Nigerdiaspora

Syndiquer le contenu
Lien entre les différentes communautés nigériennes et amis du Niger réparties de par le monde. Boubacar Guede
Mis à jour : il y a 1 heure 9 min

Atelier de lancement du projet d’Appui au développement de capacités endogènes de prévention des conflits, gestion des crises et politiques de paix dans la zone saharo-sahélienne : Dispenser des formations en Sécurité et politique de paix

29/06/2016

Le ministre d'Etat, ministre de l'Intérieur, de la Sécurité Publique, de la Décentralisation et des Affaires Coutumières et Religieuses, M. Bazoum Mohamed, a présidé, hier matin à l’auditorium Sani Bako du ministère des affaires étrangères, la cérémonie d’ouverture de l’Atelier de lancement du projet d’Appui au développement de capacités endogènes de prévention des conflits, gestion des crises et politiques de paix dans la zone saharo-sahélienne. Cette cérémonie s’est déroulée en présence de M. Ibrahim Yacoubou, Ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération, de l’intégration africaine et des Nigériens à l’extérieur, du Chef de Bureau de Coopération Belge, du Recteur de l’Université Abdou Moumouni (UAM) de Niamey et ainsi que de plusieurs invités.

Dans son discours d’ouverture le Ministre d’Etat, a témoigné son admiration et sa gratitude aux personnes qui ont conçu et porté ce projet depuis près de trois ans ; le professeur Mahaman Tidjani Alou, Doyen de la Faculté des sciences économiques et juridiques de l’Université Abdou Moumouni, le Conseiller Abdoul Azizou Garba, du Ministère des Affaires étrangères et le Professeur Michel Liégeois, directeur du Centre d’études des crises et des conflits internationaux de l’Université catholique de Louvain. M. Bazoum Mohamed a ensuite souligné qu’en ces temps où notre pays, à l’instar de l’ensemble de la sous-région, fait face à des défis multiformes, notamment en matière de sécurité, il est plus que jamais indispensable d’investir dans la matière grise.

La connaissance, l’analyse et la compréhension des enjeux politiques, géopolitiques et de sécurité doivent éclairer la décision politique. « A cet égard, il me paraît absolument essentiel de renforcer nos capacités de formation de personnel hautement qualifié. C’est bien là le premier objectif du projet qui nous réunit aujourd’hui. Dès le mois de septembre prochain, le nouveau master en Sécurité et politique de paix formera plusieurs dizaines d’étudiants au travers de cours spécialisés dispensés par les meilleurs spécialistes venus du Niger, de l’Afrique et d’Europe», a indiqué le ministre d’Etat.

Le second aspect du projet réside dans sa dimension de recherche. « Nous attendons aussi beaucoup des études doctorales financées par des bourses car elles portent sur des thématiques qui nous intéressent. Plus que jamais, les politiques gouvernementales doivent pouvoir s’appuyer sur des analyses pointues et informées de situations complexes qui évoluent très rapidement. En outre, nous escomptons que les futurs docteurs viendront enrichir le potentiel d’enseignement de nos universités et permettront d’assurer la viabilité à long terme du nouveau master», a ajouté M. Bazoum Mohamed. Il a réaffirmé l’engagement du gouvernement à tout mettre en œuvre pour la réussite du projet. «Le gouvernement veillera à dégager les moyens nécessaires pour permettra la création de postes académiques engendrée par cette formation», a conclu le ministre d’Etat.

Auparavant, le Ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération, de l’Intégration Africaine et des Nigériens à l’Extérieur, M. Ibrahim Yacoubou, a remercié tous les acteurs qui ont contribué à l’aboutissement de ce projet. Le projet vise à installer un programme de Master de 120 crédits en "Relations internationales, études de sécurité, gestion des conflits et politiques de paix" au sein de la faculté des sciences économiques et juridiques de l’Université Abdou Moumouni de Niamey au Niger. Cette formation s’inscrit dans le cadre de l’élaboration de la stratégie nationale dite «Stratégie pour le développement et la sécurité des zones sahélo-sahariennes du Niger » qui se veut la matrice d’une vision holistique des questions de sécurité.

La formation comprendra un tronc commun en première année et deux filières en seconde année (professionnelle et de recherche). Elle vise à atteindre conjointement deux groupes cibles : les étudiants souhaitant se spécialiser dans le domaine des relations internationales relatives à la sécurité et aux politiques de paix et les agents des administrations

publiques ou d’institutions privées (centre d’études) qui traitent des questions de sécurité et de maintien de la paix. Ce projet PFS sera réalisé grâce à un partenariat actif entre l’Université Catholique de Louvain (UCL), l’Université de Namur Belgique et l’Université Abdou Moumouni de Niamey (UAM) en collaboration avec la Cellule d’études prospectives et d’analyse (CEPA) du Ministère des Affaires étrangères du Niger.

Abderamane M. Ben Hamaye RC/ME/MISPDACR

29 juin 2016
Source : http://lesahel.org/

Atelier de lancement du projet d’Appui au développement de capacités endogènes de prévention des conflits, gestion des crises et politiques de paix dans la zone saharo-sahélienne : Dispenser des formations en Sécurité et politique de paix

29/06/2016

Le ministre d'Etat, ministre de l'Intérieur, de la Sécurité Publique, de la Décentralisation et des Affaires Coutumières et Religieuses, M. Bazoum Mohamed, a présidé, hier matin à l’auditorium Sani Bako du ministère des affaires étrangères, la cérémonie d’ouverture de l’Atelier de lancement du projet d’Appui au développement de capacités endogènes de prévention des conflits, gestion des crises et politiques de paix dans la zone saharo-sahélienne. Cette cérémonie s’est déroulée en présence de M. Ibrahim Yacoubou, Ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération, de l’intégration africaine et des Nigériens à l’extérieur, du Chef de Bureau de Coopération Belge, du Recteur de l’Université Abdou Moumouni (UAM) de Niamey et ainsi que de plusieurs invités.

