcer les possibilités de mobilité légale, notamment pour favoriser la mobilité des étudiants et chercheurs Nigériens à travers les appels annuels d'Erasmus+ et les actions au titre du programme "Marie Sklodowska-Curie".

- Protection. Le gouvernement du Niger et l'Union européenne soulignent que les efforts pour, protéger des réfugiés et autres personnes déplacées, de défendre les droits de l'homme de tous les migrants, est une responsabilité que se partagent les deux parties.

- Prévenir la migration irrégulière, le trafic de migrants et la traite des êtres humains et lutter contre ces phénomènes. Les deux parties partagent l'avis qu'il y a un besoin accru de sensibilisation de la population contre les risques de la migration irrégulière. La gestion des frontières, la lutte contre la traite des êtres humains et le trafic des migrants sont considérés comme des axes prioritaires de la collaboration entre les deux parties. Dans ce cadre, le travail de la mission EUCAP Sahel Niger a été salué par les deux parties.

- Retour, réadmission et réintégration. Les deux parties partagent l'avis que la mise en œuvre d'une politique efficace de retour systématique des personnes en situation irrégulière constitue une partie intégrante de la gestion des migrations et est le meilleur moyen de dissuader des personnes - et surtout les jeunes - de s'embarquer dans une aventure particulièrement périlleuse de traversée de la Méditerrané qui n'enrichit que les trafiquants et qui met en péril leur vie. Dans ce contexte, en ligne avec le plan d'action de La Valette et l'Art.13 de l'Accord de Cotonou, les deux parties ont convenu de la nécessité d'accroître l'efficacité des procédures du retour, tels que l'identification des personnes en situation irrégulière et la délivrance en temps opportun des documents de voyage requis pour le retour, et de réintégration des migrants en situation irrégulière, dans le respect et la dignité de ces personnes..

4. Lors de leurs échanges, les deux parties ont reconnu le statut particulier du Niger comme pays de transit de flux migratoires dont les origines se situent essentiellement dans d'autres pays de la sous-région. Ils se sont montrés préoccupés de la récente augmentation du nombre de départs des migrants irréguliers en destination du nord, dépassant le nombre de 10.000 personnes dans la 3ième semaine du mois d'Avril. Ils se sont mis d'accord de renforcer leur coopération pour travailler conjointement pour réduire le nombre de départs illégaux du territoire nigérien, conforment à la législation en vigueur, en vue d'éviter les risques des pertes de vie inutiles, vus les dangers encourus.

5. Les deux parties se sont félicitées de la mise en place par l’UE d'un Fonds fiduciaire d'urgence pour lutter contre les causes profondes de la migration irrégulière en Afrique, d'un montant de 1,8 milliard d'euros (soit 1.180 milliards FCFA) lors du Sommet de La Valette. Cinq projets au profit du Niger ont déjà été approuvés pour un montant de € 74,9 millions (soit près de 50 milliards FCFA). Ces projets sont destinés à proposer des nouvelles perspectives économiques d'emploi notamment au jeunes, à renforcer la résiliences des populations vulnérables et à renforcer les capacités des services nigériens en matière de gestion des frontières et de lutte contre la traite d'êtres humains. Il a été convenu par ailleurs que les deux parties continueront de travailler ensemble en vue de la présentation d'autres documents de projet pertinents au Fonds Fiduciaire qui correspondent aux priorités des deux parties.

6. Les deux parties ont convenu que le dialogue en matière de migration sera poursuivi, aussi bien à Haut niveau qu'au niveau technique. Le prochain dialogue de Haut Niveau est envisagé avant la fin de l'année 2016 pour faire le bilan des progrès accomplis.

Onep

04 mai 2016
Source : http://lesahel.org/

Evaluation des possibilités d’appui à la politique sécuritaire

04/05/2016

Le ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération, de l’Intégration Africaine et des Nigériens à l’Extérieur, M. Ibrahim Yacoubou, a rencontré, hier matin dans les locaux dudit Ministère, M. Jean-Marc Ayrault, ministre des Affaires Etrangères et du Développement International, et son homologue allemand, Frank-Walter Steinmeier, en visite de travail au Niger. Au cours de cette rencontre, les trois chefs de la diplomatie ont échangé sur les projets mis en œuvre par la France et l’Allemagne destinés, d’une part, à promouvoir le développement durable, et, d’autre part, à soutenir le Niger dans sa lutte contre le terrorisme et la gestion des flux migratoires.

