Nigerdiaspora

Syndiquer le contenu
Lien entre les différentes communautés nigériennes et amis du Niger réparties de par le monde. Boubacar Guede
Mis à jour : il y a 55 min 34 sec

Message du Président Hama Amadou à l’occasion de la journée de la concorde nationale.

il y a 8 heures 14 min

24 avril 1995-24 avril 2015. L'accord de paix entre le Niger et la rébellion qui a sévi dans notre pays pendant cinq ans souffle ses vingt bougies. A cette occasion, j'adresse mes vœux les meilleurs, faits surtout de paix définitive et de stabilité durable, au magnanime peuple nigérien qui arrive toujours à trouver solution aux difficultés les plus tenaces. 

 

Que cette journée, où commence aussi la campagne de vaccination contre la méningite qui a la date d'aujourd'hui a fait plus de 120 morts de source officielle, soit consacrée par chacun chacun de nous à une introspection profonde qui demande a interroger et â juger chacun de nos dires et actes, afin que la flamme de la paix organisée à Agadez en septembre 2002, ne s'éteigne jamais dans nos cœurs, nos esprits et notre pays. Chaque nigérien a sa part de responsabilité, aussi petite soit-elle. Au demeurant, il n'y a pas de petites responsabilités, il n'y a que des responsabilités mal assumées, comme j'ai l'habitude de le dire. Les politiques, les gouvernants, les leaders d'opinion plus que tous. Car la paix, ce n'est pas tant l'absence de tensions que la présence de justice. La justice, l'équité, le respect des lois et règlements de la République par tous, une bonne gouvernance économique et politique sont les conditions fondamentales de la paix, la cohésion sociale et l'unité nationale. Ces conditions réunies, aucun citoyen et aucune communauté ne se sentiront exclus. Car assurément l'injustice constitue toujours une cause de frustration et une menace pour la paix. A chacun de jouer donc son rôle, de cultiver la tolérance, le pardon , le respect de l'autre aussi différent soit-il. Bonne fête à tous.

SEM. Hama Amadou, Président du bureau politique national, président du MODEN/FA LUMANA-AFRICA

 

Assemblée Nationale : Nomination d’un Directeur de Cabinet Adjoint

il y a 8 heures 41 min

Article premier : Monsieur HASSANE Harouna Saley, Directeur Administratif est nommé Directeur de Cabinet Adjoint du président de l'Assemblée Nationale.
Article 2 : L'intéressé bénéficiera à ce titre des avantages prévus par les textes en vigueur.

Article 3 : Le présent arrêté qui prend effet à compter de la date de sa signature, est publié au Journal Officiel de la République du Niger.
Onep

27 avril 2015
Source : http://lesahel.org/

Epidémie de méningite : Le Chef du gouvernement se rend au chevet des malades et lance la campagne de vaccination

il y a 8 heures 42 min

Le Premier ministre, Chef du gouvernement, M. Brigi Rafini, a effectué, vendredi dernier, une visite au centre de prise en charge des malades de la méningite qui sévit  dans la ville de Niamey depuis quelques semaines. Le centre situé au quartier Lazaret a été ouvert le 26 mars pour prendre en charge et soigner gratuitement toutes les personnes atteintes par cette maladie.

A son arrivée au centre, M. Brigi Rafini a été accueilli par le ministre de la Santé publique et sa collègue de l’Enseignement primaire ainsi que le gouverneur de la région de Niamey, la directrice régionale de la Santé publique, les responsables du centre de prise en charge et les responsables des organisations internationales et ONG partenaires du Niger dans la lutte contre cette maladie.
Le Premier ministre apprendra aussitôt que le centre a accueilli au total, à cette date du 24 avril, quelque 594 malades.
165 personnes y sont encore hospitalisées et reçoivent les traitements adéquats. M. Brigi Rafini a tenu à s’enquérir aussitôt de la disponibilité des molécules et produits médicaux. Le responsable a rassuré le Chef du gouvernement expliquant que  le centre dispose de tout ce dont on a besoin pour prendre en charge tous les cas admis et que  la capacité d’accueil  permet jusque là de traiter les malades sur place. Le centre bénéficie du soutien déterminant de l’OMS, de la Croix Rouge et de Médecins Sans frontières. Il a été notifié au Premier ministre que le séjour des patients est de 5 à 7 jours. Le taux de guérison approche les 100% dans le centre.   
Rassurés, le Chef du gouvernement et les membres de sa délégation sont alors allés, le cœur léger et soulagé,  au chevet des frères et sœurs  malades et à la rencontre du personnel déployé pour cette opération difficile mais salutaire. SE. Brigi Rafini a visité toutes les tentes pour apporter le message de soutien et de compassion aux  patients et surtout pour leur souhaiter une prompte et bonne guérison. Le traitement est entièrement gratuit lui ont assuré à chaque niveau les patients. A l’endroit du personnel médical et celui de soutien, le chef du gouvernement a dit toute la gratitude des autorités pour le sacrifice consenti. Le sacrifice, il en faut
 a-t-il dit avant d’ajouter que le gouvernement compte sur le personnel pour venir à bout de cette épidémie.
Les responsables de la Croix Rouge et MSF ont informé le Premier ministre que le centre dispose de 150 lits effectivement montés, d’autres sont entrain d’être montés  pour  atteindre l’objectif de 300 lits à terme.  En plus des travaux sont en cours pour augmenter la capacité du centre et lui permettre de pouvoir répondre éventuellement à une affluence plus importante. Le
Premier  ministre a demandé au   responsable du centre de mettre les tentes initialement destinées à la prise en charge d’éventuels cas d’Ebola dans les normes pour accueillir les patients. Il a en outre instruit le gouverneur de la région de prendre toutes les dispositions nécessaires pour préparer les bâtiments en chantier de l’hôpital Al Badr et  l’affecter aux responsables du centre pour abriter les patients.  
A l’issue de la visite, le Premier ministre s’est réjoui d’avoir constaté une maitrise progressive de la situation et qu’en dépit de la capacité initialement limitée, le personnel soignant parvient à apporter les soins idoines aux patients. Il s’est en outre dit confiant qu’avec les tentes en train d’être montées, l’ouverture du centre anti Ebola et les locaux de l’hôpital, la capacité sera renforcée et qu’il n’y a désormais plus d’inquiétude à ce niveau. Il en est de même pour les molécules et autres produits médicaux qui sont disponibles pour prendre en charge les malades. M. Brigi Rafini a toutefois souligné l’importance  de sensibiliser la population sur la nécessité d’agir à temps en cas d’apparition de symptômes, d’amener les cas dans les centres de santé les plus proches qui, à leur tour, référeront au centre de prise en charge.
Peu après cette visite, le Premier ministre a procédé au lancement de la campagne de vaccination, une campagne qui est prévue dans toutes les écoles de Niamey et concernera l’ensemble des élèves avant d’être étendue aux autres couches sociales. C’est l’école Lazaret 1 qui a servi de cadre à ce lancement qui s’est déroulé en présence des ministres en charge de la Santé publique et de l’Enseignement primaire ainsi que le représentant résident de l’OMS au Niger. Le Premier ministre a expliqué que la vaccination concernera certes les écoles dans un premier temps, mais elle sera concentrée et intensifiée dans les communes où les services sanitaires ont recensé  le  nombre de cas le plus élevé. L’objectif étant de circonscrire la maladie.
Répondant aux inquiétudes sur les mauvaises pratiques, le Chef du gouvernement a tenu à rassurer que le vaccin est disponible avant d’indiquer que toutes les mesures et dispositions ont été prises et mises en œuvre pour identifier les auteurs de  ces mauvaises pratiques  et leur administrer les rigueurs de la loi.
 Zabeirou Moussa