Dans son discours d’ouverture le Ministre d’Etat, a témoigné son admiration et sa gratitude aux personnes qui ont conçu et porté ce projet depuis près de trois ans ; le professeur Mahaman Tidjani Alou, Doyen de la Faculté des sciences économiques et juridiques de l’Université Abdou Moumouni, le Conseiller Abdoul Azizou Garba, du Ministère des Affaires étrangères et le Professeur Michel Liégeois, directeur du Centre d’études des crises et des conflits internationaux de l’Université catholique de Louvain. M. Bazoum Mohamed a ensuite souligné qu’en ces temps où notre pays, à l’instar de l’ensemble de la sous-région, fait face à des défis multiformes, notamment en matière de sécurité, il est plus que jamais indispensable d’investir dans la matière grise.

La connaissance, l’analyse et la compréhension des enjeux politiques, géopolitiques et de sécurité doivent éclairer la décision politique. « A cet égard, il me paraît absolument essentiel de renforcer nos capacités de formation de personnel hautement qualifié. C’est bien là le premier objectif du projet qui nous réunit aujourd’hui. Dès le mois de septembre prochain, le nouveau master en Sécurité et politique de paix formera plusieurs dizaines d’étudiants au travers de cours spécialisés dispensés par les meilleurs spécialistes venus du Niger, de l’Afrique et d’Europe», a indiqué le ministre d’Etat.

Le second aspect du projet réside dans sa dimension de recherche. « Nous attendons aussi beaucoup des études doctorales financées par des bourses car elles portent sur des thématiques qui nous intéressent. Plus que jamais, les politiques gouvernementales doivent pouvoir s’appuyer sur des analyses pointues et informées de situations complexes qui évoluent très rapidement. En outre, nous escomptons que les futurs docteurs viendront enrichir le potentiel d’enseignement de nos universités et permettront d’assurer la viabilité à long terme du nouveau master», a ajouté M. Bazoum Mohamed. Il a réaffirmé l’engagement du gouvernement à tout mettre en œuvre pour la réussite du projet. «Le gouvernement veillera à dégager les moyens nécessaires pour permettra la création de postes académiques engendrée par cette formation», a conclu le ministre d’Etat.

Auparavant, le Ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération, de l’Intégration Africaine et des Nigériens à l’Extérieur, M. Ibrahim Yacoubou, a remercié tous les acteurs qui ont contribué à l’aboutissement de ce projet. Le projet vise à installer un programme de Master de 120 crédits en "Relations internationales, études de sécurité, gestion des conflits et politiques de paix" au sein de la faculté des sciences économiques et juridiques de l’Université Abdou Moumouni de Niamey au Niger. Cette formation s’inscrit dans le cadre de l’élaboration de la stratégie nationale dite «Stratégie pour le développement et la sécurité des zones sahélo-sahariennes du Niger » qui se veut la matrice d’une vision holistique des questions de sécurité.

La formation comprendra un tronc commun en première année et deux filières en seconde année (professionnelle et de recherche). Elle vise à atteindre conjointement deux groupes cibles : les étudiants souhaitant se spécialiser dans le domaine des relations internationales relatives à la sécurité et aux politiques de paix et les agents des administrations

publiques ou d’institutions privées (centre d’études) qui traitent des questions de sécurité et de maintien de la paix. Ce projet PFS sera réalisé grâce à un partenariat actif entre l’Université Catholique de Louvain (UCL), l’Université de Namur Belgique et l’Université Abdou Moumouni de Niamey (UAM) en collaboration avec la Cellule d’études prospectives et d’analyse (CEPA) du Ministère des Affaires étrangères du Niger.

Abderamane M. Ben Hamaye RC/ME/MISPDACR

29 juin 2016
Source : http://lesahel.org/

Atelier de lancement du projet d’Appui au développement de capacités endogènes de prévention des conflits, gestion des crises et politiques de paix dans la zone saharo-sahélienne : Dispenser des formations en Sécurité et politique de paix

29/06/2016

Le ministre d'Etat, ministre de l'Intérieur, de la Sécurité Publique, de la Décentralisation et des Affaires Coutumières et Religieuses, M. Bazoum Mohamed, a présidé, hier matin à l’auditorium Sani Bako du ministère des affaires étrangères, la cérémonie d’ouverture de l’Atelier de lancement du projet d’Appui au développement de capacités endogènes de prévention des conflits, gestion des crises et politiques de paix dans la zone saharo-sahélienne. Cette cérémonie s’est déroulée en présence de M. Ibrahim Yacoubou, Ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération, de l’intégration africaine et des Nigériens à l’extérieur, du Chef de Bureau de Coopération Belge, du Recteur de l’Université Abdou Moumouni (UAM) de Niamey et ainsi que de plusieurs invités.

Dans son discours d’ouverture le Ministre d’Etat, a témoigné son admiration et sa gratitude aux personnes qui ont conçu et porté ce projet depuis près de trois ans ; le professeur Mahaman Tidjani Alou, Doyen de la Faculté des sciences économiques et juridiques de l’Université Abdou Moumouni, le Conseiller Abdoul Azizou Garba, du Ministère des Affaires étrangères et le Professeur Michel Liégeois, directeur du Centre d’études des crises et des conflits internationaux de l’Université catholique de Louvain. M. Bazoum Mohamed a ensuite souligné qu’en ces temps où notre pays, à l’instar de l’ensemble de la sous-région, fait face à des défis multiformes, notamment en matière de sécurité, il est plus que jamais indispensable d’investir dans la matière grise.

La connaissance, l’analyse et la compréhension des enjeux politiques, géopolitiques et de sécurité doivent éclairer la décision politique. « A cet égard, il me paraît absolument essentiel de renforcer nos capacités de formation de personnel hautement qualifié. C’est bien là le premier objectif du projet qui nous réunit aujourd’hui. Dès le mois de septembre prochain, le nouveau master en Sécurité et politique de paix formera plusieurs dizaines d’étudiants au travers de cours spécialisés dispensés par les meilleurs spécialistes venus du Niger, de l’Afrique et d’Europe», a indiqué le ministre d’Etat.