La visite conjointe des deux ministres des Affaires étrangères se veut un message lancé au nom de l'ensemble de l'Union européenne et illustre également l’engagement de la France, de l’Allemagne et, au-delà, de l’Union européenne, au Sahel afin d’apporter leur soutien pour le retour de la stabilité du point de vue de la sécurité et du développement. Après la rencontre, les trois ministres accompagnés d’une forte délégation se sont rendus à la brigade fluviale de la gendarmerie nationale où, ils ont effectué une excursion sur le fleuve Niger.

 

Aussitôt après cette rencontre, le ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération, de l’Intégration Africaine et des Nigériens à l’Extérieur, M. Ibrahim Yacoubou et ses homologues ont visité la cellule anti-terroriste de Niamey où ils ont été accueillis par le ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur, de la Sécurité publique, de la Décentralisation et des Affaires coutumières et religieuses, M. Bazoum Mohamed.

Les trois chefs de la diplomatie ont ensuite visité l’ensemble des locaux de la cellule anti-terroriste avant de tenir une réunion à huit clos sur la stratégie de lutte contre le terrorisme au sahel.

Seini Seydou Zakaria(onep)

04 mai 2016
Source : http://lesahel.org/

Inauguration de la nouvelle usine de production de Poteaux en Béton Armé de Niamey : Pour la couverture des besoins de la NIGELEC en la matière

04/05/2016

Le ministre de l’Energie et du pétrole M. Foumakoye Gado a procédé, vendredi dernier, à l’inauguration officielle de la nouvelle usine de production de Poteaux en Béton Armé sis au quartier Aéroport. La construction de cette usine et sa mise en exploitation s’inscrivent dans le cadre du programme de Renaissance II du Président de la République, Chef de l’Etat S.E Issoufou Mahamadou dont l’ambition est de doubler le nombre de villages qui bénéficieront du programme de l’électrification rurale, soit 200 villages par an pendant ce second mandat au lieu de 100 villages électrifiés par an lors du quinquennat écoulé. La cérémonie d’inaugation de l’usine s’est déroulée en présence de certains députés nationaux ; du directeur de la NIGELEC et ses proches collaborateurs.

D’une capacité de production d’environ 80 poteaux par jour, cette usine permettra à la NIGELEC de pouvoir faire face à la demande prévisionnelle qui est de l’ordre de 35000 poteaux en béton armé par an alors que les trois usines implantées à Niamey ; Malbaza et Zinder ne peuvent produire que 45 poteaux par jour soit une production annuelle moyenne de 12.500 PBA. En effet, la construction de cette usine a été financée par la NIGELEC sur fonds propres afin de résorber le déficit en poteaux béton armé et permettre aux différents projets de s'exécuter dans les meilleurs délais afin de permettre un plus large accès à l'électricité aux populations tant urbaines que rurales. Le contrat de construction de l'usine a été attribué suite à un appel d'offres international ouvert, à l'Entreprise marocaine CONSOLE pour un montant de 942 millions de FCFA hors toutes taxes. Les travaux de construction de cette nouvelle usine de production de poteaux ont démarré le 25 novembre 2014 et se sont achevés le 25 mai 2015. Par ailleurs, il convient de souligner que la qualité des produits a été confortée par les essais de flexion réalisés au cours de la production industrielle. En effet, après une application d'efforts progressifs allant jusqu'à 1,65 fois l'effort nominal d'exploitation des poteaux, aucune fissuration rémanente ne subsiste une fois le poteau déchargé ; avant de se désagréger, les poteaux peuvent supporter jusqu'à 2,5 fois leur effort nominal. Depuis la mise en exploitation de l'usine, la production se poursuit normalement à un rythme de plus en plus soutenu ; l'approvisionnement des chantiers NIGELEC en PBA s'améliore progressivement et, actuellement, on compte sur le site un stock de plus de 900 poteaux tous types confondus. Après avoir inauguré cette nouvelle usine de production en poteaux, le ministre de l’Energie et du Pétrole M. Foumakoye Gado a reçu à travers une visite des installations des explications détaillées sur le processus de production. Le ministre Foumakoye Gado s’est d’ailleurs réjoui de l’inauguration de cette usine car la production de poteaux en béton armé est l’un des facteurs qui conditionnent la réalisation de l’électrification de tout le pays à travers le programme de la renaissance dans son volet électrification rurale. Sans ces poteaux, a dit le ministre même quand on a les moyens, on ne peut pas électrifier un village. C’est un facteur qui a beaucoup pénalisé le rythme d’électrification des villages dans la mesure où la production en poteaux béton armé était insuffisante. En effet, les trois usines dont dispose la NIGELEC ne produisaient que 45 PBA par jour, soit une production annuelle de 12.000 PBA. Cette nouvelle usine, plus les trois autres existantes ne permettront à la NIGELEC d’avoir une production journalière de 125 PBA, soit 37.5000 PBA par an pour un besoin estimé à 35.000 PBA par an. « Si les moyens financiers sont suffisants, nous pensons qu’avec cette nouvelle usine on pourra atteindre les objectifs fixés par le programme de la renaissance II en matière de l’électrification rurale. Ces moyens financiers proviennent de l’Etat ; des bailleurs financiers qui concèdent des prêts a la NIGELEC notamment l’Agence Française de Développement ; la Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD) ; la Banque Mondiale ; la Banque Africaine de Développement (BAD) etc. », a précisé le ministre Foumakoye Gado.

