Nigerdiaspora

Syndiquer le contenu
Lien entre les différentes communautés nigériennes et amis du Niger réparties de par le monde. Boubacar Guede
Mis à jour : il y a 1 heure 7 min

Atelier d'enrichissement du rapport provisoire de l'étude sur la corruption dans l'assistance des personnes vulnérables : Des solutions appropriées pour résoudre le problème de la corruption dans le domaine

30/03/2015

La Haute Autorité de Lutte contre la Corruption et les Infractions Assimilées (HALCIA) a organisé, vendredi dernier, un atelier qui a  pour objet d'enrichir le rapport provisoire de l'étude sur la corruption dans l'assistance des personnes vulnérables. C’est le président de la HALCIA, M. Issoufou Boureîma qui a ouvert les travaux en présence de nombreux acteurs intervenant dans le domaine social et humanitaire.

A l’ouverture des travaux, le Président de la HALCIA a rappelé le contexte dans lequel se tient la rencontre. Selon lui, cette étude a été initiée à partir du constat des mauvaises pratiques ayant eu cours dans les opérations d'assistance aux   sinistrés, victimes d'inondations, leur relogement, la distribution gratuite ciblée des vivres et la vente de céréales à prix modéré. Ces dysfonctionnements et malversations ont été décelés à l'occasion des investigations que la HALCIA a menées. Dans les opérations d'assistance aux personnes vulnérables, devait ajouter le Président Issoufou Boureima, la corruption crée des conditions telles que les fonds destinés aux personnes vulnérables n'atteignent pas les bénéficiaires afin de faciliter leur bien être social. Cet état de fait, a-t-il déploré, brise la sérénité et la tranquillité d'esprit de ces personnes déjà fragiles. C'est pourquoi, la HALCIA, fidèle à sa mission générale de promotion de la bonne gouvernance dans toutes ses formes, a entrepris cette étude pour faire l'état des lieux de la corruption dans ce domaine et de décrire des stratégies devant conduire à son éradication.
Pour le président de la HALCIA, d'une façon générale, il s'agit de contribuer à mieux comprendre le phénomène de la corruption dans ce domaine. Plus spécifiquement, il s'agit d’ établir  un  état  des  lieux de  la  corruption  dans  le domaine de l'assistance aux populations vulnérables ; d’identifier les formes et les manifestations de la corruption dans le domaine de l'assistance aux populations vulnérables; d’analyser les effets de la corruption dans le domaine de l'assistance aux populations vulnérables. Il s’agit également pour l’institution de proposer des solutions adéquates au problème de la corruption dans le domaine de l'assistance aux populations vulnérables ; d’identifier les acteurs intervenant dans l'assistance aux populations vulnérables à mobiliser dans le cadre de la lutte contre la corruption ; d’identifier les mécanismes de répression des parties prenantes afin de décourager cette pratique.
Au cours des échanges, les participants ont eu l’opportunité de se pencher sur les causes et les différentes formes de la corruption dans le secteur, mais aussi  de définir les pratiques de prévention et  de lutte contre la corruption. Le président Issoufou Boureima a invité les participants à proposer des recommandations pertinentes en vue de faire de ce document, un outil essentiel de promotion de la bonne gouvernance dans les opérations d'assistance aux populations vulnérables.
 Aïssa Abdoulaye Alfary

30 mars 2015
Source : http://lesahel.org/

 

Atelier d'enrichissement du rapport provisoire de l'étude sur la corruption dans l'assistance des personnes vulnérables : Des solutions appropriées pour résoudre le problème de la corruption dans le domaine

30/03/2015

La Haute Autorité de Lutte contre la Corruption et les Infractions Assimilées (HALCIA) a organisé, vendredi dernier, un atelier qui a  pour objet d'enrichir le rapport provisoire de l'étude sur la corruption dans l'assistance des personnes vulnérables. C’est le président de la HALCIA, M. Issoufou Boureîma qui a ouvert les travaux en présence de nombreux acteurs intervenant dans le domaine social et humanitaire.

A l’ouverture des travaux, le Président de la HALCIA a rappelé le contexte dans lequel se tient la rencontre. Selon lui, cette étude a été initiée à partir du constat des mauvaises pratiques ayant eu cours dans les opérations d'assistance aux   sinistrés, victimes d'inondations, leur relogement, la distribution gratuite ciblée des vivres et la vente de céréales à prix modéré. Ces dysfonctionnements et malversations ont été décelés à l'occasion des investigations que la HALCIA a menées. Dans les opérations d'assistance aux personnes vulnérables, devait ajouter le Président Issoufou Boureima, la corruption crée des conditions telles que les fonds destinés aux personnes vulnérables n'atteignent pas les bénéficiaires afin de faciliter leur bien être social. Cet état de fait, a-t-il déploré, brise la sérénité et la tranquillité d'esprit de ces personnes déjà fragiles. C'est pourquoi, la HALCIA, fidèle à sa mission générale de promotion de la bonne gouvernance dans toutes ses formes, a entrepris cette étude pour faire l'état des lieux de la corruption dans ce domaine et de décrire des stratégies devant conduire à son éradication.
Pour le président de la HALCIA, d'une façon générale, il s'agit de contribuer à mieux comprendre le phénomène de la corruption dans ce domaine. Plus spécifiquement, il s'agit d’ établir  un  état  des  lieux de  la  corruption  dans  le domaine de l'assistance aux populations vulnérables ; d’identifier les formes et les manifestations de la corruption dans le domaine de l'assistance aux populations vulnérables; d’analyser les effets de la corruption dans le domaine de l'assistance aux populations vulnérables. Il s’agit également pour l’institution de proposer des solutions adéquates au problème de la corruption dans le domaine de l'assistance aux populations vulnérables ; d’identifier les acteurs intervenant dans l'assistance aux populations vulnérables à mobiliser dans le cadre de la lutte contre la corruption ; d’identifier les mécanismes de répression des parties prenantes afin de décourager cette pratique.
Au cours des échanges, les participants ont eu l’opportunité de se pencher sur les causes et les différentes formes de la corruption dans le secteur, mais aussi  de définir les pratiques de prévention et  de lutte contre la corruption. Le président Issoufou Boureima a invité les participants à proposer des recommandations pertinentes en vue de faire de ce document, un outil essentiel de promotion de la bonne gouvernance dans les opérations d'assistance aux populations vulnérables.
 Aïssa Abdoulaye Alfary

30 mars 2015
Source : http://lesahel.org/

 

Atelier d'enrichissement du rapport provisoire de l'étude sur la corruption dans l'assistance des personnes vulnérables : Des solutions appropriées pour résoudre le problème de la corruption dans le domaine

30/03/2015

La Haute Autorité de Lutte contre la Corruption et les Infractions Assimilées (HALCIA) a organisé, vendredi dernier, un atelier qui a  pour objet d'enrichir le rapport provisoire de l'étude sur la corruption dans l'assistance des personnes vulnérables. C’est le président de la HALCIA, M. Issoufou Boureîma qui a ouvert les travaux en présence de nombreux acteurs intervenant dans le domaine social et humanitaire.