 

27 avril 2015
Source : http://lesahel.org/

Projet de renforcement des capacités pour un relèvement post catastrophe résilient : ‘’Un relèvement approprié pour un développement durable’’ est le thème retenu

il y a 8 heures 46 min

Le directeur de cabinet adjoint du Premier ministre, M. Abdel Kader Aghali a donné jeudi dernier, dans la salle de réunion de la primature, le coup d’envoi du Projet de renforcement des capacités pour un relèvement post catastrophe résilient. Ce projet est le fruit d’un partenariat entre le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), la coopération Luxembourgeoise, la coopération Japonaise et le gouvernement du Niger. Le thème retenu pour ces assises est ‘’Un relèvement approprié pour un développement durable’’. Le projet va financer des activités au niveau de quatre (4) régions pilotes.   

Il ressort de ces assises que durant la dernière décennie, les catastrophes d'origine naturelle que sont notamment les crises alimentaires et nutritionnelles, les inondations et les épidémies ont au Niger, affecté en moyenne 4.000.000 de personnes par an soit environ 22% de la population. Dans ce contexte, cet atelier sera l'occasion de rappeler les concepts du relèvement et leurs rôles de passerelle entre l'action humanitaire et le développement ; de décliner les activités soutenues par le projet ; et de détailler les indicateurs qui permettront de mesurer les résultats et l'impact.
Sur cet élan, le directeur de cabinet adjoint du Premier ministre a, dans ses propos introductifs, indiqué que ce projet est cofinancé par les gouvernements du Japon et du Luxembourg pour un montant de 550.000 dollars US et le PNUD pour un montant de 682.000 dollars US et s'intègre dans le Plan de Travail Biannuel (PIB 2014-2015). De plus, ce projet s'inscrit d'une part, dans les orientations du programme prioritaire de renforcement des capacités des structures régionales du Programme de Développement Economique et Social (PDES) et d'autre part, dans le mandat de renforcement des capacités et de transfert des connaissances du PNUD.
Aussi, ce projet va, entre autres renforcer les capacités des structures du Dispositif National de Prévention et de Gestion des Catastrophes et Crises
Alimentaires (DNPGCCA), ce, par la mise en œuvre de la 4ème priorité du nouveau Cadre d'Action de Sendaï, adopté par la communauté internationale lors de la 3eme conférence mondiale sur la réduction des Risques de catastrophe tenue du 14 au 18 mars 2015 au Japon. A ce titre, le plan de travail devra permettre une meilleure préparation des structures nationales à la réponse aux catastrophes ; l'institutionnalisation d'une méthodologie harmonisée d'évaluation des impacts et dommages occasionnés par les catastrophes et une meilleure planification du relèvement pour un développement durable.
Par ailleurs, le directeur de cabinet adjoint du Premier ministre a expliqué que c’est pour faire face aux catastrophes qui menacent notre pays, que le gouvernement a mis en place le Dispositif National de Prévention et de Gestion des Catastrophes et Crises Alimentaires pour prendre en charge les situations d'urgence. Ainsi, le gouvernement du Niger vise, au-delà de la gestion de l'urgence, à promouvoir la résilience des populations vulnérables par la mise en œuvre d'une politique de sécurité alimentaire plus structurelle et durable, dont le concept opérationnel est l’Initiative 3N, les Nigériens nourrissent les Nigériens.