Le second aspect du projet réside dans sa dimension de recherche. « Nous attendons aussi beaucoup des études doctorales financées par des bourses car elles portent sur des thématiques qui nous intéressent. Plus que jamais, les politiques gouvernementales doivent pouvoir s’appuyer sur des analyses pointues et informées de situations complexes qui évoluent très rapidement. En outre, nous escomptons que les futurs docteurs viendront enrichir le potentiel d’enseignement de nos universités et permettront d’assurer la viabilité à long terme du nouveau master», a ajouté M. Bazoum Mohamed. Il a réaffirmé l’engagement du gouvernement à tout mettre en œuvre pour la réussite du projet. «Le gouvernement veillera à dégager les moyens nécessaires pour permettra la création de postes académiques engendrée par cette formation», a conclu le ministre d’Etat.

Auparavant, le Ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération, de l’Intégration Africaine et des Nigériens à l’Extérieur, M. Ibrahim Yacoubou, a remercié tous les acteurs qui ont contribué à l’aboutissement de ce projet. Le projet vise à installer un programme de Master de 120 crédits en "Relations internationales, études de sécurité, gestion des conflits et politiques de paix" au sein de la faculté des sciences économiques et juridiques de l’Université Abdou Moumouni de Niamey au Niger. Cette formation s’inscrit dans le cadre de l’élaboration de la stratégie nationale dite «Stratégie pour le développement et la sécurité des zones sahélo-sahariennes du Niger » qui se veut la matrice d’une vision holistique des questions de sécurité.

La formation comprendra un tronc commun en première année et deux filières en seconde année (professionnelle et de recherche). Elle vise à atteindre conjointement deux groupes cibles : les étudiants souhaitant se spécialiser dans le domaine des relations internationales relatives à la sécurité et aux politiques de paix et les agents des administrations

publiques ou d’institutions privées (centre d’études) qui traitent des questions de sécurité et de maintien de la paix. Ce projet PFS sera réalisé grâce à un partenariat actif entre l’Université Catholique de Louvain (UCL), l’Université de Namur Belgique et l’Université Abdou Moumouni de Niamey (UAM) en collaboration avec la Cellule d’études prospectives et d’analyse (CEPA) du Ministère des Affaires étrangères du Niger.

Abderamane M. Ben Hamaye RC/ME/MISPDACR

29 juin 2016
Source : http://lesahel.org/

Atelier de lancement du projet d’Appui au développement de capacités endogènes de prévention des conflits, gestion des crises et politiques de paix dans la zone saharo-sahélienne : Dispenser des formations en Sécurité et politique de paix

29/06/2016

Le ministre d'Etat, ministre de l'Intérieur, de la Sécurité Publique, de la Décentralisation et des Affaires Coutumières et Religieuses, M. Bazoum Mohamed, a présidé, hier matin à l’auditorium Sani Bako du ministère des affaires étrangères, la cérémonie d’ouverture de l’Atelier de lancement du projet d’Appui au développement de capacités endogènes de prévention des conflits, gestion des crises et politiques de paix dans la zone saharo-sahélienne. Cette cérémonie s’est déroulée en présence de M. Ibrahim Yacoubou, Ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération, de l’intégration africaine et des Nigériens à l’extérieur, du Chef de Bureau de Coopération Belge, du Recteur de l’Université Abdou Moumouni (UAM) de Niamey et ainsi que de plusieurs invités.

Dans son discours d’ouverture le Ministre d’Etat, a témoigné son admiration et sa gratitude aux personnes qui ont conçu et porté ce projet depuis près de trois ans ; le professeur Mahaman Tidjani Alou, Doyen de la Faculté des sciences économiques et juridiques de l’Université Abdou Moumouni, le Conseiller Abdoul Azizou Garba, du Ministère des Affaires étrangères et le Professeur Michel Liégeois, directeur du Centre d’études des crises et des conflits internationaux de l’Université catholique de Louvain. M. Bazoum Mohamed a ensuite souligné qu’en ces temps où notre pays, à l’instar de l’ensemble de la sous-région, fait face à des défis multiformes, notamment en matière de sécurité, il est plus que jamais indispensable d’investir dans la matière grise.

La connaissance, l’analyse et la compréhension des enjeux politiques, géopolitiques et de sécurité doivent éclairer la décision politique. « A cet égard, il me paraît absolument essentiel de renforcer nos capacités de formation de personnel hautement qualifié. C’est bien là le premier objectif du projet qui nous réunit aujourd’hui. Dès le mois de septembre prochain, le nouveau master en Sécurité et politique de paix formera plusieurs dizaines d’étudiants au travers de cours spécialisés dispensés par les meilleurs spécialistes venus du Niger, de l’Afrique et d’Europe», a indiqué le ministre d’Etat.

Le second aspect du projet réside dans sa dimension de recherche. « Nous attendons aussi beaucoup des études doctorales financées par des bourses car elles portent sur des thématiques qui nous intéressent. Plus que jamais, les politiques gouvernementales doivent pouvoir s’appuyer sur des analyses pointues et informées de situations complexes qui évoluent très rapidement. En outre, nous escomptons que les futurs docteurs viendront enrichir le potentiel d’enseignement de nos universités et permettront d’assurer la viabilité à long terme du nouveau master», a ajouté M. Bazoum Mohamed. Il a réaffirmé l’engagement du gouvernement à tout mettre en œuvre pour la réussite du projet. «Le gouvernement veillera à dégager les moyens nécessaires pour permettra la création de postes académiques engendrée par cette formation», a conclu le ministre d’Etat.

Auparavant, le Ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération, de l’Intégration Africaine et des Nigériens à l’Extérieur, M. Ibrahim Yacoubou, a remercié tous les acteurs qui ont contribué à l’aboutissement de ce projet. Le projet vise à installer un programme de Master de 120 crédits en "Relations internationales, études de sécurité, gestion des conflits et politiques de paix" au sein de la faculté des sciences économiques et juridiques de l’Université Abdou Moumouni de Niamey au Niger. Cette formation s’inscrit dans le cadre de l’élaboration de la stratégie nationale dite «Stratégie pour le développement et la sécurité des zones sahélo-sahariennes du Niger » qui se veut la matrice d’une vision holistique des questions de sécurité.