A l’ouverture des travaux, le Président de la HALCIA a rappelé le contexte dans lequel se tient la rencontre. Selon lui, cette étude a été initiée à partir du constat des mauvaises pratiques ayant eu cours dans les opérations d'assistance aux   sinistrés, victimes d'inondations, leur relogement, la distribution gratuite ciblée des vivres et la vente de céréales à prix modéré. Ces dysfonctionnements et malversations ont été décelés à l'occasion des investigations que la HALCIA a menées. Dans les opérations d'assistance aux personnes vulnérables, devait ajouter le Président Issoufou Boureima, la corruption crée des conditions telles que les fonds destinés aux personnes vulnérables n'atteignent pas les bénéficiaires afin de faciliter leur bien être social. Cet état de fait, a-t-il déploré, brise la sérénité et la tranquillité d'esprit de ces personnes déjà fragiles. C'est pourquoi, la HALCIA, fidèle à sa mission générale de promotion de la bonne gouvernance dans toutes ses formes, a entrepris cette étude pour faire l'état des lieux de la corruption dans ce domaine et de décrire des stratégies devant conduire à son éradication.
Pour le président de la HALCIA, d'une façon générale, il s'agit de contribuer à mieux comprendre le phénomène de la corruption dans ce domaine. Plus spécifiquement, il s'agit d’ établir  un  état  des  lieux de  la  corruption  dans  le domaine de l'assistance aux populations vulnérables ; d’identifier les formes et les manifestations de la corruption dans le domaine de l'assistance aux populations vulnérables; d’analyser les effets de la corruption dans le domaine de l'assistance aux populations vulnérables. Il s’agit également pour l’institution de proposer des solutions adéquates au problème de la corruption dans le domaine de l'assistance aux populations vulnérables ; d’identifier les acteurs intervenant dans l'assistance aux populations vulnérables à mobiliser dans le cadre de la lutte contre la corruption ; d’identifier les mécanismes de répression des parties prenantes afin de décourager cette pratique.
Au cours des échanges, les participants ont eu l’opportunité de se pencher sur les causes et les différentes formes de la corruption dans le secteur, mais aussi  de définir les pratiques de prévention et  de lutte contre la corruption. Le président Issoufou Boureima a invité les participants à proposer des recommandations pertinentes en vue de faire de ce document, un outil essentiel de promotion de la bonne gouvernance dans les opérations d'assistance aux populations vulnérables.
 Aïssa Abdoulaye Alfary

30 mars 2015
Source : http://lesahel.org/

 

Atelier d'enrichissement du rapport provisoire de l'étude sur la corruption dans l'assistance des personnes vulnérables : Des solutions appropriées pour résoudre le problème de la corruption dans le domaine

30/03/2015

La Haute Autorité de Lutte contre la Corruption et les Infractions Assimilées (HALCIA) a organisé, vendredi dernier, un atelier qui a  pour objet d'enrichir le rapport provisoire de l'étude sur la corruption dans l'assistance des personnes vulnérables. C’est le président de la HALCIA, M. Issoufou Boureîma qui a ouvert les travaux en présence de nombreux acteurs intervenant dans le domaine social et humanitaire.

A l’ouverture des travaux, le Président de la HALCIA a rappelé le contexte dans lequel se tient la rencontre. Selon lui, cette étude a été initiée à partir du constat des mauvaises pratiques ayant eu cours dans les opérations d'assistance aux   sinistrés, victimes d'inondations, leur relogement, la distribution gratuite ciblée des vivres et la vente de céréales à prix modéré. Ces dysfonctionnements et malversations ont été décelés à l'occasion des investigations que la HALCIA a menées. Dans les opérations d'assistance aux personnes vulnérables, devait ajouter le Président Issoufou Boureima, la corruption crée des conditions telles que les fonds destinés aux personnes vulnérables n'atteignent pas les bénéficiaires afin de faciliter leur bien être social. Cet état de fait, a-t-il déploré, brise la sérénité et la tranquillité d'esprit de ces personnes déjà fragiles. C'est pourquoi, la HALCIA, fidèle à sa mission générale de promotion de la bonne gouvernance dans toutes ses formes, a entrepris cette étude pour faire l'état des lieux de la corruption dans ce domaine et de décrire des stratégies devant conduire à son éradication.
Pour le président de la HALCIA, d'une façon générale, il s'agit de contribuer à mieux comprendre le phénomène de la corruption dans ce domaine. Plus spécifiquement, il s'agit d’ établir  un  état  des  lieux de  la  corruption  dans  le domaine de l'assistance aux populations vulnérables ; d’identifier les formes et les manifestations de la corruption dans le domaine de l'assistance aux populations vulnérables; d’analyser les effets de la corruption dans le domaine de l'assistance aux populations vulnérables. Il s’agit également pour l’institution de proposer des solutions adéquates au problème de la corruption dans le domaine de l'assistance aux populations vulnérables ; d’identifier les acteurs intervenant dans l'assistance aux populations vulnérables à mobiliser dans le cadre de la lutte contre la corruption ; d’identifier les mécanismes de répression des parties prenantes afin de décourager cette pratique.
Au cours des échanges, les participants ont eu l’opportunité de se pencher sur les causes et les différentes formes de la corruption dans le secteur, mais aussi  de définir les pratiques de prévention et  de lutte contre la corruption. Le président Issoufou Boureima a invité les participants à proposer des recommandations pertinentes en vue de faire de ce document, un outil essentiel de promotion de la bonne gouvernance dans les opérations d'assistance aux populations vulnérables.
 Aïssa Abdoulaye Alfary

30 mars 2015
Source : http://lesahel.org/

 

Atelier d'enrichissement du rapport provisoire de l'étude sur la corruption dans l'assistance des personnes vulnérables : Des solutions appropriées pour résoudre le problème de la corruption dans le domaine

30/03/2015

La Haute Autorité de Lutte contre la Corruption et les Infractions Assimilées (HALCIA) a organisé, vendredi dernier, un atelier qui a  pour objet d'enrichir le rapport provisoire de l'étude sur la corruption dans l'assistance des personnes vulnérables. C’est le président de la HALCIA, M. Issoufou Boureîma qui a ouvert les travaux en présence de nombreux acteurs intervenant dans le domaine social et humanitaire.