Pour sa part, la représentante résidente adjoint du PNUD, Mme Martine Therer a dans son discours souligné que la gestation de ce projet a été longue, voire difficile. Mais il ne pouvait en être autrement car c'est un projet complexe, structurant et surtout novateur. «Dans de nombreux pays, les catastrophes naturelles ont contribué à réduire considérablement les chances de réalisation des Objectifs du millénaire pour le Développement, en particulier celui de réduire de moitié la pauvreté extrême, en 2015» a-t-elle dit. Mme Martine Therer, a également souligné que la gestion des catastrophes a montré que les phases de relèvement et de réhabilitation post catastrophe méritent une meilleure préparation pour réduire de manière substantielle les pertes et les dommages. Le relèvement offre aussi la possibilité de reconstruire en mieux, notamment par l'intégration de la réduction des risques de catastrophes dans les mesures de développement, rendant ainsi les nations et les communautés plus résilientes aux catastrophes.
En prenant la parole, le représentant résident de la coopération Japonaise, M. Matsumoto Hiroshi  a rappelé que la coopération entre le Japon et le Niger dans le domaine du développement et de l'humanitaire date de près de quarante ans. Cette coopération repose sur le principe de l'appui à la réduction de la pauvreté contribuant à la paix et à la sécurité du Niger et de la sous-région. Quant à la première secrétaire de l’ambassade du Luxembourg, Mme Lyn Voegele, elle a souligné que dans un pays vulnérable comme le Niger, la moindre crise alimentaire, nutritionnelle ou catastrophe naturelle a des conséquences sociales et économiques extrêmement lourdes pour les populations et le pays. L'état de fragilité, voire de précarité dans lequel les populations les plus vulnérables risquent de basculer à chaque crise ou catastrophe affaiblissent davantage leurs capacités de résilience, ce qui par voie de conséquence a des impacts sur l'économie du pays tout entier.
Mme Lyn Voegele, a lors de son discours, attiré l'attention sur le fait que face à une crise ou catastrophe, structurelle ou non, dans un contexte multi -acteurs, la frontière entre urgence humanitaire et action de développement est floue, et qu’une meilleure coordination des actions entre acteurs et leurs réponses respectives, s’avèrent absolument nécessaire.

Samira Sabou

 

27 avril 2015
Source : http://lesahel.org/

Cérémonie de remise de Fanion du Commandement au Directeur Général des Eaux et Forêts : Le Colonel Abdou Mallan Issa officiellement installé dans ses fonctions

il y a 8 heures 49 min

Le ministre de l’Environnement, de la Salubrité Urbaine et du Développement Durable M. Adamou Chaifou a présidé, jeudi dernier dans le Camp des Eaux et Forêts Amoule Kini, la cérémonie de remise de Fanion du commandement au nouveau Directeur Général des Eaux et Forêts, le Colonel Abdou Mallan Issa. C’était au cours d’une cérémonie militaire qui a enregistré la présence des membres du gouvernement, des personnalités civiles et militaires ainsi que des parents et amis du nouveau Directeur général des Eaux et Forêts.

Au cours de la cérémonie, le ministre de l’Environnement a d’abord remis le fanion au nouveau Directeur général des Eaux et Forêts, le Colonel Abdou Mallan Issa avant de demander aux agents des Eaux et Forêts d’obéir au nouveau Commandant conformément aux lois et règlement régissant le fonctionnement des services des Eaux et Forêts du Niger. Par la même circonstance, il a été procédé à l’inauguration  de la Place d’arme des Eaux et Forêts. Cette Place d’Armes a été Baptisé Place Maïzama afin de rendre hommage au Commandant Abdoulaye Maïzama ancien directeur régional des Eaux et Forêts, actuellement Directeur National de Surveillances Ecologique et Environnementale pour les éminents services rendus au corps des Eaux et Forêts.
En prenant la parole à cette occasion, le nouveau Directeur général des Eaux Et forêts  a d’abord remercié le Président de la République, Chef de l’Etat, Chef Suprême des Armées pour la confiance et le choix portés en sa modeste personne  pour présider  aux destinées du corps  des Eaux et Forêts. Il a précisé que dans l’histoire  de ce corps qui remonte  à 1938, c’est pour la première fois que la cérémonie de remise de Fanion  du Commandement s’est tenue. Il a par ailleurs rappelé l’importance d’une Place d’Armes qui est un lieu sacré, un symbole du respect des couleurs nationales, de notre devise, un lieu de l’appel à la cohésion, à l’unité, à la discipline et à l’efficacité au travail. C’est enfin, dit-il un lieu de rassemblement et des rapports.
Le Colonel Abdou Mallan Issa devait par la suite témoigner que si le corps des Eaux et Forêts a bénéficié de tous les privilèges  d’une Place d’Armes, c’est grâce à l’abnégation du Commandant Abdoulaye Maïzama, à travers ses initiatives et ses relations personnelles. «Il mérite la reconnaissance du Corps des Eaux et Forêts. Et c’est pour ces raisons  qu’il a été décidé de donner son nom de famille à cette Place d’Arme» a conclu le nouveau Directeur général des Eaux et Forêts. Le ministre de l’Environnement a, à la fin de la cérémonie enlevé le voile de la plaque d’identification de la nouvelle Place d’Armes du Camp Amoule Kini.
Laouali Souleymane

27 avril 2015
Source : http://lesahel.org/

Point de presse du ministre des Transports : M. Saley Saidou dresse le bilan des actions de son département ministériel

il y a 8 heures 58 min

Le ministre des Transports, M. Saley Saidou a animé, jeudi dernier, un point de presse  au cours duquel, il a dressé le bilan des réalisations dans le secteur des transports au Niger au cours des quatre années de mise en œuvre du Programme de renaissance par le Président de la République.  A sa prise de fonction  et se basant sur les points 3 et 4 du Programme de renaissance,  le ministre Saley Saidou avait  élaboré un plan de travail pour l’année 2014. Ce plan de travail portait essentiellement sur six volets à savoir les transports terrestre, aérien, ferroviaire, fluvial et maritime et la météorologie. Un an après des réalisations concrètes et effectives enregistrées par ce ministère.

