Tamtaminfo

Syndicate content
Innover - Informer
Updated: il y a 22 min 24 sec

Tahoua : Le Président de la République Mohamed Bazoum triomphalement accueilli par les populations de l’Ader

18/01/2022

Le Président de la République Mohamed Bazoum est arrivé, ce lundi 17 janvier 2022 à Tahoua, où il entame une visite de travail de 72 heures dans la région.

C’est un accueil triomphal qui  été réservé au Président de la République et la délégation qui l’accompagne par les populations de l’Ader à l’aéroport régional.

Ils étaient des milliers et des milliers de personnes (hommes, femmes et enfants) à se masser à l’intérieur comme à l’extérieur de l’aéroport.

A sa descente d’avion aux environs de 9 heures 50 (heure locale), le Président de la République Mohamed Bazoum a été salué par le gouverneur de la région, M. Issa Moussa, le président du conseil régional, M. Sani Nabirni, puis par le président du conseil de ville de Tahoua, M.Abdou Ouhou Dodo.

Après les honneurs militaires, le Président de la République Mohamed Bazoum a reçu également les salutations de bienvenue des officiels, des chefs traditionnels, des notables, des leaders des partis politiques, des responsables régionaux des services, des représentants des organismes nationaux et internationaux ainsi que des dignitaires de la ville de Tahoua.

Il faut noter qu’après avoir fait le tour de l’aéroport, le Président de la République a dans une brève intervention devant les populations de l’Ader, venues l’accueillir, adressé ses remerciements pour l’accueil chaleureux dont il a fait l’objet.

Il a indiqué, par la suite, être là ‘’dans la région pour une durée de trois jours pour voir de visu les problèmes que rencontrent le pays’’.

Ensuite, le Président de la République a pris la direction de Tillia par voie aérienne, une localité située à la frontière malienne qui est victime de plusieurs attaques terroristes.

Notons que le Président de la République Mohamed Bazoum est accompagné dans ce déplacement du 3ème vice-président de l’Assemblée nationale, des membres du gouvernement, des députés nationaux au titre de la région, des membres du corps diplomatique et des Conseillers à la présidence de la République.

Par ANP

La CEDEAO peut encore jouer un rôle positif dans la crise sociopolitique malienne si elle se libère des jougs de certaines puissances excolonisatrices

18/01/2022

Sur le compte Twitter de la CEDEAO, en date du 16 janvier 2022 , on peut lire : « La Cedeao reste disponible pour accompagner le Mali pour le retour à l’ordre constitutionnel à travers des élections crédibles  dans un délai raisonnable et réaliste. « 

Quelles réflexions  nous suscite cette nouvelle prise de  position de la CEDEAO ?

Nous pensons que c’est une bonne nouvelle, une bonne initiative,  que la CEDEAO reste maintenant disponible à examiner avec beaucoup plus de lucidité,  les conditions  d’un retour à l’ordre constitutionnel normal en République souveraine du Mali, après avoir échoué dans sa tentative sous la pression d’une puissance excolonisatrice, d’ étouffement du peuple du  Mali.

La raison et le bon sens ont prévalu. Il n’est jamais donc  trop tard pour mieux faire.

Nous l’avons déjà dit, le Mali n’est pas seul, il a le soutien de toutes les forces vives progressistes démocratiques africaines , les grandes puissances mondiales les plus influentes et ses voisins les plus influents en Afrique.

Donc toute prise de décisions tendant à sanctionner  le Mali serait contreproductive, ne peut que créer l’effet inverse à l’effet escompté dans la prise des sanctions.

Le rejet des sanctions contre le Mali par le conseil de sécurité des Nations Unies, la désapprobation générale suscitée en Afrique,  ullustrent bien cette réalité.

La seule solution heureuse qui pourrait aider à décrisper la situation née  des sanctions injustes, illégales et inhumaines de la CEDEAO contre le Mali , serait une nouvelle relecture africaine objective des résolutions issues des Assises Nationales de la Refondation de la République du Mali qui avaient réuni 1600 délégués des forces vives du Mali. Par conséquent, il faudrait en  tenir compte, faute de quoi ces forces vives maliennes avec l’aide des forces vives progressistes africaines, protégeront les résolutions de leurs assises nationales souveraines.

La CEDEAO se devrait de privilégier le retour à la sécurité dans l’ensemble du territoire malien avant d’exiger l’organisation des élections générales constitutionnelles dans un espace en insécurité.