A l’ouverture des travaux, le Président de la HALCIA a rappelé le contexte dans lequel se tient la rencontre. Selon lui, cette étude a été initiée à partir du constat des mauvaises pratiques ayant eu cours dans les opérations d'assistance aux   sinistrés, victimes d'inondations, leur relogement, la distribution gratuite ciblée des vivres et la vente de céréales à prix modéré. Ces dysfonctionnements et malversations ont été décelés à l'occasion des investigations que la HALCIA a menées. Dans les opérations d'assistance aux personnes vulnérables, devait ajouter le Président Issoufou Boureima, la corruption crée des conditions telles que les fonds destinés aux personnes vulnérables n'atteignent pas les bénéficiaires afin de faciliter leur bien être social. Cet état de fait, a-t-il déploré, brise la sérénité et la tranquillité d'esprit de ces personnes déjà fragiles. C'est pourquoi, la HALCIA, fidèle à sa mission générale de promotion de la bonne gouvernance dans toutes ses formes, a entrepris cette étude pour faire l'état des lieux de la corruption dans ce domaine et de décrire des stratégies devant conduire à son éradication.
Pour le président de la HALCIA, d'une façon générale, il s'agit de contribuer à mieux comprendre le phénomène de la corruption dans ce domaine. Plus spécifiquement, il s'agit d’ établir  un  état  des  lieux de  la  corruption  dans  le domaine de l'assistance aux populations vulnérables ; d’identifier les formes et les manifestations de la corruption dans le domaine de l'assistance aux populations vulnérables; d’analyser les effets de la corruption dans le domaine de l'assistance aux populations vulnérables. Il s’agit également pour l’institution de proposer des solutions adéquates au problème de la corruption dans le domaine de l'assistance aux populations vulnérables ; d’identifier les acteurs intervenant dans l'assistance aux populations vulnérables à mobiliser dans le cadre de la lutte contre la corruption ; d’identifier les mécanismes de répression des parties prenantes afin de décourager cette pratique.
Au cours des échanges, les participants ont eu l’opportunité de se pencher sur les causes et les différentes formes de la corruption dans le secteur, mais aussi  de définir les pratiques de prévention et  de lutte contre la corruption. Le président Issoufou Boureima a invité les participants à proposer des recommandations pertinentes en vue de faire de ce document, un outil essentiel de promotion de la bonne gouvernance dans les opérations d'assistance aux populations vulnérables.
 Aïssa Abdoulaye Alfary

30 mars 2015
Source : http://lesahel.org/

 

Atelier d'enrichissement du rapport provisoire de l'étude sur la corruption dans l'assistance des personnes vulnérables : Des solutions appropriées pour résoudre le problème de la corruption dans le domaine

30/03/2015

La Haute Autorité de Lutte contre la Corruption et les Infractions Assimilées (HALCIA) a organisé, vendredi dernier, un atelier qui a  pour objet d'enrichir le rapport provisoire de l'étude sur la corruption dans l'assistance des personnes vulnérables. C’est le président de la HALCIA, M. Issoufou Boureîma qui a ouvert les travaux en présence de nombreux acteurs intervenant dans le domaine social et humanitaire.

A l’ouverture des travaux, le Président de la HALCIA a rappelé le contexte dans lequel se tient la rencontre. Selon lui, cette étude a été initiée à partir du constat des mauvaises pratiques ayant eu cours dans les opérations d'assistance aux   sinistrés, victimes d'inondations, leur relogement, la distribution gratuite ciblée des vivres et la vente de céréales à prix modéré. Ces dysfonctionnements et malversations ont été décelés à l'occasion des investigations que la HALCIA a menées. Dans les opérations d'assistance aux personnes vulnérables, devait ajouter le Président Issoufou Boureima, la corruption crée des conditions telles que les fonds destinés aux personnes vulnérables n'atteignent pas les bénéficiaires afin de faciliter leur bien être social. Cet état de fait, a-t-il déploré, brise la sérénité et la tranquillité d'esprit de ces personnes déjà fragiles. C'est pourquoi, la HALCIA, fidèle à sa mission générale de promotion de la bonne gouvernance dans toutes ses formes, a entrepris cette étude pour faire l'état des lieux de la corruption dans ce domaine et de décrire des stratégies devant conduire à son éradication.
Pour le président de la HALCIA, d'une façon générale, il s'agit de contribuer à mieux comprendre le phénomène de la corruption dans ce domaine. Plus spécifiquement, il s'agit d’ établir  un  état  des  lieux de  la  corruption  dans  le domaine de l'assistance aux populations vulnérables ; d’identifier les formes et les manifestations de la corruption dans le domaine de l'assistance aux populations vulnérables; d’analyser les effets de la corruption dans le domaine de l'assistance aux populations vulnérables. Il s’agit également pour l’institution de proposer des solutions adéquates au problème de la corruption dans le domaine de l'assistance aux populations vulnérables ; d’identifier les acteurs intervenant dans l'assistance aux populations vulnérables à mobiliser dans le cadre de la lutte contre la corruption ; d’identifier les mécanismes de répression des parties prenantes afin de décourager cette pratique.
Au cours des échanges, les participants ont eu l’opportunité de se pencher sur les causes et les différentes formes de la corruption dans le secteur, mais aussi  de définir les pratiques de prévention et  de lutte contre la corruption. Le président Issoufou Boureima a invité les participants à proposer des recommandations pertinentes en vue de faire de ce document, un outil essentiel de promotion de la bonne gouvernance dans les opérations d'assistance aux populations vulnérables.
 Aïssa Abdoulaye Alfary

30 mars 2015
Source : http://lesahel.org/

 

Atelier d'enrichissement du rapport provisoire de l'étude sur la corruption dans l'assistance des personnes vulnérables : Des solutions appropriées pour résoudre le problème de la corruption dans le domaine

30/03/2015

La Haute Autorité de Lutte contre la Corruption et les Infractions Assimilées (HALCIA) a organisé, vendredi dernier, un atelier qui a  pour objet d'enrichir le rapport provisoire de l'étude sur la corruption dans l'assistance des personnes vulnérables. C’est le président de la HALCIA, M. Issoufou Boureîma qui a ouvert les travaux en présence de nombreux acteurs intervenant dans le domaine social et humanitaire.