Contrairement à ce que l’on pensait, le ministère des Transports n’a pas pour seule mission de délivrer les permis de conduire, les cartes grises a dit le ministre Saley Saidou. Le secteur des transports constitue un maillon important de l’action publique. C’est ainsi que volet par volet, le ministre a égrainé les actions réalisées et celles en cours de l’être. Dans le sous secteur des transports terrestres de nombreuses actions ont vu le jour et permis à notre pays d’enregistrer des progrès importants. Outre les textes réglementaires adoptés comme le nouveau code de la route qui remplace celui de 1963, ou encore le texte créant par décret le centre de perfectionnement en transports routiers (CFTTR) et celui  réorganisant  le conseil nigérien des utilisateurs des transports (CNUT), le ministère des transports a créé le guichet unique automobile.  
La création de ce guichet permettra à notre pays de renouveler son parc auto national vieillissant. Ainsi, il sera renforcé par 5.000 voitures neuves au cours des 5 prochaines années  a dit le ministre. Le contrat est déjà signé avec le partenaire dans le cadre du Partenariat Public-Privé (PPP) mis en œuvre par le gouvernement afin d’amener les investisseurs à s’engager dans les projets et programmes structurants. Le Port  Sec de Dosso,  tant attendu par les populations et les opérateurs économiques a été créé formellement par une loi. Le ministre Saley Saidou a précisé que cette infrastructure moderne et correspondant aux normes internationales sera une véritable plaque tournant des transports des marchandises qui aura un impact positif certain sur les activités économiques dans notre pays.
Dans le sous secteur des transports aériens, le Niger a vu sa desserte fortement augmenté depuis quatre années. Le nombre des compagnies aériennes est passé de 7 à 12, celui des passagers empruntant les transports aériens est passé de 171.000 à plus de 240.000. Galvanisé par ce bond positif, le gouvernement qui entend donner davantage un nouveau souffle s’est engagé à redonner un nouveau visage à l’Aéroport international Diori Hamani (AIDH) de Niamey. C’est ainsi qu’il est prévu des travaux de rénovation et de modernisation de ce joyau national. Le projet a trouvé l’agrément des investisseurs à travers le  PPP, une convention a  d’ores et déjà été signée le 2 mars 2015. L’aérogare sera rénovée, un nouveau terminal  de vol sera construit en plus d’un nouveau salon présidentiel et d’un pôle hôtelier. La piste d’atterrissage sera prolongée pour atteindre la longueur réglementaire de 3800ml afin de permettre à tout type d’aéronef d’atterrir à l’AIDH.
Au plan de la sûreté et la sécurité aéroportuaire, les principaux aéroports du pays dont celui de Niamey  sont  entièrement ou en train d’être clôturés a dit le ministre Saley Saidou. A ce sujet, le Niger vient d’être classé parmi les meilleurs par l’OACI pour avoir atteint un taux de sécurité et sûreté aéroportuaire de 49% sur une moyenne conventionnelle de 60%. Dans le sous secteur de la météorologie, le ministère des Transports a mis en place un programme dit « Un village, un pluviomètre». Il vise à doter chacun des 9.000 villages agricoles du Niger d’un pluviomètre. Le ministre a indiqué que 3.000 sont déjà installés et 200 autres seront placés en 2015.
Le sous secteur des transports ferroviaires connait ces dernières années une évolution fulgurante. On note surtout le démarrage de la construction du chemin de fer entrant dans le cadre de la réalisation effective de  la boucle ferroviaire. Avec ce projet exécuté dans le cadre du PPP, les Nigériens voient enfin la fin d’une attente qui a duré  80 ans. Au plan structurel, le ministre a souligné la dissolution de l’OCBN et la création de la société Bénin-Niger-Rail (BENIRAIL), qui aura la charge d’exploiter la voie ferroviaire entre le Bénin et le Niger. Parlant des transports maritimes et fluviaux, le ministre a fait savoir que notre pays est membre du conseil d’administration de tous les ports maritimes bien que n’ayant de débouchés à la mer, soulignant que cela s’explique par le fait que la mer est universelle.
En outre, a dit le ministre Saley Saidou, le secrétariat  de l’Union des Conseils de Chargeurs Africains est assuré par un nigérien. Concernant les transports fluviaux, le ministre a annoncé que des études sur la navigabilité du fleuve Niger sont envisagées en plus d’autres
actions réalisées pour améliorer l’existent. La question du renforcement des capacités du personnel n’a pas été oubliée. C’est ainsi que plus de 3.000 agents ont été recrutés ces dernières années et cela pour permettre au ministère d’atteindre les objectifs fixés  et accomplir sa mission. En perspectives, le ministère des Transports a engagé un important programme reposant sur 15 axes stratégiques comme la bio métrisation du permis de conduire, la création de l’Agence Nigérienne de Sécurité Routière, la mise en œuvre de la loi sur le code de la route et la mise en œuvre de toutes les conventions.
 Zabeirou Moussa

 

27 avril 2015
Source : http://lesahel.org/

Réunion préparatoire des experts à la 51ème session du Conseil des ministres de l’Autorité de Développement de la Région du Liptako-Gourma (ALG) : Identifier les contraintes et les principaux défis auxquels fait face l’Autorité

il y a 8 heures 58 min

C’est en prélude à la 51ème session du Conseil des ministres de l’Autorité de Développement de la Région du Liptako-Gourma, que les experts de cette organisation se sont retrouvés, jeudi dernier, à Niamey pour la réunion préparatoire. 