Profitant de cette occasion, le directeur général de la NIGELEC M. Halid Alhassane a expliqué les raisons pour lesquelles on constate ces derniers temps les coupures d’électricité. En outre, depuis le début de la saison chaude, la NIGELEC avait fait des communiqués pour dire à la population qu’il faut s’attendre cette année à une situation un peu difficile. Ainsi, le Nigeria qui est notre principale source d’approvisionnement connait un certain nombre de problèmes au niveau des barrages qui étaient à sec compte tenu de la saison sèche. Outre cet état de fait, l’approvisionnement du gaz qui est la principale source de production d’électricité a connu des difficultés, tout comme l’approvisionnement des produits pétroliers. Et la production au Nigeria a chuté, passant de 6000 MW à peine 2000 MW. Cette situation a amené le producteur a diminué la quantité qu’il donne à chaque pays. C’est ce qui explique le rationnement opéré par la NIGELEC pour faire face à une demande très importante cette année.

Hassane Daouda(onep)

04 mai 2016
Source : http://lesahel.org/

Poursuite des visites du Ministre d’Etat, ministre des Transports dans les services rattachés : Discuter avec les compagnies aériennes afin de booster le secteur

04/05/2016

Le Ministre d’Etat, ministre des Transports M. Omar Hamidou Tchiana poursuit ses visites dans les services rattachés à son ministère. Ainsi après les compagnies de transport terrestre, le ministre Tchiana a visité, hier matin, une douzaine de compagnies nationales et internationales de transport aérien représentées ici à Niamey. Le ministre d’Etat a mis environ quatre heures d’horloge pour faire le tour de toutes ces compagnies situées à l’Aéroport International Diori Hamani de Niamey, aux quartiers Terminus, Plateau et Koira Kano. Au sortir de ces visites, M. Omar Hamidou Tchiana a apprécié ce qu’il a vu sur le terrain, mais a relevé quelques contraintes, qui a-t-il espèré, trouveront des solutions avec l’aide de tous les partenaires du ministère.

A tout seigneur tout honneur, le ministre d’Etat en charge des Transports a naturellement débuté sa visite par l’Aéroport international Diori Hamani de Niamey. Accompagné de son staff technique, le Ministre d’Etat a visité les compagnies Tamara Niger Aviation, Alpha Aviation et Niger Air Cargo situées toutes dans l’enceinte de l’Aéroport. Au niveau de ces compagnies, le ministre d’Etat a eu droit à une explication détaillée du mécanisme de fonctionnement des appareils. Une visite guidée des locaux, des échanges entre les deux parties ont été les temps forts de ces étapes.

La délégation ministérielle a ensuite mis le cap sur le quartier Terminus de Niamey, où elle a visité la compagnie aérienne Aïr France avant de se rendre à l’Immeuble El nasr qui abrite les compagnies Air Algérie, Royal Aïr Maroc et Aïr Burkina. Au niveau de ces locaux, les agents des différentes compagnies ont été présentés au ministre. Des photos de famille ont été prises avec le ministre d’Etat pour immortaliser ses passages. Au cours des entretiens qu’il a eus avec les responsables de ces compagnies, le Ministre d’Etat a apprécié le travail des agents.

M. Omar Hamidou Tchiana a également visité les compagnies aériennes africaines et panafricaines qui se trouvent au quartier Plateau et à Koira Kano notamment Turkish Airlines, Ethiopian Aïrlines, Asky, Aïr Côte d’Ivoire et Niger Airlines. Comme il l’a fait partout, le ministre d’Etat a eu des échanges avec les responsables desdites compagnies. Au cours de ces échanges, ils ont brièvement présenté leurs structures, les offres, les désertes. Ils ont expliqué leur expertise humaine notamment au niveau de la maintenance des avions et des opérations en vol. Les promoteurs de ces compagnies ont profité de l’occasion pour poser sur la table leurs doléances.