A l’ouverture des travaux, le Président de la HALCIA a rappelé le contexte dans lequel se tient la rencontre. Selon lui, cette étude a été initiée à partir du constat des mauvaises pratiques ayant eu cours dans les opérations d'assistance aux   sinistrés, victimes d'inondations, leur relogement, la distribution gratuite ciblée des vivres et la vente de céréales à prix modéré. Ces dysfonctionnements et malversations ont été décelés à l'occasion des investigations que la HALCIA a menées. Dans les opérations d'assistance aux personnes vulnérables, devait ajouter le Président Issoufou Boureima, la corruption crée des conditions telles que les fonds destinés aux personnes vulnérables n'atteignent pas les bénéficiaires afin de faciliter leur bien être social. Cet état de fait, a-t-il déploré, brise la sérénité et la tranquillité d'esprit de ces personnes déjà fragiles. C'est pourquoi, la HALCIA, fidèle à sa mission générale de promotion de la bonne gouvernance dans toutes ses formes, a entrepris cette étude pour faire l'état des lieux de la corruption dans ce domaine et de décrire des stratégies devant conduire à son éradication.
Pour le président de la HALCIA, d'une façon générale, il s'agit de contribuer à mieux comprendre le phénomène de la corruption dans ce domaine. Plus spécifiquement, il s'agit d’ établir  un  état  des  lieux de  la  corruption  dans  le domaine de l'assistance aux populations vulnérables ; d’identifier les formes et les manifestations de la corruption dans le domaine de l'assistance aux populations vulnérables; d’analyser les effets de la corruption dans le domaine de l'assistance aux populations vulnérables. Il s’agit également pour l’institution de proposer des solutions adéquates au problème de la corruption dans le domaine de l'assistance aux populations vulnérables ; d’identifier les acteurs intervenant dans l'assistance aux populations vulnérables à mobiliser dans le cadre de la lutte contre la corruption ; d’identifier les mécanismes de répression des parties prenantes afin de décourager cette pratique.
Au cours des échanges, les participants ont eu l’opportunité de se pencher sur les causes et les différentes formes de la corruption dans le secteur, mais aussi  de définir les pratiques de prévention et  de lutte contre la corruption. Le président Issoufou Boureima a invité les participants à proposer des recommandations pertinentes en vue de faire de ce document, un outil essentiel de promotion de la bonne gouvernance dans les opérations d'assistance aux populations vulnérables.
 Aïssa Abdoulaye Alfary

30 mars 2015
Source : http://lesahel.org/

 

Atelier d'enrichissement du rapport provisoire de l'étude sur la corruption dans l'assistance des personnes vulnérables : Des solutions appropriées pour résoudre le problème de la corruption dans le domaine

30/03/2015

La Haute Autorité de Lutte contre la Corruption et les Infractions Assimilées (HALCIA) a organisé, vendredi dernier, un atelier qui a  pour objet d'enrichir le rapport provisoire de l'étude sur la corruption dans l'assistance des personnes vulnérables. C’est le président de la HALCIA, M. Issoufou Boureîma qui a ouvert les travaux en présence de nombreux acteurs intervenant dans le domaine social et humanitaire.

A l’ouverture des travaux, le Président de la HALCIA a rappelé le contexte dans lequel se tient la rencontre. Selon lui, cette étude a été initiée à partir du constat des mauvaises pratiques ayant eu cours dans les opérations d'assistance aux   sinistrés, victimes d'inondations, leur relogement, la distribution gratuite ciblée des vivres et la vente de céréales à prix modéré. Ces dysfonctionnements et malversations ont été décelés à l'occasion des investigations que la HALCIA a menées. Dans les opérations d'assistance aux personnes vulnérables, devait ajouter le Président Issoufou Boureima, la corruption crée des conditions telles que les fonds destinés aux personnes vulnérables n'atteignent pas les bénéficiaires afin de faciliter leur bien être social. Cet état de fait, a-t-il déploré, brise la sérénité et la tranquillité d'esprit de ces personnes déjà fragiles. C'est pourquoi, la HALCIA, fidèle à sa mission générale de promotion de la bonne gouvernance dans toutes ses formes, a entrepris cette étude pour faire l'état des lieux de la corruption dans ce domaine et de décrire des stratégies devant conduire à son éradication.
Pour le président de la HALCIA, d'une façon générale, il s'agit de contribuer à mieux comprendre le phénomène de la corruption dans ce domaine. Plus spécifiquement, il s'agit d’ établir  un  état  des  lieux de  la  corruption  dans  le domaine de l'assistance aux populations vulnérables ; d’identifier les formes et les manifestations de la corruption dans le domaine de l'assistance aux populations vulnérables; d’analyser les effets de la corruption dans le domaine de l'assistance aux populations vulnérables. Il s’agit également pour l’institution de proposer des solutions adéquates au problème de la corruption dans le domaine de l'assistance aux populations vulnérables ; d’identifier les acteurs intervenant dans l'assistance aux populations vulnérables à mobiliser dans le cadre de la lutte contre la corruption ; d’identifier les mécanismes de répression des parties prenantes afin de décourager cette pratique.
Au cours des échanges, les participants ont eu l’opportunité de se pencher sur les causes et les différentes formes de la corruption dans le secteur, mais aussi  de définir les pratiques de prévention et  de lutte contre la corruption. Le président Issoufou Boureima a invité les participants à proposer des recommandations pertinentes en vue de faire de ce document, un outil essentiel de promotion de la bonne gouvernance dans les opérations d'assistance aux populations vulnérables.
 Aïssa Abdoulaye Alfary

30 mars 2015
Source : http://lesahel.org/

 

Atelier d'enrichissement du rapport provisoire de l'étude sur la corruption dans l'assistance des personnes vulnérables : Des solutions appropriées pour résoudre le problème de la corruption dans le domaine

30/03/2015

La Haute Autorité de Lutte contre la Corruption et les Infractions Assimilées (HALCIA) a organisé, vendredi dernier, un atelier qui a  pour objet d'enrichir le rapport provisoire de l'étude sur la corruption dans l'assistance des personnes vulnérables. C’est le président de la HALCIA, M. Issoufou Boureîma qui a ouvert les travaux en présence de nombreux acteurs intervenant dans le domaine social et humanitaire.

A l’ouverture des travaux, le Président de la HALCIA a rappelé le contexte dans lequel se tient la rencontre. Selon lui, cette étude a été initiée à partir du constat des mauvaises pratiques ayant eu cours dans les opérations d'assistance aux   sinistrés, victimes d'inondations, leur relogement, la distribution gratuite ciblée des vivres et la vente de céréales à prix modéré. Ces dysfonctionnements et malversations ont été décelés à l'occasion des investigations que la HALCIA a menées. Dans les opérations d'assistance aux personnes vulnérables, devait ajouter le Président Issoufou Boureima, la corruption crée des conditions telles que les fonds destinés aux personnes vulnérables n'atteignent pas les bénéficiaires afin de faciliter leur bien être social. Cet état de fait, a-t-il déploré, brise la sérénité et la tranquillité d'esprit de ces personnes déjà fragiles. C'est pourquoi, la HALCIA, fidèle à sa mission générale de promotion de la bonne gouvernance dans toutes ses formes, a entrepris cette étude pour faire l'état des lieux de la corruption dans ce domaine et de décrire des stratégies devant conduire à son éradication.
Pour le président de la HALCIA, d'une façon générale, il s'agit de contribuer à mieux comprendre le phénomène de la corruption dans ce domaine. Plus spécifiquement, il s'agit d’ établir  un  état  des  lieux de  la  corruption  dans  le domaine de l'assistance aux populations vulnérables ; d’identifier les formes et les manifestations de la corruption dans le domaine de l'assistance aux populations vulnérables; d’analyser les effets de la corruption dans le domaine de l'assistance aux populations vulnérables. Il s’agit également pour l’institution de proposer des solutions adéquates au problème de la corruption dans le domaine de l'assistance aux populations vulnérables ; d’identifier les acteurs intervenant dans l'assistance aux populations vulnérables à mobiliser dans le cadre de la lutte contre la corruption ; d’identifier les mécanismes de répression des parties prenantes afin de décourager cette pratique.
Au cours des échanges, les participants ont eu l’opportunité de se pencher sur les causes et les différentes formes de la corruption dans le secteur, mais aussi  de définir les pratiques de prévention et  de lutte contre la corruption. Le président Issoufou Boureima a invité les participants à proposer des recommandations pertinentes en vue de faire de ce document, un outil essentiel de promotion de la bonne gouvernance dans les opérations d'assistance aux populations vulnérables.
 Aïssa Abdoulaye Alfary