Elle comportait à son ordre du jour des points majeurs comme le suivi de la mise en œuvre des décisions issues de la précédente session ordinaire du Conseil des ministres, le rapport d’activités 2014 au 31 décembre de la direction générale de l’ALG, le bilan du programme triennal d’investissement 2014-2016 et le projet de PTI 2015-2017, le programme triennal d’activités 2015-2017 de la direction générale, l’examen de certaines questions financières et administratives et l’examen de deux documents spécifiques préparés par la direction générale. C’est le secrétaire général du ministère du Plan, de l’Aménagement du territoire et du Développement Communautaire, M. Abdou Souley qui a présidé l’ouverture des travaux en présence des partenaires techniques et financiers.
L’Autorité de Développement de la Région du Liptako-Gourma est un instrument de coopération sous-régionale et un puissant vecteur d’intégration des économies des pays concernés. En ouvrant les travaux de cette rencontre des experts qui va durer quatre (4) jours, le secrétaire général du ministère du Plan, de l’Aménagement du territoire et du Développement Communautaire M. Abdou Souley a précisé que la présente réunion se tient malheureusement dans un contexte marqué par la persistance de l'insécurité dans la sous région du Liptako-Gourma et par des préoccupations sanitaires liées en particulier à la maladie à virus Ebola dans certains pays d'Afrique de l'ouest. Il faut cependant se réjouir qu'avec les efforts engagés par ces pays et l'élan de solidarité internationale qui s'est fortement manifestée, cette terrible maladie est en passe d'être jugulée.
En outre, à l'image des coopérations sectorielles qui ont été initiées et développées par cette organisation commune dans des domaines tels que l'élevage, l'agriculture et le désenclavement, ces deux fléaux appellent de la part des Etats respectifs de l’ALG, une coopération dynamique et sans cesse renforcée pour mutualiser les efforts afin d'apporter des solutions appropriées pour faire face à ces défis majeurs. Dans le domaine de la sécurité en particulier, M. Abdou Souley a salué à juste titre l'avènement du projet «Appui à la Coopération Transfrontalière au Sahel » (ACTS) dont le financement est assuré par la France et dont la mise en œuvre permettra incontestablement, avec les efforts conjugués des pays concernés, d'apporter des solutions durables au profit de la région du Liptako-Gourma.
C'est dire que de nouvelles perspectives s'offrent à l’ALG pour lui permettre de jouer pleinement sa partition dans le processus d'intégration en cours en Afrique de l'Ouest. Par ailleurs, Les chantiers initiés par les pays membres de l’ALG sont nombreux et revêtent un intérêt  pour le développement économique et social de la sous région. ‘’Notre réunion constitue à cet égard une grande opportunité pour engager, avec l'ensemble de nos partenaires à tous les niveaux des réflexions approfondies en vue d'identifier les contraintes et les principaux défis auxquels fait face notre organisation commune, d'analyser les résultats obtenus, de recenser les difficultés rencontrées et de suggérer des solutions idoines afin de desserrer les contraintes ainsi identifiées’’, a indiqué le secrétaire général  du ministère du Plan. Dans cette perspective, il s'agira de poursuivre les réflexions déjà engagées sur la restructuration de l'ALG afin d'adapter ses missions et son organisation aux problématiques de l'heure ainsi qu'aux thématiques émergentes. M. Abdou Souley s’est dit confiant quant à la qualité des résultats qui seront issus des discussions de la réunion des experts.
Auparavant, le directeur général de l’Autorité de Développement de la Région du Liptako-Gourma M. Badi Ould Ahmed Ganfoud s’est réjoui du fait que  l’ALG ait réussi à mettre en œuvre un des objectifs essentiels de sa mutation à savoir le développement d'un partenariat fécond avec les Institutions sous-régionales que sont la CEDEAO, l'UEMOA et le CILSS. ‘’Notre Organisation commune occupe aujourd'hui toute sa place dans le concert des organisations interafricaines. Ceci est illustré par l'exécution au compte de l'UEMOA de douze marchés à bétail transfrontaliers, au compte de la CEDEAO du projet SKBO (Sikasso-Korogho-Bobo-Dioulasso), à la participation au Programme Régional de Développement de l'Elevage conduit par le CILSS. Ce Partenariat s'est étendu et amplifié à la France (Projet d'Appui à la Coopération Transfrontalière au Sahel), à la Suisse (Forage
Christine), la SNV des Pays-Bas et bientôt aux Etats Unies d'Amérique, au Japon, à l'Union Européenne et aux Nations Unies. Aujourd'hui, notre organisation se porte bien, malgré les difficultés de l'heure’’, a-t-il affirmé.
Hassane Daouda

 

27 avril 2015
Source : http://lesahel.org/

Réunion préparatoire des experts à la 51ème session du Conseil des ministres de l’Autorité de Développement de la Région du Liptako-Gourma (ALG) : Identifier les contraintes et les principaux défis auxquels fait face l’Autorité

il y a 8 heures 58 min

C’est en prélude à la 51ème session du Conseil des ministres de l’Autorité de Développement de la Région du Liptako-Gourma, que les experts de cette organisation se sont retrouvés, jeudi dernier, à Niamey pour la réunion préparatoire. 