Le Ministre d’Etat a bouclé sa sortie d’hier par le siège de la compagnie Afriqiyah, situé à quelques encablures du Rond Point Maourey. A ce niveau également, M. Omar Hamidou Tchianan s’est prêté au même exercice : visite guidée des locaux, échanges, et une photo de famille. A l’issue de ce déplacement, le Ministre d’Etat a apprécié ce qu’il a vu sur le terrain.«Cette visite se situe dans le cadre d’une tournée que j’ai entreprise depuis ma prise de fonction pour visiter les différents partenaires aussi bien du domaine du transport terrestre que de celui du transport aérien. Le Niger étant un pays sans littoral nous devons créer les conditions pour que l’offre du service en ce qui concerne le transport aérien se multiplie et s’améliore. Nous avons également un projet de construction d’un nouvel aéroport, un aéroport ne doit sa survie qu’à des bonnes compagnies » a-t-il déclaré.

Cette visite vise aussi selon le ministre d’Etat, à écouter les compagnies, prendre leurs doléances, discuter avec elles et voir quelles sont les émulations que le gouvernement peut apporter. M. Omar Hamidou Tchiana a exprimé sa satisfaction de rencontrer des agents dynamiques et motivés. «Au cours de cette visite, j’ai vu des personnes très engagées, intéressées à servir au Niger. A nous de créer les conditions pour amener les Nigériens à s’intéresser au transport aérien. Nous avons des taux de remplissage qui varient de 30 à 80%. Nous souhaitons que la moyenne soit 70%. Pour que les compagnies se pérennisent, il faut que les Nigériens prennent l’avion. Mes collègues du secteur privé travaillent d’arrache pied sur l’amélioration des conditions d’exportation de la viande et de l’oignon. Nous devons préparer le terrain pour que ces compagnies puissent assurer la visibilité de nos produits à l’extérieur» a-t-il affirmé.

Pour ce qui est des agents qui travaillent dans ces compagnies et qui sont en majorité des étrangers, le ministre a déclaré que des dispositions sont en train d’être prises pour que le maximum de Nigériens puisse travailler dans ces compagnies. « Depuis quelques années, la politique en matière d’enseignement supérieur n’était plus axée sur la formation des pilotes avec surtout la disparition de Air Niger. Nous allons voir avec la formation professionnelle quels sont les mécanismes qu’il faut pour avoir le maximum de Nigériens dans ces compagnies » a-t-il indiqué.

Aïssa Abdoulaye Alfary(onep)

04 mai 2016
Source : http://lesahel.org/

 

Le Niger a besoin d’un milliard d'euros pour contenir les flux migratoires illégaux vers l'Europe

03/05/2016

Par la voix de son ministre des relations extérieures, le gouvernement du Niger a indiqué mardi 3 mai 2016 qu'il avait besoin d'un milliard d'euros, pour combattre l'immigration clandestine au départ de son territoire et à destination de l'Europe. Ibrahim Yacoubou a annoncé que son pays a demandé à la France, l'Allemagne et l'Union Européenne, de l’aider à réunir cette somme, apprend-on de sources médiatiques nigériennes.

L'annonce a été faite à l'occasion d'un point de presse marquant la visite de Jean-Marc Ayrault et de son homologue allemand des Affaires étrangères Franck-Walter Steinmeier, qui effectuaient au Niger la dernière étape de leur voyage conjoint en Afrique. Les deux hommes ont rencontré le président Mohamadou Issoufou avec lequel il a été question de sécurité, mais aussi d’immigration clandestine.

« Le défi sécuritaire et le défi migratoire m'ont beaucoup frappé. Tout va de pair. Il est important que l'Allemagne et la France expriment une conviction. Le continent africain et l'Europe sont étroitement liés, leurs destins sont liés et nous devons faire face ensemble aux défis considérables qui sont devant nous», a déclaré le ministre français selon des propos rapportés par RFI.

A la fin avril, des statistiques officielles ont estimé à 11 000, le nombre de personnes qui, chaque semaine, traverse le désert du Niger pour se rendre en Europe via la Libye.

Pourtant la cause nigérienne est loin de trouver un écho favorable. L’Union européenne a mis en place un Fonds fiduciaire d’urgence pour l’Afrique d'un montant actuel de 1,8 milliard d'euros, dont l'objectif est de contenir l’afflux d’immigrants illégaux arrivant sur ses rivages. Certains observateur jugent la somme insuffisante. L'UE leur rappelle qu’elle contribue à hauteur de 20 milliards d'euros à l'Aide publique au développement des pays africains parmi les plus pauvres du monde. 

D'un autre côté, la sincérité des pays africains à lutter contre l'immigration clandestine est mise en cause par certains analystes en Europe. Si le Sénégal fait figure de bon exemple, pour des pays comme le Niger, dont la survie d'une partie de sa population dépend des transferts effectués par les migrants, cela semble moins évident.

04 mai 2016
Source http://www.agenceecofin.com