30 mars 2015
Source : http://lesahel.org/

 

Atelier d'enrichissement du rapport provisoire de l'étude sur la corruption dans l'assistance des personnes vulnérables : Des solutions appropriées pour résoudre le problème de la corruption dans le domaine

30/03/2015

La Haute Autorité de Lutte contre la Corruption et les Infractions Assimilées (HALCIA) a organisé, vendredi dernier, un atelier qui a  pour objet d'enrichir le rapport provisoire de l'étude sur la corruption dans l'assistance des personnes vulnérables. C’est le président de la HALCIA, M. Issoufou Boureîma qui a ouvert les travaux en présence de nombreux acteurs intervenant dans le domaine social et humanitaire.

A l’ouverture des travaux, le Président de la HALCIA a rappelé le contexte dans lequel se tient la rencontre. Selon lui, cette étude a été initiée à partir du constat des mauvaises pratiques ayant eu cours dans les opérations d'assistance aux   sinistrés, victimes d'inondations, leur relogement, la distribution gratuite ciblée des vivres et la vente de céréales à prix modéré. Ces dysfonctionnements et malversations ont été décelés à l'occasion des investigations que la HALCIA a menées. Dans les opérations d'assistance aux personnes vulnérables, devait ajouter le Président Issoufou Boureima, la corruption crée des conditions telles que les fonds destinés aux personnes vulnérables n'atteignent pas les bénéficiaires afin de faciliter leur bien être social. Cet état de fait, a-t-il déploré, brise la sérénité et la tranquillité d'esprit de ces personnes déjà fragiles. C'est pourquoi, la HALCIA, fidèle à sa mission générale de promotion de la bonne gouvernance dans toutes ses formes, a entrepris cette étude pour faire l'état des lieux de la corruption dans ce domaine et de décrire des stratégies devant conduire à son éradication.
Pour le président de la HALCIA, d'une façon générale, il s'agit de contribuer à mieux comprendre le phénomène de la corruption dans ce domaine. Plus spécifiquement, il s'agit d’ établir  un  état  des  lieux de  la  corruption  dans  le domaine de l'assistance aux populations vulnérables ; d’identifier les formes et les manifestations de la corruption dans le domaine de l'assistance aux populations vulnérables; d’analyser les effets de la corruption dans le domaine de l'assistance aux populations vulnérables. Il s’agit également pour l’institution de proposer des solutions adéquates au problème de la corruption dans le domaine de l'assistance aux populations vulnérables ; d’identifier les acteurs intervenant dans l'assistance aux populations vulnérables à mobiliser dans le cadre de la lutte contre la corruption ; d’identifier les mécanismes de répression des parties prenantes afin de décourager cette pratique.
Au cours des échanges, les participants ont eu l’opportunité de se pencher sur les causes et les différentes formes de la corruption dans le secteur, mais aussi  de définir les pratiques de prévention et  de lutte contre la corruption. Le président Issoufou Boureima a invité les participants à proposer des recommandations pertinentes en vue de faire de ce document, un outil essentiel de promotion de la bonne gouvernance dans les opérations d'assistance aux populations vulnérables.
 Aïssa Abdoulaye Alfary

30 mars 2015
Source : http://lesahel.org/

 

Atelier d'enrichissement du rapport provisoire de l'étude sur la corruption dans l'assistance des personnes vulnérables : Des solutions appropriées pour résoudre le problème de la corruption dans le domaine

30/03/2015

La Haute Autorité de Lutte contre la Corruption et les Infractions Assimilées (HALCIA) a organisé, vendredi dernier, un atelier qui a  pour objet d'enrichir le rapport provisoire de l'étude sur la corruption dans l'assistance des personnes vulnérables. C’est le président de la HALCIA, M. Issoufou Boureîma qui a ouvert les travaux en présence de nombreux acteurs intervenant dans le domaine social et humanitaire.

A l’ouverture des travaux, le Président de la HALCIA a rappelé le contexte dans lequel se tient la rencontre. Selon lui, cette étude a été initiée à partir du constat des mauvaises pratiques ayant eu cours dans les opérations d'assistance aux   sinistrés, victimes d'inondations, leur relogement, la distribution gratuite ciblée des vivres et la vente de céréales à prix modéré. Ces dysfonctionnements et malversations ont été décelés à l'occasion des investigations que la HALCIA a menées. Dans les opérations d'assistance aux personnes vulnérables, devait ajouter le Président Issoufou Boureima, la corruption crée des conditions telles que les fonds destinés aux personnes vulnérables n'atteignent pas les bénéficiaires afin de faciliter leur bien être social. Cet état de fait, a-t-il déploré, brise la sérénité et la tranquillité d'esprit de ces personnes déjà fragiles. C'est pourquoi, la HALCIA, fidèle à sa mission générale de promotion de la bonne gouvernance dans toutes ses formes, a entrepris cette étude pour faire l'état des lieux de la corruption dans ce domaine et de décrire des stratégies devant conduire à son éradication.
Pour le président de la HALCIA, d'une façon générale, il s'agit de contribuer à mieux comprendre le phénomène de la corruption dans ce domaine. Plus spécifiquement, il s'agit d’ établir  un  état  des  lieux de  la  corruption  dans  le domaine de l'assistance aux populations vulnérables ; d’identifier les formes et les manifestations de la corruption dans le domaine de l'assistance aux populations vulnérables; d’analyser les effets de la corruption dans le domaine de l'assistance aux populations vulnérables. Il s’agit également pour l’institution de proposer des solutions adéquates au problème de la corruption dans le domaine de l'assistance aux populations vulnérables ; d’identifier les acteurs intervenant dans l'assistance aux populations vulnérables à mobiliser dans le cadre de la lutte contre la corruption ; d’identifier les mécanismes de répression des parties prenantes afin de décourager cette pratique.
Au cours des échanges, les participants ont eu l’opportunité de se pencher sur les causes et les différentes formes de la corruption dans le secteur, mais aussi  de définir les pratiques de prévention et  de lutte contre la corruption. Le président Issoufou Boureima a invité les participants à proposer des recommandations pertinentes en vue de faire de ce document, un outil essentiel de promotion de la bonne gouvernance dans les opérations d'assistance aux populations vulnérables.
 Aïssa Abdoulaye Alfary