Elle comportait à son ordre du jour des points majeurs comme le suivi de la mise en œuvre des décisions issues de la précédente session ordinaire du Conseil des ministres, le rapport d’activités 2014 au 31 décembre de la direction générale de l’ALG, le bilan du programme triennal d’investissement 2014-2016 et le projet de PTI 2015-2017, le programme triennal d’activités 2015-2017 de la direction générale, l’examen de certaines questions financières et administratives et l’examen de deux documents spécifiques préparés par la direction générale. C’est le secrétaire général du ministère du Plan, de l’Aménagement du territoire et du Développement Communautaire, M. Abdou Souley qui a présidé l’ouverture des travaux en présence des partenaires techniques et financiers.
L’Autorité de Développement de la Région du Liptako-Gourma est un instrument de coopération sous-régionale et un puissant vecteur d’intégration des économies des pays concernés. En ouvrant les travaux de cette rencontre des experts qui va durer quatre (4) jours, le secrétaire général du ministère du Plan, de l’Aménagement du territoire et du Développement Communautaire M. Abdou Souley a précisé que la présente réunion se tient malheureusement dans un contexte marqué par la persistance de l'insécurité dans la sous région du Liptako-Gourma et par des préoccupations sanitaires liées en particulier à la maladie à virus Ebola dans certains pays d'Afrique de l'ouest. Il faut cependant se réjouir qu'avec les efforts engagés par ces pays et l'élan de solidarité internationale qui s'est fortement manifestée, cette terrible maladie est en passe d'être jugulée.
En outre, à l'image des coopérations sectorielles qui ont été initiées et développées par cette organisation commune dans des domaines tels que l'élevage, l'agriculture et le désenclavement, ces deux fléaux appellent de la part des Etats respectifs de l’ALG, une coopération dynamique et sans cesse renforcée pour mutualiser les efforts afin d'apporter des solutions appropriées pour faire face à ces défis majeurs. Dans le domaine de la sécurité en particulier, M. Abdou Souley a salué à juste titre l'avènement du projet «Appui à la Coopération Transfrontalière au Sahel » (ACTS) dont le financement est assuré par la France et dont la mise en œuvre permettra incontestablement, avec les efforts conjugués des pays concernés, d'apporter des solutions durables au profit de la région du Liptako-Gourma.
C'est dire que de nouvelles perspectives s'offrent à l’ALG pour lui permettre de jouer pleinement sa partition dans le processus d'intégration en cours en Afrique de l'Ouest. Par ailleurs, Les chantiers initiés par les pays membres de l’ALG sont nombreux et revêtent un intérêt  pour le développement économique et social de la sous région. ‘’Notre réunion constitue à cet égard une grande opportunité pour engager, avec l'ensemble de nos partenaires à tous les niveaux des réflexions approfondies en vue d'identifier les contraintes et les principaux défis auxquels fait face notre organisation commune, d'analyser les résultats obtenus, de recenser les difficultés rencontrées et de suggérer des solutions idoines afin de desserrer les contraintes ainsi identifiées’’, a indiqué le secrétaire général  du ministère du Plan. Dans cette perspective, il s'agira de poursuivre les réflexions déjà engagées sur la restructuration de l'ALG afin d'adapter ses missions et son organisation aux problématiques de l'heure ainsi qu'aux thématiques émergentes. M. Abdou Souley s’est dit confiant quant à la qualité des résultats qui seront issus des discussions de la réunion des experts.
Auparavant, le directeur général de l’Autorité de Développement de la Région du Liptako-Gourma M. Badi Ould Ahmed Ganfoud s’est réjoui du fait que  l’ALG ait réussi à mettre en œuvre un des objectifs essentiels de sa mutation à savoir le développement d'un partenariat fécond avec les Institutions sous-régionales que sont la CEDEAO, l'UEMOA et le CILSS. ‘’Notre Organisation commune occupe aujourd'hui toute sa place dans le concert des organisations interafricaines. Ceci est illustré par l'exécution au compte de l'UEMOA de douze marchés à bétail transfrontaliers, au compte de la CEDEAO du projet SKBO (Sikasso-Korogho-Bobo-Dioulasso), à la participation au Programme Régional de Développement de l'Elevage conduit par le CILSS. Ce Partenariat s'est étendu et amplifié à la France (Projet d'Appui à la Coopération Transfrontalière au Sahel), à la Suisse (Forage
Christine), la SNV des Pays-Bas et bientôt aux Etats Unies d'Amérique, au Japon, à l'Union Européenne et aux Nations Unies. Aujourd'hui, notre organisation se porte bien, malgré les difficultés de l'heure’’, a-t-il affirmé.
Hassane Daouda

 

27 avril 2015
Source : http://lesahel.org/

Réunion préparatoire des experts à la 51ème session du Conseil des ministres de l’Autorité de Développement de la Région du Liptako-Gourma (ALG) : Identifier les contraintes et les principaux défis auxquels fait face l’Autorité

il y a 8 heures 58 min

C’est en prélude à la 51ème session du Conseil des ministres de l’Autorité de Développement de la Région du Liptako-Gourma, que les experts de cette organisation se sont retrouvés, jeudi dernier, à Niamey pour la réunion préparatoire. 