La formation comprendra un tronc commun en première année et deux filières en seconde année (professionnelle et de recherche). Elle vise à atteindre conjointement deux groupes cibles : les étudiants souhaitant se spécialiser dans le domaine des relations internationales relatives à la sécurité et aux politiques de paix et les agents des administrations

publiques ou d’institutions privées (centre d’études) qui traitent des questions de sécurité et de maintien de la paix. Ce projet PFS sera réalisé grâce à un partenariat actif entre l’Université Catholique de Louvain (UCL), l’Université de Namur Belgique et l’Université Abdou Moumouni de Niamey (UAM) en collaboration avec la Cellule d’études prospectives et d’analyse (CEPA) du Ministère des Affaires étrangères du Niger.

Abderamane M. Ben Hamaye RC/ME/MISPDACR

29 juin 2016
Source : http://lesahel.org/

Atelier de lancement du projet d’Appui au développement de capacités endogènes de prévention des conflits, gestion des crises et politiques de paix dans la zone saharo-sahélienne : Dispenser des formations en Sécurité et politique de paix

29/06/2016

Le ministre d'Etat, ministre de l'Intérieur, de la Sécurité Publique, de la Décentralisation et des Affaires Coutumières et Religieuses, M. Bazoum Mohamed, a présidé, hier matin à l’auditorium Sani Bako du ministère des affaires étrangères, la cérémonie d’ouverture de l’Atelier de lancement du projet d’Appui au développement de capacités endogènes de prévention des conflits, gestion des crises et politiques de paix dans la zone saharo-sahélienne. Cette cérémonie s’est déroulée en présence de M. Ibrahim Yacoubou, Ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération, de l’intégration africaine et des Nigériens à l’extérieur, du Chef de Bureau de Coopération Belge, du Recteur de l’Université Abdou Moumouni (UAM) de Niamey et ainsi que de plusieurs invités.

Dans son discours d’ouverture le Ministre d’Etat, a témoigné son admiration et sa gratitude aux personnes qui ont conçu et porté ce projet depuis près de trois ans ; le professeur Mahaman Tidjani Alou, Doyen de la Faculté des sciences économiques et juridiques de l’Université Abdou Moumouni, le Conseiller Abdoul Azizou Garba, du Ministère des Affaires étrangères et le Professeur Michel Liégeois, directeur du Centre d’études des crises et des conflits internationaux de l’Université catholique de Louvain. M. Bazoum Mohamed a ensuite souligné qu’en ces temps où notre pays, à l’instar de l’ensemble de la sous-région, fait face à des défis multiformes, notamment en matière de sécurité, il est plus que jamais indispensable d’investir dans la matière grise.

La connaissance, l’analyse et la compréhension des enjeux politiques, géopolitiques et de sécurité doivent éclairer la décision politique. « A cet égard, il me paraît absolument essentiel de renforcer nos capacités de formation de personnel hautement qualifié. C’est bien là le premier objectif du projet qui nous réunit aujourd’hui. Dès le mois de septembre prochain, le nouveau master en Sécurité et politique de paix formera plusieurs dizaines d’étudiants au travers de cours spécialisés dispensés par les meilleurs spécialistes venus du Niger, de l’Afrique et d’Europe», a indiqué le ministre d’Etat.

Le second aspect du projet réside dans sa dimension de recherche. « Nous attendons aussi beaucoup des études doctorales financées par des bourses car elles portent sur des thématiques qui nous intéressent. Plus que jamais, les politiques gouvernementales doivent pouvoir s’appuyer sur des analyses pointues et informées de situations complexes qui évoluent très rapidement. En outre, nous escomptons que les futurs docteurs viendront enrichir le potentiel d’enseignement de nos universités et permettront d’assurer la viabilité à long terme du nouveau master», a ajouté M. Bazoum Mohamed. Il a réaffirmé l’engagement du gouvernement à tout mettre en œuvre pour la réussite du projet. «Le gouvernement veillera à dégager les moyens nécessaires pour permettra la création de postes académiques engendrée par cette formation», a conclu le ministre d’Etat.

Auparavant, le Ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération, de l’Intégration Africaine et des Nigériens à l’Extérieur, M. Ibrahim Yacoubou, a remercié tous les acteurs qui ont contribué à l’aboutissement de ce projet. Le projet vise à installer un programme de Master de 120 crédits en "Relations internationales, études de sécurité, gestion des conflits et politiques de paix" au sein de la faculté des sciences économiques et juridiques de l’Université Abdou Moumouni de Niamey au Niger. Cette formation s’inscrit dans le cadre de l’élaboration de la stratégie nationale dite «Stratégie pour le développement et la sécurité des zones sahélo-sahariennes du Niger » qui se veut la matrice d’une vision holistique des questions de sécurité.

La formation comprendra un tronc commun en première année et deux filières en seconde année (professionnelle et de recherche). Elle vise à atteindre conjointement deux groupes cibles : les étudiants souhaitant se spécialiser dans le domaine des relations internationales relatives à la sécurité et aux politiques de paix et les agents des administrations

publiques ou d’institutions privées (centre d’études) qui traitent des questions de sécurité et de maintien de la paix. Ce projet PFS sera réalisé grâce à un partenariat actif entre l’Université Catholique de Louvain (UCL), l’Université de Namur Belgique et l’Université Abdou Moumouni de Niamey (UAM) en collaboration avec la Cellule d’études prospectives et d’analyse (CEPA) du Ministère des Affaires étrangères du Niger.

Abderamane M. Ben Hamaye RC/ME/MISPDACR

29 juin 2016
Source : http://lesahel.org/

Atelier de lancement du projet d’Appui au développement de capacités endogènes de prévention des conflits, gestion des crises et politiques de paix dans la zone saharo-sahélienne : Dispenser des formations en Sécurité et politique de paix

29/06/2016

Le ministre d'Etat, ministre de l'Intérieur, de la Sécurité Publique, de la Décentralisation et des Affaires Coutumières et Religieuses, M. Bazoum Mohamed, a présidé, hier matin à l’auditorium Sani Bako du ministère des affaires étrangères, la cérémonie d’ouverture de l’Atelier de lancement du projet d’Appui au développement de capacités endogènes de prévention des conflits, gestion des crises et politiques de paix dans la zone saharo-sahélienne. Cette cérémonie s’est déroulée en présence de M. Ibrahim Yacoubou, Ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération, de l’intégration africaine et des Nigériens à l’extérieur, du Chef de Bureau de Coopération Belge, du Recteur de l’Université Abdou Moumouni (UAM) de Niamey et ainsi que de plusieurs invités.