30 mars 2015
Source : http://lesahel.org/

 

Atelier d'enrichissement du rapport provisoire de l'étude sur la corruption dans l'assistance des personnes vulnérables : Des solutions appropriées pour résoudre le problème de la corruption dans le domaine

30/03/2015

La Haute Autorité de Lutte contre la Corruption et les Infractions Assimilées (HALCIA) a organisé, vendredi dernier, un atelier qui a  pour objet d'enrichir le rapport provisoire de l'étude sur la corruption dans l'assistance des personnes vulnérables. C’est le président de la HALCIA, M. Issoufou Boureîma qui a ouvert les travaux en présence de nombreux acteurs intervenant dans le domaine social et humanitaire.

A l’ouverture des travaux, le Président de la HALCIA a rappelé le contexte dans lequel se tient la rencontre. Selon lui, cette étude a été initiée à partir du constat des mauvaises pratiques ayant eu cours dans les opérations d'assistance aux   sinistrés, victimes d'inondations, leur relogement, la distribution gratuite ciblée des vivres et la vente de céréales à prix modéré. Ces dysfonctionnements et malversations ont été décelés à l'occasion des investigations que la HALCIA a menées. Dans les opérations d'assistance aux personnes vulnérables, devait ajouter le Président Issoufou Boureima, la corruption crée des conditions telles que les fonds destinés aux personnes vulnérables n'atteignent pas les bénéficiaires afin de faciliter leur bien être social. Cet état de fait, a-t-il déploré, brise la sérénité et la tranquillité d'esprit de ces personnes déjà fragiles. C'est pourquoi, la HALCIA, fidèle à sa mission générale de promotion de la bonne gouvernance dans toutes ses formes, a entrepris cette étude pour faire l'état des lieux de la corruption dans ce domaine et de décrire des stratégies devant conduire à son éradication.
Pour le président de la HALCIA, d'une façon générale, il s'agit de contribuer à mieux comprendre le phénomène de la corruption dans ce domaine. Plus spécifiquement, il s'agit d’ établir  un  état  des  lieux de  la  corruption  dans  le domaine de l'assistance aux populations vulnérables ; d’identifier les formes et les manifestations de la corruption dans le domaine de l'assistance aux populations vulnérables; d’analyser les effets de la corruption dans le domaine de l'assistance aux populations vulnérables. Il s’agit également pour l’institution de proposer des solutions adéquates au problème de la corruption dans le domaine de l'assistance aux populations vulnérables ; d’identifier les acteurs intervenant dans l'assistance aux populations vulnérables à mobiliser dans le cadre de la lutte contre la corruption ; d’identifier les mécanismes de répression des parties prenantes afin de décourager cette pratique.
Au cours des échanges, les participants ont eu l’opportunité de se pencher sur les causes et les différentes formes de la corruption dans le secteur, mais aussi  de définir les pratiques de prévention et  de lutte contre la corruption. Le président Issoufou Boureima a invité les participants à proposer des recommandations pertinentes en vue de faire de ce document, un outil essentiel de promotion de la bonne gouvernance dans les opérations d'assistance aux populations vulnérables.
 Aïssa Abdoulaye Alfary

30 mars 2015
Source : http://lesahel.org/

 

Atelier d'enrichissement du rapport provisoire de l'étude sur la corruption dans l'assistance des personnes vulnérables : Des solutions appropriées pour résoudre le problème de la corruption dans le domaine

30/03/2015

La Haute Autorité de Lutte contre la Corruption et les Infractions Assimilées (HALCIA) a organisé, vendredi dernier, un atelier qui a  pour objet d'enrichir le rapport provisoire de l'étude sur la corruption dans l'assistance des personnes vulnérables. C’est le président de la HALCIA, M. Issoufou Boureîma qui a ouvert les travaux en présence de nombreux acteurs intervenant dans le domaine social et humanitaire.

A l’ouverture des travaux, le Président de la HALCIA a rappelé le contexte dans lequel se tient la rencontre. Selon lui, cette étude a été initiée à partir du constat des mauvaises pratiques ayant eu cours dans les opérations d'assistance aux   sinistrés, victimes d'inondations, leur relogement, la distribution gratuite ciblée des vivres et la vente de céréales à prix modéré. Ces dysfonctionnements et malversations ont été décelés à l'occasion des investigations que la HALCIA a menées. Dans les opérations d'assistance aux personnes vulnérables, devait ajouter le Président Issoufou Boureima, la corruption crée des conditions telles que les fonds destinés aux personnes vulnérables n'atteignent pas les bénéficiaires afin de faciliter leur bien être social. Cet état de fait, a-t-il déploré, brise la sérénité et la tranquillité d'esprit de ces personnes déjà fragiles. C'est pourquoi, la HALCIA, fidèle à sa mission générale de promotion de la bonne gouvernance dans toutes ses formes, a entrepris cette étude pour faire l'état des lieux de la corruption dans ce domaine et de décrire des stratégies devant conduire à son éradication.
Pour le président de la HALCIA, d'une façon générale, il s'agit de contribuer à mieux comprendre le phénomène de la corruption dans ce domaine. Plus spécifiquement, il s'agit d’ établir  un  état  des  lieux de  la  corruption  dans  le domaine de l'assistance aux populations vulnérables ; d’identifier les formes et les manifestations de la corruption dans le domaine de l'assistance aux populations vulnérables; d’analyser les effets de la corruption dans le domaine de l'assistance aux populations vulnérables. Il s’agit également pour l’institution de proposer des solutions adéquates au problème de la corruption dans le domaine de l'assistance aux populations vulnérables ; d’identifier les acteurs intervenant dans l'assistance aux populations vulnérables à mobiliser dans le cadre de la lutte contre la corruption ; d’identifier les mécanismes de répression des parties prenantes afin de décourager cette pratique.
Au cours des échanges, les participants ont eu l’opportunité de se pencher sur les causes et les différentes formes de la corruption dans le secteur, mais aussi  de définir les pratiques de prévention et  de lutte contre la corruption. Le président Issoufou Boureima a invité les participants à proposer des recommandations pertinentes en vue de faire de ce document, un outil essentiel de promotion de la bonne gouvernance dans les opérations d'assistance aux populations vulnérables.
 Aïssa Abdoulaye Alfary

30 mars 2015
Source : http://lesahel.org/

 

Atelier d'enrichissement du rapport provisoire de l'étude sur la corruption dans l'assistance des personnes vulnérables : Des solutions appropriées pour résoudre le problème de la corruption dans le domaine

30/03/2015

La Haute Autorité de Lutte contre la Corruption et les Infractions Assimilées (HALCIA) a organisé, vendredi dernier, un atelier qui a  pour objet d'enrichir le rapport provisoire de l'étude sur la corruption dans l'assistance des personnes vulnérables. C’est le président de la HALCIA, M. Issoufou Boureîma qui a ouvert les travaux en présence de nombreux acteurs intervenant dans le domaine social et humanitaire.