Elle comportait à son ordre du jour des points majeurs comme le suivi de la mise en œuvre des décisions issues de la précédente session ordinaire du Conseil des ministres, le rapport d’activités 2014 au 31 décembre de la direction générale de l’ALG, le bilan du programme triennal d’investissement 2014-2016 et le projet de PTI 2015-2017, le programme triennal d’activités 2015-2017 de la direction générale, l’examen de certaines questions financières et administratives et l’examen de deux documents spécifiques préparés par la direction générale. C’est le secrétaire général du ministère du Plan, de l’Aménagement du territoire et du Développement Communautaire, M. Abdou Souley qui a présidé l’ouverture des travaux en présence des partenaires techniques et financiers.
L’Autorité de Développement de la Région du Liptako-Gourma est un instrument de coopération sous-régionale et un puissant vecteur d’intégration des économies des pays concernés. En ouvrant les travaux de cette rencontre des experts qui va durer quatre (4) jours, le secrétaire général du ministère du Plan, de l’Aménagement du territoire et du Développement Communautaire M. Abdou Souley a précisé que la présente réunion se tient malheureusement dans un contexte marqué par la persistance de l'insécurité dans la sous région du Liptako-Gourma et par des préoccupations sanitaires liées en particulier à la maladie à virus Ebola dans certains pays d'Afrique de l'ouest. Il faut cependant se réjouir qu'avec les efforts engagés par ces pays et l'élan de solidarité internationale qui s'est fortement manifestée, cette terrible maladie est en passe d'être jugulée.
En outre, à l'image des coopérations sectorielles qui ont été initiées et développées par cette organisation commune dans des domaines tels que l'élevage, l'agriculture et le désenclavement, ces deux fléaux appellent de la part des Etats respectifs de l’ALG, une coopération dynamique et sans cesse renforcée pour mutualiser les efforts afin d'apporter des solutions appropriées pour faire face à ces défis majeurs. Dans le domaine de la sécurité en particulier, M. Abdou Souley a salué à juste titre l'avènement du projet «Appui à la Coopération Transfrontalière au Sahel » (ACTS) dont le financement est assuré par la France et dont la mise en œuvre permettra incontestablement, avec les efforts conjugués des pays concernés, d'apporter des solutions durables au profit de la région du Liptako-Gourma.
C'est dire que de nouvelles perspectives s'offrent à l’ALG pour lui permettre de jouer pleinement sa partition dans le processus d'intégration en cours en Afrique de l'Ouest. Par ailleurs, Les chantiers initiés par les pays membres de l’ALG sont nombreux et revêtent un intérêt  pour le développement économique et social de la sous région. ‘’Notre réunion constitue à cet égard une grande opportunité pour engager, avec l'ensemble de nos partenaires à tous les niveaux des réflexions approfondies en vue d'identifier les contraintes et les principaux défis auxquels fait face notre organisation commune, d'analyser les résultats obtenus, de recenser les difficultés rencontrées et de suggérer des solutions idoines afin de desserrer les contraintes ainsi identifiées’’, a indiqué le secrétaire général  du ministère du Plan. Dans cette perspective, il s'agira de poursuivre les réflexions déjà engagées sur la restructuration de l'ALG afin d'adapter ses missions et son organisation aux problématiques de l'heure ainsi qu'aux thématiques émergentes. M. Abdou Souley s’est dit confiant quant à la qualité des résultats qui seront issus des discussions de la réunion des experts.
Auparavant, le directeur général de l’Autorité de Développement de la Région du Liptako-Gourma M. Badi Ould Ahmed Ganfoud s’est réjoui du fait que  l’ALG ait réussi à mettre en œuvre un des objectifs essentiels de sa mutation à savoir le développement d'un partenariat fécond avec les Institutions sous-régionales que sont la CEDEAO, l'UEMOA et le CILSS. ‘’Notre Organisation commune occupe aujourd'hui toute sa place dans le concert des organisations interafricaines. Ceci est illustré par l'exécution au compte de l'UEMOA de douze marchés à bétail transfrontaliers, au compte de la CEDEAO du projet SKBO (Sikasso-Korogho-Bobo-Dioulasso), à la participation au Programme Régional de Développement de l'Elevage conduit par le CILSS. Ce Partenariat s'est étendu et amplifié à la France (Projet d'Appui à la Coopération Transfrontalière au Sahel), à la Suisse (Forage
Christine), la SNV des Pays-Bas et bientôt aux Etats Unies d'Amérique, au Japon, à l'Union Européenne et aux Nations Unies. Aujourd'hui, notre organisation se porte bien, malgré les difficultés de l'heure’’, a-t-il affirmé.
Hassane Daouda

 

27 avril 2015
Source : http://lesahel.org/

Réunion préparatoire des experts à la 51ème session du Conseil des ministres de l’Autorité de Développement de la Région du Liptako-Gourma (ALG) : Identifier les contraintes et les principaux défis auxquels fait face l’Autorité

il y a 8 heures 58 min

C’est en prélude à la 51ème session du Conseil des ministres de l’Autorité de Développement de la Région du Liptako-Gourma, que les experts de cette organisation se sont retrouvés, jeudi dernier, à Niamey pour la réunion préparatoire. 