Dans son discours d’ouverture le Ministre d’Etat, a témoigné son admiration et sa gratitude aux personnes qui ont conçu et porté ce projet depuis près de trois ans ; le professeur Mahaman Tidjani Alou, Doyen de la Faculté des sciences économiques et juridiques de l’Université Abdou Moumouni, le Conseiller Abdoul Azizou Garba, du Ministère des Affaires étrangères et le Professeur Michel Liégeois, directeur du Centre d’études des crises et des conflits internationaux de l’Université catholique de Louvain. M. Bazoum Mohamed a ensuite souligné qu’en ces temps où notre pays, à l’instar de l’ensemble de la sous-région, fait face à des défis multiformes, notamment en matière de sécurité, il est plus que jamais indispensable d’investir dans la matière grise.

La connaissance, l’analyse et la compréhension des enjeux politiques, géopolitiques et de sécurité doivent éclairer la décision politique. « A cet égard, il me paraît absolument essentiel de renforcer nos capacités de formation de personnel hautement qualifié. C’est bien là le premier objectif du projet qui nous réunit aujourd’hui. Dès le mois de septembre prochain, le nouveau master en Sécurité et politique de paix formera plusieurs dizaines d’étudiants au travers de cours spécialisés dispensés par les meilleurs spécialistes venus du Niger, de l’Afrique et d’Europe», a indiqué le ministre d’Etat.

Le second aspect du projet réside dans sa dimension de recherche. « Nous attendons aussi beaucoup des études doctorales financées par des bourses car elles portent sur des thématiques qui nous intéressent. Plus que jamais, les politiques gouvernementales doivent pouvoir s’appuyer sur des analyses pointues et informées de situations complexes qui évoluent très rapidement. En outre, nous escomptons que les futurs docteurs viendront enrichir le potentiel d’enseignement de nos universités et permettront d’assurer la viabilité à long terme du nouveau master», a ajouté M. Bazoum Mohamed. Il a réaffirmé l’engagement du gouvernement à tout mettre en œuvre pour la réussite du projet. «Le gouvernement veillera à dégager les moyens nécessaires pour permettra la création de postes académiques engendrée par cette formation», a conclu le ministre d’Etat.

Auparavant, le Ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération, de l’Intégration Africaine et des Nigériens à l’Extérieur, M. Ibrahim Yacoubou, a remercié tous les acteurs qui ont contribué à l’aboutissement de ce projet. Le projet vise à installer un programme de Master de 120 crédits en "Relations internationales, études de sécurité, gestion des conflits et politiques de paix" au sein de la faculté des sciences économiques et juridiques de l’Université Abdou Moumouni de Niamey au Niger. Cette formation s’inscrit dans le cadre de l’élaboration de la stratégie nationale dite «Stratégie pour le développement et la sécurité des zones sahélo-sahariennes du Niger » qui se veut la matrice d’une vision holistique des questions de sécurité.

La formation comprendra un tronc commun en première année et deux filières en seconde année (professionnelle et de recherche). Elle vise à atteindre conjointement deux groupes cibles : les étudiants souhaitant se spécialiser dans le domaine des relations internationales relatives à la sécurité et aux politiques de paix et les agents des administrations

publiques ou d’institutions privées (centre d’études) qui traitent des questions de sécurité et de maintien de la paix. Ce projet PFS sera réalisé grâce à un partenariat actif entre l’Université Catholique de Louvain (UCL), l’Université de Namur Belgique et l’Université Abdou Moumouni de Niamey (UAM) en collaboration avec la Cellule d’études prospectives et d’analyse (CEPA) du Ministère des Affaires étrangères du Niger.

Abderamane M. Ben Hamaye RC/ME/MISPDACR

29 juin 2016
Source : http://lesahel.org/

Atelier de lancement du projet d’Appui au développement de capacités endogènes de prévention des conflits, gestion des crises et politiques de paix dans la zone saharo-sahélienne : Dispenser des formations en Sécurité et politique de paix

29/06/2016

Le ministre d'Etat, ministre de l'Intérieur, de la Sécurité Publique, de la Décentralisation et des Affaires Coutumières et Religieuses, M. Bazoum Mohamed, a présidé, hier matin à l’auditorium Sani Bako du ministère des affaires étrangères, la cérémonie d’ouverture de l’Atelier de lancement du projet d’Appui au développement de capacités endogènes de prévention des conflits, gestion des crises et politiques de paix dans la zone saharo-sahélienne. Cette cérémonie s’est déroulée en présence de M. Ibrahim Yacoubou, Ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération, de l’intégration africaine et des Nigériens à l’extérieur, du Chef de Bureau de Coopération Belge, du Recteur de l’Université Abdou Moumouni (UAM) de Niamey et ainsi que de plusieurs invités.

Dans son discours d’ouverture le Ministre d’Etat, a témoigné son admiration et sa gratitude aux personnes qui ont conçu et porté ce projet depuis près de trois ans ; le professeur Mahaman Tidjani Alou, Doyen de la Faculté des sciences économiques et juridiques de l’Université Abdou Moumouni, le Conseiller Abdoul Azizou Garba, du Ministère des Affaires étrangères et le Professeur Michel Liégeois, directeur du Centre d’études des crises et des conflits internationaux de l’Université catholique de Louvain. M. Bazoum Mohamed a ensuite souligné qu’en ces temps où notre pays, à l’instar de l’ensemble de la sous-région, fait face à des défis multiformes, notamment en matière de sécurité, il est plus que jamais indispensable d’investir dans la matière grise.

La connaissance, l’analyse et la compréhension des enjeux politiques, géopolitiques et de sécurité doivent éclairer la décision politique. « A cet égard, il me paraît absolument essentiel de renforcer nos capacités de formation de personnel hautement qualifié. C’est bien là le premier objectif du projet qui nous réunit aujourd’hui. Dès le mois de septembre prochain, le nouveau master en Sécurité et politique de paix formera plusieurs dizaines d’étudiants au travers de cours spécialisés dispensés par les meilleurs spécialistes venus du Niger, de l’Afrique et d’Europe», a indiqué le ministre d’Etat.