A l’ouverture des travaux, le Président de la HALCIA a rappelé le contexte dans lequel se tient la rencontre. Selon lui, cette étude a été initiée à partir du constat des mauvaises pratiques ayant eu cours dans les opérations d'assistance aux   sinistrés, victimes d'inondations, leur relogement, la distribution gratuite ciblée des vivres et la vente de céréales à prix modéré. Ces dysfonctionnements et malversations ont été décelés à l'occasion des investigations que la HALCIA a menées. Dans les opérations d'assistance aux personnes vulnérables, devait ajouter le Président Issoufou Boureima, la corruption crée des conditions telles que les fonds destinés aux personnes vulnérables n'atteignent pas les bénéficiaires afin de faciliter leur bien être social. Cet état de fait, a-t-il déploré, brise la sérénité et la tranquillité d'esprit de ces personnes déjà fragiles. C'est pourquoi, la HALCIA, fidèle à sa mission générale de promotion de la bonne gouvernance dans toutes ses formes, a entrepris cette étude pour faire l'état des lieux de la corruption dans ce domaine et de décrire des stratégies devant conduire à son éradication.
Pour le président de la HALCIA, d'une façon générale, il s'agit de contribuer à mieux comprendre le phénomène de la corruption dans ce domaine. Plus spécifiquement, il s'agit d’ établir  un  état  des  lieux de  la  corruption  dans  le domaine de l'assistance aux populations vulnérables ; d’identifier les formes et les manifestations de la corruption dans le domaine de l'assistance aux populations vulnérables; d’analyser les effets de la corruption dans le domaine de l'assistance aux populations vulnérables. Il s’agit également pour l’institution de proposer des solutions adéquates au problème de la corruption dans le domaine de l'assistance aux populations vulnérables ; d’identifier les acteurs intervenant dans l'assistance aux populations vulnérables à mobiliser dans le cadre de la lutte contre la corruption ; d’identifier les mécanismes de répression des parties prenantes afin de décourager cette pratique.
Au cours des échanges, les participants ont eu l’opportunité de se pencher sur les causes et les différentes formes de la corruption dans le secteur, mais aussi  de définir les pratiques de prévention et  de lutte contre la corruption. Le président Issoufou Boureima a invité les participants à proposer des recommandations pertinentes en vue de faire de ce document, un outil essentiel de promotion de la bonne gouvernance dans les opérations d'assistance aux populations vulnérables.
 Aïssa Abdoulaye Alfary

30 mars 2015
Source : http://lesahel.org/

 

Réception de matériel de laboratoire et lancement officiel des formations des techniciens supérieurs de laboratoire : Pour un meilleur enseignement scientifique et technologique

30/03/2015

La ministre des Enseignements Secondaires, Mme Bety Aichatou Habibou Oumani a procédé jeudi dernier au Collège d’Enseignement Secondaire Franco Arabe de Talladjé à une remise symbolique de matériel de laboratoire au Directeur Régional de l’Enseignement Secondaire (DRES) de Niamey au nom de l’ensemble de ses homologues du pays. Le gouverneur de la région de Niamey, les membres de l’administration central de ce département ministériel, les représentants des parents d’élèves et de l’Union des Scolaires Nigériens (USN), ont pris part à cette cérémonie, en marge de laquelle, la délégation s’est rendue au Palais du 29 juillet, pour le lancement officiel des formations des techniciens supérieurs de laboratoire.

En remettant le matériel de laboratoire au DRES de Niamey, la ministre des Enseignements Secondaires, Mme Bety Aichatou Habibou Oumani a formulé le vœu qu’il en soit fait un bon usage et, ce, dans les meilleurs conditions d’utilisation et d’entretien. C’est en ce sens que le directeur financier du Ministère des Enseignements Secondaires, M. Moussa Adamou, a révélé dans les classes d’achat de ce matériel auprès de l’entreprise NEO-TECH. Il est prévu des dispositions pour qu’un formateur puissent promulguer quelque rudiments d’entretien dans l’optique de contribuer au maintient et à la prolongation de la durée de vie du matériel. Aussi, M. Moussa Adamou a indiqué ce matériel acquis sur fonds propres de l’Etat et au titre du budget 2014, est destiné à 20 établissements scolaires du pays.
« Le lot de matériel est parvenu à Niamey dans 6 conteneurs. Vous avez des coffrets sur la thermodynamique en raison de trois coffrets par collège, qui sont destiné aux domaines que sont la physique, la biologie, les sciences de la vie et de la nature. Nous avons débuté depuis deux jours les formations relatives à l’utilisation du présent matériel » a expliqué le Physicien, Chargé de projets au près de l’entreprise NEO-TECH, M. Jean-Luc Crochet. Il a aussi souligné que l’Etat du Niger est à féliciter dans cet effort et cet engagement exceptionnel, du fait que ce type de matériel est souvent acquis sur la base de frais internationaux. « Quand on assiste à des cérémonies de l’ordre de celle-ci on se dit que si le cap est maintenu, on peut affirmer que d’ici trois ans l’école Nigérienne aura atteint sa vitesse de croisière. » a dit  le gouverneur de la Région de Niamey, M. Hamidou Garba.
 Pour le représentant des parents d’élèves, M. Nouhou Janjouna, le gouvernement est à remercier, car l’acquisition de ce matériel reflète un rêve qui devient une réalité. Il a encouragé les efforts de la ministre à évoluer sur cette même dynamique. « Quand nos enfants, sur un élan de revendication affirment leurs aspirations à être dans de bonnes conditions d’études, ils trouvent toujours au près de la ministre des Enseignements Secondaires une autorité qui agit pour sécher leurs larmes. Quelque soit ses tâches elle les mets de côté pour venir en aide à l’éducation de nos enfants » a-t-il ajouté.
Quant au Secrétaire général du Comité directeur de l'Union des Scolaires nigériens (CD/USN), M. Anas Djibrilla, il relève que la réception de ce matériel est une action salvatrice qui va contribuer à améliorer la qualité de l’enseignement et souhaite que de tels actions puissent rester continuelles.  En marge de cette cérémonie, la délégation s’est rendue au Palais du 29 juillet, pour le lancement officiel des formations des techniciens supérieurs de laboratoire. A ce niveau la ministre Bety Aichatou Habibou Oumani a soutenu que l’Etat du Niger a opté pour une politique de redynamisation des travaux pratiques dans l’enseignement des sciences dans les établissements, conformément à la loi portant Orientation du Système Educatif Nigérien (LOSEN) qui en son article 15, préconise, au plan des contenus, de valoriser l'enseignement scientifique et technologique et au plan des méthodes, d'allier la théorie à la pratique.