Elle comportait à son ordre du jour des points majeurs comme le suivi de la mise en œuvre des décisions issues de la précédente session ordinaire du Conseil des ministres, le rapport d’activités 2014 au 31 décembre de la direction générale de l’ALG, le bilan du programme triennal d’investissement 2014-2016 et le projet de PTI 2015-2017, le programme triennal d’activités 2015-2017 de la direction générale, l’examen de certaines questions financières et administratives et l’examen de deux documents spécifiques préparés par la direction générale. C’est le secrétaire général du ministère du Plan, de l’Aménagement du territoire et du Développement Communautaire, M. Abdou Souley qui a présidé l’ouverture des travaux en présence des partenaires techniques et financiers.
L’Autorité de Développement de la Région du Liptako-Gourma est un instrument de coopération sous-régionale et un puissant vecteur d’intégration des économies des pays concernés. En ouvrant les travaux de cette rencontre des experts qui va durer quatre (4) jours, le secrétaire général du ministère du Plan, de l’Aménagement du territoire et du Développement Communautaire M. Abdou Souley a précisé que la présente réunion se tient malheureusement dans un contexte marqué par la persistance de l'insécurité dans la sous région du Liptako-Gourma et par des préoccupations sanitaires liées en particulier à la maladie à virus Ebola dans certains pays d'Afrique de l'ouest. Il faut cependant se réjouir qu'avec les efforts engagés par ces pays et l'élan de solidarité internationale qui s'est fortement manifestée, cette terrible maladie est en passe d'être jugulée.
En outre, à l'image des coopérations sectorielles qui ont été initiées et développées par cette organisation commune dans des domaines tels que l'élevage, l'agriculture et le désenclavement, ces deux fléaux appellent de la part des Etats respectifs de l’ALG, une coopération dynamique et sans cesse renforcée pour mutualiser les efforts afin d'apporter des solutions appropriées pour faire face à ces défis majeurs. Dans le domaine de la sécurité en particulier, M. Abdou Souley a salué à juste titre l'avènement du projet «Appui à la Coopération Transfrontalière au Sahel » (ACTS) dont le financement est assuré par la France et dont la mise en œuvre permettra incontestablement, avec les efforts conjugués des pays concernés, d'apporter des solutions durables au profit de la région du Liptako-Gourma.
C'est dire que de nouvelles perspectives s'offrent à l’ALG pour lui permettre de jouer pleinement sa partition dans le processus d'intégration en cours en Afrique de l'Ouest. Par ailleurs, Les chantiers initiés par les pays membres de l’ALG sont nombreux et revêtent un intérêt  pour le développement économique et social de la sous région. ‘’Notre réunion constitue à cet égard une grande opportunité pour engager, avec l'ensemble de nos partenaires à tous les niveaux des réflexions approfondies en vue d'identifier les contraintes et les principaux défis auxquels fait face notre organisation commune, d'analyser les résultats obtenus, de recenser les difficultés rencontrées et de suggérer des solutions idoines afin de desserrer les contraintes ainsi identifiées’’, a indiqué le secrétaire général  du ministère du Plan. Dans cette perspective, il s'agira de poursuivre les réflexions déjà engagées sur la restructuration de l'ALG afin d'adapter ses missions et son organisation aux problématiques de l'heure ainsi qu'aux thématiques émergentes. M. Abdou Souley s’est dit confiant quant à la qualité des résultats qui seront issus des discussions de la réunion des experts.
Auparavant, le directeur général de l’Autorité de Développement de la Région du Liptako-Gourma M. Badi Ould Ahmed Ganfoud s’est réjoui du fait que  l’ALG ait réussi à mettre en œuvre un des objectifs essentiels de sa mutation à savoir le développement d'un partenariat fécond avec les Institutions sous-régionales que sont la CEDEAO, l'UEMOA et le CILSS. ‘’Notre Organisation commune occupe aujourd'hui toute sa place dans le concert des organisations interafricaines. Ceci est illustré par l'exécution au compte de l'UEMOA de douze marchés à bétail transfrontaliers, au compte de la CEDEAO du projet SKBO (Sikasso-Korogho-Bobo-Dioulasso), à la participation au Programme Régional de Développement de l'Elevage conduit par le CILSS. Ce Partenariat s'est étendu et amplifié à la France (Projet d'Appui à la Coopération Transfrontalière au Sahel), à la Suisse (Forage
Christine), la SNV des Pays-Bas et bientôt aux Etats Unies d'Amérique, au Japon, à l'Union Européenne et aux Nations Unies. Aujourd'hui, notre organisation se porte bien, malgré les difficultés de l'heure’’, a-t-il affirmé.
Hassane Daouda

 

27 avril 2015
Source : http://lesahel.org/

Albadé, la chute d’un mégalomane

26/04/2015

Politiquement sorti de nulle part, Albadé a eu son quart d’heure de gloire par la seule volonté de Tandja Mamadou. Depuis, son côté mégalomane le pousse à tout vouloir parfois au mépris de la bienséance.

Le pouvoir a fait tourner la tête d’Albadé et il se croit investi d’une inaltérable mission, celle de régenter les hommes. Pourtant, rien ne le prédestinait politiquement à caresser une telle ambition.

Mais ce simple « magasinier sans niveau » selon Issoufou Tamboura, a eu la baraka de croiser le chemin de Tandja Mamadou, son mentor. Aujourd’hui, si Albadé est devenu ‘’quelqu’un’’ c’est bien grâce au vieux. Comme par magie, il est entré dans la cour des grands, il a vite oublié ces années où il trimait dans les mines de l’Aïr. Pourtant, les seules armes politiques qu’il possède sont l’arrogance, le mépris et l’art du complot. Mégalomane jusqu’au bout des ongles, Albadé Abouba pensait naïvement faire l’unanimité au sein du MNSD-Nassara. C’est cette folie de grandeur qui l’avait poussé à braver sa famille politique. Lancé dans sa triste mésaventure politique, Albadé est passé par tous les stades du ridicule. Avec ses béni-oui-oui, ils ont expérimenté toutes les bassesses politiques imaginables. Ces manigances politiques de bas étage s’inscrivent dans une logique de mercenariat. En effet, Albadé et ses sbires roulent pour le Guri. Et ce 15 avril 2015, la justice a courageusement mis fin à ce ‘’Wassan Kara’’ qui n’a que trop duré. Cependant, anticonformiste dans l’âme, Albadé continue à narguer le peuple et la justice. Il se donne toujours le titre de président du MNSD-Nassara, ce qui constitue un grave jet de discrédit sur une décision de justice. Nous voilà face à un cas où le SAMAN devait sévir avec toute la rigueur requise. Etre ministre d’Etat, ne vous place pas au dessus des institutions de la République. Le SAMAN doit ramener Albadé sur terre. En réalité, cet arriviste politique a nourri un rêve trop grand pour sa modeste personne. De toute évidence, il s’est leurré en pensant pouvoir diriger un parti comme le MNSD-Nassara. Il n’est pas donné à tout un chacun d’être un grand homme d’Etat, et visiblement Albadé n’est doué que pour les combines et autres mercenariats politiques. Il a poignardé dans le dos ses amis politiques, il a renié Tandja son mentor, il a pactisé avec le diable Guri. Et aujourd’hui, la finalité de cette perfidie est bien connue : ce mégalomane politique a chuté, et dans son sillage ses thuriféraires broient du noir.

A.S

26 avril 2015
Source : Le Courrier