Le second aspect du projet réside dans sa dimension de recherche. « Nous attendons aussi beaucoup des études doctorales financées par des bourses car elles portent sur des thématiques qui nous intéressent. Plus que jamais, les politiques gouvernementales doivent pouvoir s’appuyer sur des analyses pointues et informées de situations complexes qui évoluent très rapidement. En outre, nous escomptons que les futurs docteurs viendront enrichir le potentiel d’enseignement de nos universités et permettront d’assurer la viabilité à long terme du nouveau master», a ajouté M. Bazoum Mohamed. Il a réaffirmé l’engagement du gouvernement à tout mettre en œuvre pour la réussite du projet. «Le gouvernement veillera à dégager les moyens nécessaires pour permettra la création de postes académiques engendrée par cette formation», a conclu le ministre d’Etat.

Auparavant, le Ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération, de l’Intégration Africaine et des Nigériens à l’Extérieur, M. Ibrahim Yacoubou, a remercié tous les acteurs qui ont contribué à l’aboutissement de ce projet. Le projet vise à installer un programme de Master de 120 crédits en "Relations internationales, études de sécurité, gestion des conflits et politiques de paix" au sein de la faculté des sciences économiques et juridiques de l’Université Abdou Moumouni de Niamey au Niger. Cette formation s’inscrit dans le cadre de l’élaboration de la stratégie nationale dite «Stratégie pour le développement et la sécurité des zones sahélo-sahariennes du Niger » qui se veut la matrice d’une vision holistique des questions de sécurité.

La formation comprendra un tronc commun en première année et deux filières en seconde année (professionnelle et de recherche). Elle vise à atteindre conjointement deux groupes cibles : les étudiants souhaitant se spécialiser dans le domaine des relations internationales relatives à la sécurité et aux politiques de paix et les agents des administrations

publiques ou d’institutions privées (centre d’études) qui traitent des questions de sécurité et de maintien de la paix. Ce projet PFS sera réalisé grâce à un partenariat actif entre l’Université Catholique de Louvain (UCL), l’Université de Namur Belgique et l’Université Abdou Moumouni de Niamey (UAM) en collaboration avec la Cellule d’études prospectives et d’analyse (CEPA) du Ministère des Affaires étrangères du Niger.

Abderamane M. Ben Hamaye RC/ME/MISPDACR

29 juin 2016
Source : http://lesahel.org/

Atelier de lancement du projet d’Appui au développement de capacités endogènes de prévention des conflits, gestion des crises et politiques de paix dans la zone saharo-sahélienne : Dispenser des formations en Sécurité et politique de paix

29/06/2016

Le ministre d'Etat, ministre de l'Intérieur, de la Sécurité Publique, de la Décentralisation et des Affaires Coutumières et Religieuses, M. Bazoum Mohamed, a présidé, hier matin à l’auditorium Sani Bako du ministère des affaires étrangères, la cérémonie d’ouverture de l’Atelier de lancement du projet d’Appui au développement de capacités endogènes de prévention des conflits, gestion des crises et politiques de paix dans la zone saharo-sahélienne. Cette cérémonie s’est déroulée en présence de M. Ibrahim Yacoubou, Ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération, de l’intégration africaine et des Nigériens à l’extérieur, du Chef de Bureau de Coopération Belge, du Recteur de l’Université Abdou Moumouni (UAM) de Niamey et ainsi que de plusieurs invités.

Dans son discours d’ouverture le Ministre d’Etat, a témoigné son admiration et sa gratitude aux personnes qui ont conçu et porté ce projet depuis près de trois ans ; le professeur Mahaman Tidjani Alou, Doyen de la Faculté des sciences économiques et juridiques de l’Université Abdou Moumouni, le Conseiller Abdoul Azizou Garba, du Ministère des Affaires étrangères et le Professeur Michel Liégeois, directeur du Centre d’études des crises et des conflits internationaux de l’Université catholique de Louvain. M. Bazoum Mohamed a ensuite souligné qu’en ces temps où notre pays, à l’instar de l’ensemble de la sous-région, fait face à des défis multiformes, notamment en matière de sécurité, il est plus que jamais indispensable d’investir dans la matière grise.

La connaissance, l’analyse et la compréhension des enjeux politiques, géopolitiques et de sécurité doivent éclairer la décision politique. « A cet égard, il me paraît absolument essentiel de renforcer nos capacités de formation de personnel hautement qualifié. C’est bien là le premier objectif du projet qui nous réunit aujourd’hui. Dès le mois de septembre prochain, le nouveau master en Sécurité et politique de paix formera plusieurs dizaines d’étudiants au travers de cours spécialisés dispensés par les meilleurs spécialistes venus du Niger, de l’Afrique et d’Europe», a indiqué le ministre d’Etat.

Le second aspect du projet réside dans sa dimension de recherche. « Nous attendons aussi beaucoup des études doctorales financées par des bourses car elles portent sur des thématiques qui nous intéressent. Plus que jamais, les politiques gouvernementales doivent pouvoir s’appuyer sur des analyses pointues et informées de situations complexes qui évoluent très rapidement. En outre, nous escomptons que les futurs docteurs viendront enrichir le potentiel d’enseignement de nos universités et permettront d’assurer la viabilité à long terme du nouveau master», a ajouté M. Bazoum Mohamed. Il a réaffirmé l’engagement du gouvernement à tout mettre en œuvre pour la réussite du projet. «Le gouvernement veillera à dégager les moyens nécessaires pour permettra la création de postes académiques engendrée par cette formation», a conclu le ministre d’Etat.

Auparavant, le Ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération, de l’Intégration Africaine et des Nigériens à l’Extérieur, M. Ibrahim Yacoubou, a remercié tous les acteurs qui ont contribué à l’aboutissement de ce projet. Le projet vise à installer un programme de Master de 120 crédits en "Relations internationales, études de sécurité, gestion des conflits et politiques de paix" au sein de la faculté des sciences économiques et juridiques de l’Université Abdou Moumouni de Niamey au Niger. Cette formation s’inscrit dans le cadre de l’élaboration de la stratégie nationale dite «Stratégie pour le développement et la sécurité des zones sahélo-sahariennes du Niger » qui se veut la matrice d’une vision holistique des questions de sécurité.

