Agrégateur de flux

Le Bénin lève le blocus sur le pétrole nigérien : Pressions chinoises ou retour aux bonnes intentions ? - Par Isssoufou BOUBACAR KADO MAGAGI

Nigerdiaspora - 16/05/2024

Suite à des pressions chinoises, le Bénin autorise enfin le chargement du premier navire transportant le pétrole brut nigérien, conformément aux accords en vigueur.

Après une réunion entre les autorités béninoises et une délégation de la CNPC chinoise, le ministre en charge du pétrole a annoncé la levée temporaire du blocus sur le chargement du pétrole nigérien dans les eaux béninoises.

Il a également affirmé l'engagement du Bénin à respecter les clauses de la convention liant le pays au Niger concernant la gestion du pipeline. Cette volte-face soulève des questions sur l'ingérence étrangère dans les affaires africaines.

Selon nous, si le Bénin avait respecté les accords sur l'exploitation du pipeline nigérien, le problème aurait pu être évité. Cette situation met en péril l'intégration économique africaine et la solidarité continentale, nécessaires pour relever les défis communs.

L'intervention chinoise pour ramener le président béninois Patrice Talon au respect des accords ratifiés soulève des préoccupations quant à la souveraineté et à l'autonomie des institutions régionales ouest-africaines.

Au Nigeria voisin, les forces armées réclament une normalisation des relations avec les pays de l'Alliance des États du Sahel pour mieux lutter contre l'insécurité régionale. La question se pose désormais de savoir si ces pays seraient prêts à retourner dans la CEDEAO face à l'influence des puissances étrangères.

Il est temps pour les jeunes panafricanistes africains de s'unir pour défendre la souveraineté économique et sociale de l'Afrique. Les peuples africains prennent progressivement conscience de leur pouvoir et commencent à défier les anciennes structures coloniales.

L'unité africaine est impérative pour faire face aux défis actuels. Les dirigeants entravant le développement de l'Afrique doivent être identifiés, combattus et neutralisés.

L'Afrique doit s'unir ou périr !

Isssoufou BOUBACAR KADO MAGAGI

Au cabinet du Premier ministre : La Vice-présidente régionale de la BAD félicite les autorités pour la résilience de l’économie et des populations nigériennes

Nigerdiaspora - 16/05/2024

Le Premier ministre, ministre de l’Economie et des Finances, M. Ali Mahaman Lamine Zeine a présidé hier 14 mai à son cabinet, une rencontre avec une délégation de la Banque Africaine de Développement (BAD) conduite par sa Vice-présidente régionale, Mme Akin Olugbad Marie-Laure. La réunion s’est déroulée en présence du ministre en charge des Affaires étrangères et de la coopération, du ministre Directeur de Cabinet du Président du CNSP, du ministre délégué auprès du Premier ministre, chargé des Finances et de plusieurs responsables des départements de la BAD en charge des domaines énergie-climat-transport et agriculture.

La forte délégation conduite par Mme Akin Olugbad Marie-Laure est à Niamey dans le cadre d’une visite de travail afin de « renforcer la coopération entre le groupe de la Banque Africaine de développement et la République du Niger ». « Le Premier ministre a bien voulu nous recevoir pour que nous puissions faire ensemble, un tour d’horizon, non seulement du développement au niveau du Niger, des principaux défis auxquels le Niger est actuellement confronté, mais aussi un tour d’horizon de notre coopération, notamment le meilleur accompagnement que le groupe de la BAD pourrait apporter au Niger », a indiqué la Vice-présidente de la BAD, à l’issue de la rencontre.

Mme Akin Olugbad Marie-Laure dit avoir apprécié les récents développements au Niger, et félicité le Premier ministre, ministre de l’Economie et des Finances sur la « résilience de l’économie et des populations nigériennes dans tant de circonstances ». La Vice-présidente régionale du groupe de la BAD a salué également « les efforts qui sont entrepris pour essayer de maintenir le cap sur des objectifs de croissance mais également d’atténuation de l’impact de la situation sécuritaire sur la population nigérienne ». « Nous avons aussi parlé des différents projets que le groupe de la Banque Africaine de Développement a en cours d’exécution au Niger et éventuellement nous nous sommes projetés sur un avenir dans lequel nous pourrons envisager d’autres formes d’accompagnement », souligne la vice-présidente régionale du groupe de la Banque Africaine de Développement (BAD).

Ismaël Chékaré (ONEP)
Source : https://www.lesahel.org

BCEAO / Direction Nationale pour le Niger : COMMUNIQUE DE PRESSE DE LA REUNION DU CONSEIL NATIONAL DU CREDIT, TENUE LE 9 MAI 2024 A NIAMEY

Nigerdiaspora - 16/05/2024

Le Conseil National du Crédit pour le Niger a tenu sa première session ordinaire au titre de l’année 2024, le jeudi 9 mai 2024, dans les locaux de l’Agence Principale de la BCEAO à Niamey, sous la présidence de Monsieur Ali Mahaman LAMINE ZEINE, Premier Ministre, Ministre de l’Economie et des Finances, son Président statutaire.

Le Conseil a noté que ses missions, telles que prescrites par les textes y relatifs, ont été partiellement accomplies avec l’organisation de deux sessions ordinaires, au lieu de quatre, au cours de l’année 2023, en raison des sanctions des Institutions communautaires subséquentes aux évènements du 26 juillet 2023.

Le principal point de l’ordre du jour de la session a porté sur la validation du projet de rapport du Conseil National du Crédit au Comité de Politique Monétaire de la BCEAO sur la situation monétaire, du crédit et du système bancaire et financier en 2023.

Après examen du document, les membres du Conseil ont salué les réalisations enregistrées au cours de l’année 2023 ainsi que la résilience de l’économie nigérienne marquée par un contexte de lourdes sanctions économiques et financières après les événements du 26 juillet 2023. Ces sanctions ont notamment entraîné une perturbation des chaînes d’approvisionnement, une hausse des prix des produits importés, des difficultés dans le secteur bancaire et financier et celui des transports aérien et terrestre ainsi que la suspension de la coopération financière.

Le Conseil a relevé la résilience du secteur bancaire et financier et a recommandé la poursuite des réformes engagées, en vue d’un meilleur financement de l’économie. Le Conseil a demandé la réalisation d’une étude d’impact des sanctions sur l’activité économique en général et le secteur bancaire et financier en particulier, afin de mieux entrevoir les actions et propositions de solutions permettant le retour à la normale des activités économiques et financières au Niger. Il a apprécié les actions du Gouvernement ayant conduit à l’apurement des arriérés dus aux partenaires bilatéraux et multilatéraux et donc à la reprise de l’essentiel de la coopération.

A cet égard, le Conseil a encouragé le Gouvernement à poursuivre les efforts de normalisation de la coopération avec les partenaires financiers, afin de favoriser la reprise des investissements et du financement de l’économie.

Le Président, Ali Mahaman LAMINE ZEINE

Source : https://www.lesahel.org

Syndicate content