«La présente formation réunit 80 Techniciens Supérieurs de laboratoire et Professeurs de sciences venus des CES et lycées de toutes nos régions. Une formation de ce genre doit s'appuyer sur la pratique. En effet, une expérimentation vécue et pratiquée est par pur réflexe répliquée sur le terrain c'est-à dire en classe. Cette démarche vise l'amélioration de la qualité de l'enseignement des sciences, gage d'un développement industriel, technique et technologique de notre pays. C'est pourquoi, mon département ministériel a voulu que l'acquisition des matériels de laboratoire soit accompagnée d'une formation des techniciens de laboratoire et professeurs de sciences pour une meilleure utilisation de ces matériels.» a dit la ministre des Enseignements Secondaires qui a précisé que ces équipements de qualité viennent ainsi renforcer les capacités des enseignants dans la conduite de l'enseignement scientifique au Niger pour le bénéfice supérieur des élèves.  

Samira Sabou

30 mars 2015
Source : http://lesahel.org/

Réception de matériel de laboratoire et lancement officiel des formations des techniciens supérieurs de laboratoire : Pour un meilleur enseignement scientifique et technologique

30/03/2015

La ministre des Enseignements Secondaires, Mme Bety Aichatou Habibou Oumani a procédé jeudi dernier au Collège d’Enseignement Secondaire Franco Arabe de Talladjé à une remise symbolique de matériel de laboratoire au Directeur Régional de l’Enseignement Secondaire (DRES) de Niamey au nom de l’ensemble de ses homologues du pays. Le gouverneur de la région de Niamey, les membres de l’administration central de ce département ministériel, les représentants des parents d’élèves et de l’Union des Scolaires Nigériens (USN), ont pris part à cette cérémonie, en marge de laquelle, la délégation s’est rendue au Palais du 29 juillet, pour le lancement officiel des formations des techniciens supérieurs de laboratoire.

En remettant le matériel de laboratoire au DRES de Niamey, la ministre des Enseignements Secondaires, Mme Bety Aichatou Habibou Oumani a formulé le vœu qu’il en soit fait un bon usage et, ce, dans les meilleurs conditions d’utilisation et d’entretien. C’est en ce sens que le directeur financier du Ministère des Enseignements Secondaires, M. Moussa Adamou, a révélé dans les classes d’achat de ce matériel auprès de l’entreprise NEO-TECH. Il est prévu des dispositions pour qu’un formateur puissent promulguer quelque rudiments d’entretien dans l’optique de contribuer au maintient et à la prolongation de la durée de vie du matériel. Aussi, M. Moussa Adamou a indiqué ce matériel acquis sur fonds propres de l’Etat et au titre du budget 2014, est destiné à 20 établissements scolaires du pays.
« Le lot de matériel est parvenu à Niamey dans 6 conteneurs. Vous avez des coffrets sur la thermodynamique en raison de trois coffrets par collège, qui sont destiné aux domaines que sont la physique, la biologie, les sciences de la vie et de la nature. Nous avons débuté depuis deux jours les formations relatives à l’utilisation du présent matériel » a expliqué le Physicien, Chargé de projets au près de l’entreprise NEO-TECH, M. Jean-Luc Crochet. Il a aussi souligné que l’Etat du Niger est à féliciter dans cet effort et cet engagement exceptionnel, du fait que ce type de matériel est souvent acquis sur la base de frais internationaux. « Quand on assiste à des cérémonies de l’ordre de celle-ci on se dit que si le cap est maintenu, on peut affirmer que d’ici trois ans l’école Nigérienne aura atteint sa vitesse de croisière. » a dit  le gouverneur de la Région de Niamey, M. Hamidou Garba.
 Pour le représentant des parents d’élèves, M. Nouhou Janjouna, le gouvernement est à remercier, car l’acquisition de ce matériel reflète un rêve qui devient une réalité. Il a encouragé les efforts de la ministre à évoluer sur cette même dynamique. « Quand nos enfants, sur un élan de revendication affirment leurs aspirations à être dans de bonnes conditions d’études, ils trouvent toujours au près de la ministre des Enseignements Secondaires une autorité qui agit pour sécher leurs larmes. Quelque soit ses tâches elle les mets de côté pour venir en aide à l’éducation de nos enfants » a-t-il ajouté.
Quant au Secrétaire général du Comité directeur de l'Union des Scolaires nigériens (CD/USN), M. Anas Djibrilla, il relève que la réception de ce matériel est une action salvatrice qui va contribuer à améliorer la qualité de l’enseignement et souhaite que de tels actions puissent rester continuelles.  En marge de cette cérémonie, la délégation s’est rendue au Palais du 29 juillet, pour le lancement officiel des formations des techniciens supérieurs de laboratoire. A ce niveau la ministre Bety Aichatou Habibou Oumani a soutenu que l’Etat du Niger a opté pour une politique de redynamisation des travaux pratiques dans l’enseignement des sciences dans les établissements, conformément à la loi portant Orientation du Système Educatif Nigérien (LOSEN) qui en son article 15, préconise, au plan des contenus, de valoriser l'enseignement scientifique et technologique et au plan des méthodes, d'allier la théorie à la pratique.

«La présente formation réunit 80 Techniciens Supérieurs de laboratoire et Professeurs de sciences venus des CES et lycées de toutes nos régions. Une formation de ce genre doit s'appuyer sur la pratique. En effet, une expérimentation vécue et pratiquée est par pur réflexe répliquée sur le terrain c'est-à dire en classe. Cette démarche vise l'amélioration de la qualité de l'enseignement des sciences, gage d'un développement industriel, technique et technologique de notre pays. C'est pourquoi, mon département ministériel a voulu que l'acquisition des matériels de laboratoire soit accompagnée d'une formation des techniciens de laboratoire et professeurs de sciences pour une meilleure utilisation de ces matériels.» a dit la ministre des Enseignements Secondaires qui a précisé que ces équipements de qualité viennent ainsi renforcer les capacités des enseignants dans la conduite de l'enseignement scientifique au Niger pour le bénéfice supérieur des élèves.  

Samira Sabou

30 mars 2015
Source : http://lesahel.org/