La formation comprendra un tronc commun en première année et deux filières en seconde année (professionnelle et de recherche). Elle vise à atteindre conjointement deux groupes cibles : les étudiants souhaitant se spécialiser dans le domaine des relations internationales relatives à la sécurité et aux politiques de paix et les agents des administrations

publiques ou d’institutions privées (centre d’études) qui traitent des questions de sécurité et de maintien de la paix. Ce projet PFS sera réalisé grâce à un partenariat actif entre l’Université Catholique de Louvain (UCL), l’Université de Namur Belgique et l’Université Abdou Moumouni de Niamey (UAM) en collaboration avec la Cellule d’études prospectives et d’analyse (CEPA) du Ministère des Affaires étrangères du Niger.

Abderamane M. Ben Hamaye RC/ME/MISPDACR

29 juin 2016
Source : http://lesahel.org/

Atelier de lancement du projet d’Appui au développement de capacités endogènes de prévention des conflits, gestion des crises et politiques de paix dans la zone saharo-sahélienne : Dispenser des formations en Sécurité et politique de paix

29/06/2016

Le ministre d'Etat, ministre de l'Intérieur, de la Sécurité Publique, de la Décentralisation et des Affaires Coutumières et Religieuses, M. Bazoum Mohamed, a présidé, hier matin à l’auditorium Sani Bako du ministère des affaires étrangères, la cérémonie d’ouverture de l’Atelier de lancement du projet d’Appui au développement de capacités endogènes de prévention des conflits, gestion des crises et politiques de paix dans la zone saharo-sahélienne. Cette cérémonie s’est déroulée en présence de M. Ibrahim Yacoubou, Ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération, de l’intégration africaine et des Nigériens à l’extérieur, du Chef de Bureau de Coopération Belge, du Recteur de l’Université Abdou Moumouni (UAM) de Niamey et ainsi que de plusieurs invités.

Dans son discours d’ouverture le Ministre d’Etat, a témoigné son admiration et sa gratitude aux personnes qui ont conçu et porté ce projet depuis près de trois ans ; le professeur Mahaman Tidjani Alou, Doyen de la Faculté des sciences économiques et juridiques de l’Université Abdou Moumouni, le Conseiller Abdoul Azizou Garba, du Ministère des Affaires étrangères et le Professeur Michel Liégeois, directeur du Centre d’études des crises et des conflits internationaux de l’Université catholique de Louvain. M. Bazoum Mohamed a ensuite souligné qu’en ces temps où notre pays, à l’instar de l’ensemble de la sous-région, fait face à des défis multiformes, notamment en matière de sécurité, il est plus que jamais indispensable d’investir dans la matière grise.

La connaissance, l’analyse et la compréhension des enjeux politiques, géopolitiques et de sécurité doivent éclairer la décision politique. « A cet égard, il me paraît absolument essentiel de renforcer nos capacités de formation de personnel hautement qualifié. C’est bien là le premier objectif du projet qui nous réunit aujourd’hui. Dès le mois de septembre prochain, le nouveau master en Sécurité et politique de paix formera plusieurs dizaines d’étudiants au travers de cours spécialisés dispensés par les meilleurs spécialistes venus du Niger, de l’Afrique et d’Europe», a indiqué le ministre d’Etat.

Le second aspect du projet réside dans sa dimension de recherche. « Nous attendons aussi beaucoup des études doctorales financées par des bourses car elles portent sur des thématiques qui nous intéressent. Plus que jamais, les politiques gouvernementales doivent pouvoir s’appuyer sur des analyses pointues et informées de situations complexes qui évoluent très rapidement. En outre, nous escomptons que les futurs docteurs viendront enrichir le potentiel d’enseignement de nos universités et permettront d’assurer la viabilité à long terme du nouveau master», a ajouté M. Bazoum Mohamed. Il a réaffirmé l’engagement du gouvernement à tout mettre en œuvre pour la réussite du projet. «Le gouvernement veillera à dégager les moyens nécessaires pour permettra la création de postes académiques engendrée par cette formation», a conclu le ministre d’Etat.

Auparavant, le Ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération, de l’Intégration Africaine et des Nigériens à l’Extérieur, M. Ibrahim Yacoubou, a remercié tous les acteurs qui ont contribué à l’aboutissement de ce projet. Le projet vise à installer un programme de Master de 120 crédits en "Relations internationales, études de sécurité, gestion des conflits et politiques de paix" au sein de la faculté des sciences économiques et juridiques de l’Université Abdou Moumouni de Niamey au Niger. Cette formation s’inscrit dans le cadre de l’élaboration de la stratégie nationale dite «Stratégie pour le développement et la sécurité des zones sahélo-sahariennes du Niger » qui se veut la matrice d’une vision holistique des questions de sécurité.

La formation comprendra un tronc commun en première année et deux filières en seconde année (professionnelle et de recherche). Elle vise à atteindre conjointement deux groupes cibles : les étudiants souhaitant se spécialiser dans le domaine des relations internationales relatives à la sécurité et aux politiques de paix et les agents des administrations

publiques ou d’institutions privées (centre d’études) qui traitent des questions de sécurité et de maintien de la paix. Ce projet PFS sera réalisé grâce à un partenariat actif entre l’Université Catholique de Louvain (UCL), l’Université de Namur Belgique et l’Université Abdou Moumouni de Niamey (UAM) en collaboration avec la Cellule d’études prospectives et d’analyse (CEPA) du Ministère des Affaires étrangères du Niger.

Abderamane M. Ben Hamaye RC/ME/MISPDACR

29 juin 2016
Source : http://lesahel.org/

Atelier de lancement du projet d’Appui au développement de capacités endogènes de prévention des conflits, gestion des crises et politiques de paix dans la zone saharo-sahélienne : Dispenser des formations en Sécurité et politique de paix

29/06/2016

Le ministre d'Etat, ministre de l'Intérieur, de la Sécurité Publique, de la Décentralisation et des Affaires Coutumières et Religieuses, M. Bazoum Mohamed, a présidé, hier matin à l’auditorium Sani Bako du ministère des affaires étrangères, la cérémonie d’ouverture de l’Atelier de lancement du projet d’Appui au développement de capacités endogènes de prévention des conflits, gestion des crises et politiques de paix dans la zone saharo-sahélienne. Cette cérémonie s’est déroulée en présence de M. Ibrahim Yacoubou, Ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération, de l’intégration africaine et des Nigériens à l’extérieur, du Chef de Bureau de Coopération Belge, du Recteur de l’Université Abdou Moumouni (UAM) de Niamey et ainsi que de plusieurs invités.