La CEDEAO reconnaîtrait qu’environ 70% du territoire malien est occupé par les terroristes et les soient disants Djihadistes.

Quelle crédibilité peut-on accorder à des élections générales constitutionnelles qui seraient organisées  dans un pays  où environ 70 % du territoire national est  occupé par des terroristes et des soient disants Djihadistes ?

La CEDEAO ferait mieux à aider la République souveraine du Mali à ramener la sécurité sur son territoire que de lui imposer des sanctions par défaut d’organiser les élections générales dans les délais à elle imposée.

Pourquoi ne pas mobiliser la communauté internationale à libérer le territoire national malien de l’occupation des terroristes et autres Djihadistes avant de songer à l’organisation des élections générales constitutionnelles ?

Devant cette  incapacité à le faire , la Fédération de Russie est en train d’aider le Mali à nettoyer  le pays de toutes les poches du terrorisme.
Bientôt la sécurité serait de retour grâce aux russes, et à l’engagement des Forces Armées  Maliennes,  les FAMA ,  on pourrait parler en ce moment de la crédibilité des dites élections.
Car la crédibilité d’une élection démocratique dépend d’une part, du taux de participation des électeurs aux dites élections et d’autre part de sa  transparence et  de son  honnêteté.

La CEDEAO devrait plutôt se feliciter de l’arrivée des russes sur le théâtre des opérations contre les terroristes et les narcotrafiquants, que de prendre position dans la rivalité entre la France et la Fédération de Russie,  qui devrait lui être étrangère.

Le problème du Mali ne peut se résumer à l’organisation des élections. Il est d’ordre sécuritaire, de la bonne gouvernance démocratique et économique.

Les résolutions issues des Assises
Nationales de la Refondation de la République ont bien posées les diagnostics des problèmes qui gangrènent le Mali  et bien indiqué des pistes des solutions à suivre pour une bonne résolution des  dits problèmes .

La CEDEAO pourrait engager un dialogue franc et constructif sans ingérence extérieure, les solutions heureuses et définitives seront sans doute trouvées à la crise sociopolitique malienne par delà la crise malienne ,  à la crise sociopolitique  sous-régionale ouest-africaine en gestation, ce qui éviterait à l’Afrique de l’Ouest de s’embraser et  de se balkaniser, comme le souhaiteraient certaines puissances excolonisatrices dans leur plan machiavélique caché .
Le délais raisonnable pour assainir la situation sociopolitique au Mali pourrait être ramené à trois ans ou ou quarante deux mois , selon un consensus acceptable par tous.

Si la CEDEAO reste dans les dispositions d’un dialogue franc et constructif, il n’aura pas des raisons pour  que des solutions heureuses ne puissent être trouvées à la crise sociopolitique malienne et africaine dans son ensemble.

La problématique qui se pose à la résolution des conflits politiques en Afrique, ces sont les ingérences extérieures , particulièrement les injonctions sournoises de certaines puissances excolonisatrices dans les affaires intérieures africaines.

Pour que l’Afrique soit laissée aux africains, les dirigeants africains, les élites,  la société civile africaine, se devraient de contnuer la lutte,  de faire preuve de patriotisme, du courage , d’intransigeance par rapport aux intérêts supérieurs du peuple souverain d’Afrique, jusqu’à la victoire finale. L’ Afrique doit se libérer des influences néfastes de certaines puissances excolonisatrices.

La nouvelle problématique qui se posera  est la suivante : Comment s’en débarrasser des intrigues politiciennes de certaines taupes que certaines puissances ont introduit subtilement dans les organisations sous-régionales et Continentales africaines ?

Par Issoufou BOUBACAR KADO MAGAGI.

Tragique accident à Arlit

16/01/2022

Un tragique accident de travail s’est produit hier, 15 janvier 2022, vers 14h45 mn, sur le site de réaménagement d’une partie de l’usine d’uranium de la Cominak d’Arlit en démantèlement. Cette partie a cédé avant le début des opérations avec tous les câbles reliés à la grue.

C’est la chute de la grue  qui serait à la base de cet accident qui a malheureusement occasionné des pertes en vies humaines.

C’est ainsi que l’on déplore la mort de Salim Moctar Sabo et d’un expatrié répondant au nom de Antonio Simao

On déplore également des blessés. 

La Compagnie minière d’Akouta (Cominak) est en arrêt de production des gisements depuis  le 31 mars 2021.

Par Tamtaminfo News