Dans son discours d’ouverture le Ministre d’Etat, a témoigné son admiration et sa gratitude aux personnes qui ont conçu et porté ce projet depuis près de trois ans ; le professeur Mahaman Tidjani Alou, Doyen de la Faculté des sciences économiques et juridiques de l’Université Abdou Moumouni, le Conseiller Abdoul Azizou Garba, du Ministère des Affaires étrangères et le Professeur Michel Liégeois, directeur du Centre d’études des crises et des conflits internationaux de l’Université catholique de Louvain. M. Bazoum Mohamed a ensuite souligné qu’en ces temps où notre pays, à l’instar de l’ensemble de la sous-région, fait face à des défis multiformes, notamment en matière de sécurité, il est plus que jamais indispensable d’investir dans la matière grise.

La connaissance, l’analyse et la compréhension des enjeux politiques, géopolitiques et de sécurité doivent éclairer la décision politique. « A cet égard, il me paraît absolument essentiel de renforcer nos capacités de formation de personnel hautement qualifié. C’est bien là le premier objectif du projet qui nous réunit aujourd’hui. Dès le mois de septembre prochain, le nouveau master en Sécurité et politique de paix formera plusieurs dizaines d’étudiants au travers de cours spécialisés dispensés par les meilleurs spécialistes venus du Niger, de l’Afrique et d’Europe», a indiqué le ministre d’Etat.

Le second aspect du projet réside dans sa dimension de recherche. « Nous attendons aussi beaucoup des études doctorales financées par des bourses car elles portent sur des thématiques qui nous intéressent. Plus que jamais, les politiques gouvernementales doivent pouvoir s’appuyer sur des analyses pointues et informées de situations complexes qui évoluent très rapidement. En outre, nous escomptons que les futurs docteurs viendront enrichir le potentiel d’enseignement de nos universités et permettront d’assurer la viabilité à long terme du nouveau master», a ajouté M. Bazoum Mohamed. Il a réaffirmé l’engagement du gouvernement à tout mettre en œuvre pour la réussite du projet. «Le gouvernement veillera à dégager les moyens nécessaires pour permettra la création de postes académiques engendrée par cette formation», a conclu le ministre d’Etat.

Auparavant, le Ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération, de l’Intégration Africaine et des Nigériens à l’Extérieur, M. Ibrahim Yacoubou, a remercié tous les acteurs qui ont contribué à l’aboutissement de ce projet. Le projet vise à installer un programme de Master de 120 crédits en "Relations internationales, études de sécurité, gestion des conflits et politiques de paix" au sein de la faculté des sciences économiques et juridiques de l’Université Abdou Moumouni de Niamey au Niger. Cette formation s’inscrit dans le cadre de l’élaboration de la stratégie nationale dite «Stratégie pour le développement et la sécurité des zones sahélo-sahariennes du Niger » qui se veut la matrice d’une vision holistique des questions de sécurité.

La formation comprendra un tronc commun en première année et deux filières en seconde année (professionnelle et de recherche). Elle vise à atteindre conjointement deux groupes cibles : les étudiants souhaitant se spécialiser dans le domaine des relations internationales relatives à la sécurité et aux politiques de paix et les agents des administrations

publiques ou d’institutions privées (centre d’études) qui traitent des questions de sécurité et de maintien de la paix. Ce projet PFS sera réalisé grâce à un partenariat actif entre l’Université Catholique de Louvain (UCL), l’Université de Namur Belgique et l’Université Abdou Moumouni de Niamey (UAM) en collaboration avec la Cellule d’études prospectives et d’analyse (CEPA) du Ministère des Affaires étrangères du Niger.

Abderamane M. Ben Hamaye RC/ME/MISPDACR

29 juin 2016
Source : http://lesahel.org/

Ouverture en Septembre prochain d’un Master en Sécurité et culture de la Paix à l’université de Niamey

29/06/2016

Ce projet de création d’un master professionnel en relation internationale études de sécurité et politique de paix au Niger est le fruit de l’excellente coopération entre notre pays et la Belgique. En effet, la mise en œuvre de cette formation dès Septembre prochain à l’Université de Niamey traduit l’engagement du Royaume de Belgique à soutenir le Niger sur les deux plans de la sécurité et du développement où son expertise lui permet d’apporter sa plus valeur.

Et sur ce projet, ce sont trois universités à savoir l’Université catholique de Louvain, l’Université de Namur de la Belgique et l’Université Abdou Moumouni de Niamey qui réunissent leur expertise en vue d’apporter leur pierre dans le combat quotidien de nos pays contre le terrorisme. Ce master est destiné aux hauts cadres civils et militaires de l’Etat intéressés par la question de la sécurité ainsi qu’aux agents des ONGs et organisations internationales travaillant sur cette thématique.

 

Pour le Recteur de l’université de Niamey, ce projet revêt une dimension professionnelle extrêmement importante puisqu’il s’inscrit dans la dynamique de la professionnalisation des filières de l’université Abdou Moumouni de Niamey, véritable trait d’union entre l’université et la société a-t-il martelé. Le Ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur Bazoum Mohamed, a déclaré que les défis multiformes notamment en matière de sécurité imposent à nos nations d’investir dans la connaissance, la matière grise, l’analyse et la compréhension des enjeux politiques et géopolitiques en vue d’éclairer la décision politique d’où l’impérieuse nécessité de renforcer les capacités de formations de personnel hautement qualifiés.

 

En prenant la parole à son tour, le Ministre Nigérien des Affaires Etrangères Ibrahim Yacouba à saluer et remercier tous les partenaires du Niger engagés dans la concrétisation du Master en sécurité et culture de la paix principalement la Belgique qui assurera le financement de ce projet à hauteur de 450 000 euros répartis sur cinq ans.
29 juin 2016
Source : http://nigerdiaspora.net/